La Nuit de la Grande Valeur Laylatou L-Qadr Nuit du Destin 2017 14387

La Nuit de la Grande Valeur Laylatou L-Qadr Nuit du Destin 2017 14387

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent. Et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Allâh ta`âlâ dit :

﴿ إِنَّا أَنزَلْنَاهُ فِي لَيْلَةِ الْقَدْرِ {1} وَمَا أَدْرَاكَ مَا لَيْلَةُ الْقَدْرِ {2} لَيْلَةُ الْقَدْرِ خَيْرٌ مِّنْ أَلْفِ شَهْرٍ {3} تَنَزَّلُ الْمَلَائِكَةُ وَالرُّوحُ فِيهَا بِإِذْنِ رَبِّهِم مِّن كُلِّ أَمْرٍ {4} سَلَامٌ هِيَ حَتَّى مَطْلَعِ الْفَجْرِ {5} ﴾

(‘innâ ‘anzalnâhou fî laylati l-qadr ; wa mâ ‘adrâka mâ laylatou l-qadr ; laylatou l-qadri khayroun min ‘alfi chahr ; tanazzalou l-malâ’ikatou wa r-rôuHou fîhâ bi’idhni Rabbihim min koulli ‘amrin ; salâmoun hiya Hattâ maTla`i l-fajr )

ce qui signifie : « Nous l’avons fait descendre pendant la nuit de Al-Qadr. (1) Et que sais-tu de la nuit de Al-Qadr ? (2) La nuit de Al-Qadr est meilleure que mille mois (3) Durant celle-ci, les anges descendent ainsi que Jibrîl, sur ordre de leur Seigneur pour toute chose [prédestinée par Allâh jusqu’à l’année suivante] (4) Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube (5) », [sôurat Al-Qadr].

Cette sôurah éminente montre que la nuit de Al-Qadr (nuit de la grande Valeur) possède un grand mérite [appelé nuit du destin ou la nuit de la destinée]. En effet, c’est cette nuit-là que Jibrîl `alayhi s-salâm a reçu l’ordre de Allâh ta`âlâ de prendre le Qour’ân de la Table préservée – « al-lawHou l-maHfôuDH » et de descendre en une seule fois tout le Qour’ân en un lieu béni du premier ciel appelé « Baytou l-`Izzah », nom qui signifie : « La Demeure de la Gloire ».

Allâh ta`âlâ a spécifié ce mois de RamaDân parmi les autres mois, dans ce mois béni le Qour’ân a été descendu, ainsi Al-‘Injîl a été révélé à `îçâ fils de Maryam, et dans ce mois aussi At-Tawrah a été révélée à Môuçâ fils de `Imrân. Wâthilah Ibnou l-‘Asqa` rapporte du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

« أنزلت التّوراة لست مضين من رمضان وأنزل الإنجيل لثلاث عشرة خلت من رمضان وأنزل الفرقان لأربع وعشرين خلت من رمضان »

(‘ounzilati t-tawrâtou lisittin maDayna min RamaDân wa ‘ounzila l-‘injîlou lithalâthi `acharata khalat min RamaDâna wa ‘ounzila l-fourqânou li ’arba`in wa `ichrîna khalat min RamaDân)

ce qui signifie : « La Thora – le Livre sacré révélé à Môuçâ en hébreu – fut descendue la sixième nuit de RamaDân, l’Évangile – le Livre sacré révélé à `Içâ en syriaque – fut descendu la treizième nuit de RamaDân, et le Qour’ân fut descendu la vingt-quatrième nuit de RamaDân ».

À partir de la ‘Ayah : (‘innâ ‘anzalnâhou fî laylati l-qadr) qui signifie : « Nous l’avons fait descendre pendant la nuit de Al-Qadr » et à partir du Hadîth précité, on sait que le Qour’ân fut descendu pendant la vingt-quatrième nuit de RamaDân qui était, cette année-là, la nuit de Al-Qadr. Il n’est donc pas obligatoire que la nuit de Al-Qadr soit toujours la vingt-septième nuit ou la vingt-neuvième, mais il en est ainsi le plus souvent.

Le Messager de Allâh صلى الله عليه وسلّم a dit :

« فالتمسوها في العشر الأواخر »

( faltamisôuhâ fi l-`achri l- ‘awâkhir)

ce qui signifie : « … cherchez-la pendant les dix dernières nuits ». Ceci parce qu’elle a lieu la plupart du temps pendant les dix dernières nuits, et non pas parce qu’il en serait obligatoirement toujours ainsi. En effet, il est possible qu’elle coïncide avec la première nuit de RamaDân ou avec la deuxième ou n’importe quelle autre nuit du mois béni. La sagesse qui réside dans cette indétermination est d’encourager les croyants à veiller toutes les nuits de RamaDân, dans l’espoir de se donner toutes les chances d’avoir prié durant cette nuit bénie.

Puis de Baytou l-`Izzah, Jibrîl `alayhi s-salâm est descendu auprès du Prophète, lui apportant la révélation des ‘Ayah du Qour’ân, les unes après les autres, en fonction des circonstances et des événements. Le lendemain de la nuit de la grande valeur de cette année-là – c’est-à-dire le vingt-quatrième jour de RamaDân de la première année de la prophétie de notre Messager – les premières ‘âyah qui furent révélées furent les cinq premières ‘âyah de sôurat Al-`Alaq :

﴿ اقْرَأْ بِاسْمِ رَبِّكَ الَّذِي خَلَقَ {1} خَلَقَ الْإِنسَانَ مِنْ عَلَقٍ {2} اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُ {3} الَّذِي عَلَّمَ بِالْقَلَمِ {4} عَلَّمَ الْإِنسَانَ مَا لَمْ يَعْلَمْ {5}﴾

‘Iqra’ bi-smi Rabbika l-Ladhî khalaq (1) Récite ô toi MouHammad, en mentionnant le nom de Ton Seigneur Qui crée. Khalaqa l-‘Insâna min `alaq (2)Il a créé l’Homme d’un caillot de sang. ‘Iqra’ wa Rabbouka l-‘Akram (3) Récite ! Ton Seigneur dispense de nombreux bienfaits Al-Ladhî `allama bi l-qalam (4) Il a appris à l’homme l’écriture `allama l-‘insâna mâ lam ya`lam (5) Il a enseigné à l’Homme ce qu’il ne savait pas.

Les ‘Ayah n’ont pas été révélées suivant l’ordre des ‘âyah et des sôurah que l’on trouve actuellement dans le Qour’ân. Cet ordre que l’on connaît, le Prophète l’enseigna lui-même aux compagnons après que les vingt-trois années de la révélation du Livre honoré se sont écoulées. Lorsque le Qour’ân entier fut révélé, le Prophète ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam en précisa l’ordre des sôurah à ses compagnons. Ces derniers n’auront donc pas mis en ordre les ‘âyah du Qour’ân de leur propre chef.

La ‘âyah : (wa mâ ‘adrâka mâ laylatou l-qadr ) qui signifie : « Et que sais-tu de la nuit de Al-Qadr ? » [sôurat Al-Qadr / 2] manifeste la haute importance de cette nuit bénie. Assurément, la nuit de la grande valeur est une nuit éminente. Elle est meilleure que mille mois : Allâh ta`âlâ dit : ( laylatou l-qadri khayroun min ‘alfi chahr ), ce qui signifie : « La nuit de Al-Qadr est meilleure que mille mois » [sôurat Al-Qadr / 3]. Cela veut dire que les bons actes effectués durant cette nuit bénie ont, selon le jugement de Allâh , une grande valeur, car ils sont meilleurs que les œuvres de mille mois.

Celui qui a le privilège de voir, en étant éveillé, certains signes de la nuit de la grande valeur aura gagné les récompenses et les bienfaits de cette nuit. Car il est des signes par lesquels la nuit de la grande valeur se distingue. Ainsi la personne qui la voit, voit alors des lumières autres que celles du soleil, de la lune, ou de l’électricité ; ou bien elle voit des arbres en prosternation ; ou encore le lever très doux du soleil le lendemain matin ; il est également possible qu’elle y entende la voix d’anges, ou qu’elle voit des anges sous leur véritable aspect. En effet, les anges ont des ailes : deux, trois, quatre paires ou davantage que cela. Par exemple, Jibrîl `alayhi s-salâm en possède six cents. (les anges peuvent aussi prendre l’apparence d’homme sans organe mal, mais ne prennent pas l’apparence de femme, voir : Les Anges Honorés). Le fait de voir certains de ces signes en songe est un grand bien, mais cela reste moins important que si cela se passe à l’état d’éveil.

Par ailleurs, si quelqu’un ne voit rien pendant cette nuit-là, ni en songe ni en état d’éveil, mais fait des efforts en priant et en accomplissant d’autres sortes d’adoration pendant la nuit de la grande valeur sans savoir si c’est bien elle, il aura gagné, parmi ses éminentes bénédictions, les récompenses pour les actes d’adoration accomplis par lui durant cette nuit-là. Le Messager de صلى الله عليه وسلّم a dit :

« من قام ليلة القدر إيمانا واحتسابا غفر له ما تقدّم من ذنبه »

( man qâma laylata l-qadri ‘îmânan wa Htisâban ghoufira lahou mâ taqaddama min dhanbih )

ce qui signifie : « Celui qui reste éveillé pour faire des actes d’adoration pendant la nuit de Al-Qadr, par foi et en recherchant uniquement l’agrément de Allâh , ses péchés antérieurs lui seront pardonnés ».

La veillée en adoration durant la nuit de la grande valeur s’effectue en accomplissant la prière, que le nombre des rak`ah soit petit ou grand.

Il est à savoir que la prolongation de la prière en récitant le Qour’ân est meilleure que la multiplication du nombre des prosternations sans faire de longue récitation.

Celui à qui Allâh accorde, par Sa volonté, le privilège de faire des invocations au moment où certains des signes de cette nuit sont vus trouvera en cela un signe que son invocation a été exaucée. Combien de gens ont été heureux suite à l’exaucement de leurs invocations faites cette nuit-là ! Allâh ta`âlâ dit : (tanazzalou l-malâ’ikatou wa rrouHou fîhâ bi’idhni Rabbihim min koulli ‘amr) ce qui signifie : « Durant celle-ci descendent les anges ainsi que Jibrîl, sur ordre de leur Seigneur pour toute chose [prédestinée par Allâh jusqu’à l’année qui suit] » [sôurat Al-Qadr / 4].

De plus, il est rapporté que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« إذا كانت ليلة القدر نزل جبريل في كبكبة (أي جماعة) من الملائكة يصلّون ويسلّمون على كل عابد قائم أو قاعد يذكر الله فينزلون من لدن غروب الشّمس إلى طلوع الفجر »

( ‘idhâ kânat laylatou l-qadri nazala Jibrîlou fî kabkabatin (‘ay jamâ`atin) mina l-malâ’ikati youSallôuna wa yousallimôuna `alâ koulli `abdin qâ’imin ‘aw qâ`idin yadhkourou l-Lâha fayanzilôuna min ladoun ghourôubi ch-chamsi ‘ilâ Toulôu`i l-fajr )

ce qui signifie : « Lors de la nuit de Al-Qadr, Jibrîl descend avec un groupe d’anges, pour toute personne debout ou assise occupée à évoquer Allâh, ils implorent la miséricorde de Allâh en sa faveur et la saluent. Ils descendent à partir du coucher du soleil et restent jusqu’à l’apparition de l’aube ». Ils descendent donc pour réaliser ce que Allâh a prédestiné pour toute l’année, tels que la répartition de la subsistance aux créatures et le terme de leur vie et ce jusqu’à la nuit de la grande valeur de l’année suivante. C’est donc une idée fausse de croire que cela se passe durant la nuit de la mi-Cha`bân , la nuit en question est bien la nuit de la grande valeur, tel que l’a dit Ibnou `Abbâs, l’exégète du Qour’ân par excellence, que Allâh l’agrée ainsi que son père. En effet, au sujet des ‘âyah 3 et 4 de sôurat Ad-Doukhân :

﴿ إِنَّا أَنزَلْنَاهُ فِي لَيْلَةٍ مُّبَارَكَةٍ إِنَّا كُنَّا مُنذِرِينَ {3} فِيهَا يُفْرَقُ كُلُّ أَمْرٍ حَكِيمٍ {4}﴾

( ‘innâ ‘anzalnâhou fî laylatin moubârakatin ‘innâ kounnâ moundhirîn ; fîhâ youfraqou koullou ‘amrin Hakîm )

qui signifient : « Nous l’avons fait descendre en une nuit bénie, Nous sommes en vérité Celui Qui avertit.(3) Durant cette nuit-là, tout ordre sage est décrété (4) », Ibnou `Abbâs a dit : « Il s’agit de la nuit de la grande valeur ».

Allâh ta`âlâ dit : (salâmoun hiya Hattâ maTla`i l-fajr) ce qui signifie : « Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube », [sôurat Al-Qadr / 5]. Ainsi, la nuit de Al-Qadr est une paix, un salut et une source de bénédictions pour les waliyy, les élus de Allâh et les croyants qui Lui sont obéissants. D’autre part, les démons ne parviennent plus à atteindre les gens par leur mal. Cette paix demeure jusqu’à l’apparition de l’aube.

`A’ichah, que Allâh l’agrée, a dit : (qoultou yâ raçôula l-Lâh, ‘in `alimtou laylata l-qadri mâ ‘aqôul ) ce qui signifie : « J’ai dit : ô Messager de Allâh, si je réussis à reconnaître la nuit de Al-Qadr, que pourrais-je dire ? » Le Prophète صلى الله عليه وسلّم a répondu :

« قولي : اللّهم إنّك عفوّ تحبّ العفو فاعف عنّي »

( qôulî : Allâhoumma ‘innaka `afouwwoun touHibbou l-`afwa fa`fou `annî )

ce qui signifie : « Dis : (Allâhoumma ‘innaka `afouwwoun touHibbou l-`afwa fa`fou `annî) : « Ô Allâh , Tu es Celui Qui pardonne, Tu agrées le repentir, alors pardonne-moi ».

L’invocation que le Prophète صلى الله عليه وسلّم faisait le plus souvent durant RamaDân et en dehors de RamaDân était :

« ربّنا ءاتنا في الدّنيا حسنة وفي الآخرة حسنة وقنا عذاب النّار »

( Rabbanâ ‘Atina fi d-dounyâ Haçanah, wa fi l-‘Akhirati Haçanah, wa qinâ `adhâba n-nâr )

ce qui signifie : « Notre Seigneur, accorde-nous une grâce durant la vie d’ici-bas, une grâce dans l’au-delà, et préserve-nous du supplice du Feu ».

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

3 Comments

  1. OUMAR

    ALHAMDOU LILLAHI RABIL ALAMINE, j’ai beaucoup compris l’importance de la nuit de al-Qadar.
    C’est certain, le salut
    se trouve en islam, j’invite tous les non musulmans d’embrasser cette religion.

    Écrit par Diallo Alpha oumar, Guinée-Conakry

  2. Madi ben mouhamed

    Hamdulillah ya rabi de m’avoir donnée de yeux pour voir des oreilles pour entendre de savoir tout ce que la nuit d alqadr

Les commentaires sont fermés