La prière du retardataire (Al-masbôuq)

La prière du retardataire (Al-masbôuq)
 بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre Maître MouHammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam `alayhi s-salâm au dernier MouHammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam.

Le Messager Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam nous a fortement recommandé la prière en assemblée et il a montré son mérite par rapport à la prière individuelle en disant :

« صلاة الجماعة أفضل من صلاةِ الفَذِّ بسبعٍ وعشرينَ درجة »

(Salâtou l-jamâ`ati ‘afDalou min salâti l-fadh-dhi bisab`in wa `ichrîna darajah)

ce qui signifie : « La prière en assemblée est meilleure que celle de l’individu seul par vingt sept fois » [rapporté par Al-Boukhâriyy et Mouslim].

Qui est le retardataire (Al-masbôuq) ?

Le retardataire (al-masbôuq), c’est celui qui entre dans la prière en assemblée après que l’imam l’a déjà commencée, de sorte qu’il n’a pas été avec l’imam dans la position debout une durée au moins équivalente à celle suffisant pour réciter la FâtiHah, ou bien qui entre dans la prière alors que l’imam se trouve dans un autre pilier comme par exemple l’inclination, le redressement (Al-i`tidâl), la prosternation ou le tachahhoud.

La récompense de la prière en assemblée est acquise en accomplissant une partie de la prière avec l’imam.

Que fait-on lorsqu’on est retardataire ?

Le retardataire entre dans la prière en formulant le takbîr d’entrée en rituel (takbîratou l-‘iHrâm) et suit l’imam dans ce qu’il est en train de faire:

– Si l’imâm se trouve à la fin de la FâtiHa, le ma’môum -celui qui prie dirigé- commence par la récitation mais si l’imam se penche pour faire l’inclination, il interrompt sa récitation, s’incline avec lui et il est déchargé du reste de la FâtiHah.

– Si l’imâm se trouve dans l’inclination, le ma’môum s’incline : s’il accomplit la quiétude dans l’inclination avant que l’Imam ne se relève  la rak`ah lui sera comptée. Mais s’il n’a pas accompli la quiétude avant que l’imam ne se relève, il accomplira une rak`ah après le salâm de l’imâm.

– Cependant, si l’imam se trouve dans ce qui suit l’inclination, par exemple dans ce qui suit l’inclination, par exemple dans le redressement (Al-i`tidâl), dans la prosternation ou en position assise, le ma’môum le suit et la rak`ah ne lui sera pas comptée. Il accomplira une rak`ah après le salâm de l’imâm.

– S’il rentre dans la prière et qu’il reste une seule rak`ah avec l’imam, il accomplit la rak`ah en s’inclinant avec l’imam, ensuite vers la fin il fait le tachahhoud avec l’imam et quand l’imam fini la prière et passe le salam il se lève on fait une rak`ah, il s’assoit et refait le tachahhoud et il continue le reste de rak`ah

– S’il entre dans la prière alors que l’imâm se trouve dans le dernier tachahhoud, il le suit. Après que l’imâm a fait le salâm, il se lève et accomplit toutes les rak`ah de la prière.

Avertissement : On prononce le takbîr d’entrée en rituel (takbîratou l-‘iHrâm) dans la position debout, même si on veut entrer dans la prière en suivant quelqu’un qui se trouve dans l’inclination par exemple.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation