Pour la Palestine !

Pour la Palestine !

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

Mosquée Aqsa en PalestineLa louange est Allâh ! Nous Le louons. Nous recherchons Son aide. Nous recherchons Sa bonne guidée. Nous Le remercions et demandons Son pardon. Nous nous repentons à Lui et nous Lui demandons de nous préserver du mal de nos âmes et de nos mauvais actes. Celui que Allâh guide nul ne peut l’égarer et nul ne peut guider celui qu’Il égare.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh, Lui seul. Il est Celui Qui n’a pas d’associé. Il n’a pas de ressemblant. Il n’a pas de forme, ni d’image, ni d’organe. Mon Seigneur est exempt de la position assise et de l’endroit. Il est de toute éternité et il n’y a pas d’endroit de toute éternité. Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité. Il existe donc sans endroit.

Je témoigne que notre maître et notre bien-aimé, notre guide éminent, la prunelle de nos yeux, MouHammad est Son esclave et Son messager. Il est celui qu’Il a élu et qu’Il agrée le plus. Il est celui que Allâh a envoyé comme miséricorde pour les mondes, comme guide annonciateur de bonnes nouvelles et avertisseur d’un châtiment. Il a transmis le message. Il s’est acquitté de ce dont il a été chargé. Il a donné le conseil à sa communauté. Que Allâh le rétribue pour nous du meilleur de ce dont Il a rétribué chacun de Ses prophètes.

Que l’honneur et l’élévation en degré ainsi que la préservation de ta communauté de ce que tu crains pour elle te soient accordés ! Ô toi notre maître, Ô toi le porte-drapeau de la bonne guidée, Ô toi Abou l-Qacim, Abou z-Zahra’, Ô MouHammad, Ô bien-aimé de mon coeur et de mon âme. Ô Mouhammad, Ô MouHammad nous avons beaucoup de difficultés, viens à notre secours ! Ô Messager de Allâh, viens à notre secours, par la volonté de Allâh !

Esclaves de Allâh, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété envers Allâh, Al-`Aliyy, Al-Qadir. Celui Qui dit dans Son Livre honoré :

« مِنَ الْمُؤْمِنِينَ رِجَالٌ صَدَقُوا مَا عَاهَدُوا اللهَ عَلَيْهِ فَمِنْهُم من قَضَى نَحْبَهُ وَمِنْهُم من يَنتَظِرُ وَمَا بَدلُوا تَبْدِيلاً »

(mina l-mou’minîna rijâloun Sadaqôu mâ `âhadou l-Lâha `alayh ; faminhoum man qadâ naHbahou wa minhoum man yantaDHirou wa mâ baddalôu tabdilâ)

Ce qui signifie : « Il y a parmi les croyants des hommes qui ont été véridiques dans l’engagement qu’ils ont pris envers Allâh ; certains d’entre eux sont morts et d’autres pas encore ; ils n’ont rien changé », [sôurat Al-‘AHzab ‘Ayah23].

Mes frères de foi et d’Islam,
C’est pour elle que des yeux ont larmoyé
Et pour sa terre que des cœurs se languissent
Il s’agit de la Palestine, la terre de Al-Qouds, la terre de Al-‘AqSâ, la destination du voyage de nuit de notre Prophète, c’est la Qiblah vers laquelle s’est dirigé le Messager de Allâh pendant dix-sept mois après l’émigration. Il s’agit de la Palestine la terre des prophètes et des messagers. C’est sur terre qu’a vécu Ibrâhim, Is-Hâq, Ya`qôub (Jacob), Yôuçouf, Lôut, Dâwôud, Soulaymân, Zakâriyya, YaHya et `Içâ `alayhimou s-salâm et beaucoup d’autres prophètes des fils de Isrâ’îl dont les noms n’ont pas été cités. Voir : L’Islam est la Religion de Tous les Prophètes. Unique Religion Céleste

Il s’agit de la Palestine, la terre de Baytou l-Maqdis et Baytou l-Maqdis est la terre de la résurrection. C’est la Palestine qui est le lieu où ad-dajjal sera tué par `Içâ `alayhi s-salâm. Il y a la Palestine, qui fait partie de Ach-Châm, la terre en faveur de laquelle le Messager de Allâh a fait des invocations :

« اللهم بارك لنا في شامنا و في يمننا »

(Allâhoumma bârik lanâ fî châminâ wa fî yamaninâ)

Ce qui signifie : « Ô Allâh donne des bénédictions à notre Châm et à notre Yémen ».

En Palestine, il y a plusieurs compagnons du Messager de Allâh parmi lesquels : `Oubâdah Ibnou S-Samit, Chaddâd Ibnou ‘Aws, Ouçâmah Ibnou Zayd Ibnou Hârithah, Wathilah Ibnou l-‘Asqa`, Dihyah Al-Kalbiyy, Aws Ibnou S-Samit, Mas`oud Ibnou Aws et d’autres compagnons honorables, que Allâh les agrée.

En Palestine, il y a eu des milliers des plus illustres de cette communauté et des savants qui ont éclairé son ciel par des lunes et des étoiles. Parmi eux, il y a : Mâlik Ibnou Dinâr, Soufyân Ath-Thawriyy, Ibnou Chihâb Az-Zouhriyy, Ach-Châfi`iyy et d’autres.

Oui, il s’agit de la Palestine, c’est pour elle que des sacrifices se sont succédés.

C’est pour elle que le Sultan juste MaHmôud Nôurou d-Dîn Zankiyy a dit : j’aurai honte au Jour du jugement si je souris alors que Baytou l-Maqdis est occupé.

C’est pour elle que SalâHou d-Dîn a levé haut sa tête et a fait ses préparatifs pour libérer la terre de Al-‘AqSâ. Allâh lui a donné la victoire et il a conquis Baytou l-Maqdis.

C’est pour elle que Al-Moudhaffar QouTouz a poussé son cri connu : wa ’islâmah.

C’est pour elle que `Abdou l-Hamîd a sacrifié son trône et son royaume. Il avait dit : Je ne peux pas vendre même pas un seul pied de la Palestine.
C’est pour elle que se sont révoltés les enfants de la pierre, en prenant les cailloux de leur terre pour les lancer à la face des intrus usurpateurs.
Oui, Palestine, c’est pour toi que tous ceux-là se sont levés.
Et aujourd’hui, nos ennemis viennent pour nous égorger, sans qu’il y ait de secoureur ou de support.

Aujourd’hui, ceux qui appellent au secours sont devenus aphones et beaucoup feignent de ne pas entendre leur appel.

Mes frères de foi et d’Islam,
Le souvenir de nos victoires et de notre gloire devrait réveiller nos ardeurs pour soutenir notre religion. Peut-être diriez-vous : que faire ?! Je vous dis : que chacun d’entre vous soit un SalâHou d-Dîn ! Qu’est-ce qui vous empêche de cela ?!

Que chacun se reprenne en main pour corriger son âme et la rectifier. Ensuite, qu’il applique le même traitement à la personne qui lui est la plus proche. Ainsi, la communauté sera réparée.
Allâh ta`âlâ dit :

« وَلَيَنصُرَن اللهُ مَن يَنصُرُهُ إِن اللهَ لَقَوِي عَزِيزٌ »

(wa layanSouranna l-Lâhou man yanSourouhou ‘inna l-Lâha laqawiyyoun `azîz)

Ce qui signifie : « Certes, Allâh donne la victoire à celui qui soutient la religion. Certes Allâh est tout-puissant », [sôurat Al-Hajj / ‘âyah 40].

Le Sultan SalâHou d-Dîn, que Allâh lui fasse miséricorde, était courageux, généreux, indulgent, d’un bon comportement, modeste, mémorisant le Livre de Allâh, mémorisant le livre At-Tanbîh dans le fiqh chaféite, il écoutait beaucoup le Hadîth du Prophète. Il avait le coeur tendre, il larmoyait facilement lorsqu’il entendait le Qour’an et le Hadîth. Il glorifiait beaucoup les rites de la religion agréée par Allâh Il était ascète dans son habillement et ses vêtements. Il ne retardait pas une prière par rapport à son temps. Il a toujours fait sa prière en assemblée. Il a construit des mosquées et des écoles. Il a construit la citadelle de la montagne, le fort du Caire, il a libéré Al-Qouds, il a construit la coupole chaféite. Il était lui-même chaféite pour les jugements et achârite pour la croyance. Il a construit une école au Caire pour l’enseignement exclusif de la croyance. Il a ordonné aux Muezzins d’annoncer au temps du tasbîH au-dessus des minarets pendant la nuit, un rappel de la croyance de bonne guidée. Les muezzins ont persévéré à citer la croyance chaque nuit dans les différentes mosquées.

Ainsi le Sultan SalâHou d-Dîn Al-‘Ayyôubiyy, que Allâh lui fasse miséricorde, mort en 589 de l’Hégire, portait une attention particulière à propager la croyance de l’Imam Al-‘Ach­`ariyy, que Allâh lui fasse miséricorde. En effet As-Souyoutiyy a dit : « Lorsque le Sultan SalâHou d-Dîn Al-‘Ayyôubiyy a été chargé du gouvernement, il a ordonné aux mou’adh-dhin, dans le temps du tasbîH, de réciter du haut des minarets la croyance ‘Ach`arite. Il a ainsi engagé des mou’adh-dhin pour la réciter chaque nuit et cela a duré jusqu’à notre époque que voici » –c’est-à-dire jusqu’à l’époque de As-Souyoutiyy qui est mort en 911 de l’Hégire–. [dans Al-Waçâ’il ‘ilâ Mouçâmarati l-‘Awâ’il p 15]

Le Sultan SalâHou d-Dîn ayant cette attention particulière à la croyance Ach`arite, le Chaykh, Faqîh – spécialiste de la jurisprudence –, NaHwiyy – spécialiste de la gram­maire – MouHammad Ibnou Hibati l-Lâh a composé une épître dans la croyance qu’il a appelé « Hadâ’iqou l-FouSôul wa Jawâhirou l-’ôuSôul » qu’il a offerte au Sultan. Celui-ci l’a apprise par cœur et a ordonné de l’enseigner jusqu’aux enfants dans les écoles. Cet épitre est aussi appelée : « Al-`Aqîdatou S-Sa­lâHiyyah ». Voici un passage tiré de ce qui est parvenu dans cette épitre :

(wa S-Sani`ou lil-`âlami lâ yaHwîhi
qouTroun ta`âla l-Lâhou `ani t-tachbîh
« Le Créateur de ce monde n’est pas contenu
par une étendue, que Allâh soit exempté de l’assimilation à Ses créatures
(qad kâna mawjoudan wa lâ makânâ
wa Houkmouhou l-‘âna `alâ mâ kâna
« Il existe de tout éternité alors qu’aucun endroit n’est de toute éternité
et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité.
(soubHânahou jalla `ani l-makâni wa
`azza `an taghayyouri z-zamâni
« Gloire à Lui exempt d’imperfection, Il est exempt de l’endroit,
et Il est exempt du changement et du temps.
(faqad ghalâ wa zâda fi l-ghoulouwwi
man khassahou bijihati l-`oulouwwi
« A donc fait preuve d’outrance et a exagéré
celui qui L’a spécifié par la direction du haut.
(wa HaSara S-Sani`a fi s-samâ’i
moubdi`ahâ wa l-`archou fawqa l-mâ’i
« et qui a limité le Créateur dans le ciel,
Lui Qui l’a créé alors que le Trône était déjà au-dessus de l’eau.
(wa ‘athbatôu lidhâtihi t-taHayyouzâ qad
Dalla dhou t-tachbîhi fîmâ jawwazâ
« Il a confirmé la localisation à l’Être de Allâh,
l’assimilationniste s’est assurément égaré dans ce qu’il a rendu possible au sujet du Créateur ». [Hadâ’iqou l-FouSôul p 10]

Mes frères de foi et d’Islam,
Lorsque nous parlons de la Palestine et de Al-‘AqSâ, nous nous retrouvons en face d’une catastrophe que les paroles ne peuvent décrire, et les larmes s’y mélangent avec les mots.

De quoi parlons-nous ? D’un peuple isolé qui fait face à une extermination atroce ? D’un silence des états ? D’un complot et d’un repli ? Ou encore d’une division interne ?

Le complot est devenu réalité claire aux yeux de tous ! Sa machine s’accélère jour après jour. Malgré cela, nous savons pertinemment que l’affaire palestinienne ne sera jamais oubliée.

Elle est ancrée dans le cœur de tout musulman.

Le poète et auteur, Chaykh Ghânim Jallôul a dit pour décrire l’enfant de Gaza :

L’enfant de Gaza se plaint, qu’ont les Arabes
Eux qui ont laissé la gloire pour notre communauté
Je suis votre fils ; mon sang coule de votre sang
Je suis comme vous je suis la religion agréée par Allâh
Je suis votre frère, selon le jugement de Allâh
Me reconnaissez-vous alors que ma famille et mes frères sont égorgés
Ma mère est ici et là déchirée en lambeaux
Mon frère et mon père sont coupés en deux
Voici le couteau du boucher accroché à mon cou
Je ressens la coupure dans ma gorge m’ensanglanter
J’aime le Prophète de Allâh, lui notre modèle
Allâh est mon Seigneur et le Qour’ân est ce que je récite

Ô Allâh délivre les musulmans en Palestine de cette lourde épreuve ! Ô Toi le plus miséricordieux des miséricordieux ! Ô Allâh !

Voir aussi : Histoire et Récit du Prophète Môuçâ -Moïse- Moussâ `alyhi ssalâm

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation