L’Hégire, L’Émigration du prophète MouHammad

L’Hégire, L’Émigration du prophète MouHammad

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Louanges à Allâh Seigneur des mondes, que Allâh honore et élève davantage en degrés notre maître MouHammad et qu’Il préserve sa communauté de ce que le Prophète craint pour elle.

Esclaves de Allâh, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allâh Al-`Aliyy, Al-`ADHîm, Lui Qui dit sans Son Livre Honoré :

﴿ إِلاَّ تَنْصُرُوهُ فَقَدْ نَصَرَهُ اللهُ إِذْ أَخْرَجَهُ الَّذِينَ كَفَرُواْ ثَانِىَ اثْنَيْنِ إِذْ هُمَا فِى الْغَارِ إِذْ يَقُولُ لِصَاحِبِهِ لاَ تَحْزَنْ إِنَّ اللهَ مَعَنَا. فَأَنْزَلَ اللهُ سَكِينَتَهُ عَلَيْهِ وَأَيَّدَهُ بِجُنُودٍ لَمْ تَرَوْهَا وَجَعَلَ كَلِمَةَ الَّذِينَ كَفَرُواْ السُّفْلَى ، وَكَلِمَةُ اللهِ هِىَ الْعُلْيَا ، وَاللهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ

ce qui signifie : « Si vous le ne soutenez pas, Allâh le soutiendra comme Il l’a déjà soutenu lorsque les mécréants l’ont poussé à sortir avec un compagnon, quand ils étaient tous les deux dans la grotte et qu’il a dit à son compagnon : ne soit pas triste, certes Allâh nous donne la victoire . Allâh l’a apaisé et l’a renforcé par des anges que vous n’avez pas vus et Il a rabaissé la parole des mécréants. Et la parole Il n’est de dieu que Allâh est la plus élevée, et Allâh est `Azîz et Hakim. » [Sôurat At-Tawbah / 40]

Mes frères de Foi, ‘in châ’ Allâh, aujourd’hui nous allons parler d’une occasion importante. Nous allons parler au sujet d’une partie de la biographie du Prophète élu, que Allâh l’honore et l’élève davantage en degrés. Nous allons parler de l’Émigration prophétique honorée. Il y a beaucoup de leçons à tirer à partir de sa biographie. Comment n’en serait-il pas ainsi alors qu’il s’agit de parler de la biographie du meilleur des gens, du meilleur de tous, en l’occurrence notre maître MouHammad. Comment n’en serait-il pas ainsi, alors que nous allons parler de la biographie du dernier des Prophètes, du Maître des Messagers, le bien-aimé du Seigneur des mondes, notre Maître MouHammad.

Mes frères de Foi, Allâh l’a élu par le message, Il lui a ordonné de transmettre et d’avertir. Et ainsi, il a appelé les gens à la religion de l’Islam, qui est la religion de tous les Prophètes, la religion de la croyance en l’Unicité de Dieu. Il a appelé les gens à l’adoration de Allâh Lui Seul,  Lui Qui n’a pas d’associé, Lui Qui n’a pas de ressemblant, Lui Qui n’a pas d’équivalent, Lui Qui n’a pas de compagne, Lui Qui n’a pas d’enfant. Il a appelé les gens à l’équité, à la bienfaisance, au comportement d’excellence tout comme il a dit :

إنما بعثت لأتمم مكارم الأخلاق

(‘innamâ bou`ithtou li’outammima makârima l-‘akhlâq)

ce qui signifie : «Je n’ai été envoyé que pour parachever les excellents caractères.»

 [Rapporté par Al-Bayhaqiyy]

 Mes frères de Foi, notre bien-aimé, l’Élu a supporté beaucoup de difficultés, beaucoup d’épreuves en transmettant l’appel à l’Islam. Il a appelé les gens au grand jour, il parlait aux gens à l’occasion de leurs rassemblements en leur disant :

أيها الناس قولوا لا إله إلا الله تُفلحوا 

(ayyouha n-nâsou qoulôu lâ-ilâha ‘illa l-Lâh toufliHôu )

ce qui signifie : « Ô vous les gens, dites :  Il n’est de dieu que Dieu, vous gagnerez ! »

 Il appelait son peuple avec patience et persévérance malgré leurs nuisances et leurs ruses. D’après ce qu’a rapporté Al-Boukhâriyy, ils ont jeté sur son dos un placenta de chamelle (le sac dans lequel est enveloppé le chamelon dans le ventre de la chamelle). Et il a patienté tout en ne délaissant pas l’appel à la religion agréée par Allâh. On lui a jeté des pierres, il a patienté tout en  ne délaissant pas l’appel à la religion agréée par Allâh. On lui a proposé de l’argent, du pouvoir mais il n’a pas délaissé l’appel à la religion agréée par Allâh. Il a été menacé de mort, mais il n’a pas délaissé la voie de la religion agréée par Allâh.

Les associateurs ont dit à Abôu Tâlib : « Ô Abôu Tâlib, que veux donc ton neveu ? S’il veut du pouvoir, nous lui en donnerons, nous ne ferons rien sans le consulter. S’il veut de l’argent, nous ferons une collecte de sorte qu’il devienne le plus riche d’entre nous. S’il veut la souveraineté, nous le désignerons comme roi ».

 Mais, le Messager de Allâh leur a répondu avec sa réplique très connue :

والله يا عمّ لو وضعوا الشمس في يميني والقمر في شمالي ما تركت هذا الأمر حتى يظهره الله أو أهلِكَ دونه

(wa l-Lâhi ya `amm law waDa`ou ch-chamsa fî yamînî wa l-qamara fî chimâlî mâ taraktou hâdha l-‘amra Hattâ youDH-hirouhou l-Lâhou ‘aw ‘ouhlika dôunah)

ce qui signifie : « Par Allâh, ô mon oncle, s’il plaçait le soleil à ma droite et la lune à ma gauche, je ne délaisserai pas cela ! Je m’y attacherai  jusqu’à que Allâh donne la réussite à cette religion ou bien jusqu’à que je meure ! »

Mes bien-aimés, le bien-aimé de Allâh a beaucoup persévéré à l’image des montagnes bien encrées. Les associateurs se sont accordés pour l’assassiner. Pour cela, ils ont choisi dans chaque tribu un homme courageux et fort pour qu’ils le frappent tous ensemble comme s’il s’agissait d’un seul et même homme afin que son sang se disperse entre les tribus. Mais Jibrîl est venu lui annoncer la ruse des associateurs. C’est ainsi qu’il lui a ordonné de ne pas dormir là où il dormait habituellement.

Le Messager de Allâh a demandé à `Aliyy Ibnou ‘Abî Tâlib de dormir à sa place et de se recouvrir avec un drap vert à lui, ce qu’il fit. Il lui a ordonné de donner à tous les ayants-droits, leurs droits (il s’agissait de rendre à leurs propriétaires tous les objets qui avaient été confiés au Prophète). Puis le Prophète est sorti en se fiant à Allâh. Tandis que les mécréants étaient devant sa porte, il récitait la Parole de Allâh :

﴿ يس وَالْقُرْآنِ الْحَكِيمِ

( Yâ Sîn ; wa l-Qour’âni l-Hakîm)

 jusqu’à la Parole de Allâh :

﴿ وَجَعَلْنَا مِن بَيْنِ أَيْدِيهِمْ سَدًّا وَمِنْ خَلْفِهِمْ سَدًّا فَأَغْشَيْنَاهُمْ فَهُمْ لاَ يُبْصِرُونَ

 (Wa ja`alnâ min bayni ‘aydîhim saddan wa min khalfihim saddâ fa ‘aghchaynâhoum fahoum lâ youbSirôun)

 [sôurat Yâ-Sîn / 1 à 9]

Allâh a fait que les associateurs n’ont pas vu Son prophète qui s’était mis à disperser une poignée de terre qu’il avait dans sa main sur leurs têtes. Ainsi, ils ne l’ont pas vu sortir.

Le Messager de Allâh a choisi son bien-aimé Abôu Bakr AS-Siddîq, que Allâh l’agrée, pour l’accompagner dans son Émigration. Mes bien-aimés, tantôt Abôu Bakr marchait devant lui, tantôt il marchait derrière lui. Le Messager de Allâh l’a interrogé à ce sujet, il a répondu: « Ô Messager de Allah, en pensant aux gens qui pourraient nous poursuivre, je marche derrière toi. Puis, en pensant aux gens qui nous tendre un guet-apens, je marche devant toi.  » Puis il a dit, que Allâh l’agrée : « Par Celui Qui t’a envoyé avec cette religion de vérité, il n’y a pas une seule épreuve qui risque de t’atteindre sans que je souhaite qu’elle m’atteigne plutôt qu’elle ne t’atteigne ! »

 Mes frères de Foi, quand ils arrivèrent à la grotte de Thawr, le compagnon du Messager de Allâh a dit à son bien-aimé : « Par Celui Qui t’a envoyé avec la vérité, il n’y a pas une seule difficulté sans que je souhaite qu’elle m’atteigne moi et que tu en sois préservé et épargné Il entra, mais il n’y trouva rien. Puis, ils se retrouvèrent dans la grotte. Il a été rapporté qu’il y avait des fissures dans cette grotte et Abôu Bakr craignait qu’il en sorte un animal nuisible qui nuise au Messager de Allâh. C’est ainsi qu’il posa son pied sur la fissure où il y avait un serpent qui le piqua au point que les larmes coulaient de son visage, mais Abôu Bakr n’a pas enlevé son pied.

Lorsque les gens de Qouraych sont arrivés devant la grotte, Abôu Bakr dit : « Ô Messager de Allâh, si l’un d’entre eux regarde au niveau de ses pieds, il va nous voir ! » Mais le Prophète lui  répondit :

يا أبا بكر ما ظنّك باثنين الله ثالثهما

(yâ ‘abâ bakr mâ DHannouka bi-thnayni Allâhou thâlithouhoumâ)

ce qui signifie : « Que penses-tu que au sujet de deux personnes à qui Allâh donne la victoire ? »

Cela ne veut pas dire que Allâh était présent avec eux à l’intérieur de la grotte (comme cela pourrait venir en premier à l’esprit à la lecture du texte du Hadîth en arabe). Cela signifie plutôt que Allâh sait tout d’eux et qu’Il est Celui Qui les préserve et Qui leur accorde la victoire.

Al-Bayhaqiyy a rapporté que dans cette nuit- même, Allâh a ordonné à un arbre de pousser afin de cacher le prophète. Allâh a ordonné à une araignée de tisser sa toile devant le prophète de Allâh pour le voiler et Il a ordonné à deux colombes de s’installer devant la grotte. Ensuite, les jeunes gens de Qouraych sont venus avec leurs bâtons et leurs épées. Et lorsqu’ils se sont rapprochés du Prophète, l’un d’entre eux jeta un coup d’œil dans la grotte et vit la toile tissée de l’araignée. Puis, il aperçut devant l’entrée de la grotte deux pigeons. Il retourna auprès de ses amis qui lui dirent : « Pourquoi tu n’inspectes pas l’intérieur de la grotte ? ». Et il leur répondit : « J’ai vu deux pigeons à l’entrée de la grotte et j’ai su qu’il n’y avait personne dedans ».

Après que les recherches ont diminué, le Messager de Allâh poursuivit son Émigration jusqu’à Médine l’Illuminée en y parvenant sain et sauf. C’était un lundi du mois de Rabî`ou l -’Awwal. À son arrivée, il y trouva les Partisans les ‘AnSâr- qui l’ont soutenu et qui ont défendu son appel. Ils lui ont donné tout leur soutien, par leur personne et par leurs biens pour soutenir et diffuser cet appel en Orient et en Occident, que Allâh les rétribue en bien et que Allâh les agrée.

Mes frères de Foi, Allâh a préservé celui qu’Il agrée le plus par la toile d’une araignée. Allâh ta`âlâ a protégé celui qu’Il agrée le plus par la demeure la plus fragile et la plus faible, à savoir la toile d’araignée. Allâh est exempt d’imperfection. Il est Celui à Qui toute chose appartient. Il est Celui Qui fait ce qu’Il veut.

Articles en Relation