Les Paroles des Savants Musulmans dans La Croyance Musulmane

Les Paroles des Savants Musulmans dans La Croyance Musulmane

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿ لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْءٌ وَهُوَ السَّمِيعُ البَصِيرُ ﴾

ce qui signifie : « Rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit », [Sôurat Ach-Chôurâ, ‘âyah 11].

Le Messager de Allâh a dit :

« كان الله ولم يكن شىء غيره »

ce qui signifie : « Allâh est de toute éternité et rien d’autre que Lui n’est de toute éternité » , [rapporté par Al-Boukhâriyy]

Notre maître Abôu Bakr AS-Siddîq, que Allâh l’agrée a dit :

« العَجْزُ عن دَرَكِ الإِدْرَاكِ إِدْرَاكُ والبَحْثُ عن ذَاتِهِ كُفْرٌ وإِشْرَاكُ »

(al-`ajzou `an daraki l-‘idrâki ‘idrâkou) (wa l-baHthou `an dhâtihi koufroun wa ‘ichrâkou)

ce qui signifie : « Reconnaître son incapacité à parvenir à connaître l’Être de Allâh est en soi une connaissance et chercher à concevoir Son Être mène à la mécréance et à l’association ».

Allâh Ta`âlâ dit dans le Qour’ân :

﴿ وَلاَ يُحِيطُونَ بِهِ عِلْمًا ﴾

Ce qui signifie : « Ils ne cernent pas Sa Réalité », [ sôurat Tâhâ, ‘âyah 110].

Les créatures ne connaissent pas la réalité de Dieu, Seul Dieu sait Sa Réalité.

Ainsi nous ne connaissons pas la Réalité de Dieu, de même les Prophètes et les anges ne connaissent pas la Réalité de Dieu, Seul Dieu sait Sa Réalité et il n’est pas permis de dire comment au sujet de Dieu.

Notre connaissance de Dieu à lieu en connaissant les attributs obligatoire à Son Sujet tel que la Puissance, la Science, la Volonté, et en L’exemptant de ce qui est impossible à Son Sujet tel que l’impuissance, l’associé, la localisation et en connaissant ce qui est possible à Son Sujet comme créer une chose ou anéantir une.

Les fondateurs des 4 écoles de jurisprudence islamique, à savoir ‘Abôu Hanîfah, Mâlik, Ach-Châfi`iyy et AHmad Ibnou Hanbal sont tous sur la même croyance : celle du Prophète et de ses compagnons. Ils croient tous quatre en l’existence de Dieu (Allâh) sans endroit sans comment et sans direction. Ainsi ils sont unanimes sur le fait qu’ attribuer une direction à Dieu est de la mécréance. Et ce, tout comme l’a rapporté Ibnou Hajar Al-Haytamiyy dans son livre « al-Minhâjou l-Qawîm » p.224 :

واعلم أنّ القرافيّ وغيره حكوا عن الشّافعيّ ومالكٍ وأحمد وأبي حنيفة رضي الله عنهم القول بكفر القائلين بالجهة والتّجسيم وهم حقيقون بذلك

(wa`lam ‘anna l-Qarâfiyya wa ghayrahou Hakaw `ani ch-Châfi`iyyi wa Mâlik wa ‘AHmad wa Abî Hanîfata raDia l-Lâhou `anhoum ‘al-qawla bikoufri l-qâ’ilîna bi l-jihati wa t-tajsîmi wa houm Haqîqôuna bidhâlik)

ce qui signifie « Sache que Al-Qarâfiyy et d’autres ont rapporté de Ach-Châfi`iyy, Mâlik, ‘AHmad et ‘Abôu Hanîfah, que Dieu les agrée, que ceux qui disent [à propos de Dieu] qu’Il est dans une direction ou qu’Il est un corps ont commis de la mécréance, et ils ont raison en cela ».

1 – L’Illustre savant MouHammad Mayyârah Al-Mâlikiyy mort en 1072 de l’Hégire, dans son livre « Ad-Dourrou th-Thamîn wa l-Mawridou l-Ma`în » commentaire de « Al-Mourchidou l-Mou`în `ala D-Darôuriyyi min `oulôumi d-Dîn » du Chaykh `abdou l-WâHid Ibnou `âchir Al-‘Ansâriyy Al-‘Ach`ariyy Al-Mâlikiyy, que Allâh leur fasse miséricorde à tous deux, a dit : « Les gens de la vérité ont été unanimes sur le fait que Allâh ta`âlâ n’a pas de direction, qu’Il n’a pas de dessus, ni de dessous, ni de droite, ni de gauche, ni de devant, ni de derrière », [Ad-Dourrou th-Thamîn p 30].

2 – L’Imam, le Moujtahid –jurisconsulte– MouHammad Ibnou ‘Idrîs Ach-Châfi`iyy , que Allâh l’agrée, l’Imam de l’école châfi`ite mort en 204 de l’Hégire a dit : « Allâh ta`âlâ existe de toute éternité alors qu’aucun endroit n’est de toute éternité. Il a créé l’endroit en ayant l’attribut de l’exemption de début, tout comme avant la création des endroits, le changement n’est pas possible selon la raison à Son sujet, ni pour Son Être ni pour Ses attributs », [dans le livre ‘It-Hâfou s-sâdati l-Mouttaqîn tome 2, p 24].

3 – L’Imam, le Hâfidh – spécialiste de la transmission du Hâdîth –, le Faqîh – spécialiste de la jurisprudence – Abôu Ja`far ‘AHmad Ibnou Salâmah At-TaHâwiyy le hanafite, mort en 321 de l’Hégire , que Allâh l’agrée, a dit dans son traité « Al-`aqîdatou t-Tahâwiyyah » : « Allâh est exempt des limites, des fins, des côtés, des organes et des membres. Les six directions ne Le délimitent pas, contrairement à toutes les créatures », [AT-TaHâwiyy fait partie des savants du Salaf. Il a dit au tout début de son Traité de croyance : « Ceci est la mention de la présentation de la croyance de Ahlou s-Sounnah wa l-Jamâ`ah ». C’est-à-dire qu’il s’agit de la croyance du Salaf parmi les compagnons et les tâbi`iyy – les successeurs – et les successeurs des successeurs concernant l’exemption de Allâh de l’endroit, de la direction et du corps. La parole de AT-TaHâwiyy est extrêmement importante car il fait partie des savants du Hadîth et des savants de la jurisprudence et il est également Hanafite. Cette croyance est enseignée partout dans le monde, dans les instituts et les universités islamiques].

4- L’Imam de Ahlou s-Sounnah Abôu l-Haçan Al-‘Ach`ariyy mort en 324 de l’Hégire, que Allâh l’agrée a dit : « Allâh est de toute éternité et il n’y a pas d’endroit de toute éternité. Il a créé Al-`Arch –le Trône–, Al-Koursiyy –le Piédestal–, Il n’a pas besoin d’endroit et Il est, après la création de l’endroit tel qu’Il est de toute éternité avant la création de l’endroit »,. c’est-à-dire qu’Il est sans endroit et qu’Il n’a pas besoin du Trône et du Piédestal. Cela a été rapporté de lui du Hafidh Ibnou `Açâkir d’après le Qadi Abôu l-Ma`âli Al-Jouwayniyy, [dans le livre Tabyînou Kadhibi l-Mouftarî p 150 ].

5- Le Chaykh Salîm Al-Bichriyy Al-MiSriyy mort en 1335 de l’Hégire, Chaykh de la mosquée de Al-‘Azhar, a dit : « Sache, que Allâh te renforce en créant en toi la force d’accomplir les actes d’adoration, qu’Il nous guide et nous fasse prendre à toi et à moi le chemin de droiture, que la voie du groupe qui est sauvé, et c’est ce sur quoi les sunnites ont été unanimes, c’est que Allâh ta`âlâ est exempt de toute ressemblance avec ce qui entre en existence et que par conséquent, Il est exempté de la direction et de l’endroit tout comme les preuves catégoriques l’ont indiqué », [Fourqânou l-Qour’ân – imprimé avec le livre Al-’Asmâ’ou wa S-Sifât de Al-Bayhaqiyy – p 74].

6- Le MouHaddith – transmetteur du Hadîth –, le Chaykh MouHammad `Arabiyy AT-Tabbân le Malikite, l’enseignant à Madraçatou l-FalâH et à la Mosquée Mecquoise, décédé en 1390 de l’Hégire a dit : « Les spécialistes des preuves selon la raison parmi les gens de Ahlou s-Sounnah, les Chafi`ites, les Hanafites, les Malikites et ceux qui ne se sont pas égarés parmi les Hanbalites ainsi que d’autres se sont accordés à dire que Allâh tabâraka wa ta`âlâ est exempt de l’endroit, du corps, de la limite et de la ressemblance avec Ses créatures », [Barâ’atou l-‘Ach`ariyyîn tome 1 p 79].

7- Le Chaykh MouHammad Tahir Ibnou `Achôur Al-Mâlikiyy ( C’est le président des mouftis malikites en Tunisie, le Chaykh de la mosquée de Az-Zaytôunah et de ses annexes en Tunisie, rapporté dans Al-‘Â`lâm de Az-Zarkaliyy tome 6, p 174 ), mort en 1393 de l’Hégire a dit : « Sa parole : (man fi s-samâ’) [sôurat Al-Moulk / 17] fait partie à deux reprises de ce qui n’est pas explicite et dont le sens apparent donne le sens de l’incarnation dans un endroit, mais ceci n’est pas digne de Allâh », [At-TaHrîr wa t-Tanwîr tome 29, p 33].

8- L’Illustre compagnon, le Calife bien guidé, notre Maître `Aliyy , que Allâh l’agrée, mort en 40 de l’Hégire a dit : « Allâh existe de toute éternité alors qu’il n’y a pas d’endroit de toute éternité et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité », c’est-à-dire qu’Il est sans endroit, [Dans le livre Al-Farqou bayna l–Firaq de Abôu ManSôur Al-Baghdâdiyy p 333].

9- Il a dit également : « Allâh ta`âlâ a créé le Trône comme manifestation de Sa puissance et ne l’a pas pris comme endroit pour Lui-même », [Dans le livre Al-Farqou bayna l–Firaq de Abôu ManSôur Al-Baghdâdiyy p 333].

10- Et il a dit également : « Celui qui prétend que notre Dieu est limité a ignoré le Créateur, Celui Qui est adoré », [Hilyatou l-‘Awliyâ’, Biographie de `Aliyy Ibnou Abî Talib tome 1, p 73]. Ce qui est limité –maHdôud– c’est ce qui a un volume, que ce soit petit ou grand.

11- L’Illustre successeurs des compagnons, l’Imam Zaynou l-`Âbidîn `Aliyy fils de Al-Houçayn fils de `Aliyy , que Allâh les agrée tous, mort en 94 de l’Hégire a dit : « C’est Toi Allâh Qu’aucun endroit ne contient », [‘It-Hâfou s-Sâdati l-Mouttaqîn tome 4 p 380].

12- Il a dit également : « C’est Toi Allâh Qui est exempt des limites et Qui n’est donc pas localisé », [‘It-Hâfou s-Sâdati l-Mouttaqîn tome 4 p 380].

13- L’Imam Ja`far AS-Sâdiq fils de MouHammad Al-Bâqir, fils de Zaynou l-`Âbidîn `Aliyy fils de Al-Houçayn que Allâh les agrée tous (il faisait partie des maîtres des gens de la famille du Prophète dans la jurisprudence, dans la science et par le mérite ; regarde le livre Ath-Thiqât de Ibnou Hibbân tome 6 p 131), mort en 148 de l’Hégire a dit : « Celui qui prétend que Allâh est dans quelque chose ou issu de quelque chose ou au-dessus de quelque chose a adoré autre que Allâh, car s’Il était au-dessus de quelque chose Il serait porté, s’Il était dans quelque chose, Il serait limité, s’Il était issu de quelque chose, Il serait entré en existence c’est-à-dire créé », [Al-Qouchayriyy l’a cité dans sa célèbre Épître connue sous le nom de ar-Riçâlatou l-Qouchayriyyah p 6].

14- L’Imam, le Moujtahid Abôu Hanîfata n-Nou`mân Ibnou Thâbit , que Allâh l’agrée, mort en 150 de l’Hégire, l’un des savants du Salaf les plus réputés, l’Imam de l’école hanafite a dit : « Allâh ta`âlâ sera vu dans l’au-delà, les croyants Le verront alors qu’ils seront eux au paradis, avec les yeux de leur tête, sans aucune ressemblance ni aucune quantité, et il n’y aura pas de distance entre Lui et Ses créatures », [il a cité cela dans son livre Al-Fiqhou l-‘Akbar. Consulte CharHou l-Fiqhi l-‘Akbar de Moullâ `Aliyy l-Qarî p 136 et 137].

15- Il a dit également dans son livre : « Les gens verront Allâh sans comment, sans ressemblance et sans direction et ceci est une vérité », [Al-WaSiyyah p 4 et il a rapporté de Moullâ `Aliyy l-Qarî dans CharHou l-Fiqhi l-‘Akbar en p 138].

16- Il a dit également : « J’ai dit : Regarde, si quelqu’un dit : Où est Allâh ta`âlâ ? On lui dit : Allâh ta`âlâ est de toute éternité, il n’y a pas d’endroit avant qu’Il ne crée les créatures et Allâh ta`âlâ existe de toute éternité alors qu’il n’y a pas de « où », ni de créatures ni quoi que ce soit, Il est le Créateur de toute chose », [Al-Fiqhou l-‘AbsaT c’est dans le cadre d’un ensemble d’épîtres de Abôu Hanîfah vérifié par Al-Kawthariyy p 20 et cela est également rapporté par le MouHaddith, le Faqîh, le Chaykh `Abdou l-Lâh Al-Harariyy dans son livre Ad-Dalîlou l-Qawîm p 54].

17- Il a dit également : « Nous reconnaissons que Allâh soubHânahou wa ta`âlâ istawâ `ala l-`arch sans qu’Il ait besoin du Trône ni de s’installer ou de s’établir dessus et Il est Hafidhoun –Celui Qui préserve– le Trône et autre que le Trône sans en avoir besoin car s’Il avait un quelconque besoin, Il ne serait pas tout puissant à faire exister le monde et à lui prédestiner tout ce qui lui arrive, Il serait comme les créatures », [Dans le livre Al-WaSiyyah au sein d’un groupe d’épîtres, de lettres de Abôu Hanîfah authentifié par Al-Kawthariyy p 2 et le Chaykh Al-Harariyy l’a cité dans son livre Ad-Dalîl p 54 et Moullâ `Aliyy l-Qarî dans le commentaire CharHou l-Fiqhi l-‘Akbar p 70 lors de la parole de l’Imam : « Son yad est un attribut qui est sans comment »].

18- Il a dit également, que Allâh l’agrée, lui qui est décédé en 150 de l’Hégire, dans son livre « Al-Fiqhou l-‘Absat » : « Celui qui dit : « Je ne sais pas si mon Seigneur est au ciel ou sur terre est devenu mécréant », [Al-Fiqhou l-‘AbsaT au sein d’un groupe de lettres de Abôu Hanîfah vérifié par Al-Kawthariyy p 12] ; ce que l’Imam veut dire, c’est que celui qui attribue à Allâh la localisation et l’endroit en disant : (Je ne sais pas si Son endroit c’est le ciel ou la terre) est un mécréant.

Le Chaykh, l’Imam Al-3`Îzz Ibnou `Abdi s-Salâm Ach-Châfi`iyy dans son livre « Hallou r-Roumôuz », pour indiquer ce que Abôu Hanîfah voulait dire, a dit : « Car cette parole donne l’illusion que le Créateur aurait un endroit et celui qui se donne l’illusion que le Créateur a un endroit est un assimilationniste », [rapporté par Moullâ `Aliyy l-Qârî dans son livre CharHou l-Fiqhi l-‘Akbar après qu’il a fini de commenter la lettre Al-Fiqhou l-‘Akbar p 198].

Moullâ `Aliyy l-Qârî a renforcé les paroles de Ibnou `Abdi s-Salâm en disant : « Il n’y a pas de doute que Ibnou `Abdi s-Salâm fait partie des plus illustres des savants et ceux qui sont les plus fiables. Il est donc un devoir de se baser sur ce qu’il a rapporté », [Même référence que précédemment].

19- Quant à l’Imam, le Moujtahid, l’illustre Abôu `Abdi l-Lâh ‘AHmad Ibnou MouHammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybaniyy mort en 241 de l’Hégire, que Allâh l’agrée, l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams, dont Ibnou Hajar Al-Haytamiyy Ach-Châfi`iyy a dit qu’il était de ceux qui exemptaient Allâh ta`âlâ de la direction et du corps, ce même Ibnou Hajar a dit : « Ce qui s’est propagé chez les ignorants qui se réclament de cet illustre Imam Moujtahid, qu’il aurait dit quelque chose au sujet de la direction ou ce qui est de cet ordre, ce ne sont que des mensonges et des calomnies qui lui sont attribués mensongèrement », [Al-Fatâwa l-Hadîthiyyah p 144].

20- C’est également la croyance de l’Imam, le Chaykh des MouHaddith Abôu `Abdi l-Lâh MouHammad Ibnou ‘Isma`il Al-Boukhâriyy , l’auteur du fameux « SaHîH», mort en 256 de l’Hégire. Ceux qui ont fait les commentaires de son « SaHîH» ont compris que Al-Boukhâriyy exemptait Allâh de l’endroit et de la direction. Ainsi le Chaykh`Aliyy Ibnou Khalaf le Malikite réputé sous le surnom de Ibnou BaTTâl, l’un des commentateurs du « SaHîH» de Al-Boukhâriyy, décédé en 449 de l’Hégire a dit : «L’objectif de Al-Boukhâriyy dans ce chapitre, c’est de répliquer aux Jahmites qui ont attribué le corps à Allâh en s’attachant à ces sens apparents alors qu’il a été authentifié que Allâh n’est pas un corps. Il n’a donc pas besoin d’un endroit où s’établir, Il existe de toute éternité alors qu’il n’y a pas d’endroit de toute éternité », [Fat-Hou l-Bârî tome 13 p 416].

21 – L’Imam, le HâfiDH, le Moujtahid AbOU Ja`far MouHammad Ibnou JarIr AT-Tabariyy mort en 310 de l’Hégire, à l’occasion de l’exégèse de la parole de Allâh ta`âlâ sôurat Al-Hadîd ‘Ayah 3 :

﴿ هُوَ الأَوَّلُ وَالآخِرُ وَالظَّاهِرُ وَالبَاطِنُ ﴾

(houwa l-‘Awwalou wa l-‘Akhirou wa DH-Dhâhirou wa l-BâTin)

Il a dit : « Rien n’a plus de science des choses intimes de quoi que ce soit que Lui, tout comme Il dit : (wa NaHnou ‘aqrabou ‘ilayhi min Habli l-warîd) [sôurat Qâf / 16]. C’est-à-dire que la proximité par la distance est impossible au sujet de Allâh » [Jâmi`ou l-Bayân volume 13 tome 27 p 215].

22 – Le Spécialiste de la langue arabe Ibrâhîm bnou s-Sourriyy Az-Zajjaj, l’un des linguistes les plus connus, mort en 311 de l’Hégire, a dit : « Il est `aliyyoun – Celui Qui a la supériorité absolue– sur Ses créatures par Sa toute-puissance. Il ne faut donc pas aller au sens de l’élévation spatiale car nous avons indiqué que ceci n’est pas possible au sujet de Ses attributs exemptés d’imperfection. Il n’est pas permis de considérer qu’Il serait accessible à l’imagination. Que Allâh soit exempté de tout cela d’une totale exemption » [Tafsîrou l-‘Asmâ’i l-Housna p 48].

23 – Il a dit également dans ce même livre en page 30 : « Allâh ta`âlâ est exempt de toute ressemblance avec les créatures, ce qui est visé par al-3oulouww n’est pas l’élévation spatiale car Allâh ta`âlâ est exempt de l’élévation de l’endroit. Dans ce cas, al-3oulouww ne veut dire que l’élévation du degré et la supériorité de la souveraineté ».

L’Imam AbOU ManSOUr `abdou l-Qahir Ibnou Tahir At-TamImiyy Al-BaghdAdiyy a dit : « Ils ont été unanimes, c’est-à-dire Ahlou s-Sounnah, que Allâh n’est pas contenu dans un endroit et que le temps ne s’écoule pas sur Lui » .

24 – L’Imam de Ahlou s-Sounnah AbOU ManSOUr Al-MAtourIdiyy, mort en 333 de l’Hégire que Allâh l’agrée a dit : « Allâh soubHAnah existe de toute éternité alors qu’il n’y a pas d’endroit de toute éternité. Il est possible que les endroits cessent d’exister et que Lui demeure toujours tel qu’Il est, Il est tel qu’Il est de toute éternité et Il est tel qu’Il est maintenant. Il est exempt du changement, de l’anéantissement et de l’évolution d’un état à un autre » [Kitâbou t-TawHîd p 69]. Ce qui veut dire que tout ceci est exclu s’agissant de Allâh et impossible à Son sujet soubHAnahou wa ta`âlâ. L’Imam MouHammad Ibnou MouHammad connu sous le nom de AbOU ManSôur Al-Mâtourîdiyy est l’Imam illustre des Imams du Salaf vertueux qui a défendu la religion et a exposé les fondements de la croyance de Ahlou s-Sounnah sur laquelle étaient les compagnons et ceux qui les ont suivis en apportant les preuves textuelles du Qour’ân et du Hadîth ainsi que les preuves rationnelles, tout en répliquant aux faux-semblants des mou`tazilah et des mauvais innovateurs, en débattant contre eux en public et en les confrontant dans leurs discussions jusqu’à les réduire au silence. Il a lutté pour donner la victoire à la Sounnah et il a revivifié la Loi de l’Islam au point qu’on l’a surnommé « l’Imam de Ahlou s-Sounnah ».

25 – Il a dit dans son livre « At-TawHîd » page 85, pour confirmer la vision des croyants qu’ils auront de Allâh dans l’au-delà : « Si quelqu’un dit : « Comment sera-t-Il vu ? On lui dit : « Sans comment car le comment advient à celui qui a une image, Il sera vu sans être qualifié d’une image, d’une position debout, assise, adossée ou suspendue, d’un contact ou d’une séparation, sans qu’Il soit de face ou de dos, court ou long, lumière ou obscurité, immobile ou en mouvement, en contact ou séparé, extérieur ou intérieur et sans aucun sens que l’imagination pourrait retenir ou que la raison pourrait estimer car Il est totalement exempt de tout cela ». Ainsi Al-Mâtourîdiyy déclare explicitement qu’il exempte Allâh ta`âlâ de la direction et ceci comporte une réplique également aux moujassimah – ceux qui attribuent le corps à Allâh – et aux mouchabbihah – ceux qui assimilent Allâh à Ses créatures –, eux qui prétendent calomnieusement que les gens du Salaf ont confirmé la direction au sujet de Dieu. Attache-toi donc à ce qu’a dit Al-Mâtourîdiyy, tu demeureras sur la bonne guidée.

26 – Il a dit également dans ce livre, page 75-76, : « Quant au sens de l’élévation des mains vers le ciel, ce geste est fait à titre d’acte d’adoration. En effet, il appartient à Allâh d’ordonner à Ses esclaves de L’adorer comme Il le veut et de les orienter vers la direction qu’Il veut. La croyance de celui qui a pensé qu’on lève les yeux vers le ciel parce que Allâh serait dans cette direction est équivalente à la croyance, entre autres, de celui qui prétend que Allâh est en direction du sous-sol du fait qu’il pose son front par terre en s’orientant dans la prière. C’est comme la croyance de celui qui prétend que Allâh se trouve à l’Est ou à l’Ouest lorsqu’il s’oriente dans ces directions dans la prière ou en direction de La Mecque quand il se rend au pèlerinage. Gloire à Allâh Qui est exempt de tout cela ».

27 – Le HâfiDH, MouHammad ibnou Hibbân, mort en 354 de l’Hégire, l’auteur du « SaHîH » réputé sous le nom de « SaHIHou bni HibbAn » a dit : « La louange est à Allâh, Celui Qui est exempt de limite et Qui n’est donc pas limité pour être contenu, Qui est exempt d’échéance à Son existence pour être anéanti, Qui n’est cerné par aucun des endroits et Qui n’est pas sujet à l’écoulement du temps »[Ath-ThiqAt tome 1 p 1].

28 – Il a dit également : « Il est de toute éternité –Allâh– alors qu’il n’y a pas de temps ni d’endroit de toute éternité »[SaHIHou bni HibbAn consulte Al-‘IHsAnou biTartIbi SaHIHi bni HibbAn tome 8 p 4].

30 – Le Qadi Abôu Bakr MouHammad Al-Bâqil-laniyy Al-MAlikiyy Al-‘Ach`ariyy, mort en 403 de l’Hégire a dit : « Nous ne disons pas que le Trône est un lieu d’établissement ou un endroit pour Allâh car Allâh ta`âlâ existe de toute éternité alors qu’il n’y a pas d’endroit de toute éternité. Lorsque les endroits ont été créés par Lui, Il n’a pas changé par rapport à ce qu’Il est de toute éternité »[Al-‘InSâf fîmâ yajibou-`tiqadouhou wa lâ yajouzou l-Jahlou bih p 65].

31 – Il a dit également dans ce même livre, page 64 : « Il est un devoir de savoir que le Seigneur ta`âlâ est exempt de tout ce qui indique l’entrée en existence ou un quelconque défaut. Ainsi, Il est exempt, ta`âlâ, de la caractérisation par les directions, d’être qualifié par les caractéristiques de ce qui entre en existence, Il n’est pas caractérisé non plus par le changement et le déplacement, ni la position debout, ni la position assise en raison de Sa parole ta`âlâ (layça kamithlihi chay’) qui signifie : « Rien n’est tel que Lui » [sôurat Ach-Chôurâ / 11] et en raison de Sa parole (wa lam yakoun lahOU koufouwan ‘aHad) qui signifie : « Il n’a point d’équivalent » [sôurat Al-‘IkhlâS / 4]. Car les attributs précédemment cités indiquent l’entrée en existence et Allâh ta`âlâ est exempt de tout cela ».

32 – Abôu Bakr MouHammad Ibnou l-Haçan connu sous le nom de Ibnou FOUrak Al-‘Ach`ariyy, mort en 406 de l’Hégire a dit : « Il n’est pas possible que Allâh ta`âlâ s’incarne dans les endroits du fait de l’impossibilité qu’Il soit limité ou fini et ceci du fait de l’impossibilité qu’Il soit entré en existence » [Mouchkilou l-Hadîth p 57]

33 – Il a dit également : « Sache que, lorsque nous disons « Allâh `azza wa jall est fawqa mA khalaq », cela ne veut pas dire que c’est une fawqiyyah – supériorité – spatiale ni une élévation sur les endroits par le distance ni leur supervision par le contact avec quoi que ce soit de ces endroits » [Mouchkilou l-HadIth p 64].

34 – Le Chaykh, l’Imam AbOU ManSOUr `abdou l-Qahir Ibnou Tahir At-Tamimiyy Al-Baghdâdiyy Al-IsfarAyIniyy, mort en 429 de l’Hégire a dit : « Ils ont été unanimes, c’est-à-dire Ahlou s-Sounnah, que Allâh n’est pas contenu dans un endroit et que le temps ne s’écoule pas sur Lui » [Al-Farqou bayna l-Firaq p 333].

35 – Le HAfiDH Abôu Bakr AHmad Ibnou l-Houçayn Al-Bayhaqiyy, mort en l’an 458 H a dit : « Certains de nos compagnons ont tiré un argument, pour renier l’endroit à Son sujet, de la parole du Prophète : (Allâhouma ‘anta DH-Dhahirou falayça fawqaka chay’ wa ‘anta l-BATinou falayça dôunaka chay’) qui signifie : « Ô Allâh, Tu es ADH-Dhâhir, rien n’est donc au-dessus de Toi et Tu es Al-BâTin, rien n’est donc en dessous de Toi ». Puisque rien n’est au-dessus de Lui et rien n’est en dessous de Lui, Il n’est donc pas dans un endroit » [Al-‘Asmâ’ou wa S-Sifât p 400].

36 – Le FaqIh – spécialiste de la jurisprudence –, le Moutakallim – spécialiste de la croyance – AbOU l-MouDHaffar Al-‘IsfarAyIniyy Al-‘Ach`ariyy, mort en 471 de l’Hégire a dit : « Chapitre quinzième dans l’exposé de la croyance de Ahlou s-Sounnah wa l-JamA`ah : Il faut que tu saches que tout ce qui implique l’entrée en existence, que ce soit la limite, la fin, l’endroit, la direction, l’immobilité, le mouvement, tout cela est impossible à Son sujet, soubHAnahou wa ta`âlâ, car il n’est pas possible qu’il advienne à Celui Qui n’est pas entré en existence ce qui implique que Son existence aurait eu un début » [At-TabSIrou fi d-DIn p 161 ; le quinzième chapitre].

37 – Le FaqIh – spécialiste de jurisprudence –, l’Imam, le Chaykh , AbOU ‘Is-haq Ach-ChIraziyy Ach-ChAfi`iyy, Al-‘Ach`ariyy, mort en 476 de l’Hégire a dit dans son traité de croyance : « Son istiwA’ n’est pas un établissement ni un côtoiement car l’établissement et le côtoiement sont des caractéristiques des corps qui sont donc créés alors que le Seigneur, `azza wa jall, est de tout éternité. Cela indique donc qu’Il existe de toute éternité alors qu’aucun endroit n’existe de toute éternité, qu’Il a créé les endroits et qu’Il est tel qu’Il est de toute éternité » [voir la croyance de Ach-ChIraziyy dans l’introduction de son livre CharHou l-Lam3 tome1 p 101].

38 – L’Imam des deux Haram Abou l-Ma`alI `abdou l-Malik Ibnou `abdi l-LAh Al-Jouwayniyy Al-‘Ach`ariyy, mort en 478 de l’Hégire a dit : « Al-BAri’, le Créateur, soubHAnahou wa ta`âlâ n’a pas besoin d’autrui , Il est exempt d’avoir besoin d’un endroit où S’incarner ou d’un endroit qui Le porterait » [Al-‘IrchAd ‘ilA QawATi`i l-‘Adil-lah p 53]. Sache que la signification de Son non besoin c’est Qu’Il se passe de toutes les créatures. Il n’a donc pas besoin de qui L’aurait spécifié par l’existence car le besoin d’autrui contredit Son exemption de début alors que l’obligation de Son exemption de début et de Son exemption de fin a été confirmée.

39 – Il a dit également : « La voie de tous les gens de la vérité sans exception c’est que Allâh soubHAnahou wa ta`âlâ est exempt de la localisation et de la spécification par les directions » [Al-‘IrchAd p 58].

40 – Le Chaykh AbOU HAmId MouhAmmad Ibnou MouHammad Al-GhazAliyy Al-‘Ach`ariyy, mort en 505 de l’Hégire a dit : « Il est exempt – ta`âlâ – c’est-à-dire Allâh, d’être contenu dans un endroit tout comme Il est exempt d’être limité par le temps. Il existe de toute éternité, avant le temps et l’endroit et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité » [‘IHyA’ou 3OulOUmi d-DIn livre Qawa`idou l-`aqA’id les Règles de la Croyance, premier paragraphe tome 1 p 108].

41 – Il a dit également dans son livre « ‘IHyA’ou 3OulOUmi d-DIn » : « Le septième fondement : savoir que l’Être de Allâh ta`âlâ est exempt d’être spécifié dans les directions car la direction est soit haut ou bas, droite ou gauche, devant ou derrière et toutes ces directions, c’est Allâh Qui les crée » [Chapitre Les Règles de la Croyance, Troisième paragraphe, Septième entrée tome1 p 128].

42 – Le spécialiste de la croyance Abou l-Mou`In MaymOUn Ibnou MouHammad An-Naçafiyy, mort en 508 de l’Hégire a dit : « Attribuer l’endroit à Allâh contredit le tawHId, c’est-à-dire la croyance en l’Unicité de Allâh » [TabSIratou l-‘Adil-lah tome1 p 171-182].

43 – Abou l-WafA’ `aliyy Ibnou `aqIl Al-BaghdAdiyy, le Chaykh des Hanbaliyy de son époque, mort en 513 de l’Hégire a dit : « Allâh est exempt d’avoir pour caractéristique d’occuper les endroits car ceci revient à l’attribution même du corps à Allâh alors que Allâh n’est pas de ceux qui ont des parties ou des organes » [Al-Bazou l-‘Ach-hab, onzième HadIth p 86].

44 – Le Qadi, le Chaykh Abou l-WalId MouHammad Ibnou AHmad, Qadi l-JamA`ah à QourToubah – Cordoue – connu sous le nom de Ibnou Rouchd, le grand-père, le MAlikite, mort en 520 de l’Hégire a dit : « Allâh n’est pas dans un endroit, Il existe avant même d’avoir créé les endroits ». C’est Ibnou l-Hajj le MAlikite qui l’a indiqué dans son livre Al-Madkhal [Al-Madkhal paragraphe « S’occuper de la science le jour du vendredi » tome 2 p 149].

45 – Ibnou Rouchd a dit également : « On ne dit pas à Son sujet « Où ? » ni « Comment ? » ni « Quand ? » car Il est le Créateur du temps et de l’endroit » [Al-Madkhal, les conseils du MourId tome 3 p 181].

46 – Il a dit également : « Le fait que Allâh ta`âlâ s’attribut le Trône signifie l’attribution d’honneur tout comme on dit : Baytou l-LAh – la Maison honorée de Allâh – ou Haramouh – Son enceinte sacrée – sans qu’Il soit installé dedans ou que ce soit un endroit pour son établissement » [Al-Madkhal paragraphe « S’occuper de la science le jour du vendredi » tome 2 p 149]. Ceci est également cité par le HAfiDH Ibnou Hajar Al-`asqalAniyy dans son livre « Fat-Hou l-BArI » [tome 7 p 124] qui est en accord avec lui et en a confirmé les paroles.

47 – Le MouHaddith AbOU HafS Najmou d-DIn 3Oumar Ibnou MouHammad An-Naçafiyy, le Hanafite, mort en 537 de l’Hégire, l’auteur du traité de croyance connu sous le nom de Croyance Naçafiyyah a dit : « Celui qui a fait entrer en existence ce monde, c’est Allâh ta`âlâ et Allâh n’est pas une substance, Il existe sans comment et Il n’est pas dans un endroit »[Al-`aqIdatou n-Naçafiyyah – comprise dans Le Recueil des Traités de base Importants –, p 28].

48 – Il a dit également : « La preuve selon les textes est parvenue sur l’obligation de croire que les croyants verront Allâh ta`âlâ dans l’au-delà. Il sera vu sans qu’Il soit dans un endroit ni dans une direction, ni de face ni par le lien d’un rayon lumineux ou la confirmation d’une distance entre celui qui voit et Allâh ta`âlâ » [Al-`aqIdatou n-Naçafiyyah, page 29].

49 – Le Chaykh, l’Imam des SOUfi, le Connaisseur de Allâh, le MaItre AHmad Ar-Rifa`iyy, l’Ach`arite, mort en 578 de l’Hégire a dit : « Purifiez vos croyances d’expliquer le sens de l’istiwA’ à Son sujet ta`âlâ, par l’installation, comme l’istiwA’ des corps sur les corps, qui impliquerait l’incarnation ou l’occupation d’un endroit. Allâh est exempt de cela » [Al-BourhAnou l-Mou’ayyad p 17 et 18].

50 – Il a dit également : « La limite de notre connaissance de Allâh c’est d’avoir la certitude de Son existence, ta`âlâ, sans comment et sans endroit » [voir le livre Hikamou ch-Chaykh AHmad Ar-Rifa`iyy Al-KabIr, Les sagesses du Chaykh AHmad Ar-Rifa`iyy Al-KabIr p 35 et 36].

51 – Il a dit également : « Allâh n’est pas incarné dans quoi que ce soit et rien n’est incarné en Lui. Allâh est exempt d’être contenu dans un endroit tout comme Il est exempt d’être limité par le temps. Il existe de toute éternité, avant l’existence de l’endroit et du temps et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité » [‘IjAbatou d-Da`I ‘ilA Bayâni `itiqâdi l-‘Imâmi r-Rifa`iyy p 44].

52 – Il a dit également : « Allâh ta`âlâ n’est pas limité par les quantités ni inclus par les étendues ni englobé par les directions ni contenu par les cieux et Allâh moustawin `ala l-`arch – le Trône – conformément à ce qu’Il a dit et selon le sens qu’Il a voulu, d’un istiwA’ qui est exempt du contact, de l’établissement, de l’occupation d’un endroit, du déplacement ou du changement. Le Trône et les anges qui portent le Trône sont maintenus par Sa toute-puissance et dominés par Lui. Il est fawqa l-`arch – c’est-à-dire qu’Il le domine le Trône par Sa toute-puissance – et fawqa koulli chay’ – Il domine toute chose par Sa toute-puissance – jusqu’aux cieux, d’une fawqiyyah – supériorité – qui ne Le rend pas plus proche du Trône ou des cieux mais qui veut dire qu’Il a l’élévation du degré par rapport au Trône tout comme par rapport aux cieux » [même référence que précédemment citée p 43].

53 – C’est cela également la croyance du Sultan SalAHou d-DIn Al-‘Ayyôubiyy, que Allâh lui fasse miséricorde, mort en 589 de l’Hégire, qui portait une attention particulière à propager la croyance de l’Imam Al-‘Ach`ariyy, que Allâh lui fasse miséricorde. En effet As-SouyOUtiyy a dit : « Lorsque le Sultan SalAHou d-DIn Al-‘Ayyôubiyy a été chargé du gouvernement, il a ordonné aux mou’adh-dhin, dans le temps du tasbIH, de réciter du haut des minarets la croyance ‘Ach`arite. Il a ainsi engagé des mou’adh-dhin pour la réciter chaque nuit et cela a duré jusqu’à notre époque que voici » –c’est-à-dire jusqu’à l’époque de As-Souyôutiyy qui est mort en 911 de l’Hégire– [dans Al-Waçâ’il ‘ilâ Mouçâmarati l-‘Awâ’il p 15].

Le Sultan SalâHou d-DIn ayant cette attention particulière à la croyance Ach`arite, le Chaykh, Faqîh – spécialiste de la jurisprudence –, NaHwiyy – spécialiste de la grammaire – MouHammad Ibnou Hibati l-LAh a composé une épItre dans la croyance qu’il a appelé « HadA’iqou l-FouSOUl wa Jawâhirou l-’OuSôul » qu’il a offerte au Sultan. Celui-ci l’a apprise par cœur et a ordonné de l’enseigner jusqu’aux enfants dans les écoles. Cet épItre est aussi appelée : « Al-`aqidatou S-SalAHiyyah ». Voici un passage tiré de ce qui est parvenu dans cette épItre [page 10] :

(wa S-Sani`ou lil-`alami lâ yaHwîhi
qouTroun ta`âlâ l-Lâhou `ani t-tachbîh)
« Le Créateur de ce monde n’est pas contenu
Par aucune étendue, que Allâh soit exempté de l’assimilation à Ses créatures
(qad kâna mawjoudan wa lâ makânâ
wa Houkmouhou l-‘Ana `alâ mâ kâna)
« Il existe de tout éternité alors qu’aucun endroit n’est de toute éternité
Et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité
(soubHAnahou jalla `ani l-makâni
wa `azza `an taghayyouri z-zamâni )
« Gloire à Lui exempt d’imperfection, Il est exempt de l’endroit,
Et Il est exempt du changement et du temps.
(faqad ghalA wa zâda fi l-ghoulouwwi
man khassahou bijihati l-`oulouwwi)
« A donc fait preuve d’outrance et a exagéré
Celui qui L’a spécifié par la direction du haut.
(wa HaSara S-Sani`a fi s-samâ’i
moubdi`ahâ wa l-`archou fawqa l-mâ’i )
« Et qui a limité le Créateur dans le ciel,
Lui Qui l’a créé ainsi que le Trône au-dessus de l’eau.
(wa ‘athbatOU lidhAtihi t-taHayyouzA
qad Dalla dhou t-tachbIhi fImA jawwazA)
« Il a confirmé la localisation à l’Être de Allâh,
Le mouchabbih s’est assurément égaré dans ce qu’il a rendu possible au sujet du Créateur
».

 

54 – L’Imam, le HAfiDH – spécialiste de la transmission des HadIth –, le Moufassir – exégète – `abdou r-RaHmAn Ibnou `aliyy connu sous le nom de Ibnou l-Jawziyy le Hanbalite, mort en 597 de l’Hégire a dit : « Ce qu’il est un devoir de croire pour nous, c’est que l’Être de Allâh n’est pas contenu dans un endroit et qu’Il n’est pas attribué du changement ni du déplacement » [Daf3ou Choubahi t-TachbIh p 58].

55 – Il a dit également : « Tu trouves des gens qui entendent les nouvelles concernant les attributs et qui leur donnent le sens physique, comme certains qui déclarent que Allâh descend au ciel ou qu’Il se déplace. Ceci est une mauvaise compréhension car celui qui se déplace se déplace d’un endroit à un autre et cela implique que l’espace soit plus grand que lui, cela implique aussi le mouvement alors que tout cela est impossible au sujet de Allâh `azza wa jall » [Sidou l-KhATIr p 476].

Ibnou l-Jawziyy fait partie des piliers des Hanbalites. Il est l’auteur du livre « Daf`ou Choubahi t-Tachbîh » dans lequel il a répliqué à ceux qui ont attribué le corps à Allâh tout en se réclamant de l’école de l’Imam AHmad alors que l’Imam AHmad est innocent de ce qu’ils ont pris pour croyance. Ibnou l-Jawziyy a souligné dans ce livre que la croyance du Salaf est bien la croyance de l’Imam AHmad, l’exemption de Allâh de l’endroit, de la limite, du corps, de la position debout, assise, de l’installation et de toutes les autres caractéristiques des choses qui entrent en existence et des corps. Sache qu’il n’a pas été validé qu’un des savants du Salaf ait jamais attribué al-joulOUs – la position assise – à Allâh. La croyance du Salaf est plutôt comme l’a indiqué l’Imam, le HAfiDH, le FaqIh AbOU Ja`far AT-TaHAwiyy qui est mort en l’an 321 de l’Hégire et fait partie des Imams du Salaf : « Celui qui qualifie Allâh par une des significations des humains est devenu mécréant. Celui qui aura bien compris cela en aura tiré des leçons et se sera écarté des propos semblables à ceux des mécréants, il aura su que Allâh avec Ses attributs n’est pas semblable aux humains » fin de citation. Attache-toi donc, mon frère musulman, à la croyance de Ahlou s-Sounnah et ne prête aucune attention à ce que disent les gens des mauvaises innovations.

 

56 – Parmi les choses qu’il a dites dans ce livre : « Tout ce qui est dans une direction a nécessairement une quantité, est limité, or on exempte Allâh de tout cela. Les directions ne concernent que les substances et les corps car ce sont des volumes qui ont besoin d’une direction. Puisque l’exemption de la direction est confirmée au sujet de Allâh, l’exemption de l’endroit est également confirmé à Son sujet » [Al-Bazou l-‘Ach-hab p 57].

57 – Il a dit également : « Si quelqu’un dit : Renier les directions à Son sujet revient à renier Son existence. Nous répondons : Si celui qui existe admet à la fois le contact et la séparation, dans ce cas tu auras dit vrai, mais s’il n’admet aucun des deux, Son exemption des directions n’implique pas l’impossibilité de Son existence » [Al-Bazou l-‘Ach-hab p 59].

 

58 – Al-MoubArak Ibnou MouHammad connu sous le nom de Ibnou l-‘AthIr, mort en 606 de l’Hégire a dit : « Ce qui est visé par qourbou l-`abd – le rapprochement de l’esclave – de Allâh ta`âlâ, c’est le rapprochement de l’agrément de Allâh par l’évocation et les bonnes œuvres et non pas le rapprochement de l’être lui-même ni le rapprochement spatial car ceci fait partie des attributs des corps et on exempte Allâh de tout cela » [An-NihAyatou fi GharIbi l-HadIth article ق-ر-ب tome 4 ].

 

59 – Le Moufassir – exégète – Fakhrou d-DIn Ar-Raziyy mort en 606 de l’Hégire a dit : « Sachez que les mouchabbihah ont considéré comme preuve pour confirmer l’endroit au sujet de Allâh ta`âlâ Sa parole : (’a’amintoum man fi s-samA’) qui signifie : « Ne craignez-vous pas que celui qui est dans le ciel –c’est-à-dire JibrIl–… ». C’est-à-dire que la croyance que Allâh serait dans un endroit au-dessus du Trône ou en tout autre endroit est la croyance des mouchabbihah qui ont fait une analogie entre le Créateur et les créatures ; c’est une mauvaise analogie qui a pour origine l’ignorance et le fait de suivre ses illusions » [Exégèse de Ar-Raziyy connue sous le nom de At-TafsIrou l-KabIr [sôurat Al-Moulk / 16] tome 30 p 69].

60 – Il a dit également : « Dans Sa parole ta`âlâ : (wa houwa l-`aliyyou l-`aDHîm) qui signifie : « Il est Celui Qui a la domination absolue par la toute-puissance et l’éminence du degré » [sôurat Ach-ChOUrA / 4], il n’est pas possible que ce qui est visé par Al-`aliyy soit l’élévation par la direction et l’endroit puisque les preuves du faux de cette croyance ont été confirmées. Il n’est pas possible non plus que ce qui est visé par Al-`aDHIm soit l’éminence par la corpulence et la grande taille du corps car cela impliquerait qu’il soit composé de parties et d’éléments et cela est contraire à la parole de Allâh : (qoul Houwa l-LAhou ‘aHad) qui signifie : « Dis : Lui Allâh est unique » [sôurat Al-‘IkhlAS / 1]. Il est donc obligatoire que ce qui est visé par Al-`aliyy, c’est Al-Mouta`alI, c’est-à-dire Celui Qui est exempt de toute similitude avec les choses possibles selon la raison et de toute corrélation avec les choses qui entrent en existence et ce qui est visé par Al-`aDHIm, c’est l’éminence par la toute-puissance, la domination et la perfection de la divinité » [même référence que précédemment tome 27 p 144].

 

61 – Le Chaykh AbOU ManSOUr Fakhrou d-DIn `abdou r-RaHmAn Ibnou MouHammad connu sous le nom de Ibnou `açAkir, mort en 620 de l’Hégire a dit au sujet de Allâh ta`âlâ : « Allâh existe avant les créatures, Il n’a ni avant ni après, ni dessus ni dessous, ni droite ni gauche, ni devant ni derrière, Il n’est ni un tout ni des parties. On ne dit pas : depuis quand existe-t-Il, ni où est-Il, ni comment. Il existe de toute éternité alors qu’il n’y a pas d’endroit de toute éternité. Il a créé les créatures, Il a créé le temps, Il n’est pas concerné par le temps et Il n’est pas spécifié par l’endroit » [TabaqAtou ch-ChAfi`iyyah tome 8 p 186].

 

62 – Le Chaykh `abdou l-`azIz Ibnou `abdi s-SalAm le Ach`arite, surnommé le Sultan des Savants, mort en 660 de l’Hégire a dit : « Allâh n’est pas un corps qui aurait une image ni une substance limitée qui aurait une quantité. Il n’a pas de ressemblance avec quoi que ce soit et rien n’a de ressemblance avec Lui. Il n’est pas entouré par les directions. Il n’est pas contenu par les terres et les cieux. Son existence prime sur la création de l’endroit. Il a établi le temps et Il est maintenant tel qu’Il est de tout éternité » [TabaqAtou ch-ChAfi`iyyati l-KoubrA, Biographie de `abdou l-`azIz Ibnou `abdi s-SalAm tome 8 p 219].

 

63 – Le Moufassir – exégète – MouHammad Ibnou AHmad Al-‘AnSAriyy Al-QourToubiyy le MAlikite, mort en 671 de l’Hégire a dit : « Par Al-`aliyy, on vise 3oulouwwou l-qadr wa l-manzilah – l’élévation par le mérite et l’éminence – et non pas 3oulouwwou l-makAn – l’élévation par l’endroit – car Allâh est exempt de la localisation » [Al-Jami3ou li‘AHkAmi l-Qour’An, sôurat Al-Baqarah / 255, tome 3 p 278].

64 – Il a dit également : « La signification de : (fawqA `ibAdih) [sôurat ‘Ali `imrAn / 18] c’est une fawqiyyah –supériorité – d’isti3lA’ – de domination – par la manifestation de Sa toute puissance et la réalisation inéluctable de Sa volonté sur eux, c’est-à-dire que Ses esclaves sont assujettis à Sa volonté, et il ne s’agit pas d’une supériorité spatiale » [même référence, sôurat Al-‘An`am / 18, tome 6 p 399].

65 – Il a dit également : « La règle, c’est Son exemption, soubHAnahou wa ta`âlâ, du mouvement, du déplacement et de l’occupation des endroits » [même référence sôurat Al-‘An`am / 3, tome 6 p 390].

66 – Il a dit également dans son exégèse de la ‘Ayah : (wa jA’a Rabbouka wa l-malakou Saffan SaffA) qui signifie : « …des manifestations de la toute-puissance de Ton Seigneur viendront avec les anges, rangs par rangs » [sôurat ‘Ali `imrân / 22] : « Allâh, gloire à Lui, n’est pas qualifié par l’évolution d’un endroit à un autre, Il Lui est impossible le changement, le déplacement, Il n’a pas d’endroit ni d’époque. Il n’est pas sujet à l’instant ni au temps car l’écoulement du temps sur quelque chose implique que les moments passés lui échappent et celui à qui quelque chose échappe n’est pas tout puissant » [même référence sôurat Al-Fajr / 22, tome 20 p 55].

67 – Il a dit également pour l’éxégèse de Sa parole ta`âlâ : (’a’amintou man fi s-samA’ ’an yakhsifa bikoumou l-’arD ) : « Ce qui est visé ici, c’est Sa glorification, Son exemption du bas et du dessous et Sa qualification par al-3oulouww – l’élévation du mérite – et al-`aDHamah – l’éminence – et non pas la qualification par les endroits, les directions et les limites car ce sont des caractéristiques des corps. Nous levons les mains vers le ciel dans les invocations car c’est du ciel que descendent la révélation et la pluie, c’est un lieu qui est sacré, pur et c’est le lieu de résidence pour des anges purs, c’est vers le ciel que sont élevés les actes des esclaves et au-dessus du ciel qu’il y a le Trône et le Paradis, tout comme Allâh a fait de la Ka`bah une qiblah – une direction – pour les invocations et les prières. En effet, Il a créé les endroits et n’en a pas besoin et Il existe de toute éternité avant la création des endroits et du temps, Il n’a pas d’endroit ni d’époque et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité » [même référence sôurat Al-Moulk / 16, tome 18 p 216].

 

68 – Le Chaykh `abdou l-Ghaniyy An-NAboulouciyy, que Allâh lui fasse miséricorde, mort en 1143 de l’Hégire a dit : « Celui qui croit que Allâh remplit les cieux et la terre ou qu’Il est un corps assis au-dessus du Trône est un mécréant même s’il prétend être musulman ».

 

69 – Le HAfiDH Abôu ZakAriyyA MouHyi d-DIn YaHyA Ibnou Charaf An-Nawawiyy le Ach`arite, mort en 676 de l’Hégire a dit : « Certes Allâh ta`âlâ, rien n’est tel que Lui, Il est exempt du corps, du déplacement, de la localisation dans une direction et de toutes les autres caractéristiques des créatures » [Commentaire du SaHIH de Mouslim tome 3 p 19].

 

70 – L’illustre savant, ‘ouSOUliyy – spécialiste des fondements – le Chaykh AHmad Ibnou IdrIs Al-QarAfiyy le mAlikite, l’égyptien, l’un des fouqahA’ – spécialistes de la jurisprudence – chez les mAlikites, mort en 684 de l’Hégire a dit : « Allâh n’est pas dans une direction, nous (les croyants), nous Le verrons sans qu’Il soit dans une direction » [Al-’Ajwibatou l-FAkhirah p 93].

 

71 – Le Moufassir – exégète – `abdou l-LAh Ibnou AHmad An-Naçafiyy, mort en 710 de l’Hégire, certains ayant dit en 701 de l’Hégire, a dit : « Il est, ta`âlâ, de tout éternité alors qu’il n’y a pas d’endroit de tout éternité et Il est tel qu’Il est de toute éternité avant la création des endroits, Il ne change pas par rapport à ce qu’Il est de toute éternité » [le TafsIr de An-Naçafiyy, sôurat TahA / 5 deuxième volume tome 2 p 48].

 

72 – Le Qadi – juge –, le Chaykh Badrou d-DIn MouHammad Ibnou IbrAhIm connu sous le nom de Ibnou JamA`ah Ach-ChAfi`iyy Al-‘Ach`ariyy, mort en 733 de l’Hégire a dit : « Allâh est de toute éternité alors qu’il n’y pas de temps ni d’endroit de tout éternité et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité » [Idahou d-DalIl p 103,104].

 

73 – Le Moufassir – exégète – `aliyy Ibnou MouHammad connu sous le nom de Al-Khazin, mort en 741 de l’Hégire a dit : « Le Chaykh Fakhrou d-DIn Ar-Raziyy a cité les preuves selon la raison et selon les textes qu’il n’est pas possible de donner à la parole de Allâh ta`âlâ : (thoumma stawA `ala l-`arch) le sens de la position assise, de l’établissement, de l’occupation d’un endroit ni de la localisation ». [TafsIrou l-Khazin tome 2 p 238]

 

74 – Le Moufassir – exégète –, Mouqri’ – spécialiste de la récitation du Qour’An –, NaHwiyy – spécialiste de la grammaire – MouHammad Ibnou YOUçouf connu sous le nom de AbOU HayyAn Al-Andalouciyy, mort en 745 de l’Hégire, lors de l’exégèse de Sa parole ta`âlâ : (wa lahou man fi s-samAwAti wa l-‘arDi wa man `indahOU lA yastakbirOUna `an `ibAdatih) a dit : « Il n’est pas visé ici l’endroit car Allâh ta`âlâ est exempt de l’endroit. La signification est bien l’honneur par le mérite et l’élévation de l’éminence » [Al-BaHrou l-Mouhit, sourat Al-‘AnbiyA’ / 19, tome 6 p 302].

75 – Il a dit également : « Les preuves selon la raison ont été établies que Allâh ta`âlâ n’est pas localisé dans une direction »[Al-BaHrou l-Mouhit, sôurat Al-Moulk / 16, tome 8 p 302].

76 – Il a dit également : « Allâh ta`âlâ n’est pas dans une direction » [Al-BaHrou l-Mouhit, sôurat FATir / 10, tome 7 p 303].

 

77 – L’Illustre savant, le HAfiDH – spécialiste des chaInes de transmission du HadIth –, FaqIh – spécialiste de la jurisprudence –, Moujtahid – jurisconsulte –, ‘OuSOUliyy – spécialiste des fondements –, le Chaykh Taqiyyou d-DIn `aliyy Ibnou `abdi l-KAfI As-Soubkiyy Ach-ChAfi`iyy Al-‘Ach`ariyy, mort en 756 de l’Hégire exempte Allâh de l’endroit, il a répliqué aux moujassimah – ceux qui attribuent à Allâh le corps –, ceux qui Lui attribuent l’endroit et la direction. Il a cité cela dans son livre, dans son épItre « As-Sayfou S-SaqIl fi r-Raddi `ala Bni ZafIl ». As-Soubkiyy a dit [page 105 de cet épItre] : « Nous sommes catégoriques quant à leur unanimité – c’est-à-dire l’unanimité des messagers et des prophètes de Allâh – concernant l’exemption de Allâh. Par conséquent, celui qui a rapporté mensongèrement l’unanimité des Messagers à confirmer la direction et le haut à Allâh ta`âlâ n’a pas eu de pudeur alors que tous les savants de la communauté le renient. Ne crains-tu pas de leur part qu’ils te disent : « Tu as attribué mensongèrement des paroles aux Messagers » ? »

 

78 – Le Chaykh MouHammad Ibnou YOUçouf connu sous le nom de Al-KarmAniyy Al-BaghdAdiyy, mort en 786 de l’Hégire qui est l’un des commentateurs du SaHIH de Al-BoukhAriyy a dit : « Le sens apparent de Sa parole (fi s-samA’) n’est pas la signification qui est voulue car Allâh est exempt de l’incarnation dans un endroit ». Cela a été rapporté de lui par le HAfiDH, Ibnou Hajar [Fat-Hou l-BArI tome 13 p 412] .

 

79 – Le FaqIh – spécialiste de jurisprudence – le Chaykh Taqiyyou d-DIn Al-HousAniyy Ad-Dimichqiyy, mort en 829 de l’Hégire a mentionné que Allâh est exempt de la direction et de l’endroit à plus d’une reprise dans son livre « Daf3ou Choubahi man chabbaha wa tamarrada wa naçaba dhAlika ‘ila s-Sayyidi l-JalIli l-‘Imami AHmad » et il a répliqué à ceux qui prétendent cela.

 

80 – Le HAfiDH, Ibnou Hajar Al-`asqalAniyy Al-‘Ach`ariyy mort en 852 de l’Hégire a dit : « Le fait que les deux directions du haut et du bas soient impossibles au sujet de Allâh n’implique pas qu’on ne Le qualifie pas par al-3oulouww – l’élévation par le degré – car Son attribution par al-3oulouww vient dans le sens figuré. Ce qui est impossible, c’est qu’il vienne dans le sens physique c’est-à-dire l’élévation par l’endroit. C’est pourquoi il a été rapporté des textes concernant Ses attributs Al-`alin, Al-`aliyy et Al-Mouta`alI, mais il n’a pas été rapporté quelque chose qui signifie le contraire » [Fat-Hou l-BArI tome 6 p 136].

81 – Il a dit également : « La croyance du Salaf, des Imams et des savants de la Sounnah du Khalaf, c’est que Allâh est exempt du mouvement, du déplacement et de l’incarnation, rien n’est tel que Lui » [Fat-Hou l-BArI tome 7 p 124].

82 – Il a dit également : « Il a été établi que Allâh n’est pas un corps, Il n’a donc pas besoin d’un endroit où s’installer, Il est de tout éternité alors qu’aucun endroit n’est de tout éternité » [3Oumdatou l-QarI, volume 12 tome 25 p 117].

 

83 – Le Chaykh AbOU `abdi l-LAh MouHammad Ibnou YOUçouf As-SanOUciyy, décédé en 895 de l’Hégire, a dit en mentionnant ce qui est impossible à Son sujet ta`âlâ : « La similarité avec ce qui entre en existence reviendrait à ce qu’Il soit un corps, c’est-à-dire impliquerait que Son Être Al-`aliyy occupe une portion d’espace ou bien qu’Il soit une caractéristique qui advient à un corps, qu’Il soit dans la direction d’un corps ou qu’Il ait Lui-même une direction, qu’Il soit dans un endroit ou qu’Il soit sujet au temps » [‘Oummou l-BarAhIn fi l-`aqA’id – Matnou s-SanOUciyyah –, imprimé dans le Recueil des Résumés d’Importance p 4].

 

84 – Le Chaykh MouHammad Ibnou ManSOUr Al-Houd-houdiyy Al-MiSriyy commentant la parole de As-SanOUciyy a dit : « Il lui est également impossible ce qui entraInerait Sa ressemblance avec ce qui entre en existence comme le fait d’être dans la direction d’un corps, en étant au-dessus ou en dessous d’un corps, à sa droite ou à sa gauche ou devant ou derrière, car s’Il était dans les directions des corps cela entraInerait qu’Il soit localisé ; de la même façon, il Lui est impossible d’avoir une direction car la direction fait partie des caractéristiques des corps » [Commentaire de Al-Houd-houdiyy sur ‘Oummou l-BarAhIn p 88].

 

85 – Le HAfiDH MouHammad Ibnou `abdi r-RaHmAn As-SakhAwiyy mort en 902 de l’Hégire a dit : « Notre Chaykh – il vise le HAfiDH Ibnou Hajar – a dit : La science de Allâh concerne tous les endroits et Allâh soubHAnahou wa ta`âlâ est exempt d’être incarné dans les endroits, en effet, Allâh soubHAnahou wa ta`âlâ existe de toute éternité avant que les endroits n’entrent en existence » [Al-Maqasidou l-Haçanah n° 886 p 342].

 

86 – Le HAfiDH JalAlou d-DIn `abdou r-RaHmAn Ibnou AbI Bakr As-SouyOUtiyy Ach-ChAfi`iyy Al-‘Ach`ariyy mort en 911 de l’Hégire lors du commentaire du HadIth : (‘aqrabou mA yakOUnou l-`abdou min Rabbihi wa houwa sAjid) a dit : « Al-QourtOUbiyy a dit : Ceci veut dire que l’esclave est plus proche dans la prosternation de l’agrément de Allâh – par le rang et l’honneur et non pas par la distance car Allâh est exempt de l’endroit, de l’étendue et du temps – ». Al-Badr Ibnou Sahib a dit dans sa Tadhkirah : « Il y a dans ce HadIth l’indication que la direction est impossible au sujet de Allâh ta`âlâ » [Commentaire de As-SouyOUtiyy des Sounan de An-NaçA’iyy tome 1 p 576].

 

87 – Le Chaykh Abou l-`abbAs ChihAbou d-DIn ‘AHmad Ibnou MouHammad Al-QasTallAniyy Al-MiSriyy mort en 923 de l’Hégire dans son commentaire du SaHIH Al-BoukhAriyy a dit : « L’Être de Allâh est exempt de l’endroit et de la direction » [IrchAdou s-SArI tome 15 p 451] .

88 – Il a dit également : « La parole de Allâh ta`âlâ : (woujouhoun) c’est-à-dire les visages des croyants, (yawma’idhin), c’est-à-dire au Jour du jugement, (nadirah) c’est-à-dire qu’ils seront beaux et doux, (‘ilA RabbihA nadhirah) : ils verront leur Seigneur sans comment, sans direction, ni distance » [IrchAdou s-SArI tome 15 p 462].

 

89 – Le Chaykh le Qadi ZakariyyA Al-‘AnSAriyy Ach-ChAfi`iyy Al-‘Ach`ariyy décédé en 926 de l’Hégire a dit dans son commentaire de Ar-RiçAlatou l-Qouchayriyyah : « Certes, Allâh n’est pas un corps ni une caractéristique qui advient aux corps. Il n’est pas dans un endroit ni sujet au temps » [Émargement de Ar-RiçAlatou l-Qouchayriyyah p 2].

90 – Il a dit également au sujet de Allâh : « Il n’a pas d’endroit tout comme Il n’est pas sujet au temps car Il est le Créateur de tous les endroits et du temps » [Émargement de Ar-RiçAlatou l-Qouchayriyyah p 5].

 

91 – Le Chaykh MoullA `aliyy Al-QarI Al-Hanafiyy mort en 1014 de l’Hégire a dit : « Quant à Son 3oulouww, ta`âlâ, par rapport à Ses créatures qui est tiré de ce qui est de l’ordre de la parole de Allâh ta`âlâ : (wa houwa l-Qahirou fawqa `ibAdih) [sôurat ‘Ali `imrAn / 18], il s’agit d’un 3oulouww – élévation – par le degré et non pas d’une élévation par l’endroit, conformément à ce qui est décrété chez les gens de ‘Ahlou s-Sounnah wa l-JamA`ah » [Commentaire de Al-Fiqhou l-‘Akbar après qu’il ait terminé le commentaire des RaçA’il de l’Imam AbOU HanIfah p 196, 197].

 

92 – Le Chaykh MouHammad Ibnou `abdi l-Baqi Az-ZourqAniyy Al-MAlikiyy mort en 1122 de l’Hégire a dit dans son commentaire du Mouwatta’ de l’Imam MAlik : « Al-BayDAwiyy a dit : Puisqu’il a été confirmé avec les preuves catégoriques que Allâh soubHAnahou est exempt du corps et de la localisation, il Lui est impossible le nouzoul dans le sens d’un déplacement d’un endroit vers un endroit qui lui serait inférieur » [Commentaire de Az-ZourqAniyy sur le Mouwatta’ de l’Imam MAlik tome 2 p 36 ].

 

93 – Le SoufI, Zahid – ascète –, connaisseur de Allâh, le Chaykh `abdou l-Ghaniyy An-NAboulouciyy Ad-Dimichqiyy Al-Hanafiyy, mort en 1143 de l’Hégire a dit : « Il est exempt, soubHAnahou wa ta`âlâ, de tous les endroits élevés ou bas et des endroits intermédiaires » [RA’iHatou l-Jannah Commentaire de ‘IDA’atou d-Doujnah p 48, 49 ].

 

94 – Le Chaykh, l’illustre savant Abou l-BarakAt ‘AHmad Ibnou MouHammad Ad-DardIr Al-MAlikiyy Al-MiSriyy mort en 1201 de l’Hégire au sujet de Allâh ta`âlâ : « Il est exempt de l’incarnation, de la direction, du contact, de la séparation et de ce qui serait stupide de Lui attribuer » [Al-KharIdatou l-Bahiyyah – dans le Recueil des Résumés d’Importance – n° 31 p 25].

 

95 – Le HAfiDH, le Loughawiyy, le FaqIh, le MaItre, MouHammad MourtaDA Az-ZabIdiyy Al-Hanafiyy mort en 1205 de l’Hégire a dit : « Allâh soubHAnah n’a pas d’endroit ni de direction » [It-HAfou s-SAdati l-MouttaqIn tome 2 p 24].

96 – Il a dit également : « Allâh ta`âlâ est exempt du changement d’un état à un autre, du déplacement d’un endroit à un autre, également du contact et de la séparation car tout cela fait partie des caractéristiques des créatures » [même référence que précédemment tome 2 p 25].

97 – Il a dit également : « Allâh est exempt d’être localisé dans un endroit de telle sorte qu’on Le désignerait du doigt ou qu’une direction Le contiendrait » [même référence que précédemment tome 2 p 25].

98 – Il a dit également : « L’Être de Allâh n’est pas dans l’une des six directions ni dans un endroit quel qu’il soit »[même référence que précédemment tome 2 p 103].

 

99 – Le Chaykh, l’illustre savant, le MouHaddith, le FaqIh – spécialiste de jurisprudence – Abou l-MaHAcin MouHammad Al-Qawouqjiyy AT-TarAboulouciyy Al-Hanafiyy mort en 1305 de l’Hégire a dit : « Voici un traité de croyance concernant le tawHId pur de tout verbiage et de toute complication dont a besoin tout mourId, que Allâh en fasse profiter tous les esclaves, ‘AmIn » [voir son livre Al-I3timAdou fi l-I3tiqAd p 2].

100 – Après quoi il a dit : « S’il te dit (‘ayna l-LAh) dis : « ma`a – avec – tout un chacun par Sa science et non pas par Lui-même ; fawq – supérieur – à tout un chacun par Sa toute puissance ; Dhahir – Dont l’existence est évidente – par les manifestations de Ses attributs ; BATin de par la réalité de Son Être – Celui que les illusions ne peuvent atteindre –, c’est-à-dire qu’il n’est pas possible de se L’imaginer ; exempt de la direction et du fait d’être un corps. On ne dit pas qu’Il a une droite, ni une gauche, ni un devant, ni un arrière, ni qu’Il est au-dessus du Trône ni en dessous, ni à sa droite, ni à sa gauche, ni à l’intérieur du monde, ni à l’extérieur. On ne dit pas que personne ne sait Son endroit sinon Lui et celui qui dit : (je ne sais pas si Allâh est dans le ciel ou sur la terre) est mécréant car il aura considéré qu’Il occuperait l’un de ces deux endroits. Si maintenant on te demande : « Quelle est ta preuve en cela ? Réponds : « Parce que s’Il avait une direction ou s’Il était dans une direction, Il serait localisé et tout ce qui est localisé a une existence ayant un début alors que le début est impossible à Son sujet » [même référence que précédemment p 5].

101 – Il a dit dans son livre « SafInatou n-NajAt » : « La similarité avec ce qui entre en existence est impossible au sujet de Allâh, c’est-à-dire qu’il est impossible que Son Être soit comme les êtres qui occupent une portion de l’espace ou qu’Il soit caractérisé par ce qui advient aux corps comme la luminosité ou qu’Il soit dans une direction telle que le haut, le bas, la droite, la gauche, l’arrière ou le devant ou qu’Il soit dépendant du temps » [SafInatou n-NajAt fi Ma`rifati l-LAhi wa ‘AHkAmi S-SalAt p 7 ].

 

102 – Le Moufti de la wilAyah de Beyrouth, le Chaykh `abdou l-BAsiT Al-FAkhOUriyy mort en 1323 de l’Hégire a dit au sujet de Allâh : « Il n’est pas un corps qui occupe un volume dans l’espace, Il n’a donc pas d’endroit, Il n’est pas une caractéristique qui advient aux corps, Il n’est dans aucune des directions, Il n’est pas caractérisé par la grandeur ni par la petitesse et tout ce qui parvient à ton esprit, Allâh en est différent » [Al-KifAyatou lidhawi l-`inAyah p 13].

 

103 – Le Chaykh MouHammad Haçanayn MakhlOUf, le Moufti d’Egypte mort en 1355 de l’Hégire a dit : « Allâh est exempt de toute imperfection et de toutes les caractéristiques de ce qui entre en existence parmi lesquelles le temps et l’endroit. Il n’est donc pas sujet au temps et Il n’est pas contenu dans un endroit. Étant le Créateur de l’un et de l’autre, comment en aurait-Il besoin ?! » [MoukhtaSArou CharHi `aqIdati ‘Ahli l-‘IslAm p 12-13].

104 – Il a dit également : « Il sera vu soubHAnah sans qu’Il soit dans un endroit ni une direction, sans contact par un rayon lumineux ni de distance entre ceux qui Le verront et Lui ta`âlâ mais tel qu’il est digne de Son exemption et de Sa gloire, soubHAnah » [même référence p 27].

 

105 – Le Chaykh YouçOUf Ad-Dajawiyy Al-MiSriyy mort en 1365 de l’Hégire, dans le magazine de Al-‘Azhar que les Chaykh de Al-‘Azhar éditent en Égypte, a dit pour faire l’exégèse de la parole de Allâh tabAraka wa ta`âlâ : (sabbiHi sma Rabbika l-‘a`lA) [sôurat Al-‘a`lA / 1] : « Al-‘a`lA est un attribut du Seigneur. Ce qui en est visé c’est la supériorité par la domination et la manifestation de la toute-puissance et non pas par l’endroit et la direction, qu’Il soit absolument exempté de tout cela » [Majallatou l-‘Azhar (dans laquelle interviennent les Chaykh de Al-‘Azhar d’Égypte) 9ème volume 1er tome, mois de MouHarram de l’an 1357 p 16].

106 – Il a dit également : « Sache que les gens du Salaf déclarent que l’élévation spatiale est impossible à Son sujet, ta`âlâ, contrairement à certains ignorants qui débattent à tort et à travers à ce propos. En effet, le Salaf et le Khalaf sont tous deux en accord sur le tanzih – l’exemption de Allâh de toutes les caractéristiques des créatures . Ne te laisses pas méprendre, après cela, par ceux qui se font appeler salafites pour duper les gens et leur faire croire qu’ils sont sur la croyance du Salaf alors que les gens du Salaf sont innocents de la croyance des mouchabbihah, ceux qui attribuent à Allâh la position assise, l’établissement, l’endroit, le mouvement et la limite. Que Allâh nous préserve de la mécréance » [Référence précédente p 17].

 

107 – Le Délégué de l’Assemblée des Chaykh Islamique dans la Maison du Califat ottoman, le Chaykh MouHammad Za’id Al-KawthAriyy Al-Hanafiyy mort en 1371 de l’Hégire a dit : « L’exemption de Allâh soubHAnahou, de l’endroit et de ce qui est relatif aux endroits, du temps et de ce qui est relatif au temps, la voilà la croyance des gens de la vérité en dépit de la rage des moujassimah déclarés qui attribuent à Allâh les caractéristiques des corps » [MaqAlAtou l-Kawthariyy : MaqAlou l-‘IsrA’i wa l-Mi3rAj p 452].

108 – Il a dit également : « Sa parole soubHAnahou : (layça kamithlihI chay’) qui signifie : « Rien n’est tel que lui » [sôurat Ach-ChOUrA / 11] est un texte qui exempte Allâh de la direction, ta`âlâ. En effet, s’Il n’était pas exempt de la direction Il aurait des semblables innombrables, gloire à Allâh Qui en est exempt » [Takmilatou r-Radd `alA NOUniyati Bni l-Qayyim p 102].

 

109 – Le MouHaddith du Maghreb le Chaykh `abdou l-LAh Ibnou MouHammad AS-Siddiq Al-GhoummAriyy mort en 1413 de l’Hégire a dit : « Allâh existe de toute éternité et rien d’autre que Lui n’est de toute éternité, il n’est de toute éternité ni temps ni endroit, ni périmètre, ni instant, ni Trône, ni anges, ni astres. Il fait exister le monde sans en avoir besoin et s’Il le voulait Il ne l’aurait pas fait exister. Tout ce monde avec ce qu’il contient de substances et de leurs caractéristiques, tout cela est passé du néant à l’existence. Il n’y a pas dans tout cela quoi que ce soit qui soit de toute éternité tout comme l’indique la preuve rationnelle et tout comme le rapportent les preuves des textes. Toutes les communautés sont d’accord sur ce point, mis à part l’aberration des philosophes qui ont prétendu que ce monde est sans début ; ce sont incontestablement des mécréants » [QiSaSou l-‘AmbiyA’ : ‘Adam `alayhi s-salAm p 11].

110 – Il a dit également : « An-NIçAbOUriyy a dit dans son TafsIr concernant Sa parole : (wa rAfi3ouka ‘ilayya) [sôurat ‘Ali `imrAn / 55] : « Les mouchabbihah se sont attachés aux textes de cet ordre pour confirmer que Allâh aurait un endroit et qu’Il serait dans le ciel mais les preuves catégoriques ont montré que Allâh est exempt de la localisation et de la direction. Il est donc un devoir de donner à ce texte non explicite un autre sens que le sens apparent en en faisant le ta’wil – l’interprétation – : Le sens voulu, c’est : (‘ilA maHalli karAmatI) : « Je t’élève vers le lieu que J’honore » [`aqIdatou ‘Ahli l-‘IslAm, la Croyance des Gens de l’Islam p 29].

 

111 – Le Chaykh Houçayn `abdou r-RaHIm Makkiyy Al-MiSriyy, l’un des Chaykh de Al-‘Azhar dans son livre « Tawdihou l-`aqIdah » retenu pour l’enseignement de quatrième année préparatoire dans les lycées de Al-‘Azhar en Egypte : « Nous considérons que Allâh ta`âlâ est exempt de la direction, de faire face et du comment, tout comme nous avons pour croyance que Allâh ta`âlâ n’est pas dans une direction, ni de faire face à quoi que ce soit et qu’Il n’est pas un corps » [Éclaircissement de Al-`aqdou l-MoufId fi `ilmi t-TawHId li CharHi l-KharIdati li SayyidI ‘AHmadi d-DardIr tome 2 p 39, cinquième édition 1384 H, 1964].

 

112 – Dans le livre Al-`aqIdatou l-‘IslAmiyyah qui est enseigné dans les Emirats Arabes Unis : « Allâh ta`âlâ ne s’incarne dans quoi que ce soit et rien ne s’incarne en Lui, Il est exempt d’être contenu dans un endroit tout comme Il est exempt d’être sujet au temps, Il est de toute éternité avant de créer le temps et l’endroit et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité » [Al-`aqIdatou l-‘IslAmiyyah : At-TawHId fi l-KitAbi wa s-Sounnah tome 1 p 167].

113 – Il y est dit également : « La croyance de sauvegarde qui t’épargnera des périls du chirk et des égarements des groupes déviés, c’est d’avoir pour croyance que Allâh ta`âlâ sera vu dans l’au-delà par les croyants sans comment, sans délimitation, sans direction et sans confinement » [Al-`aqIdatou l-‘IslAmiyyah : At-TawHId fi l-KitAbi wa s-Sounnah tome 1 p 151].

 

114 – Il est parvenu dans Majallatou d-Da`wati l-Haqq qui est édité par le Ministère des ‘AwqAf et des Affaires islamiques du Royaume du Maroc : « L’ensemble des savants du Salaf – prédécesseurs des trois premiers siècles – de Ahlou s-Sounnah et de leur Khalaf – successeurs – et également les spécialistes des preuves rationnelles parmi les spécialistes de la science de la croyance se sont accordés à dire que le sens apparent de (al-‘istiwA’ `ala l-`arch), c’est-à-dire la position assise sur une chaire, l’installation et la localisation dessus, est impossible parce que les preuves rationnelles catégoriques ont montré l’exemption de Allâh d’avoir une quelconque ressemblance avec Ses créatures ou d’avoir besoin de quoi que ce soit des créatures, que ce soit d’un endroit où prendre place ou autre. De même parce que Allâh soubHAnah a nié à Son sujet la similarité avec Ses créatures en quoi que ce soit. Il a confirmé pour Son Être le non besoin absolu. Allâh ta`âlâ dit : (layça kamithlihI chay’) ce qui signifie : « Rien n’est tel que Lui » ».[Majallatou d-Da`wati l-Haqq n° 305-306 p 65 année 1415 H, 1994 C].

 

115 – Il est rapporté dans Majallatou l-‘Azhar qui est un magazine traitant des domaines de la religion, de la science, de la morale, de l’histoire et de la sagesse, édité par les Chaykh de Al-‘Azhar en Égypte que : « Al-‘Azhar Ach-CharIf en Égypte a fait face à ceux qui ont dévié de la voie de Ahlou s-Sounnah et a répliqué à ces groupuscules qui se font appeler wahhabites, qui se cachent tantôt sous l’appellation de (salafites), tantôt sous le nom de (JamA`atou ‘AnSAri s-Sounnah). Plus d’un article a été publié pour montrer l’infondé de ce qu’ils prétendent sous le titre « L’exemption de Allâh de l’endroit et de la direction ». Parmi ce qui y est rapporté : « Al-‘a`lA est un attribut du Seigneur, ce qui est visé par al-3oulouww c’est l’élévation par la domination et la toute-puissance et non par l’endroit et la direction du fait qu’Il en est exempt ». Cet article a été publié par les Chaykh de Al-‘Azhar depuis plus de soixante ans, ce qui indique son insistance pour faire face et répliquer aux mises en doute des égarés qui sont déviés, surtout lorsque l’on craint que la croyance ne soit perturbée, afin de protéger les gens contre le tachbIh – assimilation de Allâh à Ses créatures –. Celui qui nous blâme pour la croyance de l’exemption de Allâh de la direction, de l’endroit et de toutes les caractéristiques des corps est en train de blâmer Al-‘Azhar et les savants de la communauté » [Majallatou NOUri l-‘IslAm : Majallatou l-‘Azhar volume 2 partie 4 p 282 de RabI3ou th-thAnI année 1350 H, volume 2 tome 9 p 63 de RamaDAn année 1350 H et volume 9 tome 1 p 16, mois de MouHarram année 1357 de l’Hégire].

 

116 – Le Chaykh `allAmah – référence –, le FaqIh, le MouHaddith, le Chaykh `abdou l-LAh Al-Harariyy connu sous le nom de Al-Habachiyy a dit : « Confirmer l’endroit à Allâh impliquerait de Lui attribuer la direction, ce que les savants de l’Islam ont renié, qu’ils fassent partie du Salaf ou du Khalaf, tout comme l’a rapporté AbOU Ja`far AT-TaHAwiyy – dans son livre appelé Al-`aqIdatou T-TaHAwiyyah qu’il a présenté comme étant l’exposé de la croyance de Ahlou s-Sounnah wa l-JamA`ah –, par sa parole : « Il n’est pas concerné par les six directions comme le sont toutes les créatures ». Il est devenu clair à partir de là que le fait de nier la localisation de Allâh dans une direction, c’est la croyance du Salaf parce que AT-TaHAwiyy fait partie du Salaf et qu’il a montré que c’est là la croyance, en particulier, de AbOU HanIfah et de ses deux compagnons qui sont morts dans le deuxième siècle de l’Hégire, et que c’est la croyance, de façon générale, de Ahlou s-Sounnah ».

 

117 – Il a été confirmé de l’Imam MAlik, que Allâh l’agrée, ce qu’a rapporté Al-Bayhaqiyy avec une forte chaIne de transmission par l’intermédiaire de `abdou l-LAh bnou Wahb qu’il a dit : « Nous étions auprès de MAlik c’est alors qu’un homme a dit : Ô AbOU `abdi l-LAh (Ar-RaHmAn `ala l-`archi stawA), ‘istawA comment ? C’est alors que MAlik a baissé la tête et s’est mis à transpirer abondamment puis il a relevé la tête et a dit : « Ar-RaHmAn `ala l-`archi stawA comme Il s’est qualifié Lui-même. On ne dit pas comment. Dire comment est exclu à Son sujet et je ne vois en toi qu’un mauvais innovateur. Faites-le sortir ». La parole de MAlik (wa kayfa `anhou marfou`) « Dire « comment » est exclu à Son sujet » veut dire que Son istiwA’ concernant le Trône n’est pas une attitude comme l’istiwA’ des créatures, que ce soit une position assise quelle qu’elle soit ou ce qui est de cet ordre.

118 – Al-Bayhaqiyy par l’intermédiaire de YaHyA Ibnou YaHyA, l’un des élèves de MAlik, a rapporté une deuxième version, à savoir sa parole : « (al-istiwa’ ghayrou majhOUl) : « l’istiwA’ n’est pas inconnu » – c’est-à-dire que l’istiwA’ est connu car il est rapporté dans le Qour’An –, (al-kayfou ghayrou ma`qOUl) : « le comment n’est pas concevable » – c’est-à-dire que le comment est exclu, impossible à Son sujet, à savoir que l’istiwA’ dans le sens du comment, c’est-à-dire de l’attitude comme la position assise, n’est pas concevable : la raison ne l’accepte pas puisqu’il fait partie des caractéristiques des créatures. En effet, la position assise n’est valable que pour un être qui a des membres, c’est-à-dire un postérieur et des genoux, gloire à Allâh Qui est exempté de tout cela –, (wa s-sou’Alou `anhou bid`ah) c’est à dire : « Dire comment au sujet de Dieu est une mauvaise innovation », (wa mA ‘arAka ‘il-lA moubtadi`an) : « et je ne vois en toi qu’un mauvais innovateur » et il a ordonné qu’on le fasse sortir ». Quant à la version selon laquelle MAlik aurait dit : (al-kayfou majhOUl) : (le comment est ignoré), cette version n’est pas vraie ; elle n’a été validée d’aucun des Salaf ; elle n’a pas été confirmée comme étant la parole de MAlik ni de personne d’autre parmi les Imams. L’Imam MAlik n’a pas dit (al-kayfou majhOUl) : (le comment est ignoré).

 

119 – Il a été confirmé de MAlik qu’il a fait le ta’wIl – interprétation – dans le HadIth de an-nouzoul lorsqu’il a dit : « C’est une descente de miséricorde et non pas un nouzoul de déplacement ». Il a été rapporté de lui également au sujet du ta’wIl – interprétation – de ce HadIth : (yanzilou RabbounA koulla laylatin ‘ila s-samA’i d-dounyA fayaqOUlou hal min da`in fa’astajIbou lahou) c’est-à-dire que le HadIth de an-nouzoul est à prendre au sens métonymique [comme on dirait : (tout le pays est descendu dans la rue) c’est-à-dire : un grand nombre d’habitants du pays sont descendus dans les rues]. Il signifie que Allâh exauce par Sa miséricorde celui qui L’invoque et non pas dans le sens qu’Il se déplace d’un endroit à un autre.

120 – Il a été confirmé que MAlik a également interprété les HadIth moutachAbih – non explicites – dont le sens apparent suggère le physique, le mouvement, le déplacement ou l’immobilité. Concernant le ta’wIl de MAlik de ces HadIth, Al-Bayhaqiyy a rapporté avec sa chaIne de transmission d’après Al-‘Awza`iyy, MAlik, SoufyAn, Al-Laythou Ibnou Sa`d qu’ils ont été interrogés au sujet de ces HadIth et qu’ils ont répondu : « Citez-les comme ils vous sont parvenus, sans attribuer de comment ». Il l’a rapporté dans son livre « Al-‘AsmA’ou wa S-SifAt ».

 

121 – Le Chaykh, l’Imam, le MouHaddith, Al-Qoudwah – modèle –, `abdou l-LAh Al-Harariyy connu sous le nom de Al-Habachiyy, que Allâh lui fasse miséricorde, a dit : « Il n’est pas permis d’interpréter le Qour’An par ce qui n’est pas conforme à la langue arabe. Les mots wajh, yad, `ayn ont été cités dans le Qour’An dans le sens du corps au sujet des créatures et dans un autre sens que celui du corps au sujet du Créateur. Le terme joulous – la position assise – n’a pas été cité dans le Qour’An au sujet de Allâh, le Créateur. Il n’est donc pas permis de dire qu’Il est assis sur le Trône pas comme nous sommes assis car la position assise dans la langue n’est attribuable qu’aux corps ».

 

Toutes ces paroles belles et éminentes que nous avons rapportées de tout un groupe de savants musulmans, de Houffadh –mémorisant les Hadîth et spécialistes des chaînes de transmissions–, de fouqahâ’ –spécialistes de la jurisprudence–, de loughawiyy –spécialistes de la langue arabe– et de mouHaddith –transmetteurs du Hadîth–, toutes ces paroles comportent la croyance de ‘Ahlou s-Sounnah wa l-Jamâ`ah en l’exemption de Allâh du semblable et de l’endroit. Elles contredisent la croyance de ceux qui se prétendent calomnieusement (salafites) et elles mettent en évidence la croyance des ‘Ach`ariyy et des Mâtourîdiyy qui est la croyance des compagnons et de ceux qui les ont suivis avec rectitude, qu’ils fassent partie du Salaf ou du Khalaf. Nous en citrons d’autres incha’a l-Lâh.

Que l’on soit donc en garde contre les perturbateurs vendus, à la solde des mouchabbihah –assimilationnistes– moujassimah –qui qualifient Allâh par les attributs des corps– et que l’on prenne garde aux nombreux ouvrages et petits livrets truffés d’égarements et de choses dénuées de fondement qui contredisent la croyance des musulmans.

Ne vous laissez pas méprendre par la décoration de ces petits livrets, par leurs couleurs vives et chatoyantes, car ce sont des livres qui mènent les ignorants à leur perte en raison de ce qu’ils contiennent comme égarements de la part de leurs auteurs qui qualifient Allâh par les attributs des corps.

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

À suivre inchâ’a l-Lâh

Images des Paroles des Savants Musulmans :

  • mosquee afrique
  • mosquee khalifa hassan le caire egypte
  • zouwayni
  • zayn-^abidin
  • zabidi
  • tahawi-1
  • tahawi
  • souyouti-1
  • souyouti
  • salim-bichri
  • sakhawi
  • razi
  • qourtoubi
  • qastallani
  • qastalani
  • qari
  • nawawi-1
  • nawawi
  • nassafi
  • nasafi
  • khattabi
  • ja^far-sadiq
  • ja^farsadiq
  • imam-ali
  • ibnou-ljawzi
  • ibnouljawzi
  • ibnou-jama^a
  • ibnou-hibban-1
  • ibnou-hibban
  • ibnou-hanbal
  • ibnou-fourak
  • ibnou-^arabi
  • hadith-croyance
  • ghazali-1
  • ghazali
  • dirdir
  • dhou-nnoun-misri
  • chirazi
  • chafi3i-1
  • chafi3i
  • azzarqani
  • attabban
  • assidiqi
  • allam-dirdir
  • ali-ibnouabitalib
  • ali
  • abou-ja^far-tahawi
  • abou-hayyan
  • abou-hanifa
  • 3izzdin-1
  • 3izzdin
  • 3iraqi
  • 1-hadith-1
  • 1-hadith

Articles en Relation