Les Points de Prononciation des Lettres Arabes et les Règles de Tajwid

Les Points de Prononciation des Lettres Arabes  et les Règles de Tajwid

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

Image du schéma des points de prononciation des lettres arabesLa louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Sachez que la science du Tajwîd est une obligation d’ordre communautaire. Il convient donc de l’apprendre auprès de ceux qui sont qualifiés pour l’enseigner. En effet, la science ne s’apprend que par transmission orale auprès de gens dignes de confiance.

Le Prophète de Allâh, que notre Seigneur l’honore et l’élève davantage en degré, a dit vrai en disant :

« مَنْ يُرِد اللهُ به خَيْرًا يُفَقِّهْهُ في الدِّينِ إِنمَّا العِلْمُ بالتَّعَلُّمِ والْفِقْهُ بالتَّفَقُّهِ »

Ce qui signifie : « Celui pour qui Allâh veut le bien, Il lui facilite l’apprentissage de la religion certes la science de la religion est par transmission orale », [rapporté par Al-Boukhâriyy].

Al-Boukhâriyy a rapporté avec une chaine transmission ininterrompue jusqu’à ‘Outhmân Ibnou ‘Affân que Allâh l’agrée qu’il a dit : le Messager de Allâh a dit ce qui signifie : « Fait partie des meilleurs d’entre vous celui qui apprend le Qour’ân et l’enseigne ».

Et il a également dit :

« يَا أبا ذَر لأن تَغدُوَ فَتَتَعَلَّمَ ءايَة مِن كِتَاب الله خَيْرٌ لَكَ مِن أَن تُصَلّيَ مِائةَ رَكْعَةٍ ولأن تَغدُوَ فَتَتَعَلَّمَ بَاباً مِن العِلمِ خَيْرٌ لَكَ مِن أَن تُصَلّيَ أَلفَ رَكْعَةٍ »

Ce qui signifie : « Ô Abôu Dhar si tu te déplaces et tu apprends une ‘Ayah du Qour’ân tu sera plus récompensé que si tu priais cent rak‘ah (des prières surérogatoires) et si tu te déplaces et tu apprends un chapitre de la religion tu sera plus récompensé que si tu priais mille rak‘ah (des prières surérogatoires) ».

Le Messager de Allâh, Salla l-Lâhou ‘alayhi wa sallam a dit :

« طلَبُ العلمِ فريضةٌ على كلِّ مُسلمٌ »

ce qui signifie : « Quérir la science de la religion est une obligation pour chaque musulman », [rapporté par Al-Bayhaqiyy]. Voir : L’Importance d’Apprendre l’Islam sur la Vraie Voie. Sciences Islamiques

La lecture soignée du Qour’ân est un acte d’adoration (‘ibâdah عِبَادَةٌ), qui est un ذِكْرٌ dhikr, et qui s’accomplit par la langue en respectant certaines règles de récitation.

Cette lecture respecte deux fondements :

1 – الإِخْلاَصُ Al-‘IkhlâS – la sincérité

La personne doit chercher exclusivement l’agrément de Allâh. Même si la personne ne sait pas lire, si elle regarde juste les versets dans le MouS-Haf avec une bonne intention elle est récompensée.

2 – Ne pas commettre d’erreur de récitation (لَحْنٌ laHn)

– Il y a trois types d’erreurs de récitations laHn :

a) Celui qui change le sens du mot. Cette erreur est interdite Harâm. Exemple : dire ‘an`amti `alayhim au lieu de dire ‘an`amta `alayhim.

b) Celui qui ne change pas le sens du mot. Cette erreur est interdite Harâm pour celui qui le fait délibérément. Exemple : dire wa ‘iyyâka nista`în au lieu de dire wa ‘iyyâka nasta`în.

c) Celui qui annule le sens du mot. Cette erreur est interdite Harâm. Exemple : dire «’al-lazîna au lieu de dire ‘al-ladhîna.

– L’erreur de récitation se manifeste dans trois cas :

a) changer les Harakât (la fat-Hah, la Dammah ou la kasrah) ;

b) faire un madd moindre que le madd Tabî`iyy obligatoire de deux temps ;

c) prononcer une lettre hors de son point de prononciation. Exemple : dire ‘al-lazîna au lieu de ‘al-ladhîna.

Pour maîtriser la science du Tajwîd il faut la recevoir par transmission orale des savants et de personnes dignes de confiance (ثِقَاتٌ Thiqât).

– Le Qour’ân a été révélé au Prophète avec 7 manières de récitation dites Qirâ’ât.

– Le Prophète récita et enseigna le Qour’ân aux Compagnons parmi lesquels :

Oubayy Ibnou Ka`b

‘Abdou l-Lâh Ibnou Mas`ôud

Zayd Ibnou Thâbit

`Aliyy Ibnou Abî Tâlib

– Les Compagnons ont transmis le Qour’ân à de grands Imams connus sous le nom de قَارِئٌ Qâri’ dont chacun a eu de grands élèves. Parmi ces grands imâms il y a :

نَافِع Nâfi` (Ses deux grands disciples sont Warch et Qâlôun) ; `Âsim عَاصِم (parmi ses disciples HafS)

Le Tajwîd التَّجْوِيد

Le mot Tajwîd vient du verbe جَوَّدَ jawwada qui signifie « faire ce qui est bon ».

Définition : lire le Qour’ân avec une application rigoureuse des règles.

Réciter chaque lettre de son point de prononciation et donner à chaque madd sa juste valeur.

Parmi les spécialistes du Tajwîd il y a : Ach-ChâTibiyy, Al-Jazariyy

Le Tartîl التَّرْتِيل

Définition : réciter de manière harmonieuse de sorte que le flux ne soit pas saccadé ; prononciation correcte des lettres et connaissance des modalités d’arrêt.

Les Points d’articulation des lettres : Makhârijou l-Hourôuf مَخَارِجُ الحُرُوفِ

Ce chapitre concerne les parties sollicitées des lèvres jusqu’au fond de ‘al-Halq vers la poitrine lors de la production du son défini selon les savants du Tajwîd comme étant le souffle que l’on entend.

Il y a 5 endroits essentiels de sortie des lettres dites makhârij : ‘al-jawf (vide interne de la bouche et de la gorge), ‘al-Halq (la gorge), ‘al-lisân (la langue), ‘ach-chafatân (les lèvres) et ‘al-khaychôum (extrémité du nez).

Il y a 17 points de prononciation chez la plupart des savants du Tajwîd. C’est l’avis de Al-Jazariyy et de Al-Khalîl Ibnou AHmad.

Pour sîbawayh, il y en 16 : pour lui ‘al-jawf n’est pas un makhraj et les lettres de ‘al-madd ne sont pas des lettres.

Pour ‘al-Farrâ’, il y en a 14 : il ne compte pas ‘al-jawf et considère que le nôun et le râ’ sortent d’un même makhraj.

A vrai dire, il y a un makhraj pour chaque lettre, soit 29 points (lâm ‘alif لا = 1 lettre).

Le vide interne à la bouche : Al-Jawf الجَوْفُ

Il compte un point de prononciation pour trois lettres qu’on appel les voyelles longues dites lettres de ‘al-madd (de prolongation).

La bouche englobe : la langue (‘al-liçân) , les lèvres (ach-chafatân) et le larynx (‘al-Halq).

ا ‘alif précédé d’une lettre avec fat-Hah

و wâw sâkinah précédé d’une lettre avec Dammah

ي yâ’ sâkinah précédé d’une lettre avec kasrah

Le larynx (gorge) : Al-Halq الحَلْقُ

Il compte trois points de prononciation pour six lettres rassemblées dans les initiales de la parole :

‘Akhî hâka ‘ilman HAzahou ghayrou khâsir أَخِي هَاَكَ عِلْمًا حَازَهُ غَيْرُ خَاسِرٍ

Du fond de ‘al-Halq : ‘al-hamzah ‘al-hâ’ : ء ه

Du milieu de ‘al-Halq : ‘al-`ayn ‘al-Hâ’ : ع ح

Du haut de ‘al-Halq : ‘al-ghayn ‘al-khâ’ : غ خ

La langue : Al-Liçân اللِّسَانُ

Il compte dix points de prononciation pour dix-huit lettres :

Le fond de la langue avec la partie qui lui convient du palais supérieur : ق ك .

Le milieu de la langue avec la partie qui lui convient du palais supérieur : ج ش ي .

Le côté de la langue en contact avec les molaires supérieurs : ض.

Le bout de la langue en contact avec la partie qui lui convient du palais supérieur : ل ن ر .

Le bout de la langue en contact avec le palais proche des incisives supérieures : د ت ط .

Le bout de la langue en contact avec le bout des incisives supérieures : ذ ث ظ .

Le bout de la langue entre les incisives inférieures et supérieures : س ز ص .

Les lèvres : Ach-Chafatân الشَّفَتَانِ

Elles comptent deux points de prononciation pour quatre lettres :

Lèvre inférieure en contact avec l’extrémité des incisives supérieures : ف .

Point entre les deux lèvres en s’ouvrant : و .

Point entre les deux lèvres en se fermant : ب م .

Le fond du nez : Al-Khaychôum الخَيْشُومُ

C’est le point de prononciation de la ghounnah, la nasalisation, qui est un son qui sort du khaychôum.

Le son da la ghounnah apparaît au niveau des lettres mîm et nôun quand elles sont doublées.

Exemple : lammâ : لمّا ; ‘innâ : إنَّا

Les Caractéristiques des Lettres

Chaque lettre a une ou des caractéristiques.

L’avis le plus fort, c’est qu’il y a 17 caractéristiques dont 5 ont leur opposées.

Al-hams الهَمْسُ (le souffle)

Du point de vue de la langue, c’est le chuchotement.

Les lettres de al-hams sont appelées ainsi car le souffle sort avec puisqu’elles sont faibles au niveau de leur point de prononciation. Elles sont au nombre de dix, rassemblées dans la parole de Al-Jazariyy :

فَحَثَّهُ شَخْصٌ سَكَتْ
ف ح ث ه ش خ ص س ك ت

faHaththahou chakhSoun sakat

Al-jahr الجَهْرُ (la sonorité)

Du point de vue de la langue, c’est le fait de parler à voix haute.

Les lettres de al-jahr sont appelées ainsi car elles empêchent le souffle, c’est à dire beaucoup de souffle, de sortir car elles sont fortes et on appui sur leur point de prononciation au moment de la prononciation du fait qu’elles sont fortes au niveau de leur point de prononciation.

Ce sont les 19 lettres, autre que celles de al-hams.

Ach-chiddah الشِّدَّةُ (le tonus)

Du point de vue de la langue, c’est la force.

Les lettres de ach-chiddah sont appelées ainsi car elles coupent le son au moment de leur prononciation.

Elles sont au nombre de huit rassemblées dans la parole de Al-Jazariyy :

أَجِدْ قَطٍ بَكَتْ
أ ج د ق ط ب ك ت

‘ajid qaTin bakat

Ar-rikhâwah الرِّخَاوَةُ (la faiblesse)

Le son se diffuse aisément en les prononçant. Il y a 29 – 8 = 21 lettres dont 5 qui ont une position intermédiaire entre ‘ar-rikhâwah et ‘ach-chiddah.

On les appel les lettres de ‘al-moutawassiT, rassemblées dans la parole de Al-Jazariyy :

لِنْ عُمَرْ
ل ن ع م ر

lin `oumar

Al-Isti‘lâ’ الاسْتِعْلاَءُ (l’élévation)

Elles sont appelées ainsi car l’arrière de la langue s’élève vers le palais en les prononçant. Elles sont au nombre de 7 rassemblées dans la parole de Al-Jazariyy :

خُصَّ ضَغْطٍ قِظْ
خ ص ض غ ط ق ظ

khouSSa DaghTin qiDH

Parmi ces lettres les quatre plus fortes sont ص ض ط ظ qui sont les lettres de al-iTbâq.

Al-Istifâl الاسْتِفَالُ (l’abaissement)

Il y a donc (29 – 7) 22 lettres pour lesquelles l’arrière de langue est abaissé par rapport au palais.

Al-‘iTbâq الإِطْبَاقُ (l’occlusion)

Ces lettres sont appelées ainsi en raison de l’occlusion d’une partie de la langue sur le palais supérieur. Elles sont au nombre de quatre.

ص ض ط ظ

Al-InfitâH الانْفِتَاحُ (la séparation)

Ce sont les 25 autres lettres pour lesquelles il n’y a pas de ‘iTbâq.

Al-‘Idhlâq الإِذْلاَقُ (par référence au bout de la langue)

Ces lettres sont appelées ainsi car elles sortent ou bien du bout de la langue ou bien du bout des lèvres.

Un mot d’origine arabe de plus de trois lettres contient forcément une de ces 6 lettres rassemblées dans la parole de Al-Jazariyy :

فَرَّ مِنْ لُبٍّ
ف ر م ن ل ب

farra min loubbin

Al-‘iSmât الإِصْمَاتُ

Les 23 lettres qui restent, autres que celles de ‘al-‘idhlâq.

Un mot de plus de 3 lettres ne peut donc être construit uniquement avec les lettres de ‘al-‘iSmAt.

AS-Safîr الصَّفِيرُ (le sifflement)

Elles sont appelées ainsi car ce sont les 3 lettres dont le son est accompagné d’un sifflement semblable à celui d’un oiseau.

ص ز س

Al-Qalqalah القَلْقَلَةُ

Ces lettres sont appelées ainsi car quand elles sont prononcées sâkinah elles ont une forte tonicité. Ainsi on les prononce en ouvrant le point de prononciation.

La forte tonicité est plus claire sur l’arrêt que sur la liaison.

قُطْبُ جَد
ق ط ب ج د

qouTbou jad

Pour ق et ط la qalqalah tend vers la Dammah, pour ب ج et د la qalqalah tend vers la kasrah.

Al-Lîn اللِّينُ (l’assouplissement)

Ces lettres sont appelées ainsi car elles sortent en douceur facilement sans avoir besoin d’un effort.

Il concerne 2 lettres pour lesquelles on fait un madd de deux Harakah : و wâw sâkinah et ي yâ’ sâkinah dans le cas où elles sont précédées d’une lettre avec fat-Hah.

Exemple : Yawmi `alayhim

Al-InHirâf الانْحِرَافُ (la divergence)

Il concerne deux lettres : ل ر

Elles sont appelées ainsi car le son diverge vers le bout de la langue

At-Takrîr التَّكْرِيرُ (la répétition)

Concerne une lettre ر râ. Elle est appelée ainsi car elle se répète sur la langue surtout quand elle est doublée (avec chaddah), il est indispensable de ne pas faire apparaitre cette répétition.

At-tafach-chî التَّفَشِّي (la diffusion)

Concerne 1 lettre : ش châ’. Elle est appelée ainsi car le son se diffuse et se disperse au niveau du point de prononciation.

Selon certains savants il concerne aussi les lettres : م ف ر ث ص س ض

Al-istiTâlah الاسْتِطَالَةُ (le prolongement)

Concerne une lettre : ض. Elle est appelée ainsi car le son de la lettre se prolonge au niveau de son point de prononciation jusqu’au point du Lâm ل. C’est la caractéristique de la lettre Dâd.

La nasalisation Ghounnah الغُنَّة :

1- Définition : Al-ghounnah, la nasalisation, c’est un nôun dissimulé ن qui sort du fond du nez khaychôum.

2- Les endroits où elle est requise :

1- Au niveau de nôun mouchaddadah tel que ‘inna ; ou bien mîm mouchaddadah tel que lammâ ;

2- Au niveau de mîm sâkinah suivi d’un bâ’ tel que ‘am bih ;

3- Au niveau de nôun sâkinah ou tanwîn suivi des lettres autres que celles de ‘al-Halq ou lâm et râ’.

Le tanwîn est une nôun sâkinah détectée à l’ouïe mais pas à l’écrit.

La ghounnah se fait sur une durée de deux Harakah حَرَكَةٌ . Par convention, une Harakah équivaut au temps que dure la flexion d’un doigt.

Les règles de la nôun sâkinah et du tanwîn

Le tanwîn : est la nôun sâkinah qui vient à la fin du mot, on l’entend mais on ne l’écrit pas. Il se prononce dans la liaison mais non pas en fin de parole.

La nôun sâkinah : elle vient dans le mot ou à la fin du mot. Elle est observable au niveau de l’expression, l’écriture, la liaison et l’arrêt.

La nôun sâkinah et le tanwîn obéissent à 4 règles du Tajwîd :

Al-‘IDH-hâr الإِظْهَارُ (la clarté)

Dans la science du Tajwîd, Al-‘IDH-hâr consiste à sortir chaque lettre de son makhraj sans avoir recours à la nasalisation (ghounnah). Il s’agit de la prononciation claire de la lettre sans nasalisation.

Le point de prononciation (makhraj) du nôun est le bout de la langue contre le palais proche des incisives supérieures.

Cette règle concerne 6 lettres qui sont les lettres du larynx (‘al-Halq) ه ء ع ح غ خ

Exemple : Min ‘ilâh مِنْ إِلَهٍ Min khawf مِنْ خَوْفٍ

Al-‘Idghâm الإِدْغَامُ (l’assimilation)

Selon la langue arabe, c’est le fait d’entrer une chose dans une autre.

Dans la science du Tajwîd, Al-‘Idghâm consiste à faire entrer une lettre dans celle qui la suit immédiatement à condition que la première soit sâkinah et la suivante soit moutaHarrikah (avec une voyelle a, ou, i) Ainsi, en appliquant le ‘idghâm on aura une seule lettre doublée (mouchaddadah).

Il s’agit donc d’une assimilation. En effet, les deux lettres fusionnent alors et sont prononcées comme une seule dont la seconde avec une certaine intensité.

Le ‘idghâm trouve sa justification dans le fait qu’il serait fastidieux de prononcer distinctement deux lettres à la suite proches l’une de l’autre.

Le ‘idghâm permet de faciliter la prononciation par l’assimilation de la première lettre à la seconde.

Dans ce chapitre le ‘idghâm concerne 6 lettres rassemblées dans la parole de

Al-Jazariyy :

ي ر م ل و ن يَرْمَلُون

yarmalôun

On distingue 2 types de ‘idghâm :

Le ‘idghâm sans ghounnah (dit kâmil) : concerne lâm ل et râ’ ر C’est un ‘idghâm complet et total. La nôun et la ghounnah disparaissent du fait de la proximité des points de prononciations (makhârij).

Exemple :

man lam se prononce mallam مَنْ لَمْ

min rabbikoum se prononce mirrabbikoum من رَبِّكُمْ

Le ‘idghâm avec ghounnah : concerne les 4 autres lettres rassemblées dans la parole de Al-Jazariyy :

ي ن م و

يَنْمُو

yanmôu

Dans ce cas le tachdîd (appui) n’est pas complet donc le ‘idghâm est qualifié de partiel car la première lettre (nôun) est assimilée et disparaît alors que le son lui correspondant (la Ghounnah) reste maintenu et persiste.

Exemple :

man yaqôum se prononce mayyaqôum مَنْ يَقُوم

Exception : Ceci ne vaut que dans le cas d’une liaison. A l’intérieur d’un mot on ne fait ni ‘idghâm ni ghounnah afin de ne pas tomber dans la confusion avec d’autres mots qui à l’origine contiennent la même lettre doublée.

Al-‘Iqlâb الإِقْلاَبُ (la transformation)

Selon la langue arabe, c’est le fait de transformer quelque chose de son état.

Dans la science du Tajwîd, Al-‘Iqlâb consiste à transformer une lettre en une autre avec ‘ikhfâ’ (dissimulation) pour tenir en compte la ghounnah.

Cela consiste donc à substituer une lettre à une autre.

La nôun sâkinah et le tanwîn devant un bâ’ se transforment en mîm dissimulé

Il n’y a ni iDH-hâr ni ‘idghâm mais il y a une ghounnah (de deux Harakah).

Exemple :

min ba‘di se prononce mimba‘di مِنْ بَعْدِ

anbihoum se prononce ambi’houm أَنْبِئْهُمْ

Al-‘iqlâb ne s’applique qu’avec la nôun sâkinah suivi d’un bâ’ dans un mot ou lors d’une liaison.

Al-‘Ikhfâ’ الإِخْفَاءُ (la dissimulation)

Selon la langue arabe, c’est la dissimulation

Dans la science du Tajwîd, Al-‘Ikhfâ’ consiste à prononcer une lettre de façon intermédiaire entre ‘al-‘idh-hâr et ‘al-‘idghâm sans tachdîd et avec ghounnah.

C’est donc l’émission dissimulée de la nôun et du tanwîn entre la prononciation claire et l’assimilation.

Le son de la nôun est clair mais nasalisé.

Les lettres concernées sont celles qui n’ont pas été précédemment citées. Autrement dit, les 15 lettres qui ne sont ni celles de ‘al-Halq, ni bâ’ ni les lettres de la parole yarmalôun.

Ces 15 lettres sont les initiales du vers de poésie de Al-Jazariyy :

صِفْ ذَا ثَنَا كَمْ جَادَ شَخْصٌ قَدْ سَمَا دُمْ طَيِّبًا زِدْ فٍي تُقًى ضَعْ ظَالٍمَا

Sif dhâ thanâ kam jâda chakhSoun qad samâ doum Tayyiban zid fi touqâ Da‘ dhalimâ

Exemple : Man kân مَنْ كَان ; Min sôu’ مِنْ سُوء

Les règles de la lâm sâkinah et de la mîm sâkinah

1- Règles relatives à la lâm sâkinah

La lâm sâkinah se présente sous 4 formes

lâm de l’article défini لاَمُ الْ lâm du nom لاَمُ الاِسْم lâm du verbe لاَمُ الفِعْل lâm de la préposition لاَمُ الحَرْف

lâm de l’article : Le lâm obéit au iDH-hâr (clarté) quand elle est suivie d’une lettre qamariyyah. Les lettres qamariyyah sont celles réunies dans la phrase :

اِبْغِ حَجَّكَ وَخَفْ عَقِيمَهُ

Cette phrase veut dire : fais un pèlerinage correcte et crains de faire un qui n’est pas valable

Le lâm obéit au idghâm (assimilation) quand elle est suivie d’une lette chamsiyyah. Les lettres chamsiyyah sont autres que qamariyyah.

lâm du nom : Il s’agit de la lâm sâkinah présente dans certains noms de la langue arabe et obéit toujours au iDH-hâr

Exemple : ‘al-moulk المُلْكُ

lâm du verbe : Dans le cas où la lettre qui suit la lâm est autre que râ’ ou lâm, c’est le ‘iDH-hâr qui s’applique. Selon un avis quand râ’ ou lâm suit la lâm sâkinah, c’est le ‘idghâm qui s’applique.

Exemple : Qoul rabbi se prononce qourrabbi قُلْ رَبِّ

lâm de préposition : Même indications que pour la lâm du verbe.

2- Règles relatives à la mîm sâkinah

La mîm sâkinah est au milieu ou à la fin du mot. A toute mîm sâkinah trois règles s’appliquent :

Al-‘ikhfâ’ ‘ach-chafawiyy Dissimulation الإِخْفَاءُ الشَّفَوِيُّ Al-‘idghâm ‘ach-chafawiyy Assimilation الإِدْغَامُ الشَّفَوِيُّ Al iDH-hâr ‘ach-chafawiyy Prononciation claire الإِظْهَارُالشَّفَوِيُّ

Al-‘ikhfâ’ ‘ach-chafawiyy : Il s’applique quand la mîm est suivie de la lettre bâ’ ب et dans ce cas on a une ghounnah (nasalisation). La mîm n’est pas totalement vocalisée pour marquer le ‘ikhfâ’. Le son correspondant à la mîm est alors dissimulé.

Exemple : Ya‘taSim bi l-Lâh يَعْتَصِمْ بِالله

On ne fini pas de prononcer le mîm car on commence à prononcer le bâ’.

Al-‘idghâm ‘ach-chafawiyy : Il s’applique quand la mîm est suivie d’une autre mîm. La première n’est pas vocalisée et la seconde est vocalisée. On fait une assimilation complète.

Exemple : Âmanahoummin khawf ءَامَنَهُمْ مِنْ خَوْف

On applique une ghounnah (nasalisation) car il y a une mîm mouchad-dadah doublée.

Al-‘iDH-hâr ‘ach-chafawiyy : Si la mîm est suivie d’une lettre autre que mîm ou bâ’ elle est alors prononcée clairement ‘iDH-hâr.

Exemple : Lam yalid لَمْ يَلِدْ

Les trois types de ‘idghâm assimilations

Idghâmou l-moutamâthilayn إِدْغَامُ المُتَمَاثِلَيْنِ Idghâmou l-moutaqâribayn إِدْغَامُ المُتَقَارِبَيْنِ Idghâmou l-moutajânisayn إِدْغَامُ المُتَجَانِسَيْنِ

En arabe, quand deux lettres se suivent, plusieurs cas de figure se présentent

Idghâmou l-moutamâthilayn : C’est le ‘idghâm de deux lettres ayant le même makhraj (point de pronciation) et les mêmes caractéristiques, c’est-à-dire de deux même lettres.

Exemple : Qoul lâ se prononce Qoullâ قُلْ لاَ

Qad dakhalôu se prononce Qaddakhalôu قَدْ دَخَلُوا

Idghâmou l-moutaqâribayn : C’est le ‘idghâm de deux lettres ayant des makhraj (point de prononciation) proches tels que dâl et sîn ou bien dhâl et tâ’.

Exemple : Qad sami‘a se prononce Qassami‘a قَدْ سَمِعَ

Idghâmou l-moutajânisayn : C’est le ‘idghâm de deux lettres qui ont le même makhraj (point de prononciation) général, mais avec des caractéristiques différentes.

Exemple : Qoul rabbi se prononce qourrabbi قُلْ رَبِّ

Le tafkhîm et le tarqîq l’emphatisation et la douceur التَّفْخِيمُ وَ التَّرْقِيقُ

Définition : Le tafkhîm concerne les lettres qui sont graves au moment de leur émission, c’est-à-dire celles qui sont prononcées avec emphase et en remplissant la cavité buccale (écho). Entrent dans cette catégorie les lettres de Al-isti‘lâ’ الاستعلاء (l’élévation) :

خ ص ض غ ط ق ظ

خُصَّ ضَغْطٍ قِظْ

Au contraire des lettres de Al-istifâl qui obéissent au tarqiq. Entrent aussi dans la catégorie des lettres graves celles de Al-inHirâf الانْحِرَافُ (la divergence) dans certains cas.

ل ر

Elles obéissent au tafkhîm ou au tarqiq, suivant le cas qui se présente. L’intensité du tafkhîm est décroissante dans l’ordre suivant selon qu’elle est vocalisée : 1 2 3 4 5 en fatHah suivie de ‘alif en fatHah en Dammah sâkinah en kasrah

Les règles se rapportant à la lettre râ’ ر

Le ر obéit au tafkhîm dans les situations suivantes selon qu’elle est :

1– vocalisée en fatHah.

2– vocalisée en Dammah.

3– sâkinah précédée d’une lettre avec fatHah.

4– sâkinah précédée d’une lettre avec Dammah.

5– sâkinah précédée d’une lettre sâkinah sauf ي précédée d’une lettre avec fatHah.

6– sâkinah précédée d’une lettre sâkinah sauf ي précédée d’une lettre avec Dammah.

7– sâkinah précédée d’une lettre avec kasrah et suivie d’une lettre de ‘isti‘lâ’ avec fatHah.

8– sâkinah précédée d’une lettre avec kasrah et suivie d’une lettre de ‘isti‘lâ’ avec Dammah.

9– Optionnel : sâkinah précédée d’une lettre avec kasrah et suivie d’une lettre de ‘isti‘lâ’ avec kasrah.

Le ر obéit au tarqiq dans les situations suivantes selon qu’elle est :

1– vocalisée en kasrah.

2– sâkinah précédée d’une lettre avec kasrah.

Exemple : fir‘awn فِرْعَوْن

3– sâkinah précédée de la lettre ي de prolongation ou non.

4– sâkinah précédée d’une lettre sâkinah autre que ي précédée d’une lettre avec kasrah.

Les règles se rapportant à la lettre lâm ل

Le ل n’est moufakhkham que dans le nom de Allâh. En effet, il obéit au tafkhîm quand le nom de Allâh est précédé d’une lettre vocalisée en Dammah ou en fatHah. Ou bien encore quand le nom de Allâh est au début de la phrase. Dans les autres cas le lâm obéit au tarqiq. Ainsi, le lâm du nom de Allâh obéit au tarqiq quand il est précédé d’une kasrah.

بِسْمِ اللَّهِ

On peut aussi appliquer le tarqiq d’une ‘imâlah koubrâ (râ’ tonifiée en aigu : -ré-)

نَرَى اللَّهَ

La prolongation : Dans la terminologie du Tajwîd, le madd signifie l’allongement en durée de la lettre concernée lors de son émission. A l’opposé du qaSr – raccourcissement en durée. Le madd est dû à la présence des voyelles longues : ‘alif précédée de fatHah, wâw précédée de Dammah et yâ’ précédée de kasrah. Le madd consiste en un allongement de la lettre pour une durée variable qui se subdivise en deux types :

Madd ‘aSliyy مَدٌّ أَصْلِيٌّ Madd far‘iyy مَدٌّ فَرْعِي

Madd ASliyy ممَدُّ أَصْلِيٌّ : Ce madd est dit originel et naturel car le non-respect de ce madd conduit à une dénaturation du terme. C’est la raison pour laquelle ce non-respect représente un péché de la langue. Ce madd n’est aucunement suivi ni de hamzah ni de soukôun ou chaddah. Ce madd s’accomplit par un allongement d’une durée de deux Harakâh.

Par convention une Harakah dure le temps de la flexion d’un doigt.

Madd far‘iyy ممَدٌّ فَرْعِيٌّ : C’est un madd de rajout dérivé du madd ‘aSliyy. Il s’impose par la présence d’une hamzah ou d’un soukôun après ou avant la voyelle longue (ou madd originel). Ce madd s’accomplit par un allongement d’une durée variable.

Le madd dépendant d’une hamzah

Al-maddou l-mouttaSil (prolongement attaché) : La hamzah suit le madd aSliyy dans le même mot. Durée : 4 temps (avis le plus fort)

Al-maddou l-mounfaSil (prolongement séparé) : La hamzah suit le madd aSliyy de la fin du mot précédent.

Durée : 2, 4 ou 6 temps

Al-maddou l-badal (hamzah prolongée)

La hamzah précède le madd aSliyy dans le même mot.

Durée : 2 temps (sauf Warch avec 2, 4 ou 6 temps)

Le madd dépendant du soukôun

Maddou l-lîn (souplesse)

S’applique sur le ي ou و précédée d’une fatHah.

Ex. يَوْم , علَيْهِم

Durée : 2, 4 ou 6 temps (4 ou 6 seulement quand on s’arrête)

Al-maddou l-‘âriD li s-soukôun (circonstanciel)

S’applique quand la lettre de point d’arrêt (fin de mot) est sâkinah pour la circonstance et est précédée d’un madd.

Exemple : Nasta‘în نَسْتَعِينُ

Durée : 2, 4 ou 6 temps

Al-maddou l-lâzim

Le soukôun suit le madd ‘aSliyy dans le même mot ou le nom d’une lettre.

Durée : 6 temps

Al-maddou l-lâzim al-kalimiyy (dans un même mot)

Peut être mouthaqqal (alourdi) en raison d’un ‘idghâm intense : la chaddah suit le madd.

Peut être moukhaffaf (allégé) : le soukôun suit le madd. Situation rencontrée trois fois dans le Qour’An avec ‘Al-‘An ءَالآن (2 fois) et maHyây مَحْيَايْ (pour certains savants).

Al-maddou l-lazim al-Harfiyy (dans le nom d’une lettre)

Quatorze lettres débutent certaines sourates. Il s’applique sur huit de ces lettres dont l’épellation (le hijâ’) se compose de trois lettres dont la deuxième est une lettre de madd et de lIn. Il concerne : نَقُصَ عَسَلُكُمْ naqouSa ‘açaloukoum.

Il peut être mouthaqqal (exemple : lâm mîm) quand la lettre est assimilée à la suivante ou moukhaffaf autrement.

Les six autres lettres sont حَيٌّ طَاهِرٌ Hayyoun Tâhir qui obéissent au madd ‘aSliyy sauf le ‘alif.

À suivre inchâ’a l-Lâh…

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

6 Comments

  1. maria59

    Salam Barak Allahofikoum votre cours est très bien fait, j’ai enfin compris comment sortir les lettres.

  2. maria59

    Salam Barak Allahofikoum votre cours est très bien fait,j’ai enfin compris comment sortir les lettres. Je viens de commencer des cours de tajwid, et votre cours m’a très bien aidée.

  3. Pingback: Piliers et conditions de validité e la Prière

Les commentaires sont fermés