L’Émigration de certains compagnons du prophète MouHammad en ABYSSINIE

L’Émigration de certains compagnons du prophète MouHammad en ABYSSINIE
بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à ALLAH. Nous Le louons. Nous demandons qu’Il nous aide et qu’Il nous maintienne sur la voie de droiture. Nous Le remercions et nous recherchons Sa protection contre le mal de nos âmes. Certes, celui que ALLAH guide est bien guidé et nul ne peut guider celui qu’Il égare. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu, Celui Qui est Unique, Qui n’a ni associé ni semblable ni égal et je témoigne que notre maître, notre bien-aimé, notre chef, notre guide, la joie de nos yeux, MouHammad est Son esclave, Son messager, Son élu et la créature qu’Il agrée le plus. Que ALLAH l’élève davantage en degrés, lui ainsi que tous les autres Messagers.

Le tort que les mécréants faisaient au Prophète ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam et à ses compagnons empira. Alors il ordonna ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam à ses compagnons de partir en terre d’Abyssinie, et une partie d’entre eux émigra.

Le groupe qui alla en Abyssinie était constitué de quatre-vingt-trois hommes et onze femmes de Qouraych et sept autres étrangères. Il y avait entre autres : `Outhmân Ibnou `Affân et sa femme Rouqayyah, Az-Zoubayr Ibnou l-`awwâm, `Abdou r-RaHmân Ibnou `awf, `Abdou l-Lâh Ibnou Mas`ôud et Ja`far Ibnou Abî Tâlib.

Leur émigration en Abyssinie se fit en deux vagues. Le roi d’Abyssinie leur fit un bon et généreux accueil.

À ce moment, les mécréants de Qouraych envoyèrent deux hommes avec des cadeaux pour ‘Aŝ-Hamah An-Najâchiyy – le Négus -, le roi d’Abyssinie, et lui demandèrent de leur livrer les musulmans; il n’accepta pas avant de leur parler, alors il les fit demander.

Ils vinrent et Ja`far Ibnou Abî Tâlib lui parla de l’Islam et lui expliqua ce que le Prophète ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam leur a ordonné. Il l’informa que notre maître `îçâ est l’esclave de Allâh et Son messager et lui lut un passage du Qour’ân. Le roi pleura et les protégea ; il ne laissa pas les mécréants s’emparer d’eux. Il se soumit à Allâh ta`âlâ, fut un bon musulman et parvint au degré des saints vertueux. Puis il mourut musulman après un certain temps. Le Messager de Allâh ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam pria pour lui faire la prière funéraire du défunt absent et dit à ses compagnons :

« ماتَ اليومَ أخوكُم النجاشيُّ وهو رجلٌ صالِحٌ »

(mâta l-yawma ‘akhôukoum An-Najâchiyy wahouwa rajouloun ŝâliH)

ce qui signifie : « Aujourd’hui est décédé votre frère An-Najâchiyy et il est un homme vertueux »

Pendant ce temps-là, à la Mecque honorée, les musulmans subissaient une pression intense de la part des mécréants, au point qu’ils les assiégeaient dans des gorges de montagnes et qu’ils interdisaient à quiconque de leur vendre ou de leur acheter quoi que ce soit. Les musulmans avec le Messager de Allâh ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam patientèrent en visant par là l’agrément de Allâh soubHAnahou wa ta`âlâ.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à ALLAH, le Créateur du monde.

Articles en Relation