Les Actes Recommandés de la Prière, Prières Surérogatoires

Les Actes Recommandés de la Prière, Prières Surérogatoires

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

Les actes recommandées de la prière sont les actes qui augmentent les récompensent de la prière, mais ils ne sont pas une conditions de la validité de la prière.

Les actes recommandées de la prière avant de l’entamer sont au nombres de deux : L’appel à la prière (al-‘adhân) et l’annonce de la prière (al’iqâmah).

‘Adhân, appel à la prière

C’est une sounnah de faire l’appel à la prière après l’entrée de l’heure de cette dernière. Un musulman qui est en état de purification (c’est-à-dire en état de grande et petite ablution) se met dans un endroit surélevé, s’il y en a, se dirige vers la Qiblah et d’une voix haute fait le Adhân pour appeler les musulmans à se préparer à l’accomplissement de cette prière, en disant:

اللهُ أكبر الله أكبر، الله أكبر الله أكبر.
أشهد أن لا إله إلا الله، أشهد أن لا إله إلا الله.
أشهد أن محمدًا رسول الله، أشهد أن محمدًا رسول الله.
حيَّ على الصلاة، حيَّ على الصلاة.
حيَّ على الفلاح، حيَّ على الفلاح.
الله أكبر الله أكبر، لا إله إلا الله.

Allâhou ‘akbarou lLâhou ‘akbar…Allâhou ‘akbarou lLâhou ‘akbar

‘ach-hadou ‘allâ ‘ilâha ‘illa lLâh…’ach-hadou ‘allâ ‘ilâha ‘illa lLâh

‘ach-hadou ‘anna MouHammada r-raçôulou lLâh…ach-hadou ‘anna MouHammada r-raçôulou lLâh

Hayya `ala S-Salâh…Hayya `ala S-Salâh

Hayya `ala l-falâH…Hayya `ala l-falâH

Allâhou ‘akbarou lLâhou ‘akbar…lâ ‘ilâh ‘illa lLâh

Ce qui signifie:  « Allâh est le plus puissant que tout autre et a plus de science que tout autre » (4fois)

– « Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh » (2fois)

–  » Je témoigne que Mouhammad est le Messager de Allâh » (2fois)

–  » Venez à la prière » (2fois)

–  » Venez au salut » (2fois)

– « Allâh est le plus puissant que tout autre et a plus de science que tout autre » (2 fois)

–  » Il n’est de dieu que Allâh  »

Et dans l’appel à la prière du SoubH et après le deuxième Hayya ‘alal-Falâh, le Mou’adh-dhin (celui qui fait le ‘Adhân) ajout « AS-Salâtou khayroun mina n-nawm »

الصلاة خيرٌ من النوم، الصلاة خير من النوم

AS-Salâtou khayroun mina n-nawm

Qui veut dire la prière est mieux que le sommeil

Il est recommandé (Sounnah) pour celui qui entend le Mou’adhdhin faire l’appel à la prière de répéter après lui les mêmes expressions, à l’exception de « Hayya `ala S-Salâh et Hayya `ala l-falâH », où à la place il dira: « Lâ Hawla wa lâ Qouwwata ‘illâ Bil-Lâh » (et en plus pour la prière du SoubH à la place de « AS-Salâtou khayroun mina n-nawm » il dira: Sadaqta wa barirta)

Après Al adhann et AL-Iqâmah, il est recommandé de faire AS-Salât `ala n-Nabiyy, l’invocation en faveur du le prophète. En effet le prophète Salla l-Lâhou `alyhi wa sallam a dit :

« إِذَا سَمِعْتُمُ المُؤَذِّنَ فَقُولُوا كَمَا يَقُولُ ثُمَّ صَلُّوا عَلَيَّ »

(‘idhâ sami`toumou l-mou’adh-dhina faqôulou kamâ yaqôulou thoumma Sallôu `alayy)

ce qui signifie : « Lorsque vous entendez le mou’adh-dhin, répétez ce qu’il dit, ensuite faites l’invocation en ma faveur » [rapporté par Mouslim].

Vous pouvez écouter ou télécharger l’audio du ‘Adhân fait par le récitateur égyptien connu `Abdou l-BâsiT `abdou S-Samad, à la fin du ‘Adhân il fait l’invocation en faveur du prophète:

‘Adhân `Abdou l-BâsiT `abdou S-Samad

‘Iqâmah, annonce de la prière

Quand le Mou’adh-dhin termine l’appel à la prière obligatoire et que les gens se rassemblent pour son accomplissement, l’un d’eux fait Al-‘Iqâmah (l’appel à procéder immédiatement à la prière) en disant:

الله أكبر الله أكبر، أشهد أن لا إله إلا الله، أشهد أن محمدًا رسول الله،
حي على الصلاة، حيَّ على الفلاح، قد قامتِ الصلاة،
قد قامت الصلاة، الله أكبر الله أكبر، لا إله إلا الله

Allâhou ‘akbarou lLâhou ‘akbar, ‘ach-hadou ‘allâ ‘ilâha ‘illa lLâh, ‘ach-hadou ‘anna MouHammada r-raçôulou lLâh, Hayya `ala S-Salâh, Hayya `ala l-falâH, qad qâmati S-Salâtou, qad qâmati S-Salâh, Allâhou ‘akbarou lLâhou ‘akbar…lâ ‘ilâh ‘illa lLâh

(Qad Qâmati S-salâh) signifie: « la prière va commencer »

Quant aux actes recommandés après avoir entamé la prière, pour certaines on accomplit les prosternations d’oubli (soujoud s-sahw) et elles sont au nombres de deux : le premier tachahhoud et al-qounôut dans la prière du SoubH et dans la prière du Witr dans la deuxième moitié du mois de RamaDân. Ainsi si on oublie ces actes recommandés dans la prière, il est recommandé de faire deux prosternations avant de passer le salâm et sinon après le salâm, ceci selon l’école châfi`iyy.

1 – poser la main droite sur le poignet gauche, au dessus du nombril et en dessous de la poitrine.

2 – Lever les mains lors de la formulation du takbîr (Allâhou ‘Akbar) de l’entrée en rituel ainsi que pour l’inclination et pour le redressement de l’inclination.

3 – Écarter entre les pieds d’un empan pour l’homme et la femme serre ses pieds.

2 –  la récitation de l’invocation d’ouverture avant la récitation de la FâtiHah dans la première rak`ah seulement.

L’invocation du tawajjouh :

وجّهت وجهي للّذي فطر السّماوات والأرض حنيفا مسلما وما أنا من المشركين إنّ صلاتي ونسكي ومحياي ومماتي لله ربّ العالمين لا شريك له وبذالك أمرت وأنا من المسلمين

(wajjahtou wajhiya lil-ladhî faTara s-samâwâti wa l-‘arDa Hanîfan mousliman wa mâ ‘anâ mina l-mouchrikîn ; ‘inna Salâtî wa nouçoukî wa maHyâyâ wa mamâtî lil-Lâhi rabbi l-`alamîn ; lâ charîka lahou wa bidhâlika ‘oumirtou wa ‘anâ mina l-mouslimîn)

ce qui signifie : « Je recherche l’agrément de Celui Qui a crée les cieux et la terre, éloigné de toute religion autre que l’Islam, musulman, je ne suis pas au nombre des associateurs. Certes ma prière, mes actes d’adoration, ma vie et ma mort appartiennent à Allâh le Créateur du monde. Il n’a pas d’associé. De cela j’ai eu l’ordre et je  suis au nombre des musulmans ».

3 – Faire at-ta`awwoudh (rechercher la protection de Allâh contre le chayTân maudit) et c’est recommandé dans chaque rak`ah. En disant :

أعوذ بالله من الشيطان الرّجيم

‘a`ôudhou bi l-Lâhi mina ch-chayTâni r-rajîm

4 – Dire آمين (‘Amîn) à la suite de la récitation de la FâtiHah.

5 – La récitation à voix haute dans les deux rak`ah du SoubH, les premières du maghrib et du `ichâ’ et la récitation à voix basse dans le reste. Quant à la femme, elle baisse la voix en présence d’hommes ‘ajnabiyy et ce comme acte recommandé

5 – la récitation d’une sôurat après la FâtiHah dans les deux premières rak`ah. La sounnah est réalisée avec la récitation d’une ‘ayah. Il est préférable de réciter une sôurah complète

6 – la parole : الله أكبر (Allâhou ‘akbar) ce qui signifie : « Allâh mérite plus de vénération et de glorification que tout autre  », lorsqu’on se relève ou qu’on se baisse.

7 – la parole : (soubHâna rabbiya l-`aDHîm) :

سبحان ربي العظيم

ce qui signifie : « Mon Seigneur Qui est vénéré est exempt de toute imperfection  », trois fois dans l’inclination.

8 – la parole (sami`a l-Lâhou liman Hamidah)

سمع الله لمن حمده

ce qui signifie : « Allâh exauce celui qui Le loue  », lorsqu’on se relève de l’inclination jusqu’à la position debout et la parole : (Rabbanâ wa laka l-Hamd ) ce qui signifie : « notre Seigneur, à Toi la louange », une fois redressé debout.

9 – la parole (soubHâna rabbiya l-‘a`lâ)

سبحان ربي الأعلى

ce qui signifie : « Mon Seigneur Qui domine toute la création est exempt de toute imperfection  », trois fois dans la prosternation.

10 – Que l’homme décolle ses coudes de ses côtes et éloigne son ventre de ses cuisses. Quant à la femme, elle regroupe son corps.

11 – Faire une petite pause en position assise après la deuxième prosternation dans chaque rak`ah suite à laquelle on se relève de sorte qu’elle ne soit pas suivie d’un tachahhoud.

12 – Al-iftirâch dans toutes les positions assises. C’est le fait d’asseoir sur la cheville du pied gauche en posant l’extrémités du dessous des orteils du pied droit en contact avec le sol.

13 – At-tawarrouk dans la dernière position assise : c’est semblable à l’iftirâch dans sa forme sauf qu’on fait dépasser le pied gauche du côté droit et qu’on pose au sol la hanche gauche.

14 – la parole (Allâhoumma ghfir lî wa rHamnî wa hdinî wa `Afinî wa rzouqnî)

اللهم اغفر لي وارحمني واهدني وعافني وارزقني

ce qui signifie : « Ô Allâh, pardonne-moi, fais-moi miséricorde, guide-moi, préserve-moi et donne-moi ma subsistance », dans la position assise entre les deux prosternations.

15 – Poser les mains sur les cuisses dans la position assise en dépliant la main gauche et en repliant la main droite sauf l’index : on le relève lorsqu’on dit : (‘il-la l-Lâh) dans le tachahhoud comme signe de la croyance en l’unicité de Allâh.

16 – la récitation de l’invocation ‘Ibrâhîmiyyah entièrement après le dernier tachahhoud :

اللهم صلّ على سيّدنا محمّد وعلى آل سيّدنا محمّد كما صلّيت على سيّدنا إبراهيم وعلى آل سيّدنا إبراهيم وبارك على سيّدنا محمّد وعلى آل سيّدنا محمّد كما باركت على سيّدنا إبراهيم وعلى آل سيّدنا إبراهيم

Allâhoumma Salli `alâ sayyidinâ MouHammad wa `alâ ‘âli sayyidinâ MouHammad kamâ Sallayta `alâ sayyidinâ Ibrâhîm wa `alâ ‘âli sayyidinâ Ibrâhîm wa bârik `alâ sayyidinâ MouHammad wa `alâ ‘âli sayyidinâ MouHammad kamâ bârakta `alâ sayyidinâ Ibrâhîma wa `alâ ‘âli sayyidinâ Ibrâhîm fi l-`âlamîna innaka Hamîdoun majîd

17 – l’ajout de (wa raHmatou l-Lâh)

ورحمة الله

ce qui signifie : « et la miséricorde de Allâh » après le salâm, ainsi on dit : (as-salâmou `alaykoum wa raHmatou l-Lâhi wa barakâtouh) :

السلام عليكم ورحمة الله

ce qui signifie : « que le salut soit sur vous, ainsi que la miséricorde de Allâh et Ses bénédictions  ».

18 – le deuxième salâm : se tourner à droite pour le premier et à gauche pour le second.

Dou`â’ du Qounôut avec explication et signification

At-tirmidhiyy, an-Naçâ’iyy, ibnou Mâjah et al-Bayhaqiyy avec une chaîne de transmission sûre d’après al-Haçan fils de `Aliyy qu’il a dit le Messager d Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam m’a appris des paroles à dire dans al-Witr:

«اللَّهُمَّ اهْدِنِي فِيمَنْ هَدَيْتَ، وَعَافِنِي فِيمَنْ عَافَيْتَ، وَتَوَلَّنِي فِيمَنْ تَوَلَّيْتَ، وَبَارِكْ لِي فِيمَا أَعْطَيْتَ، وَقِنِي شَرَّ مَا قَضَيْتَ، فَإِنَّكَ تَقْضِي وَلا يُقْضَى عَلَيْكَ، وَإِنَّهُ لا يَذِلُّ مَنْ وَالَيْتَ، وَلا يَعِزُّ مَنْ عَادَيْتَ، تَبَارَكْتَ رَبَّنَا وَتَعَالَيْتَ»

Allâhoumma ‘ihdnî fî man hadayt wa `âfinî fî man `âfayt wa tawallanî fî man tawallayt wa bârik lî fî mâ ‘a`Tayt wa qinî charra mâ qaDayt, fa’innak taqDî wa lâ youqDâ `alayk, wa ‘innahou lâ yadhillou man wâlayt wa lâ ya`izzou man `âdayt, tabârakta rabbanâ wa ta`âlayt

Ce qui signifie : « Ô Allâh fais que je sois parmi les gens bien guidés, préserve moi parmi les gens que tu as préservé, accorde moi la sauvegarde, préserve moi du mal que Tu crées, certes Tu as le vouloir sur toute chose et rien n’a lieu en dehors de Ta volonté, certes personne ne peux rabaisser celui à qui Tu as accordé la victoire et l’honneur et celui que Tu as rabissé, personne ne peut lui accordé l’honneur, Tu es exempt de toute ressemblance aux créatures, Tu as la louange en toute circonstance et nous sommes satisfaits de Ta prédestination »

Les prières surérogatoires (recommandées, nâfila)

Il est recommandé de faire les prières surérogatoires, mais elles ne sont pas obligatoires, elles sont les suivantes :

  • Deux rak`ah avant la prière du SoubH
  • Deux rak`ah avant la prière du DHouhr et deux après
  • Quatre rak`ah avant la prière du `ASr (deux par deux)
  • Deux rak`ah après la prière du Maghrib
  • Trois rak`ah après la prière du `Ichâ’ (deux plus une, chaf` et witr)

Ainsi la prière du chaf` et witr n’est pas obligatoire mais recommandée.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

1 Comment

  1. Sunnite

    Les rawâtib sont les prières surérogatoires qu’on fait avant ou après les cinqs prières obligatoires : il y a deux prières avant dhouhr et deux après , quatre avant `Asr, deux après l-maghrib et deux après le `ichâ’ plus une du witr

Les commentaires sont fermés