La Femme Vertueuse en Islam

La Femme Vertueuse en Islam

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

 La louange est à Dieu, le Créateur du monde. Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps. Rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit. Quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent. Que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté, de ce qu’il craint pour elle, soient accordées à notre maître MouHammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à l’Islam, qui est la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Ce rare récit se déroula il y a fort longtemps. Une princesse vivait d’une vie de vertu et de piété, dans le palais de son père qui était roi. Les bienfaits du bas monde ainsi que ses loisirs ne faisaient pas partie de ses préoccupations. Néanmoins, elle consacrait son temps à la science de la religion, les évocations, l’obéissance, le soutien et l’aide aux pauvres ainsi qu’aux miséreux.

Un jour, un prince sollicita le roi pour qu’il lui accorde la main de sa fille. Malheureusement, injuste et tyrannique, ce prince n’était pas de ceux qui suivent la voie du bien et de l’équité. La princesse réfléchit longuement à son sujet et elle vit que sa délivrance serait d’épouser un autre homme qui serait ascète, qui puisse l’aider pour sa religion. Alors elle n’épousa pas ce prince.

La princesse ordonna alors à l’une de ses servantes de lui rechercher un homme ascète, qui soit bon, pauvre et qu’elle puisse prendre pour époux. La servante parcourut les rues de la ville et elle vit des ouvriers qui construisaient une maison. Elle surveilla l’un d’entre eux qui était plein d’ardeur et s’appliquait dans son travail. Il parlait peu et paraissaient sur lui les signes de la bonté et de la tendresse.

La servante revint auprès de la princesse et lui annonça ce qu’elle vit. Elle envoya quelqu’un pour lui parler et elle lui adressa la parole avec politesse pour lui demander de l’épouser. Il lui apprit qu’il était très pauvre et qu’il ne pouvait pas lui assurer la vie des princes? Elle le réconforta en lui disant: « Je t’ai accepté pour cela, et ce, parce que j’espère être agréée selon le jugement de Allâh ta`âlâ en étant avec un bon mari. »

L’homme ascète travaillait de jour et lui ramenait la nuit ce qui permettait à son épouse de manger. En effet, elle jeûnait par recherche de l’agrément de Allâh ta`âlâ parce qu’elle se consacrait davantage aux actes d’adorations depuis qu’elle s’était mariée. Un jour, alors que la vie était très difficile pour lui, il fit le wouDôu’ , la prière et demanda à Allâh `azza wa jall de lui accorder une subsistance. Allâh exauça son invocation et une perle luxueuse descendit du ciel.

Cet homme prit la perle et la montra à son épouse qui se satisfaisait du peu. Lorsqu’elle la vit, elle fut surprise et lui dit: « Je n’ai jamais vu une perle pareille dans ma famille ! Où l’as-tu donc eue ? » . Et il lui expliqua comment cela s’était produit. Elle réfléchit et lui dit : « Vas à l’endroit dans lequel tu as invoqué Allâh et demande : Ô Allâh, s’il s’agit de quelque chose que Tu nous accordes comme subsistance dans le bas monde, alors fais que ce soit pleins de bénédictions, mais si c’est quelque chose que Tu nous réserves dans l’au-delà qui est éternel, alors fais que cette pierre nous soit enlevée. »

L’homme fit ce que cette femme vertueuse lui avait demandé parce qui lui aussi n’avait pas le cœur attaché à l’argent. Lorsqu’il invoqua Allâh `azza wa jall, il vit que la perle a été élevée. Il revint voir son épouse et lui  dit ce qui s’était produit. Elle a dit : « La louange est à Allâh, Qui nous a fait voir ce qu’Il nous a réservé dans l’au-delà et nous ne prêtons pas attention si nous mangeons ou si nous ne mangeons pas car ce que Allâh nous réserve est meilleur et demeure. »

La louange est à Allâh, le Seigneur des mondes.

 الحمد لله رب العالمين

Articles en Relation