Le Prophète Idrîs Idriss

Le Prophète Idrîs Idriss

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

‘Idrîs `alayhi s-salâm fait partie des messagers honorés que Allâh nous a fait connaître dans le Qour’ân Al-Karîm. Allâh ta`âlâ dit :

﴿ وَاذْكُرْ فِي الْكِتَابِ إِدْرِيسَ إِنَّهُ كَانَ صِدِّيقًا نَّبِيًّا  وَرَفَعْنَاهُ مَكَانًا عَلِيًّا ﴾

(wa dhkour fi l-kitâbi ‘Idrîs, ‘innahôu kâna Siddiqan nabiyyâ, wa rafa`nâhou makânan `aliyyâ)

Ce qui signifie : « Et cite dans le Livre ‘Idrîs. Il était véridique et prophète. Et Nous l’avons élevé à un haut degré », [Sôurat Maryam / ‘âyah 56-57].

Il fait partie de ceux dont il est un devoir de croire en la prophétie, c’est-à-dire qu’il est un devoir de croire fermement qu’il est prophète et messager, envoyé par Allâh.

Il est ‘Idrîs fils de Yârid, fils de Mahlâ’îl. Son ascendance remonte à Chîth fils de ‘Adam (`alayhi s-salâm). Et il est un des ancêtres de NouH (`alayhi s-salâm).

‘Idrîs fut le troisième prophète après ‘Adam et Chîth (`alayhima s-salâm).

Il a été le premier à utiliser un calame (instrument servant à écrire).

Il a reçu la révélation de trente feuillets.

Il est né à Bâbil, une ville située en Irak. Au début de sa vie, il a appris la science de Chîth fils de ‘Adam. Et lorsqu’il a grandi, Allâh lui a accordé la prophétie.

De son vivant, les gens étaient musulmans. Il n’y avait pas d’associateurs parmi eux.

Notre maître ‘Idrîs voulut quitter sa ville Bâbil. Un groupe de musulmans quitta alors la ville avec lui.

Quitter leur pays leur fut difficile. Ils lui ont dit : « Où trouverons-nous un endroit comme Bâbil ? » Il leur dit : « Si nous émigrons pour rechercher l’agrément de Allâh, Il nous accordera du bien« .

Ils partirent donc et arrivèrent en terre d’Egypte. Là, ils virent le fleuve du Nil. ‘Idrîs s’arrêta sur le bord du Nil et évoqua le nom de Allâh ta`âlâ en disant : (soubHâna l-Lâh) qui signifie : Dieu est exempt d’imperfection.

‘Idrîs et ceux qui étaient avec lui vécurent en Egypte, appelant les gens à respecter la Charî`ah, les lois de la religion concernant par exemple les adorations et les transactions.

Notre maître ‘Idrîs (`alayhi s-salâm) vécut une certaine période puis mourut. Il avait un haut degré que Allâh lui avait donné, comme le dit Allâh ta`âlâ :

﴿ وَرَفَعْنَاهُ مَكَانًا عَلِيًّا ﴾

Ce qui signifie : « Et Nous l’avons élevé à un haut degré ».

‘Idrîs (`alayhi s-salâm) avait une bonne conduite (par exemple les bonnes manières de dormir, en ayant les ablutions et en se couchant sur le côté droit) et il donnait de nombreux sermons (par exemple les diverses paroles qui mettent en garde contre le châtiment de Allâh ou qui incitent les gens à gagner le paradis). Et comme tous les prophètes, il a appelé à adorer le Créateur uniquement.

‘Idrîs a appelé à la religion de Allâh qui est l’Islam, à adorer le Créateur et à se préserver du châtiment dans l’au-delà, et ceci par les bons actes dans ce bas monde. Il a ordonné aux gens d’accomplir la prière, le jeûne et il a interdit de consommer les boissons enivrantes.

On dit qu’à son époque, soixante douze langues étaient parlées par les gens. Allâh lui a enseigné toutes ces langues afin qu’il enseigne à chaque groupe dans sa propre langue.

‘Idrîs (`alayhi s-salâm) fut le premier à indiquer à son peuple les règles de l’urbanisation. Ainsi, chaque groupe parmi les communautés édifia des villes sur sa terre. A son époque, quatre-vingt huit villes furent construites.

Il était connu pour sa sagesse. Parmi ses sagesses, il y a sa parole qui signifie : « La patience jointe à la foi mène à la réussite », c’est-à-dire à la réussite dans cette vie et au salut dans l’au-delà.

La patience est de trois sortes :

1) la persévérance dans l’accomplissement de ce que Allâh a rendu un devoir d’accomplir, comme les actes d’obéissance : la prière, le jeûne du mois de RamaDân ;

2) la patience envers ce que Allâh a interdit comme par exemple l’abandon de la prière, la consommation de l’alcool ou le vol ;

3) l’endurance envers les difficultés et les épreuves comme les douleurs, le tort que causent les gens, la pauvreté ou le chagrin ; c’est à dire ne pas désobéir à Dieu à cause de l’épreuve].

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

1 Comment

Les commentaires sont fermés