Se préparer pour ce qu’il y a après la Mort, Au delà. Éviter l’Enfer

Se préparer pour ce qu’il y a après la Mort, Au delà. Éviter l’Enfer

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Je commence en citant le nom de Allâh, Ar-RaHmân, Celui Qui accorde beaucoup de miséricorde aux croyants et aux non croyants dans le bas monde mais uniquement aux croyants dans l’au-delà, Ar-RaHîm, Celui Qui accorde beaucoup de miséricorde aux croyants.

La louange est à Allâh le Seigneur des mondes, que davantage d’honneur et d’élévation en degrés soient accordés à notre maître MouHammad ainsi que la préservation de sa communauté de ce que le Messager de Allâh craint pour elle.

Le Discours de Vendredi : Comment faire désirer et faire craindre l’au-delà et l’exemple de la dame Nafîçah

La louange est à Allâh, nous Le louons, nous L’implorons de nous aider et de nous guider sur le chemin de droiture, nous Le remercions et nous Lui demandons de nous préserver du mal de nos âmes et de nos mauvais actes. Celui que Allâh guide, c’est lui le bien guidé ; et celui qu’Il égare, tu ne trouveras personne pour le guider. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh, qu’Il est le dieu unique et qu’Il n’a pas d’associé. Et je témoigne que MouHammad est Son esclave et Son messager, Son élu et Son bien aimé, celui par lequel les épreuves sont résolues et les soucis effacés, les besoins comblés et les objectifs atteints, les bonnes fins obtenues et la pluie est demandée. Que Allâh l’honore ainsi que tous les messagers qu’Il n’ait jamais envoyés.

Mes bien-aimés musulmans, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allâh Al-`Aliyy Al-`ADHîm et de prendre des provisions dans ce bas monde qui va à sa fin pour l’au-delà qui est éternel.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿كُلُّ نَفْسٍ ذَائِقَةُ الْمَوْتِ وَإِنَّمَا تُوَفَّوْنَ أُجُورَكُمْ يَوْمَ الْقِيَامَةِ فَمَنْ زُحْزِحَ عَنِ النَّارِ وَأُدْخِلَ الْجَنَّةَ فَقَدْ فَازَ وَمَا الْحَيَاةُ الدُّنْيَا إِلَّا مَتَاعُ الْغُرُورِ﴾

(koullou nafsin dhâ’iqatou l-mawti wa ‘innamâ touwaffawna ‘oujôurakoum yawma l-qiyâmah ; faman zouHziHa `ani n-nâri wa ‘oudkhila l-jannata faqad fâz ; wa ma l-Hayâtou d-dounyâ ‘il-lâ matâ`ou l-ghourôur) [sôurat ‘Âli `Imrân / 185]

ce qui signifie : « Toute personne goûtera à la mort. Vous serez rétribués pour vos actes au Jour du jugement. Celui qui sera détourné de l’enfer et que l’on fera entrer au Paradis aura gagné. La vie du bas monde n’est qu’un bien trompeur. »

Allâh ta`âlâ a dit à Son bien-aimé MouHammad dans le Qour’ân honoré par Sa parole :

﴿إِنَّكَ مَيِّتٌ وَإِنَّهُمْ مَيِّتُونَ﴾

(‘innaka mayyitoun wa ‘innahoum mayyitôun)

ce qui signifie : « Certes tu vas mourir et ils vont également mourir. » [sôurat Az–Zoumar / 30]

Ces instants-là concerneront inéluctablement chacun d’entre nous : il est indispensable que vienne à toi l’Ange de la mort, notre maître `Azrâ’îl `alayhi s-salâm dans le bas monde. Il t’est possible de décaler un voyage, un examen, une excursion ou autre chose mais pas la mort ! Il n’y a pour elle aucune possibilité d’annulation ou de report. Alors contredis les mauvais penchants de ton âme. Prends exemple sur le Messager de Allâh, lui qui dormait sur une simple natte qui laissait des marques sur son côté honoré.

Le Messager de Allâh, notre maître MouHammad a eu l’honneur que la lune se fende en deux pour lui, que les pierres le saluent, que l’eau jaillisse d’entre ses doigts, que le loup témoigne de sa prophétie, que la gazelle témoigne en sa faveur, que la nourriture dise dans sa main soubHâna l-Lâh, soubHâna l-Lâh. Lui dont Allâh a fait la meilleure des créatures et celui qu’Il agrée le plus, il dormait à même le sol sur une natte. Les compagnons lui ont dit : Et si nous te préparions un lit ? Le Prophète ascète, le plus ascète des gens leur a répondu :

((ما لي وما للدنيا ؟ ما أنا في الدنيا إلّا كَراكبٍ استظلَّ تحت شجرةٍ ثمّ راحَ وَتَرَكَها))

(mâ lî wa mâ lid-dounyâ ? mâ ‘anâ fi d-dounyâ ‘il-lâ karâkibin istaDHalla taHta chajaratin thoumma râHa wa tarakahâ)

ce qui signifie : « Qu’ai-je à voir avec le bas monde ? Je ne suis dans ce bas monde que tel un voyageur sur sa monture qui a fait halte à l’ombre d’un arbre puis l’a quitté et s’en est allé. »

Chers frères, nous sommes dans le bas monde, Allâh nous a créés et nous a ordonné de L’adorer. Préparez les provisions pour le Jour du retour à la vie. Sachez que le châtiment de Allâh n’est pas chose négligeable.

De nombreuses personnes ne savent pas qu’en enfer il y a un châtiment avec un froid terrible appelé aussi Zamharîr. Certains croient que le châtiment a lieu par le feu seulement. L’enfer… jahannam… saqar… sa`îr… al-HouTamah… laDHâ… al-hâwiyah… le feu est d’un noir de ténèbres. Son combustible sera fait d’humains et de pierres. Il est à la charge d’anges forts et rudes envers les non-croyants, qui ne désobéissent pas aux ordres de Allâh et font tout ce qu’Il leur ordonne de faire. Il y a une cinquantaine d’années, des spécialistes de physique nucléaire ont trouvé que le feu est rouge à une certaine température, puis, si la température augmente, il devient blanc et si elle augmente encore, il devient noir.

Le Messager avait été interrogé il y a plus de mille quatre cents ans au sujet du feu de l’enfer. Il avait répondu :

((أُوقِدَ عَلَى النَّارِ أَلْفَ سَنَةٍ حَتَّى احْمَرَّتْ ثُمَّ أُوقِدَ عَلَيْهَا أَلْفَ سَنَةٍ حَتَّى ابْيَضَّتْ ثُمَّ أُوقِدَ عَلَيْهَا أَلْفَ سَنَةٍ حَتَّى اسْوَدَّتْ فَهِيَ سَوْدَاءُ مُظْلِمَةٌ))

(‘ôuqida `ala n-nâri ‘alfa sanatin Hatta Hmarrat thoumma ‘ôuqida `alayhâ ‘alfa sanatin Hatta byaDDat thoumma ‘ôuqida `alayhâ ‘alfa sanatin Hatta swaddat fahiya sawdâ’ou mouDHlimah)

ce qui signifie : « Le feu de l’enfer a été attisé mille ans jusqu’à devenir rouge, puis mille ans jusqu’à devenir blanc puis mille ans jusqu’à devenir noir. Il est actuellement d’un noir de ténèbres . »

Ainsi, le châtiment par le feu de l’enfer est terrible.

Ô Allâh, évite-nous le feu de l’enfer, ô Toi le Plus miséricordieux des miséricordieux.

Une molaire d’un mécréant aura en enfer la taille de la montagne de ‘OuHoud. Ses molaires seront telles des braises.

Si dans le bas monde nous avons des douleurs aux dents, nous courons après le dentiste, après les calmants ou autres. Les molaires des mécréants en enfer seront des braises et le châtiment ne leur sera pas allégé un seul instant. Ils seront dans une humiliation, un châtiment et un tourment sans fin. Leur peau brûlera et il leur sera donné de nouvelles peaux afin qu’ils demeurent dans un châtiment continu et sans fin.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿إِنَّ الَّذِينَ كَفَرُوا بِآيَاتِنَا سَوْفَ نُصْلِيهِمْ نَارًا كُلَّمَا نَضِجَتْ جُلُودُهُمْ بَدَّلْنَاهُمْ جُلُودًا غَيْرَهَا لِيَذُوقُوا الْعَذَابَ إِنَّ اللهَ كانَ عَزِيزًا حَكِيمًا﴾

(‘inna l-ladhîna kafarôu bi’âyâtinâ sawfa nouSlîhim nâran ; koullamâ naDijat joulôudouhoum baddalnâhoum joulôudan ghayrahâ liyadhôuqou l-`adhâb ; ‘inna l-Lâha kâna `Azîzan Hakimâ)

ce qui signifie : « Certes Nous brûlerons en enfer ceux qui ont mécru en Nos ‘âyah ; chaque fois que leurs peaux brûleront, Nous leur donnerons d’autres peaux à la place afin qu’ils goûtent au châtiment. Certes Allâh est puissant et n’est pas vaincu, Il fait exister les choses avec perfection car Il sait les issues de toute chose. »

Craignez le châtiment de Allâh, ô vous esclaves de Allâh. Observez, que Allâh vous fasse miséricorde, ceux qui ont craint leur Seigneur éminent et qui se sont préparés avec une grande ardeur pour l’au-delà, comme la dame Nafîçah, la descendante honorée de notre maître le Messager de Allâh. C’était une femme vertueuse qui a creusé elle-même sa tombe dans sa maison. Elle y descendait pour y prier et réciter le Qour’ân au point qu’elle y a récité six mille fois le Qour’ân en entier.

Elle jeûnait le jour et veillait la nuit en prières surérogatoires. Lorsqu’elle fut sur son lit de mort, on lui a dit : Pourquoi ne romps-tu pas le jeûne ? Elle avait répondu : « Quelle idée ! Depuis trente ans, j’invoque Allâh pour mourir en faisant le jeûne et j’irais le rompre maintenant ?! » Elle ne l’a pas rompu.

Elle avait des voisins non-musulmans dont la fille était handicapée et ne pouvait pas marcher. Un jour que sa mère avait voulu aller au hammam c’est-à-dire l’endroit pour se laver, la petite fille n’avait pas voulu aller avec elle. Sa mère lui a dit : Tu veux rester seule à la maison ? La petite fille handicapée lui a dit : Je souhaite plutôt aller chez notre voisine de la descendance honorée c’est-à-dire chez la dame Nafîçah. La mère demanda donc l’autorisation à la dame Nafîçah qui la lui donna. Elle avait déposé sa fille dans un coin de la maison auprès de notre dame Nafîçah puis elle était partie.

Par la suite, la dame Nafîçah s’était levée et avait fait son wouDôu’ et l’eau du wouDôu’ avait coulé jusqu’à parvenir à proximité de la petite fille. Allâh lui a inspiré de prendre un peu de cette eau du wouDôu’ de sa main et de la passer sur ses jambes. Elle s’est alors levée sur ses pieds immédiatement, par la toute-puissance de Allâh ta`âlâ. Elle s’est mise à marcher comme si elle n’avait jamais été malade. La dame Nafîçah était plongée dans sa prière et ne savait pas ce qui était en train de se passer. Quand la mère est revenue, la fillette est partie frapper à la porte de sa mère qui ouvrit et la fillette a pris sa mère dans ses bras toute heureuse. Mais sa mère ne l’a pas reconnue. Elle lui a dit : Mais qui es-tu ? Elle lui a répondu : Je suis ta fille ! Et elle lui a raconté en détail ce qui lui était arrivé avec la dame Nafîçah. La mère a dit : Par Allâh, sa religion est correcte et la religion que nous avons est bien laide. Alors elle est partie, elle a embrassé les pieds de la dame Nafîçah et lui a dit : Tends-moi ta main : je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh et que ton ancêtre MouHammad est le messager de Allâh.

La mère et la fille ainsi que tout un groupe de voisins non-musulmans sont entrés en Islam par la cause des bénédictions de la dame dont l’ascendance est honorée, la dame Nafîçah, que Allâh l’agrée.

إنَّ للَّهِ عِبَادًا فُطَنَا طَلَّقُوا الدُّنْيَا وَخَافُوا الفِتَنَا

نَظَروا فيها فلمّا عَلِموا أنّها لَيسَتْ لِحيٍّ وَطَنا

جَعَلُوهَا لُجَّةً وَاتَّخَذوا صالحَ الأَعْمالِ فيها سُفُنا

‘Inna li l-Lâhi `ibâdan fouTanâ Tallaqou d-dounyâ wa khâfou l-fitanâ

NaDHarôu fîhâ falammâ `alimôu ‘annahâ laysat liHayyin waTanâ

Ja`alôuhâ loujjatan wa t-takhadhôu SâliHa l-‘a`mâli fîhâ soufounâ

ce qui signifie : « Certes, Allâh a des esclaves qui, perspicaces, ont divorcé la vie du bas monde et craint les mauvais penchants. Ils l’ont bien observée et lorsqu’ils ont acquis la certitude qu’elle n’est une patrie pour aucun vivant. Ils l’ont considérée comme une mer et ils ont pris les œuvres de vertu comme des navires la traversant. »

Mon frère musulman, profite de ton bas monde pour ton au-delà, prends des provisions dans ton bas monde pour ton au-delà comme si tu devais mourir demain, comme si tu devais mourir demain ! Si ce bas monde avait été une résidence de félicité, les bien-aimés de Allâh, Ses prophètes, auraient été prioritaires pour en profiter au lieu des non-musulmans. Mais Allâh ta`âlâ leur a promis un Paradis de félicité, dans une demeure promise par le Créateur de toute chose à Qui tout appartient et Qui l’attribue à qui Il veut.

Ô Allâh, nous Te demandons le Paradis et tout ce qui fait s’en rapprocher, comme parole ou comme acte, et nous recherchons Ta préservation contre l’enfer et tout ce qui fait s’en rapprocher, comme parole ou comme acte.

Enfin, je demande à Allâh qu’Il vous pardonne ainsi qu’à moi-même.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation