Les Causes et les sources de la Connaissance et de l’Information Fiable

Les Causes et les sources de la Connaissance et de l’Information Fiable

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Les Causes qui permettent d’avoir une information fiable et catégorique

L’imam an-Naçafiyy (710H) a dit : les gens de la vérité ont dit : « La réalité des choses est confirmée ainsi que la connaissance que l’on a et les causes de connaissance que les créatures ont sont au nombre de trois : les sens sains, la nouvelle véridique et la raison »

Ainsi l’existence des choses comme les arbres, les animaux est une réalité. Ce n’est pas une imagination comme le prétendent certains mécréants. Ces choses là existent réellement.

D’autre part, il y a trois causes qui entraînent une connaissance catégorique et irréfutable : les sens qui sont sains, la nouvelle véridique et la raison.

Les sens qui sont sains : il y en a cinq : l’ouïe, la vue, le goût, le toucher et l’odorat. Par exemple, si la personne prend du sel et le met dans sa bouche, elle aura une connaissance catégorique qu’il s’agit de sel et non de sucre. Elle ne doute pas. De même, si la personne touche quelque chose de dure, elle saura catégoriquement que ce qu’elle touche est dur et pas mou, sans y réfléchir.

Mais c’est Dieu Qui crée la connaissance. Ces sens là sont des causes que Dieu a crée. Dieu est le Créateur des causes et des conséquences.

La nouvelle véridique : elle est de deux sortes :

1 – La nouvelle moutawâtir (notoire) : c’est la nouvelle confirmée sur les dire de beaucoup de gens qu’on ne s’imagine pas qu’ils se soient accordés sur le mensonge. Elle entraîne une connaissance catégorique comme la connaissance des royaumes anciens et des contrées lointaines. Ainsi, on croit fermement qu’il y a une ville qui s’appelle La Mecque ou Médine ou autre avant même de l’avoir vu. On ne doute pas de cela, car beaucoup de gens l’ont vu et ont rapporté à d’autres qui ont rapporté à d’autres. Mais s’il y a un faible nombre de gens qui ont vu ou entendu une chose et l’ont rapporté à d’autre, cela n’entraîne pas une connaissance catégorique. Il faut absolument qu’il y ait dès le début un grand nombre de personnes. De plus il est indispensable que la nouvelle moutawâtir (notoire) se réfère à la perception ou par la vision ou par l’ouïe.

2 – la nouvelle rapportée du Messager et qui est confirmée par le miracle. Ainsi le Prophète informe qu’il est prophète envoyé de Dieu et fait un miracle [chose extraordinaire qui ne peut pas être contrecarrée par quelque chose de semblable] qui indique qu’il est véridique. En effet s’il n’avait pas été véridique, Dieu ne lui aurait pas accordé cette chose extraordinaire qu’on ne peut pas contrecarrer par la magie. Ceux qui ont vu ce miracle ont une connaissance catégorique ainsi que ceux qui ne l’ont pas vu, si cela leur parvient par voie de tawâtour (la première sorte). Par exemple ceux qui ont vu l’eau sortir d’entre les doigts du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam et qui en ont bu et qui étaient mille cinq cents ont une connaissance catégorique de cela de même que ceux à qui ceci est parvenue par voie de tawâtour.

La raison : c’est une caractéristique que Dieu a crée dans l’être humain par laquelle il distingue le vrai du faux. Il y a ce qui est confirmé par l’évidence comme de savoir que le tout est plus grand que la partie : toute la chose est plus grande que sa partie. Et il y a ce qui est confirmé par déduction comme de dire tout ce qui change est crée, ce monde change donc ce monde est crée.

Prenons un exemple : si quelqu’un nous dit : la moitié de la pomme est plus grand que la pomme, la réponse catégorique est de dire non, sans avoir besoin de l’aide de quiconque et sans besoin d’expérience car selon la raison la partie est toujours plus petite que le tout (il est évident que cela sous entend qu’on comprend la langue dans laquelle on s’exprime, en l’occurrence le français, et qu’on sait ce que veut dire partie et tout).

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation