Les Preuves Incontestables qu’il est Permis de Commémorer la Naissance de la Meilleure des Créatures, le Prophète MouHammad Mawlid

Les Preuves Incontestables qu’il est Permis de Commémorer la Naissance de la Meilleure des Créatures, le Prophète MouHammad Mawlid

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Allâh Qui nous a envoyé celui qui a instauré la vérité comme tradition, Qui nous a indiqué ce qui est bon parmi les innovations, et que l’honneur et l’élévation en degré soient accordés à celui qui a une belle voix et un beau visage, Abou l-Qâcim, le grand-père de Al-Haçan et de Al-Houçayn. Allâh Ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿لَقَدْ جَاءكُمْ رَسُولٌ مِّنْ أَنفُسِكُمْ عَزِيزٌ عَلَيْهِ مَا عَنِتُّمْ حَرِيصٌ عَلَيْكُم بِالْمُؤْمِنِينَ رَؤُوفٌ رَّحِيمٌ﴾

(laqad jâ’akoum raçôuloun min ‘anfousikoum `azîzoun `alayhi mâ `anittoum HarîSoun `alaykoum bi l-mou’minîna ra’ôufoun raHîm) ce qui signifie : « Il vous est parvenu un Messager d’entre vous, qui craint pour vous de tomber dans ce qui fait mériter le châtiment, qui s’attache beaucoup à ce que vous ayez la foi, qui est compatissant et miséricordieux pour les croyants » [At-Tawbah / 128]. Nous allons maintenant vous exposer les raisons pour lesquelles il est permis de commémorer la Naissance honorée du Messager, le Mawlid et que cela comporte une grande récompense. Ainsi, nous affirmons, totalement confiants en Allâh : L’innovation (al-bid`ah) dans la langue, c’est ce qui a été instauré sans équivalent antérieur. Selon la Loi maintenant, c’est ce qui est instauré (al-mouHdath) sans avoir fait l’objet d’un texte, ni dans le Qour’ân ni dans le Hadîth.

Sommaire

La preuve sur l’existence de la bonne innovation à partir du Qour’ân honoré.

La preuve à partir du Qour’ân honoré au sujet de la bonne innovation, c’est la parole de Allâh Ta`âlâ concernant l’éloge des croyants de la communauté de `Içâ `alayhi s-salâm :

﴿ وَجَعَلْنَا في قُلُوبِ الَّذِينَ اتَّبَعُوهُ رَأْفَةً وَرَحْمَةً وَرَهْبَانِيَّةً ابْتَدَعُوهَا مَا كَتَبْنَاهَا عَلَيْهِمْ إِلاَّ ابْتِغَاءَ رِضْوَانِ اللهِ ﴾

(wa ja`alnâ fî qoulôubi l-ladhîna t-taba`ôuhou ra’fatan wa raHmâtan wa rahbâniyyatan ibtada`ôuhâ mâ katabnâhâ `alayhim ‘illa btighâ’a riDwâni l-Lâh) Ce qui signifie : « Nous avons créé dans les cœurs de ceux qui l’ont suivi une bienveillance, une miséricorde et un monachisme qu’ils ont innové ; Nous ne le leur avons pas ordonné ; ils ne l’ont fait que par recherche de l’agrément de Allâh », [sôurat Al-Hadîd / 27]. Allâh fait l’éloge des musulmans qui suivaient la Loi de Jésus, `Içâ `alayhi s-salâm parce qu’ils étaient des gens miséricordieux et qu’ils avaient de la compassion, et parce qu’ils ont innové ce monachisme (ar-rahbâniyyah) qui consiste à couper court aux désirs pourtant permis au-delà de l’abandon des péchés. Ils en arrivèrent au point de ne plus se marier, de délaisser les jouissances permises telles que les plaisirs de la table et les habits luxueux et ils se sont consacrés totalement à l’au-delà. Ils ont innové quelque chose que `Içâ `alayhi s-salâm ne leur a jamais prescrite. Allâh a fait leur éloge pour ce monachisme. Quant à la parole de Allâh Ta`âlâ dans la suite du verset 27 de sôurat Al-Hadîd :

﴿ فَمَا رَعَوْهَا حَقَّ رِعَايَتِهَا ﴾

(famâ ra`awhâ Haqqa ri`âyatihâ) Il ne s’agit pas d’un blâme envers eux ni envers le monachisme qu’ils ont innové. Il ne s’agit pas d’un blâme envers ces croyants véridiques mais d’un blâme envers ceux qui sont venus après eux et qui ont prétendu les imiter dans le refrènement des désirs tout en adorant autre que Allâh, à savoir en adorant `Içâ `alayhi s-salâm ainsi que sa mère.

La preuve sur l’existence de la bonne innovation à partir de la Sounnah prophétique pure.

C’est la parole du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

« مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىءٌ، وَمَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً سَيِّئَةً كَانَ عَلَيْهِ وِزْرُهَا وَوِزْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا مِنْ بَعْدِهِ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أَوْزَارِهِمْ شَىءٌ »

(man sanna fi l-‘islâmi sounnatan haçanatan fa lahôu ‘ajrouhâ wa ‘ajrou man `amila bihâ ba`dahou min ghayri ‘an yanqouSa min ‘oujourihim chay’, wa man sanna fi l-‘islâmi sounnatan sayyi’atan kâna `alayhi wizrouhâ wa wizrou man `amila bihâ min ba`dihi min ghayri ‘an yanqouSa min ‘awzârihim chay’ ) ce qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam une bonne tradition (sounnah Haçanah), il en aura la récompense et aura une récompense chaque fois que les gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses. Mais si quelqu’un instaure dans l’Islam une mauvaise tradition (sounnah sayyi’ah), il se chargera de son péché et sera chargé d’un péché chaque fois que des gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs péchés », [Hadîth rapporté par Mouslim dans son SaHîH d’après le compagnon Jarîr ‘Ibnou `Abdi l-Lâh Al-Bajaliyy que Allâh l’agrée]. Par conséquent, nous apprenons à partir de ce Hadîth que c’est le Messager lui-même qui a enseigné à sa communauté que l’innovation est de deux sortes : une innovation d’égarement qui est la nouveauté qui contredit le Qour’ân et la Sounnah, et une innovation de bonne guidée qui est la nouveauté qui est conforme au Qour’ân et à la Sounnah. Si l’on vient nous dire : (En fait, ça veut dire : si quelqu’un a instauré une nouveauté durant la vie du Messager de Allâh, pas après), la réponse à donner, c’est que « la restriction du sens d’un texte (al-khousousiyyah) n’est confirmée qu’à partir d’une preuve ». Voilà donc la réponse à donner à ceux qui prétendent que l’instauration d’une bonne innovation est valable uniquement durant la vie du Messager et pas après sa mort. En effet, la preuve indique ici le contraire de ce qu’ils prétendent, parce que le Messager n’a pas dit (Si quelqu’un instaure durant ma vie) mais il a dit ce qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam ». Il n’a pas dit non plus « Si quelqu’un fait quelque chose que moi-même j’ai faite en la faisant revivre ». Par ailleurs l’Islam n’était pas limité à l’époque dans laquelle a vécu le Messager de Allâh. Il ne leur reste donc plus aucun argument en leur faveur. S’ils prétendent par la suite que ce Hadîth a été dit en une occasion particulière lorsque des gens extrêmement pauvres, portant des guenilles indiquant leur extrême pauvreté, vinrent et que le visage du Messager changea à leur vue. Les gens ont alors fait des aumônes jusqu’à ce qu’ils parviennent à collecter pour eux une belle quantité de biens, le visage du Messager de Allâh est alors devenu encore plus radieux et il a dit :

« مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىءٌ »

ce qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam une bonne tradition (sounnah Haçanah), il en aura la récompense et aura une récompense chaque fois que les gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses ». La réponse à donner, c’est que « la question tient dans la généralité du terme et non dans la spécificité de l’occasion » c’est-à-dire : ce qui est à prendre en compte c’est la généralité et la globalité du terme du Hadîth (`oumôumou l-lafDH) et non la particularité de la cause pour laquelle ce Hadîth a été énoncé, (khouSôuSou s-sabab) tout comme l’ont décrété les savants spécialistes des fondements (al-‘ouSôul ).

La preuve de l’existence de la bonne innovation à partir des paroles et des actes des Califes bien guidés.

Les Califes bien guidés ont innové des choses que le Messager Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam n’a jamais faites et qu’il n’a jamais ordonné de faire mais qui pourtant restent conformes au Qour’ân et à la Sounnah. Ils furent donc des guides pour nous en cela. Voici par exemple Abôu Bakr AS-Siddîq qui rassemble le Qour’ân en l’appelant MouS-Haf. Voici `Oumar Ibnou l-KhaTTâb que Allâh l’agrée qui réunit les gens pour faire les tarâwîH derrière un seul imâm. Il dit en les voyant faire :

« نِعْمَتِ البِدْعَةُ هَذِهِ »

(ni`mati l-bid`atou hâdhih) c’est-à-dire : « Quelle bonne innovation que celle-ci ! ». Voici `Outhmân Ibnou `Affân qui ordonne que l’on fasse un appel à la prière supplémentaire pour la prière de la joumou`ah. Voici l’Imâm `Aliyy, on ajoute les points sur et sous les lettres du MouS-Haf au temps de son califat à l’initiative d’un successeur des compagnons nommé YaHyâ Ibnou Ya`mar. Et voici `Oumar Ibnou `Abdi l-`AzIz qui édifie les miHrâb et les minarets pour les mosquées. Tout cela n’existait pas à l’époque du Messager de Allâh ! Ce sont des choses totalement nouvelles ! Ceux qui interdisent de commémorer le Mawlid de nos jours, vont-ils interdire toutes ces choses-là sous prétexte qu’elles n’existaient pas à l’époque du Messager de Allâh ou bien vont-ils être arbitraires en rendant certaines choses licites et en rendant certaines autres interdites sans preuve aucune ?! C’est pourtant bien ce qu’ils ont fait puisqu’ils ont interdit le Mawlid et ont autorisé la ponctuation des lettres dans les livres du Qour’ân, tout comme le tachkîl des lettres, c’est-à-dire les fat-Hah, les Dammah, les kasrah et les tanwîn. Ils ont autorisé beaucoup de choses que le Messager de Allâh n’a jamais faites comme les calendriers par exemple ; les calendriers qui indiquent les horaires des prières ne sont apparus pour la première fois qu’il y a environ trois cents ans. Or eux-mêmes y travaillent et les diffusent dans la population.

La preuve de l’existence de la bonne innovation à partir des paroles des savants du Salaf.

L’Imâm Ach-Châfi`iyy que Allâh l’agrée a dit :

« اَلْمُحْدَثَاتُ مِنَ الأُمُورِ ضَرْبَانِ أَحَدُهُمَا مَا أُحْدِثَ مِمَّا يُخَالِفُ كِتَابًا أَوْ سُنَّةً أَوْ إِجْماعًا أَوْ أَثَرًا فَهَذِهِ البِدْعَةُ الضَّلالَةُ والثَّانِيَةُ ما أُحْدِثَ مِنَ الْخَيْرِ وَلا يُخَالِفُ كِتابًا أَوْ سُنَّةً أَوْ إِجْماعًا وهَذِهِ مُحْدَثَةٌ غَيْرُ مَذْمُومَةٍ »

(al-mouHdathâtou mina l-‘oumôuri Darbâni ‘aHadouhoumâ mâ ‘ouHditha mimmâ youkhâlifou kitâban ‘aw sounnatan ‘aw ‘ijmâ`an ‘aw ‘atharan fahâdhihi l-bid`atou d-Dalâlah ; wa th-thâniyatou mâ ‘ouHditha mina l-khayri wa lâ youkhâlifou kitâban ‘aw sounnatan ‘aw ‘ijmâ`an wa hâdhihi mouHdathatoun ghayrou madhmôumah)

[rapporté par Al-Bayhaqiyy avec une chaîne de transmission sûre dans le livre « Manâqibou ch-Châfi`iyy »] ce qui signifie : « Les nouveautés parmi les choses sont de deux sortes : l’une, c’est ce qui est innové et qui contredit le Livre, la Sounnah, les textes des prédécesseurs parmi les compagnons ou l’Unanimité. Celle-là est l’innovation d’égarement. La deuxième, c’est ce qui est innové et qui fait partie des bonnes choses, qui ne comporte pas de contradiction avec aucun de ceux-là et cette nouveauté-ci n’est pas blâmable ». Il est connu que les mouHaddith ont été unanimes à dire que Ach-Châfi`iyy est celui qui est visé par la parole du Prophète :

« عَالِمُ قُرَيْشٍ يَمْلأُ طِبَاقَ الأَرْضِ عِلْمًا »

(`Alimou Qouraychin yamla’ou tibâqa l-‘arDi `ilmâ) [Hadîth rapporté par At-Tirmîdhiyy] qui signifie : « Viendra le savant de Qouraych qui remplira les contrées de la terre de Science ». Quant à Al-Bayhaqiyy il fait partie des sept HâfiDH au sujet desquels les avis ont concordé sur leur statut de `adl.

Le Mawlid est une manifestation de reconnaissance envers Allâh Ta`âlâ pour nous avoir envoyé MouHammad en ce mois et ce n’est en rien une adoration qui serait vouée à MouHammad.

Nous, musulmans, nous n’adorons pas MouHammad ! Nous n’adorons rien d’autre que Allâh. Mais nous glorifions MouHammad plus que tout autre prophète, plus que les anges. De plus, nous glorifions tous les prophètes et nous n’adorons aucun d’entre eux. Nous n’adorons pas MouHammad, nous n’adorons aucun ange, ni aucun astre, ni le soleil ni la lune. Pour nous, la soumission extrême n’est vouée uniquement qu’à Allâh. Nous ne posons nos fronts au sol et nous ne glorifions que Allâh. L’extrême soumission, voilà ce qu’est l’adoration. Nous ne faisons pas cela pour notre maître MouHammad ; nous, notre adoration n’est vouée qu’à Allâh. Nous, nous n’adorons pas MouHammad mais nous considérons que MouHammad est celui qui appelle à l’adoration de Allâh. Il a guidé les gens et mérite d’être glorifié mais d’une glorification en deçà de l’adoration. Allâh Ta`âlâ fait l’éloge de ceux qui ont cru en lui, qui l’ont glorifié, Allâh `azza wa jall dit :

﴿ فَالَّذِينَ ءَامَنُوا بِهِ وَعَزَّرُوهُ وَنَصَرُوهُ وَٱتَّبَعُوا النُّورَ الَّذي أُنْزِلَ مَعَهُ أُولَئِكَ هُمُ الْمُفْلِحُونَ ﴾

(fa l-ladhîna ‘âmanôu bihi wa `azzarôuhou wa naSarôuhou wa t-taba`ou n-nôura l-ladhî ‘ounzila ma`ahou ‘oulâ’ika houmou l-mouflihoun)

ce qui signifie : « Ceux qui ont cru en lui et l’ont glorifié, qui l’ont soutenu et ont suivi la bonne guidée qui a été révélée avec lui, ceux-là sont ceux qui réussiront », [sourat al ‘`râf / 157]. Le Mawlid représente un rassemblement fondé sur l’obéissance à Allâh. C’est un rassemblement fondé sur l’amour de Allâh et l’amour du Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. Ce rassemblement comporte l’évocation de Allâh, l’évocation d’une partie de la biographie du Messager de Allâh, de son ascendance honorée Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam, la mention de certains de ses traits de caractères et de ses caractéristiques physiques. Ce rassemblement est aussi l’occasion de distribuer de la nourriture par recherche de l’agrément de Allâh tabâraka wa Ta`âlâ. Allâh Ta`âlâ dit :

﴿ وَيُطْعِمُونَ الطَّعَامَ عَلَى حُبِّهِ مِسْكِينًا وَيَتِيمًا وَأَسِيرًا ﴾

[ سورة الإنسان/8]

(wa youT`imôuna t-Ta`âma `alâ Houbbihi miskînan wa yatîman wa ‘acîrâ)

ce qui signifie : « Ils préfèrent donner leur nourriture aux pauvres, aux orphelins et aux captifs ». Après tout cela, comment quelqu’un qui prétend avoir des connaissances peut-il oser interdire de commémorer le Mawlid qui est fait par réjouissance de la naissance du Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam ?!

Les références auxquelles le Hâfidh Ibnou Hajar a trouvé des chaînes de transmission dans la Sounnah sur la permission d’organiser le Mawlid.

Dans le livre « Al-Hâwî li l-Fatâwî » tome 1, de la page 189 à la page 197, d’après ce qu’a rapporté Ibnou l-`Abbâs que Allâh les agrée lui et son père, il a dit : lorsque le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam est arrivé à Médine il a trouvé les juifs en train de jeûner le jour de `Achôurâ’. Quand on les a interrogés à ce sujet, ils ont répondu : (C’est le jour durant lequel Allâh a donné la victoire à Môuçâ et aux fils de Isrâ’îl sur Pharaon. Et nous, nous jeûnons ce jour-là pour le glorifier). C’est alors que Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسَى »

(naHnou ‘awlâ bi Môuçâ) ce qui signifie : « Nous sommes prioritaires sur vous pour suivre Môuçâ ». C’est-à-dire que nous sommes musulmans alors que vous ne l’êtes plus. Le Prophète a ordonné de jeûner ce jour d’un ordre qui indique le caractère recommandé. On déduit à partir de ce Hadîth qu’il est permis d’accomplir un acte d’adoration pour remercier Allâh, pour une grâce qu’Il nous a accordée en un jour particulier, suite à un bienfait qui nous est parvenu ou à une épreuve dont nous avons été délivrés, et qu’il est permis de répéter cet acte d’adoration et de remerciement chaque année, à la date anniversaire correspondant à ce jour-là. Le remerciement de Allâh a lieu par différentes sortes d’adoration comme la prosternation, le jeûne, l’aumône ou la récitation. Et quelle plus grande grâce que la grâce de l’apparition du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam ?!

Les références auxquelles le Hâfidh As-Souyoutiyy a trouvé des chaînes de transmission dans la Sounnah sur la permission d’organiser le Mawlid.

Dans son épitre « Housnou l-Maqsid fî `Amali l-Mawlid », lorsque le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a été interrogé sur la raison de son jeûne du lundi, il a répondu `alayhi s-Salâtou wa s-salâm :

« ذَاكَ يَوْمٌ وُلِدْتُ فِيهِ وَفِيهِ أُنْزِلَ عَلَيَّ »

(dhâka yawmoun woulidtou fîhî wa fîhî ‘ounzila `alayy)

ce qui signifie : « C’est en ce jour que je suis né et en ce jour que j’ai reçu la révélation ». Dans ce Hadîth il y a l’indication qu’il est recommandé de jeûner les jours durant lesquels Allâh a fait grâce d’un bienfait à Ses esclaves. Et parmi les grâces les plus éminentes que Allâh nous ait accordées, c’est de l’avoir fait naître Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam, et de nous l’avoir envoyé en tant que Messager. La preuve à cela est Sa parole Ta`âlâ :

﴿ لَقَدْ مَنَّ اللهُ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ إِذْ بَعَثَ فِيهِمْ رَسُولاً مِنْ أَنْفُسِهِمْ ﴾

[ سورة ءال عمران/164 ]

( laqad manna l-Lâhou `ala l-mou’minîna ‘idh ba`atha fîhim raçôulan min ‘anfoucihim)

ce qui signifie : « Allâh a accordé une grâce aux croyants car Il a envoyé un messager, un homme d’entre eux ». Le HâfiDH As-Souyoutiyy a dit dans son épitre, sa Riçâlah : « L’Imâm des HâfiDH ‘Abou l-FaDl AHmad ‘Ibnou Hajar a extrait des chaines de transmission à partir de la Sounnah pour prouver la validité du Mawlid. Quant à moi j’en ai extrait une autre… » Fin de citation.

le Hâfidh Al-`Irâqiyy, le chaykh de Ibnou Hajar (725-808 H) a dit :

إنَّ اتّخاذَ الوليمَةِ وإطعامَ الطّعامِ مُستحبٌّ في كلِّ وقتٍ فكيف إذا انضَمّ إلى ذلك الفرحُ والسُّرورُ بظُهور نور النّبِيّ صلى الله عليه وآله وسلَّم في هذا الشَّهْرِ الشَّريفِ.

Ce qui signifie : « Certes donner à manger est quelque chose de recommandé en tout temps que dire si on joint à cela la joie et la gaîté pour l’apparition de la lumière du Prophète MouHammad ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam en ce mois honoré », dans son épître al-Mawridou l-haniyy fi l-mawlidi s-sounniyy.

Le Mawlid est une bonne sounnah, une bonne tradition, et les premiers à l’avoir instaurée sont les musulmans comme on l’a dit et ce ne sont pas de gens qui fêtaient sa mort Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam comme certains le prétendent.

Les spécialistes des chaines de transmission du Hadîth (Houffadh) ainsi que les savants spécialistes de l’histoire, des biographies et autres, ont mentionné que celui qui a innové le Mawlid c’est le roi Al-MouDHaffar qui gouvernait ‘Irbil. Il était scrupuleux, vertueux, savant et courageux, il avait un souci particulier pour la défense de cette religion, c’était un héros et il est mort en faisant le siège des croisés à `Akkâ. Il fut donc le premier à commémorer le Mawlid. Par la suite, les savants, les faqIh eurent des avis en concordance avec le sien, jusqu’aux savants des autres pays, qu’il ne gouvernait pas. C’est ce qu’a cité le HâfiDH As-Souyoutiyy dans son livre Al-‘Awâ’il et les musulmans en sont restés sur cette tradition depuis huit siècles jusqu’à nos jours. Or toute chose qui a été approuvée et appréciée par les savants de la communauté de MouHammad, et sur laquelle les avis ont concordé est obligatoirement une bonne chose ! Et toute chose que les savants de la communauté de MouHammad ont dépréciée est obligatoirement mauvaise. Il est en effet connu que les savants de la communauté de MouHammad ne seront jamais en concordance sur un égarement en raison du Hadîth rapporté par Ibnou Mâjah dans ses Sounan :

« إِنَّ أُمَّتي لاَ تَجْتَمِعُ عَلَى ضَلاَلَةٍ »

(‘inna ‘oummatî lâ tajtami`ou `alâ Dalâlah)

ce qui signifie : « Ma communauté ne sera jamais unanime sur un égarement ».

Le Mawlid est une bonne tradition et on ne dit pas que si cela avait été quelque chose de bien, le Messager aurait indiqué à sa communauté de le faire.

En effet : constituer le recueil du MouS-Haf, ponctuer les lettres, mettre le tachkîl avec les fat-Hah, les Dammah, les kasrah et les tanwîn, tout cela est un acte de bien alors que le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam ne l’a pas indiqué formellement et ne l’a jamais fait lui-même. Ceux qui interdisent de commémorer le Mawlid sous prétexte que si c’était quelque chose de bien, le Messager nous l’aurait indiquée, eux-mêmes utilisent le tachkîl c’est-à-dire les Harakah sur les lettres du MouS-Haf et ils les écrivent avec les points ! Alors de deux choses l’une : soit ils vont dire que la ponctuation et le tachkîl du MouS-Haf ne sont pas des actes de bien parce que le Messager ne les a pas faits et n’a pas indiqué à sa communauté de le faire, alors que eux-mêmes le font, soit ils vont dire que la ponctuation et le tachkîl sur les lettres du MouS-Haf sont des actes de bien, même si le Messager ne l’a pas fait et ne l’a pas indiqué à sa communauté, et c’est pour cela qu’ils le font. Dans les deux cas ils se contredisent eux-mêmes !!!

Le Mawlid est une bonne sounnah et on ne dit pas : (le Messager ne l’a pas faite donc nous ne le faisons pas) en prétendant trouver un argument dans la parole de Allâh Ta`âlâ :

﴿ وَمَا ءَاتَاكُمُ الرَّسُولُ فَخُذُوهُ وَمَا نَهَاكُمْ عَنْهُ فَٱنْتَهُوا ﴾

(wa mâ ‘âtâkoumou r-Raçôulou fa khoudhôuhou wa mâ nahâkoum `anhou fa ntahôu)

Ce qui signifie : « Ce que le Messager vous a ordonné de faire, faites-le ; et ce qu’Il vous a interdit de faire, ne le faites pas ». En effet, ce n’est pas toute chose que le Messager ne nous a pas ordonné de faire sans nous l’interdire qui est forcément quelque chose d’interdit. Le Messager ne nous a pas ordonné de ponctuer le MouS-Haf et ne nous l’a pas interdit. Par conséquent, ce n’est pas interdit de le faire ! Également, le Mawlid du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam rentre dans le même cas. C’est le cas de tout acte conforme à la religion que le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam ne nous a ni ordonné ni interdit de le faire : ce n’est pas interdit de le faire, car c’est quelque chose qui est conforme à sa religion Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. En résumé, tous les sujet de la religion ne nous sont pas parvenus par un texte clair, dans le Qour’ân ou dans le Hadîth. S’il n’y a pas de texte explicite, il appartient aux savants de la communauté qui sont moujtahid, ceux qui ont connaissance du Hadîth, d’extraire des choses conformes à sa religion Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. Ceci est confirmé par sa parole :

« مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا »

(man sanna fi l-‘islâmi sounnatan Haçanah fa lahou ‘ajrouhâ)

ce qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam une bonne tradition, il en aura la récompense ». On déduit de ce Hadîth que Allâh tabâraka wa Ta`âlâ a autorisé les musulmans à innover dans la religion ce qui ne contredit pas le Qour’ân et le Hadîth, et c’est ce qui s’appelle une bonne tradition (sounnah Haçanah).

Le Mawlid est une bonne tradition et il n’est pas concerné par l’interdiction comprise à partir du Hadîth du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

« مَنْ أَحْدَثَ في أَمْرِنَا هَذَا ما لَيْسَ مِنْهُ فَهُوَ رَدٌّ »

(man ‘ahdatha fi ‘amrina hâdha mâ layça minhou fa houwa radd)

Ce qui signifie : « Si quelqu’un innove dans notre religion ce qui n’y est pas conforme, c’est rejeté ». En effet, le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam nous a indiqué que la nouveauté qui est rejetée, c’est celle qui n’est pas conforme à la Charî`ah (mâ layça minh). C’est cette nouveauté-là, celle qui est en opposition avec la Charî`ah, qui est rejetée, alors que celle qui est conforme à la Charî`ah n’est pas rejetée. Le Messager n’a pas dit que celui qui innove dans notre religion quoi que ce soit, c’est rejeté ! Mais il a dit cette parole pour bien indiquer que la nouveauté qui est rejetée c’est celle qui n’est pas conforme à sa Loi (mâ layça minh) alors que celle qui est conforme à la Loi est autorisée. C’est la nouveauté qui n’est pas conforme à la Loi qui est interdite. Étant donné que l’organisation du Mawlid, la commémoration de la naissance du Prophète, est quelque chose de méritoire selon les preuves textuelles parvenues dans le Qour’ân et la Sounnah, ce n’est pas quelque chose de rejeté.

Le Mawlid est une bonne sounnah et cela ne sous-entend pas que la religion ne serait pas accomplie et que se serait un démenti de la parole de Allâh Ta`âlâ :

﴿ اَلْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ ﴾

[ سورة المائدة/2]

(al-yawma ‘akmaltou lakoum dînakoum) [sôurat Al-Mâ’idah / 2]. En réalité, Al-QourToubiyy dans son « tafsîr », a dit que ce verset veut dire que les règles de la religion sont accomplies. Il a dit : La majorité (al-joumhôur) a dit : Le sens qui est visé, c’est que la majorité des obligations, la majorité de ce qui est licite et de ce qui est interdit a été indiqué bien qu’après ce verset aient été révélés beaucoup d’autres verset dans le Qour’ân ! Il y a, entre autres, le verset du gain usuraire (ar-ribâ). Il y a aussi la ‘Ayah de la kalâlah et autres. Cette ‘Ayah n’est donc pas la dernière ‘Ayah qui a été révélée dans le Qour’ân. La dernière ‘Ayah qui a été révélée, c’est la parole de Allâh :

﴿ وَٱتَّقُواْ يَوْمًا تُرْجَعُونَ فيهِ إِلى اللهِ ثُمَّ تُوَفَّى كُلُّ نَفْسٍ مَا كَسَبَتْ وَهُمْ لاَ يُظْلَمُونَ ﴾

(wa t-taqôu yawman tourja`ôuna fîhi ‘ila l-Lâhi thoumma touwaffâ koullou nafsin mâ kaçabat wa houm lâ youDHlamôun)

Ce qui signifie : « Craignez un jour dans lequel vous allez rendre des comptes et chaque âmes sera rétribuées en fonctions de ce qu’elle a acquis et ils ne subiront aucune injustice ». Al-QourToubiyy a cité cela dans son « tafsîr » d’après ‘Ibnou `Abbâs que Allâh les agrée tous les deux. [sôurat Al-Baqarah / 285].

Le Mawlid est une bonne tradition et il ne sous-entend aucune accusation envers le Messager de Allâh qu’il aurait trahi sous prétexte qu’il n’aurait pas indiqué à sa communauté de commémorer le Mawlid, comme le prétendent ceux qui l’interdisent.

Si tout acte innové après le Messager, que le Prophète n’a pas indiqué à sa communauté tout en étant conforme au Qour’ân et à la Sounnah, représentait une accusation de trahison envers le Messager, alors, selon la parole de ces gens-là, Abôu Bakr, `Oumar, `Outhmân, `Aliyy et `Oumar ‘Ibnou `Abdi l-`Azîz et une sélection des meilleurs des savants de la communauté auraient eux-mêmes accusé le Messager d’être un traître ! En effet, ils ont innové eux-mêmes des choses qui sont conformes au Qour’ân et à la Sounnah et que le Messager n’a pas indiquées à sa communauté ! Quant à la prétendue argumentation, à partir de ce que vous attribuez à l’Imâm Mâlik, qu’il aurait dit que (si quelqu’un innove dans l’Islam une innovation qu’il considère bonne, il aura prétendu que MouHammad a trahi le message), cette prétendue argumentation s’appliquerait à plus forte raison aux mauvaises innovations, comme la croyance des assimilationnistes (at-tachbîh) et des anthropomorphes (at-tajsîm), et non pas au Mawlid et ce qui est de cet ordre. Par ailleurs, vous allez chercher des preuves dans la parole de l’Imâm Mâlik alors que par ailleurs vous le déclarez implicitement mécréant, même si expressément et explicitement vous ne le faites pas ! En effet, le Calife Al-ManSôur lorsqu’il s’est rendu à Médine a interrogé l’Imâm Mâlik : « Ô Abôu `Abdi l-Lâh, est-ce que je me dirige vers la Qiblah pour faire des invocations ou bien je me dirige vers le Prophète ? » L’Imâm Mâlik lui a dit : « Et pourquoi détournerais-tu ton visage de lui alors qu’il est ton intercesseur et l’intercesseur de ton père ‘Adam à Allâh ; dirige-toi vers lui et demande son intercession, Allâh le fera intercéder ». Pour vous, qui interdisez le Mawlid, tout ceci est du chirk, une forme d’association et un égarement clair ! Vous accusez les savants de la communauté d’être associateurs (mouchrikîn) et ensuite, vous allez chercher des arguments dans leurs propos !!! Voir: sectes wahhabites faux salafites. wahhabisme.

Le Mawlid est une bonne sounnah, et on ne l’empêche pas sous prétexte que cela reviendrait à ressembler aux chrétiens dans leur commémoration de la naissance de `Içâ `alayhi s-salâm.

Si nous faisons quelque chose qui est conforme à la religion agréée par Allâh et qui est également pratiquée par des juifs et des chrétiens, cela nous est licite. Mais ce qu’ils font et qui n’est pas conforme à la religion agréée par Allâh, voilà ce qui est interdit. N’est-ce pas que lorsque le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a vu les juifs jeûner le jour de `Achôurâ quand il est arrivé à Médine, et qu’ils ont dit que c’est en ce jour que Allâh a fait que Pharaon se noie et qu’Il a donné la victoire à Môuçâ, le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسى مِنْكُم »

(naHnou ‘awlâ bi Môuçâ minkoum) il n’a pas dit : (ne jeûnez pas le jour de `Achôurâ parce que les juifs jeûnent, vous allez leur ressembler !!!). Au contraire, il a ordonné à sa communauté de jeûner ce jour, c’est-à-dire que nous glorifions ce jour-là tout comme les musulmans qui ont suivi Môuçâ ce jour-là l’ont glorifié.

Le Mawlid est une bonne tradition et si quelqu’un prétend qu’il est une condition que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam l’ait lui-même commémoré pour qu’il soit permis de le faire, sa condition est infondée, nulle et non avenue.

En effet et de la même manière, la ponctuation des lettres dans le MouS-Haf est une bonne tradition et si quelqu’un pose comme condition qu’il faut que le Messager l’ait fait lui-même pour qu’il soit permis de le faire, sa condition est sans fondement, nulle et non avenue. Ces deux conditions n’ont aucune base dans la religion agréée par Allâh. Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« كُلُّ شَرْطٍ لَيْسَ في كِتَابِ اللهِ تَعالى فَهُوَ بَاطِلٌ وَإِنْ كَانَ مِائَةَ شَرْطٍ »

(koullou charTin layça fî kitâbi l-Lâhi Ta`âlâ fa houwa bâTiloun wa ‘in kâna mi’ata charT)

Ce qui signifie : « Toute condition qui ne figure pas dans le livre de Allâh est infondée même s’il s’agit de cent conditions », [rapporté par Al-Bazzar d’après ‘Ibnou `Abbâs que Allâh les agrée tous les deux].

Le Mawlid est une bonne tradition et ne rentre pas dans le cadre des innovations que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a interdites par sa parole :

« وَكُلُّ بِدْعَةٍ ضَلالَةٌ »

(wa koullou bid`atin Dalâlah) Le HâfiDH Al-`Irâqiyy dans sa « ‘Alfiyyah » a dit :

« وَخَيْرُ مَا فَسَّرْتَهُ بِالْوَارِدِ »

(wa khayrou mâ fassartahou bi l-wâridi) c’est-à-dire que la meilleure manière d’expliquer un Hadîth c’est par un autre Hadîth. D’autre part, les savants ont dit que la meilleure explication c’est d’expliquer le Hadîth par son contexte. Or le contexte du Hadîth est que le Messager a commencé en disant :

« فَإِنَّ أَحْسَنَ الْحَدِيثِ كِتَابُ اللهِ »

(fa ‘inna ‘aHsana l-Hadîthi kitâbou l-Lâh) cela veut dire que la meilleure des paroles c’est la parole de Allâh et il a dit :

« وَأَحْسَنَ الْهَدْيِ هَدْيُ مُحَمَّدٍ »

(wa ‘aHsana l-hadyi hadyou MouHammad) cela veut dire que la meilleure des conduites c’est la conduite de MouHammad, puis il a dit :

« وَشَرَّ الأُمُورِ مُحْدَثَاتُهَا »

(wa charra l-‘oumOuri mouHdathâtouhâ) cela veut dire que les pires des sujets sont les nouveautés qui ont contredit les meilleures des paroles et les meilleures des guidées, or il s’agit de l’innovation d’égarement. Il n’y a donc ici aucune allusion aux bonnes innovations dans le blâme qui est cité. An-Nawawiyy dans le CharH de SaHîH Mouslim, 6ème tome, en page 154, a dit : La parole du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

« وَكُلُّ بِدْعَةٍ ضَلالَةٌ »

(wa koullou bid`atin Dalâlah) ici est un texte `Amm makhsous, c’est-à-dire que l’expression est générale mais le sens qu’il vise est spécifique. Il a dit que ce qui en est visé c’est : la plupart des innovations sont de l’égarement ; et le fait que ce Hadîth soit `Amm makhsous c’est-à-dire une expression générale avec une portée particulière et spécifique, n’empêche pas que le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam ait insisté en utilisant le mot « koull », parce que même s’il utilise « koull », la spécification figure bien dans ce Hadîth. La preuve en est la parole de Allâh Ta`âlâ dans sourate Al-‘Ahqaf, verset 25 :

﴿ تُدَمِّرُ كُلَّ شَىءٍ ﴾

(toudammirou koulla chay’) [sourat al-AHqâf / 24]. Ce verset a également aussi une expression générale mais son sens est spécifique puisque le vent, dont il est question dans ce verset, qui détruit toute chose, Allâh a fait qu’il souffle sur des mécréants du peuple de `Ad. Le vent les a anéantis. Mais ce vent n’a pas anéanti tout ce qui existe sur terre, car Allâh Ta`âlâ nous a appris qu’il a sauvé Hôud `alayhi s-salâm et les croyants qui sont avec lui. Ainsi Allâh Ta`âlâ dit :

﴿ وَلَمَّا جَآءَ أَمْرُنَا نَجَّيْنَا هُودًا وَالَّذِينَ ءَامَنُوا مَعَهُ بِرَحْمَةٍ مِنَّا وَنَجَّيْنَاهُمْ مِنْ عَذَابٍ غَلِيظٍ ﴾

(wa lammâ jâ’a ‘amrounâ najjaynâ Hôudan wa l-lâdhîna ‘âmanôu ma`ahou bi raHmatin minnâ wa najjaynâhoum min `adhâbin ghalidh) [sôurat Hôud / 58]

ce qui signifie : « Et lorsque ce que Nous avons prédestiné est arrivé, Nous avons sauvé Hôud et les croyants qui étaient avec lui par une miséricorde de Notre part. Nous les avons sauvés d’un châtiment douloureux ». Parmi les autres exemples de `Amm makhsous, c’est-à-dire de termes généraux ayant une portée particulière ou spécifique, il y a la parole du Messager Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

« كُلُّ عَيْنٍ زَانِيَةٌ »

(koullou `aynin zâniyah) et il est connu dans la Loi que ce Hadîth ne concerne pas les yeux des Prophètes `alayhimou s-Salâtou wa s-salâm, car Allâh Ta`âlâ les a préservés de commettre les péchés des yeux, en raison de la parole de Allâh :

﴿ وَكُلاًّفَضَّلْنَا عَلى الْعَالَمِين ﴾

(wa koullan faDDalnâ `ala l-`Alamîn) [sôurat Al-‘An`âm / 86] ce qui signifie : « Nous leur avons tous accordé un degré et un honneur supérieur au reste des mondes ». Il est parvenu également dans le Hadîth SaHîH rapporté par Abôu Dâwôud dans ses Sounan dans le chapitre du Cor (aS-Sôur) et de la résurrection que le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« كُلُّ ٱبْنِ ءَادَمَ تَأْكُلُهُ الأَرْضُ إِلاَّ عَجْبَ الذَّنَبِ مِنْهُ خُلِقَ وَفِيهِ يُرَكَّبُ »

(koullou bni Adama ta’koulouhou l-‘arDou ‘il-lâ `ajba dh-dhanabi minhou khouliqa wa fîhi yourakkab) Ici aussi le mot « koull » ne vient pas dans le sens de la globalité puisque dans le Hadîth le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« إِنَّ اللهَ حَرَّمَ عَلَى الأَرْضِ أَنْ تَأْكُلَ أَجْسَادَ الأَنْبِيَاءِ »

Et dans le premier Hadîth :

« كُلُّ ٱبْنِ ءَادَمَ تَأْكُلُهُ الأَرْضُ »

(koullou bni ‘Adama ta’koulouhou l-‘arD) cela veut dire que la plupart des fils de ‘Adam sont assimilés par la terre, puisque le Messager a excepté dans un autre Hadîth les Prophètes.

La commémoration du Mawlid est une bonne tradition et n’est pas concernée par le Hadîth du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam:

« لَتَتَّبِعُنَّ سُنَنَ الَّذِينَ قَبْلَكُمْ »

(latattabi`ounna sounana l-ladhîna qablakoum) ce qui signifie : « Vous allez suivre les traditions de ceux qui vous ont précédés », parce que le sens de ce Hadîth concerne les sujets du bas monde. N’est-ce pas que les musulmans aujourd’hui, pour meubler leur maison, s’habiller et faire beaucoup de choses dont beaucoup sont permises, qui ne sont pas toutes interdites mais dont une partie est interdite, n’est-ce pas qu’ils font comme les non musulmans ?! Aujourd’hui, la communauté du Prophète MouHammad a suivi ces gens-là dans beaucoup de sujets du bas monde, dont certains sont licites et d’autres interdits.

Le Mawlid est une bonne tradition et n’est pas concerné par l’exagération que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam nous a interdite par sa parole :

« لاَ تُطْرُونِي كَمَا أَطْرَتِ النَّصَارَى الْمَسِيحَ ابْنَ مَرْيَمَ »

(lâ touTrôunî kamâ ‘aTrati n-naSâra l-MacîHa bna Maryam) Le sens de ce Hadîth est : « Ne m’accordez pas un degré supérieur à mon degré tout comme les chrétiens ont élevé `Içâ au-dessus de son degré ». Les chrétiens l’ont considéré comme étant un Dieu Créateur. Quant à l’organisation du Mawlid que les musulmans pratiquent, ce n’est pas une élévation du Prophète au-dessus de son degré mais un remerciement envers Allâh pour la naissance du Messager. La parole du Prophète (lâ touTrôunî…) ne veut pas dire : (ne faites pas mon éloge dans l’absolu). La vérité est de dire que ce qui est une outrance est interdit mais ce qui n’est pas une outrance n’est pas interdit. Sinon, comment le Messager aurait autorisé son oncle Al-`Abbâs, que Allâh l’agrée, de faire son éloge ?! Il a même fait une invocation en sa faveur pour le remercier pour son acte ! Il a été confirmé avec une chaîne de transmission fiable (Haçan) dans ce qu’a rapporté Ibnou Hajar dans « Al-‘Amâli » que l’oncle du Messager, Al-`Abbâs, que Allâh l’agrée, a dit :

« يَا رَسُولَ اللهِ إِنِّي امْتَدَحْتُكَ بِأَبْيَاتٍ »

(yâ raçôula l-Lâhi ‘inni mtadaHtouka bi ‘abyât) ce qui signifie : « Ô Messager de Allâh, j’ai composé des vers de poésie pour faire ton éloge ». Alors le Messager Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam lui a dit :

« قُلْهَا لا يَفْضُضِ اللهُ فاكَ »

(qoulhâ lâ yafDouDi l-Lâhou fâka) ce qui signifie : « Dis-les, que Dieu fasse que tu ne perdes jamais tes dents ». Et cela a effectivement eu lieu, comme l’a dit Al-`Abbâs, parce qu’il a fait l’éloge du Prophète en lui disant :

« وَأَنْتَ لَمَّا وُلِدْتَ أَشْرَقَتِ الأَرْضُ وَضَاءَتْ بِنُورِكَ الأُفُقُ »

(wa ‘anta lammâ woulidta ‘achraqati l-‘arDou wa Dâ’at bi nôurika l-‘oufouqou) ce qui signifie : Toi, lorsque tu naquis, a resplendit la terre Et par ta lumière les horizons s’illuminèrent.

Le Mawlid est une bonne tradition et ne revient pas à réserver les manifestations d’amour envers le Prophète à un seul jour.

N’est-ce pas que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit aux juifs :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسَى مِنْكُم »

(naHnou ‘awlâ bi Môuçâ minkoum) et a ordonné de jeûner le jour de `Achôurâ’, est-ce que le Messager aurait ainsi réservé l’amour envers Môuçâ `alayhi s-salâm à un seul jour ?!

Le Mawlid est une bonne tradition et ne comporte pas d’atteinte portée aux compagnons du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam ni la prétention que nous aimerions le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam plus qu’eux.

En effet, le Messager Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam n’a pas réuni le Qour’ân en un seul recueil. C’est Abôu Bakr As-Siddiq qui l’a rassemblé en un seul volume. C’est lui qui l’a appelé Al-MouS-Haf. Aucun compagnon n’a renié ce que Abôu Bakr a fait sous prétexte que Abôu Bakr aurait aimé le Qour’ân plus que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. Par ailleurs les savants ont dit :

« اَلْمَزِيَّةُ لاَ تَقْتَضِي التَّفْضِيلَ »

(al-maziyyatou lâ taqtaDi t-tafDIîl) c’est-à-dire : Le privilège n’implique pas la supériorité dans le mérite. Si Abôu Bakr As-Siddiq a eu le privilège de réunir matériellement le Qour’ân alors que le Messager ne l’a pas rassemblé en un volume unique, tel que nous le connaissons aujourd’hui, cela ne veut pas dire que Abôu Bakr est meilleur que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. Si `Oumar ‘Ibnou l-KhaTTâb a rassemblé les gens pour la prière du tarâwîH pour être dirigés par un seul homme alors que Abôu Bakr ne l’a pas fait, cela ne veut pas dire que `Oumar est meilleur que Abôu Bakr. Si `Outhmân Ibnou `Affân a ordonné d’ajouter un appel à la prière dans la prière du vendredi alors que `Oumar ne l’a pas fait, cela ne veut pas dire que `Outhmân est meilleur que `Oumar. De la même manière, si nous organisons le Mawlid alors que les compagnons ne l’ont pas fait, cela ne veut pas dire que nous sommes meilleurs qu’eux ni que nous aimons le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam plus qu’eux.

Le Mawlid est une bonne tradition et la manifestation de notre joie et de notre bonheur en ce jour, en souvenir de la naissance du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam et de son envoi, n’est pas une atteinte portée à notre amour envers lui sous prétexte que cela coïnciderait avec le jour de son décès, comme le prétendent ceux qui interdisent le Mawlid !!!

En effet, ils se basent sur quelque chose qui n’a aucun fondement : parce que chaque jour de la semaine à travers les époques a probablement coïncidé avec un événement ou une catastrophe qui a frappé les musulmans et les a plongés dans le chagrin. À suivre leurs propos, les musulmans alors ne fêteront plus aucun mariage, ni aucun `Id car cet évènement aura coïncidé avec le jour de la mort du Messager ou encore avec le jour où sa dent a été cassée, ou bien le jour où sa lèvre honorée a été blessée tout comme cela est arrivé durant la bataille de ‘OuHoud. En résumé, ce que vous prétendez, personne, ni la raison ni les textes ne l’accepte. N’est ce pas que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« خَيْرُ يَوْمٍ طَلَعَتْ عَلَيْهِ الشَّمْسُ يَوْمُ الْجُمُعَةِ فِيهِ خُلِقَ ءادَمُ وفيهِ أُدْخِلَ الْجَنَّةَ وَفِيهِ أُخْرِجَ مِنْهَا »

(khayrou yawmin Tala`at `alayhi ch-chamsou yawmou l-joumou`ati fîhi khouliqa ‘Adamou wa fîhi ‘oudkhila l-jannata wa fîhi ‘oukhrija minhâ)

[rapporté par Mouslim dans son « Sahih »] ce qui signifie : « Le meilleur jour sur lequel le soleil se lève c’est le vendredi, c’est en ce jour que ‘Adam a été créé, en ce jour qu’il est entré au paradis et en ce jour qu’il en est sorti ». Ainsi, le mérite que le Messager a reconnu au vendredi et le mérite que nous reconnaissons au jour de sa naissance ne comportent aucune atteinte à notre amour envers ‘Adam bien que cela corresponde au jour même durant lequel il est sorti du paradis. Également, lorsque nous glorifions le jour de `Achôurâ en raison de la parole du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسَى مِنْكُم »

Cela ne porte pas atteinte à notre amour pour le Maître des jeunes hommes du paradis Al-Houçayn Ibnou `Aliyy que Allâh les agrée lui et son père, bien que cela corresponde au jour où il a été tué. Également la manifestation de notre joie le jour anniversaire de la naissance du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam ne porte pas atteinte à notre amour envers lui, bien que son décès ait eu lieu ce même jour.

Le Mawlid est une bonne tradition, nous ne l’interdisons pas en raison de ce que font certains ignorants à son occasion.

Il est connu qu’il se passe lors du pèlerinage de nos jours, et même par le passé, des choses blâmables de la part de certains ignorants au point que depuis longtemps, un des savants a dit :

« مَا أَكْثَرَ الضَّجِيجَ وَأَقَلَّ الْحَجِيجَ »

Tant de tumulte et si peu de vrais pèlerins.

Tout cela n’a pas causé l’interdiction du pèlerinage ni empêché les gens de le faire. Il en est de même pour le reste des actes d’adoration et de même pour le Mawlid. S’il arrive à l’occasion du Mawlid des choses blâmables de la part de certains ignorants, nous ne l’interdisons pas dans l’absolu mais nous interdisons ce que font les ignorants, c’est-à-dire les choses qui contredisent la religion agréée par Allâh. D’autre part, si un mal vient à se produire dans une mosquée, est-ce qu’on va fermer la mosquée ou bien interdire le mal qu’ont fait certains ?!!

Conclusion : En résumé la commémoration du Mawlid est un bien et une bénédiction, ceci n’est pas quelque chose qui ramène la communauté du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam en arrière. Ce n’est pas une régression. Ceci au contraire renouvelle l’amour du musulman envers le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. C’est une occasion qui fait pénétrer en lui les sentiments de son amour pour le Prophète et qui le mène à éprouver de la nostalgie envers lui. Pourquoi ceux qui combattent le Mawlid et par-là les musulmans qui commémorent le Mawlid, qui les déclarent égarés, grands pécheurs et en arrivent même à les déclarer mécréants, pourquoi laissent-ils parfois certaines choses blâmables qui sont véritablement blâmables comme la mécréance par la parole qui se diffuse chez beaucoup de gens du commun, lorsqu’ils insultent Allâh et autre ?!!! Ou comme les choses blâmables telles que le fait de déclarer mécréant un musulman sans raison valable selon la Loi, le fait de le déclarer mécréant du simple fait qu’il fait le tawassoul par le Prophète ou les vertueux, ou le fait de le déclarer mécréant parce qu’il fait le tabarrouk par le Prophète ou par ses traces, ou du simple fait qu’il récite la FâtiHah ou d’autres ‘Ayah du Qour’ân pour un mort ?! Pourquoi ne blâment-ils pas ces choses blâmables et pourquoi interdisent-ils et blâment-ils la commémoration de la naissance du Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam alors que les avis des musulmans concordent depuis le début de cette commémoration jusqu’à nos jours : ils l’ont apprécié et recommandé tant que cela reste une commémoration qui ne comporte pas de choses blâmables comme la déformation du nom de Allâh, comme le mensonge au sujet du Messager de Allâh ?! Est-ce que tout leur stratagème, tous leurs actes ne seraient pas à cause d’une haine qu’ils ont dans leur cœur envers le Meilleur de tous les êtres créés par Allâh ?!! Allâh Ta`âlâ dit :

﴿ قُلْ هَلْ يَسْتَوِي الَّذِينَ يَعْلَمُونَ وَالَّذِينَ لا يَعْلَمُونَ ﴾

ce qui signifie : « Dis : sont-ils équivalents ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?! » et le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

(( طَلَبُ العِلْمِ فَرِيضَةٌ على كُلِّ مُسْلِمٍ ))

ce qui signifie : « Quérir la science de la religion est une obligation pour tout musulman » .

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

5 Comments

  1. oum firdaws

    Machâ’a l-LAh magnifique site.

    Également parmi les mauvaises innovations, dans les pratiques ceux qui empêchent aux gens de photocopier des ouvrages ou de réimprimer un livre, ils disent que s’il le fait, ils le font emprisonner ou bien ils lui font payer des amendes.
    C’est une mauvaise innovation dans les pratiques, ceux qui empêchent les gens de photocopier les livres ou de les réimprimer sous-prétexte qu’il y aurait des droits d’auteurs ou des droits d’éditions.
    Al-Boukhariyy, Mouslim, l’Imam Ach-Chafi`iyy, l’Imam Malik, et les savants depuis des siècles jusqu’à nos jours, aucun n’ont dit aux gens :  » si vous réimprimez alors il faut que vous me redonniez de l’argent ou que vous donniez à mes enfants » non ! qu’est ce qui empêche la personne, si tu as acheté un livre tu es devenu le propriétaire, qu’est-ce qui empêche de reprendre les mêmes caractères que ce qu’il y a ici, rien.
    Donc ça c’est une mauvaise innovation dans les pratiques et c’est une innovation qui est contraire au Qour’ân et au Hadith, aucun savant n’a fait cela qu’il fasse partie du Salaf, des trois premiers siècles ou des siècles suivants du Khalaf.
    C’est quelque chose qui a été introduite, il y a environ deux cents ans dans les pays de l’Islam uniquement, c’est quelque chose qui est intruse, ce n’est pas quelque chose qui est propre à la religion. Si ça avait été quelque chose de licite les premiers, les prédécesseurs, les gens du Salaf l’auraient pratiquée bien avant nous, parce que si on veut considérer la fatigue, l’effort fourni par quelqu’un qui veut écrire un livre aujourd’hui et l’effort fourni par quelqu’un qui veut écrire un livre, il y a onze siècles, il y a une grande différence, aujourd’hui c’est beaucoup plus facile, que ce soit avec les outils d’impression ou les sources, la disponibilité des sources, avant c’était beaucoup plus difficile, donc si c’était justifié légitime ça aurait été pratiqué bien avant nous.

    BAraka l-LAhou fikoum

  2. issa

    Tout simplement époustouflant! vous apportez de l’eau à notre moulin, nous membres de communautés soufis! baraka lahou fikoum!

  3. Sunnite

    le Hafidh Al-`Irâqiyy, le chaykh de Ibnou Hajar (725-808 H) a dit :
    إنَّ اتّخاذَ الوليمَةِ وإطعامَ الطّعامِ مُستحبٌّ في كلِّ وقتٍ فكيف إذا انضَمّ إلى ذلك الفرحُ والسُّرورُ بظُهور نور النّبِيّ صلى الله عليه وآله وسلَّم في هذا الشَّهْرِ الشَّريفِ.

    Ce qui signifie : « Certes donner à manger est quelque chose de recommandé en tout temps que dire si on joint à cela la joie et la gaîté pour l’apparition de la lumière du Prophète MouHammad ŝalla l-Lâhou `alayhi wa sallam en ce mois honoré », dans son épître al-Mawridou l-haniyy fi l-mawlidi s-sounniyy.

Les commentaires sont fermés