Péchés de l’Oreille, Sons interdits en Islam Musique à vent, à corde

Péchés de l’Oreille, Sons interdits en Islam Musique à vent, à corde
بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre Maître MouHammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Écouter les instruments de musique interdits

Parmi les péchés de l’oreille, il y a écouter les instruments de musique à vent et à corde tel que le rebec qui est un instrument de musique ressemblant au luth et qui entraîne l’âme à lui seul (c’est-à-dire une légèreté dans l’âme), et ce qui est du même ordre que les instruments à corde, ainsi qu’écouter la médisance, les paroles rapportées pour semer la discorde entre les musulmans et ce qui est du même genre.

Le Messager de Allâh, Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« لَيَكُونَنَّ أُناسٌ في أمتي يَسْتحِلُّون الحِرَ والحَرِيرَ والخمر والمَعَازِف »

Ce qui signifie : « Il adviendra des gens de ma communauté qui pratiqueront beaucoup la fornication, le fait de porter de la soie [pour les hommes], le fait de boire les boissons alcoolisées et l’utilisation des instruments de musique à corde », [rapporté par Al-Boukhâriyy avec une chaîne de transmission non complète dans son SaHîH et complète dans ses livres al-‘Adabou l-Moufrad et At-târîkh]. Al-Bazzar et d’autres ont rapporté un Hadîth attribué au Prophète :

« صَوْتانِ مَلْعونانِ في الدُّنْيا وَالآخِرَةِ مِزْمارٌ عِنْدَ نِعْمَةٍ وَرَنَّةٌ عِنْدَ مُصيبَةٍ »

(Sawtâni mal`ôunâni fi d-dounyâ wa l-âkhirah : mizmâroun `inda ni`matin wa rannatoun `inda mouSîbah)

ce qui signifie : « Il y a deux sons qui sont maudits dans le bas monde et dans l’au-delà, une flûte à l’occasion d’un mariage et les lamentations à l’occasion d’un décès ».

Pour ce qui est des cymbales qui sont deux pièces de cuivre qu’on frappe l’une contre l’autre, elles ne font pas partie des instruments de musique de distraction entraînants à eux seuls ; l’Imam des deux Haram, Al-Jouwayniyy a penché vers l’avis qu’elles ne sont pas interdites et c’est ce qui est correct.

L’auteur a utilisé ici le terme « écouter » car c’est cela qui est interdit, le fait de prêter l’oreille et non d’entendre sans l’avoir voulu. Pour que le péché soit levé dans le fait d’entendre lorsque cela a lieu sans l’avoir voulu, il est une condition que l’on déteste cela. C’est une condition pour être sauf du péché que d’en réprouver tout ce qui est interdit par la main ou par la langue si l’on en est capable ; sinon il lui est un devoir de le renier par son cœur et de quitter l’assemblée s’il y avait pris place.

La signification de l’interdiction de ces choses est que le plaisir qui en advient pousse à la corruption, de plus ceci est l’habitude des grands pécheurs, ainsi il est connu d’eux qu’ils écoutent cela.

Écouter les propos des gens qui ne veulent pas

Parmi les péchés des oreilles, il y a écouter les propos de gens qui n’aiment pas à ce qu’on les entende, lorsque l’on sait qu’ils n’aiment pas cela et ceci fait parti des grands péchés. Ceci en raison de ce qui a été confirmé que le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« مَنِ اسْتَمَعَ إلى حَديثِ قَوْمٍ وَهُمْ لَهُ كارِهونَ صُبَّ في أُذُنَيْهِ الآنُكَ يَوْمَ القِيامَةِ »

(mani stama`a ‘ilâ Hadîthi qawmin wa houm lahou kârihôun Soubba fî ‘oudhounayhi l-’ânouka yawma l-qiyâmah)

ce qui signifie : « Celui qui écoute les propos des gens alors qu’ils n’aiment pas qu’on les écoute, il lui sera déversé du plomb fondu dans les oreilles au jour du jugement » [rapporté par Al-Boukhâriyy].

Ceci fait partie des sortes d’espionnage interdit et le Messager Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« وَلاَ تَجَسَّسُوا »

Ce qui signifie : « et n’espionnez pas ».

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

4 Comments

  1. Yaya

    Avant j’écoutais la musique mais j’ai arrêter le mois de ramadan dernier et maintenant je lis le coran tous les jours mais la musique revient sans cesse dans ma tête pendant la prière et je ne sais plus quoi faire ?

    1. Sunnite

      Ce qui est interdit dans le Hadîth c’est découter les instruments de musique à vent et à corde voir dans l’article en haut.

      Le mieux est d’écouter les chants islamiques voir : http://www.islam.ms/dourous-cours-islamiques-audio-chants-islamiques-a-telecharger/

      Aussi il est très important apprendre la science de la religion, nous dispensons des cours gratuits de sciences de la religion, voir : http://www.islam.ms/importance-apprendre-science-religion/

      Que Dieu vous facilite le bien

  2. Sunniya

    Parmi les instruments interdits, il y a les instruments utilisés par les pervers, telle que la darbouka (tambour resserré au milieu) parce que c’est l’habitude des pervers.
    En effet, la darbouka compte parmi les instruments de musique interdit. La darbouka est différente du douf (tambourin). En effet, ces deux instruments (la darbouka et le Douf) sont différents aussi bien dans leur forme que dans le son qu’ils produisent, donc ils ne sont pas concernés par le même jugement. Le douf est cité dans le hadîth et il n’est pas interdit.
    Les savants ont interdit la darbouka.

  3. Sunniya

    Abou l-Wafâ’ ibnou ^aqîl ( un grand savant musulman) a dit que dans sôurat Louqmân ‘âyah 17, Dieu a interdit de marcher en se pavanant alors que dire de danser sur le son du toumbour (c’est à dire la danse interdite en se pliant et en bougeant les hanches), cela a été rapporté par Ibnou l-Jawziyy dans son livre talbis iblis : les ruses de iblis.

Les commentaires sont fermés