La biographie du troisième calife : le compagnon `Outhmân Ibnou `Affân

La biographie du troisième calife : le compagnon  `Outhmân Ibnou `Affân
بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître Mouĥammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier Mouĥammad.

`Outhmân Ibnou `Affân, que Allâh l’agrée, a succédé à `Oumar ibn al-KhaTTâb en l’an 24 de l’hégire. Il compte parmi les premiers hommes à être entrés en Islam. Il a été surnommé Dhou n-Nourayn.

Son ascendance

Il se nomme Abôu `Amr `Outhmân fils de (ibnou) `Affân, fils de ‘Abi l-`AS. Sa mère est ‘Arwâ, fille de Kourayz. Son arbre généalogique rejoint celui du Prophète à `Abdou Manâf.

 Sa naissance

Il est né dans la ville de AT-Tâ’if (en Arabie) 6 ans après l’année dite de l’éléphant. Il a été converti à l’Islam par Abôu Bakr AS-Siddîq, que Allâh les agrée tous les deux. Il avait alors 39 ans et cela s’était produit avant que le Messager ne s’installe dans la maison de al-‘Arqam.

 Sa description physique

Il était, que Allâh l’agrée, de taille moyenne. Son visage était beau, blanc sanguin et sa peau était fine. Ses articulations étaient massives et ses épaules larges. Le crâne dégarni, et il avait une grande barbe.

 Son entrée en Islam

Notre maître `Outhmân, que Allâh l’agrée, fait partie des premiers à être entrés en Islam dans cette communauté. Allâh les a évoqués par Sa parole dans le  Qour’ân :

والسابقون الأوّلون من المهاجرين والأنصار والّذين اتّبعوهم بإحسان رضي الله عنهم ورضوا عنه

(Wa s-sâbiqôuna l-‘awwâlôuna mina l-mouhâjirîna wa l-‘anSâr wa l-ladhîna t-taba`ôuhoum bi ‘iHsân, raDiya l-Lâhou `anhoum wa raDôu `anh)

ce qui signifie: « Et les premiers prédécesseurs parmi les Émigrants et les Partisans et ceux qui les ont suivis avec rectitude, Allâh les agrée et ils ont accepté l’Islam pour religion », [At-Tawbah ‘âyah 100].

 L’annonce de son entrée au Paradis

Il fait partie des dix hommes auxquels le Prophète a annoncé la bonne nouvelle qu’ils seront au Paradis. Il les a cités les uns après les autres dans un seul hadith rapporté par l’imam ‘AHmad dans son Mousnad :

أبو بكر في الجنّة وعمر في الجنّة وعلي في الجنّة وعثمان في الجنّة وطلحة في الجنّة والزبير في الجنّة وعبد الرحمن بن عوف في الجنّة و سعد بن أبي وقاص في الجنّة وسعيد بن زيد في الجنّة وأبو عبيدة بن الجرّاح في الجنّة

(Abôu Bakr fi l-jannah wa `Oumar fi l-jannah wa `Aliyy fi l-jannah wa `Outhmân fi l-jannah wa TalHah fi l-jannah wa z-Zoubayr fi l-jannah wa `Abdou r-Rahmân Ibnou `Awf fi l-jannah wa Sa`d bnou Abî WaqqâS fi l-jannah wa Sa`îd bnou Zayd fi l-jannah wa Abôu `Oubaydah bnou l-JarrâH fi l-jannah)

ce qui signifie: « Abôu Bakr sera au Paradis, `Oumar sera au Paradis, `Aliyy sera au Paradis, `Outhmân sera au Paradis, TalHah sera au Paradis, Az-Zoubayr sera au Paradis, `Abdou r-RaHmân Ibnou `Awf sera au Paradis, Sa`d Ibnou Abî WaqqâS sera au Paradis, Sa`îd Ibnou Zayd sera au Paradis et Abôu `Oubaydah Ibnou l-JarrâH sera au Paradis. »

 Son califat

Il a succédé à `Oumar ibnou l-KhaTTâb en tant que calife la 24ème année de l’hégire, trois nuits après l’enterrement de `Oumar. Durant son califat, beaucoup de pays ont été conquis.

 Son surnom Dhou n-Nourayn

Il a été surnommé « l’homme aux deux lumières » (Dhou n-Nourayn) car il a épousé deux des filles du Messager de Allâh. Il a d’abord épousé Rôuqayyah qui lui a donné pour fils `Abdou l-Lâh. Puis, après son décès, le Prophète lui a donné en mariage son autre fille ‘Oummou Koulthôum et elle est restée son épouse jusqu’à sa mort en l’an 9 de l’hégire.

Le troisième califat

`Outhmân a eu la charge du califat de l’an 24 à l’an 36 de l’hégire. L’empire musulman s’est agrandi durant cette période.

Le digne successeur des deux premiers califes

Trois nuits après  l’enterrement de `Oumar Ibnou l-KhaTTâb, que Allâh l’agrée, notre maître `Outhmân Ibnou `Affân, que Allâh l’agrée, est devenu calife. En effet, les gens lui ont prêté allégeance afin qu’il soit à la tête des musulmans. C’était une nuit d’un lundi du mois de Dhou l-Hijjah de l’an 23 de l’hégire. Il a ainsi été calife à partir du mois de MouHarram de la 24ème année de l’Hégire et il est resté calife durant 12 ans.

Il utilisait le même sceau (c’est-à-dire la même signature) que le Messager de Allâh Salla lLâhou `alayhi wa sallam  tout comme  Abôu Bakr  et `Oumar, que Allâh les agrée.

Les conquêtes durant son califat

Durant son califat, que Allâh l’agrée, les musulmans ont mené des conquêtes. Ils ont conquis beaucoup de pays et la terre d’Islam s’est ainsi étendue. Parmi les terres conquises, il y a :

  • l’île de Chypre,
  • l’Arménie,
  • la Tripoli occidentale (Lybie),
  • Karman et Sijistan (deux  provinces de l’actuel Iran),
  • la ville de Kaboul,
  • et des pays d’Afrique.

Le rôle de `Outhmân dans la diffusion du Qour’ân honoré

`Outhmân, a joué un rôle décisif dans la diffusion du MouS-Haf (le livre du Qour’ân). Durant son califat, il a repris les feuillets rassemblés par Abôu Bakr et les a fait vérifier et confirmer par les compagnons avant de les faire copier en un seul livre. Il a diffusé plusieurs exemplaires de ce livre dans l’empire musulman pour qu’il serve de référence.

Le Qour’ân a été révélé au Prophète MouHammad Salla lLâhou `alayhi wa sallam

Le Qour’ân est la révélation de Allâh à notre maître MouHammad. Le Prophète l’a transmis oralement et intégralement à ses compagnons, qui l’ont mémorisé tel quel et retransmis jusqu’à nos jours. Et le Qour’ân honoré restera in-falsifié jusqu’au jour dernier.

Le Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam a fait transcrire la révélation par certains compagnons. Les versets du Qour’ân étaient alors écrits séparément sur différents supports (tels des peaux ou des pierres). Ces différents supports n’étaient pas rassemblés ils étaient dispersés chez ceux qui les avaient écrits et ne formaient pas un livre. Cependant, le Qour’ân était mémorisé par cœur par de très nombreux compagnons.

Abôu Bakr a ensuite rassemblé ces différents supports, les a fait retranscrire sur des feuillets et les a conservés.

`Outhmân a recopié les feuillets contenant tout le Qour’ân dans un livre et l’a diffusé

Lorsque `Outhmân, que Allâh l’agrée, a reçu le pacte d’allégeance en tant que calife, il s’est concerté avec certains compagnons et leur avis était qu’il rassemble tout le Qour’ân dans un seul livre. C’est alors que `Outhmân, que Allâh l’agrée, a réuni un certain nombre de compagnons. Abôu Dawôud a dit : « Ils étaient douze hommes de Qouraych et des Partisans de Médine (AnSâr). Il y avait également parmi eux les scribes qui avaient retranscrit la révélation. Il a demandé aussi à ce qu’on ramène de chez HafSah, la fille de `Oumar, que Allah l’agrée, les feuillets que Zayd Ibnou Thâbit avait rassemblés et il les a retranscrits dans un seul livre ».

Dans le livre « Fat-Hou l-Bârî » d’Ibnou Hajar Al-`Asqalâniyy, il est écrit : « `Outhmân, que Allâh l’agrée a dit :

« Qui parmi les gens écrit le mieux ? »

Ils lui ont répondu :  « Zayd Ibnou Thâbit »

Et il leur a demandé :  « Qui est celui qui prononce le mieux ? »

Ils lui ont dit :  « Sa`îd Ibnou l-`AS ».

Il a dit :  « Alors, que ce soit Sa`îd qui dicte et Zayd qui écrive » . »

Lorsqu’ils ont fini de transcrire le MouS-Haf en un seul livre, il a ordonné à ce qu’on en fasse plusieurs copies qu’il a envoyées aux différentes régions. Il y a eu divergence sur le nombre de copies. Certains ont dit que c’étaient 4 copies, d’autres ont dit 5 voir plus. `Outhmân l’a diffusé aux quatre horizons et a ordonné aux différentes régions d’utiliser les copies envoyées du MouS-Haf  pour qu’il serve de référence à tous les musulmans.

Les mérites de `Outhmân

Les mérites et les vertus de notre maître `Outhmân ont poussé beaucoup de spécialistes des biographies et des conduites des prédécesseurs à composer des chapitres qui contiennent des faits remarquables de sa vie, que Allâh l’agrée.

L’annonce de son entrée au Paradis

Ibnou l-Jawziyy a rapporté de Abôu Môuça Al-‘Ach`ariyy, que Allâh l’agrée, qu’il était en compagnie du Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam, dans l’une des propriétés des gens de Médine. C’est alors qu’un homme est venu et a demandé la permission d’entrer. Le Prophète a dit à Abôu Môuçâ :

افتح له وبشّره بالجنّة

(‘IftaH lahou wa bach-chirhou bil-jannah)

ce qui signifie:  « Ouvre-lui et annonce-lui la bonne nouvelle qu’il sera au Paradis. » « J’ai ouvert et j’ai trouvé Abôu Bakr et je lui ai annoncé la bonne nouvelle du Paradis. »  Ensuite, quelqu’un d’autre a demandé à ce qu’on lui ouvre, le Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam lui a dit :

افتح له وبشّره بالجنّة

(‘IftaH lahou wa bach-chirhou biljannah)

ce qui signifie: «  Ouvre et annonce-lui la bonne nouvelle qu’il sera au Paradis. » « C’était `Oumar, je lui ai ouvert et je lui ai annoncé la bonne nouvelle. »  Ensuite, un autre homme a demandé à ce qu’on lui ouvre et le Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam était allongé, c’est alors qu’il s’est assis et il a dit :

افتح له وبشّره بالجنّة على بلوى تصيبه

(‘IftaH lahou wa bach-chirhou biljannah  `alâ balwâ touSîbouh)

, ce qui signifie: «  Ouvre-lui et annonce-lui la bonne nouvelle du Paradis et qu’il sera atteint d’une épreuve ». « C’était `Outhmân, je lui ai ouvert je lui ai annoncé la bonne nouvelle du Paradis et je lui ai rapporté ce que le Prophète m’avait dit. »  C’est alors que `Outhmân a dit :  « C’est l’aide de Allâh que je recherche. »  Il s’agit de l’épreuve suite à laquelle il a été assassiné lorsque des gens ayant semé la discorde ont assiégé sa maison à Médine.

L’annonce de son degré de martyr

Al-Boukhâriyy a rapporté dans un chapitre de son livre consacré au mérite des compagnons que la montagne de ‘OuHoud a tremblé alors qu’il y avait dessus le Prophète, en compagnie de Abou Bakr, `Oumar et `Outhmân, que Allâh les agrée tous. C’est alors que le Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam a dit :

اسكن أُحد، فما عليك إلا نبي وصدّيق وشهيدان

(‘Ouskoun ‘ouHoud famâ `alayka ‘illâ nabiyyoun wa Siddîqoun wa chahîdân)

ce qui signifie: « Apaise-toi ‘OuHoud, il y a sur toi un Prophète, un Siddîq et deux martyrs ».

Le terme « Siddîq », c’est-à-dire celui qui atteste [de la véracité du Prophète], qualifie Abôu Bakr. En effet, Abôu Bakr était surnommé AS-Siddîq tandis que les martyrs sont `Oumar et `Outhmân, tous deux ont été tués injustement. Cela a également été rapporté par Mouslim, ‘AHmad Ibnou Hanbal et d’autres encore.

La générosité de `Outhmân

Le HâfiDH Abôu Nou`aym Al-‘ASfahâniyy dans son livre « Hilyatou l-‘Awaliyâ' » d’après Abôu Hourayrah, que Allâh l’agrée, a dit :  « `Outhmân Ibnou `Affân a gagné le Paradis deux fois auprès du Messager de Allah, la première lorsqu’il a creusé le puits de Rôumah et la deuxième lorsqu’il a subvenu aux besoins de l’armée qui manquait de moyens. »

Le puits de Rôumah était un puits dont l’eau était vendue aux musulmans mais `Outhmân, que Allâh l’agrée, l’a acheté et l’a creusé davantage. Il a permis aux musulmans d’y puiser de l’eau sans contrepartie. Ce puits est jusqu’à aujourd’hui connu à Médine l’Illuminée.

L’auteur de « Hilyatou l-‘Awaliyâ' » a rapporté de Ach-Cha`biyy d’après Masrôuq d’après `Abdou l-Lâh Ibnou Mas`ôud qu’il a dit : « le Messager de Allâh a vu `Outhmân Ibnou `Affân qui s’affairait pour l’armée en manque de moyens, il faisait des allers-retours. Le Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam a dit :

اللّهم اغفر لعثمان ما أقبل وما أدبر، و ما أخفى و ما أعلن، و ما أسرّ و ما أجهر

(Allâhoumma ghfir li`Outhmân mâ ‘âqbala wa ‘adbara wa mâ ‘akhfâ wa mâ ‘a`lan wa mâ ‘asarra wa mâ  ‘ajhar)

ce qui signifie :  « Ô Allâh accorde le pardon à `Outhmân pour ce qu’il a fait et ce qu’il va faire, ce qu’il a fait au grand jour et ce qu’il a fait en cachette ». »

Le Prophète a fait son éloge

Dans le livre « At-Tarîkh » d’Ibnou `Açâkir  d’après Abôu Sa`îd Al-KHoudriyy, que Allâh l’agrée, il a dit : « J’ai vu le Messager de Allâh, depuis le début de la nuit jusqu’au lever de l’aube, il avait ses mains levées et il faisait des invocations pour `Outhmân en disant :

اللهم عثمان رضيت عنه فارض عنه

(Allâhoumma `Outhmân râDîtou `anhou farDa `anh)

ce qui signifie:  « Ô Allâh je suis satisfait de `Outhmân alors agrée-le. »  »

Et AT-Tabarâniyy a rapporté du fils de `Oumar qu’il a dit : « le Messager de Allâh Salla lLâhou `alayhi wa sallam a dit :

عثمان أحيا أمّتي و أكرمها

(`Outhmân ‘aHyâ ‘oummatî wa ‘akramahâ)

ce qui signifie:  « `Outhmân a revivifié ma communauté et l’a honorée. »  »

Certaines qualités de `Outhmân

`Outhmân, que Allâh l’agrée, était doté de bons caractères qui ont fait de lui un calife très apprécié. Parmi ses nombreuses qualités, il y a la générosité, l’indulgence et la modestie.

Quelques bons caractères de notre maître `Outhmân rapportés par de grands savants

Notre maître `Outhmân, que Allâh l’agrée, avait de grandes qualités telles que l’indulgence, la science, la générosité, la pudeur, la pureté, l’ascèse. Il était parmi les gens celui qui était des plus modestes.

Ibnou Sa`d a dit, en rapportant de `Abdou l-Lâh Ar-Rôumiyy:

كان عثمان يلي وضوء الليل بنفسه فقيل له: لو أمرتَ بعض الخدم فكفوك، قال: لا، الليل لهم يستريحون فيه

(Kâna `Outhmân yaîi wouDôu’ l-layli bi-nafsih fa-qîla lahou : law ‘amarta ba`Da l-khadami fa-kafôuka, qâla : lâ, al-aylou lahoum yastarîHôuna fîh)

ce qui signifie :  « `Outhmân apportait de nuit l’eau du wouDôu’ lui-même. Il lui a été dit : « Si tu l’avais ordonné à certains serviteurs, ils te l’auraient ramené et t’auraient épargné de le faire toi-même ». Il  a répondu : « non, la nuit est pour eux, ils se reposent ». »

 Un homme aimé, modeste et généreux

L’Imam ‘AHmad a rapporté qu’après avoir été interrogé au sujet de ceux qui faisaient la sieste dans la mosquée (c’est-à-dire ils dormaient ou ils s’allongeaient simplement dans la mosquée au milieu de la journée), Al-Haçan, que Allâh l’agrée a dit :  « Il m’est arrivé de voir `Outhmân Ibnou `Affân faire la sieste dans la mosquée alors qu’il était à cette époque calife et les pierres avaient laissé des traces sur ses côtés et on disait : « voici l’Emir des croyants, voici l’Emir des croyants ». ».  Il dormait ainsi avec les pauvres en laissant les lits confortables.

Et il est rapporté de CharHabîl Ibnou Mouslim qu’il a dit :  « `Outhmân, que Allâh l’agrée, donnait aux gens à manger la nourriture qui lui était destinée en tant qu’Emir des croyants et il rentrait chez lui pour manger du pain et de l’huile. »

L’éloge des gens au sujet de `Outhmân

Le bon comportement de notre maître `Outhmân a fait de lui un homme très respecté et très apprécié. Les éloges le concernant sont inscrits dans de nombreux recueils de savants.

Le compagnon `Aliyy a fait l’éloge de `Outhmân

L’Imam `Aliyy Ibnou Abî Tâlib, que Allâh l’agrée, a dit :  « `Outhmân était de ceux qui … [il cita le verset (‘âyah) 93 de sôurat Al-Mâ’idah] :

ءامنوا وعملوا الصالحات ثم اتَّقَوا وءامنوا ثم اتَّقَوْا وأحسنوا والله يحب المحسنين  

(‘âmanôu wa `amilou S-SâliHâti thoumma t-taqaw wa ‘âmanôu thoumma t-taqaw wa ‘aHsanôu wa l-Lâhou youHibbou l-mouHsinîn)

ce qui signifie :   » …ont cru, accompli les bonnes œuvres, qui ont continué d’être pieux et de croire et qui demeurent pieux et bienfaisants ; Allâh agrée les bienfaiteurs ». »  Cela a été rapporté par Al-‘ASfahâniyy dans « Hilyatou l-‘Awliyâ' ».

Quelques paroles d’autres savants ayant fait son éloge

L’Imam ‘AHmad a dit d’après RouHaymah la grand-mère de Az-Zoubayr Ibnou `Abdi l-Lâh qu’elle a dit :

كان عثمان يصوم الدهر ويقوم الليل إلا هجعة من أوله

(kâna `Outhmân yaSôumou d-dahra wa yaqôumou l-layla’ illâ  haj`atan min ‘awwalihi)

ce qui signifie :  « `Outhmân jeûnait toute l’année et il veillait toutes les nuits sauf une toute première partie de la nuit durant laquelle il dormait un peu ».

Ibnou `Açâkir a rapporté de `Abdou r-RaHmân Ibnou Mahdiyy qu’il a dit :

خصلتان لعثمان ليستا لأبي بكر ولا لعمر رضي الله عنهم :
صبره على نفسه حتى قُتِلَ مظلومًا وجمعه الناس على المصحف

(khaSlatâni li-`Outhmân layçatâ li-Abî Bakr wa lâ li-`Oumar, raDiya l-Lâhou `anhoum : Sabrouhou `alâ nafsihi Hattâ qoutila maDHlôuman wa jam`ouhou n-nâça `alâ l-MouS-Haf )

ce qui signifie :  « `Outhmân a deux mérites que Abôu Bakr et `Oumar, que Allâh les agrée, n’avaient pas : il patientait jusqu’à être tué injustement et il a rassemblé les gens autour d’un seul MouS-Haf, un seul livre du Qour’ân (qui a alors servi de référence) » .

Ce que `Outhmân a innové

Notre maître `Outhmân a beaucoup œuvré pour la religion de l’Islam. Parmi ce qu’il a laissé, il y a de bonnes innovations que les musulmans suivent encore aujourd’hui.

Les pratiques instaurées par notre maître `Outhmân

Parmi les bonnes pratiques innovées par le troisième calife, `Outhmân, que Allâh l’agrée, il y a :

  • `Outhmân est le premier à avoir accompli l’émigration en compagnie de sa femme et de sa famille. Il a accomplit les deux émigrations, la première pour l’Abyssinie (Al-Habachah) et la deuxième émigration pour Médine l’Illuminée.
  • Il est le premier à avoir parfumé la mosquée avec de l’encens.
  • Le premier à avoir ajouté un deuxième appel avant la prière le vendredi.
  • Le premier à avoir donné un salaire à ceux qui appellent à la prière (muezzin).
  • Il a été le premier à instaurer un responsable de la police.

Les bonnes innovations de `Outhmân sont bénéfiques aujourd’hui encore

Le travail de notre maître `Outhmân dans la mise en place de ces bonnes innovations a été un grand bien pour le monde musulman. De nos jours, ces pratiques s’avèrent toujours bénéfiques et d’une grande nécessité. Toute innovation de bien est possible en Islam tant qu’elle ne va pas en contradiction avec le Qour’ân et la Sounnah.

L’assassinat de `Outhmân

Le troisième calife de l’Islam est mort martyr, les traîtres qui assiégeaient sa maison ayant déjoué les compagnons envoyés pour le protéger. Il a suivi scrupuleusement la parole du Prophète qui l’avertissait du danger. Il avait été averti par un rêve de sa mort prochaine.

Les discordes

Les conquêtes de la communauté islamique se sont multipliées et la souveraineté s’est étendue sur  différents pays : les arabes se sont alors mélangés avec beaucoup d’autres peuples et communautés de langues différentes. C’est à ce moment-là que des gens ont grandement porté atteinte au calife et que des rumeurs se sont propagées à Médine l’Illuminée. Les dirigeants de la discorde ont alors écrit à leurs différents groupes dans plusieurs pays pour leur dire de tous se rendre à Médine. Ils ont donc assiégé la maison de notre maître `Outhmân pendant plusieurs jours. `Outhmân, que Dieu l’agrée, disait : « Le Messager de Dieu m’a promis quelque chose et je patiente. »  Rapporté par At-Tirmidhiyy dans « Manâqib `Outhmân ».

D’après `A’ichah, que Allâh l’agrée, le Prophète a dit :

يا  عثمان إنه لعل الله يُقَمّصُكَ قميصًا، فإن أرادك المنافقون على خلعه فلا تخلعه حتى تلقاني

(yâ `Outhmân’ innahou la`alla l-Lâha  youqammiSouka qamîSan, fa’in ‘arâdaka l-mounâfiqôuna `alâ khal`ihi falâ takhla`hou Hattâ talqânî)

ce qui signifie :  « Ô `Outhmân si Allâh t’accorde une responsabilité (il vise par là le califat) et que les hypocrites voulaient te le retirer, ne te retire pas jusqu’à ce que tu me retrouves, c’est-à-dire jusqu’à ta mort » , rapporté par Al-Hâkim et At-Tirmidhiyy. Ici le mot qamîS ne veut pas dire vêtement mais ici, c’est un sens figuré qui signifie la responsabilité.

L’assassinat de `Outhmân

Lorsqu’il est parvenu à notre maître `Aliyy, que Allâh l’agrée, que les semeurs de discorde avaient assiégé `Outhmân dans le but de l’assassiner, `Aliyy a dit à ses deux fils Al-Haçan et Al-Houçayn : « Restez tous les deux avec vos épées devant la porte de `Outhmân et ne laissez personne parvenir jusqu’à lui. »  Az-Zoubayr et TalHah ont à leur tour envoyé leurs fils. Plusieurs compagnons ont fait de même afin d’empêcher les gens d’entrer pour tuer `Outhmân, que Dieu l’agrée.

Mais certains de ceux qui voulaient du mal à notre maître `Outhmân ont escaladé par le côté  la maison des ‘AnSâr (les Partisans) jusqu’à parvenir à l’intérieur de la maison de `Outhmân. Ils sont entrés tandis que `Outhmân récitait le Qour’ân et qu’il jeûnait. L’un d’entre eux lui a alors donné un coup d’épée mais Nâ’ilah, la femme de `Outhmân, s’est interposée et les doigts de sa main ont été coupés. Elle était seule avec lui à ce moment-là dans la maison.

Les funérailles du 3 ème  calife

`Outhmân a ainsi été tué et est mort martyr le vendredi, c’était la 18 ème  nuit du mois de Dhou l-Hijjah de l’an 35 de l’hégire : il avait alors environ 90 ans. Il a été enterré la nuit du samedi entre al-maghrib et al-`ichâ’ dans le cimetière de Al-Baqî` à Médine l’Illuminée. AZ-Zoubayr a dirigé la prière funéraire en sa faveur.

`Outhmân savait ce qui l’attendait

Notre maître `Outhmân avait dit avant son assassinat :  « J’ai vu hier le Messager de Allâh dans le rêve et il y avait avec lui Abôu Bakr et `Oumar. Ils m’ont dit : patiente, tu viendras à notre côté à l’heure de manger la nuit prochaine. »  L’interprétation en était qu’il allait mourir la nuit suivante.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

1 Comment

  1. ABOUBAKAR MANSARE

    Merci d’éclairer les Musulmans non Arabes sur la connaissance de l’Islam tel que nous l’a laissé notre Prophète bien aimé MoHammad Ibnou `AbdlLâh (Salla l-Lâhoy `alayhi wa sallam)

Les commentaires sont fermés