Retour des Pèlerins du Hajj, Pèlerinage à la Mecque

Retour des Pèlerins du Hajj, Pèlerinage à la Mecque

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Ô vous croyants, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allâh, Al-`Aliyy Al-`ADHîm. Allâh ta`âlâ dit :

﴿ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ ءامَنُوا اتَّقُوا اللهَ وَلْتَنظُرْ نَفْسٌ مَّا قَدَّمَتْ لِغَدٍ وَاتَّقُوا اللهَ إِنَّ اللهَ خَبِيرٌ بِمَا تَعْمَلُونَ

[sôurat Al-Hachr / 18] (yâ ‘ayyouha l-ladhîna ‘âmanou t-taqou l-Lâha wal-tanDHour nafsoun mâ qaddamat lighad ; wat-taqou l-Lâha ‘inna l-Lâha khabîroun bimâ ta`malôun) ce qui signifie : « Ô vous qui avez cru, faites preuve de piété à l’égard de Allâh et que chacun considère ce qu’il a préparé pour le Jour du Jugement. Faites preuve de piété à l’égard de Allâh, certes Allâh sait tout ce que vous faites ».

Bonheur donc à celui qui a fait preuve de piété à l’égard de Son Seigneur et s’est attaché à la Loi de notre maître MouHammad, et bonheur à celui qui a accompli le Hajj et la `oumrah et a visité la tombe du Prophète MouHammad, et bonheur à celui qui s’est attaché à la voie du maître des messagers MouHammad et a pris le chemin de droiture par sa bonne guidée. Le Prophète a en effet enseigné aux gens de sa communauté beaucoup de choses qui leur sont d’un grand profit pour leur au-delà ainsi que pour leur vie d’ici-bas et il les a incités à œuvrer avec ces choses-là.

Mes frères de foi, le sujet de notre discours aujourd’hui concerne les choses que les pèlerins rapportent habituellement avec eux à leur retour, comme des siwâk, de l’eau de Zamzam, des dattes de Médine l’Illuminée, des soubHah et d’autres choses encore, de ces villes éminentes que sont la Mecque (‘Oummou l-qourâ) –la mère de toutes les villes– et Médine (Taybah) qui s’est embaumée grâce au Messager de Allâh.

Nous commencerons par parler du siwâk. À ce sujet, le Prophète a dit :

 (( السِّواكُ مَطْهَرَةٌ لِلْفَمِ مَرْضاةٌ لِلرَّبِّ ))

(as-siwâkou maT-haratoun lil-fami wamarDâtoun lir-Rabb) ce qui signifie : « Le siwâk est une purification pour la bouche et une cause pour obtenir l’agrément du Seigneur ». Il a dit aussi :

( رَكْعَتانِ بِسِواكٍ أَفْضَلُ مِنْ سَبْعِينَ رَكْعَةً مِنْ غَيْرِ سِواكٍ )

(rak`atâni bisiwâkin ‘afDalou min sab`îna rak`atin min ghayri siwâk) ce qui signifie : « Deux rak`ah en ayant passé le siwâk valent mieux que soixante-dix rak`ah sans siwâk. »

Utiliser le siwâk veut dire selon la Loi de l’Islam passer un bâton ou ce qui est de cet ordre dans la bouche pour se nettoyer les dents. Le mieux que l’on puisse utiliser pour cela est le bois d’arak. Il est recommandé de l’utiliser lorsqu’on se lève pour accomplir la prière. Il est aussi recommandé de l’utiliser pour le wouDôu’, on l’utilise alors après s’être lavé les mains. L’utilisation du siwâk est aussi recommandée avant de faire le tayammoum et avant de réciter le Qour’ân mais aussi lorsque les dents jaunissent, pour accomplir les tours rituels (Tawâf) et lorsqu’on s’éveille de son sommeil. D’autre part, il est recommandé au musulman de passer le siwâk avec la main droite, de commencer par le côté droit de sa bouche et de le faire passer sur le palais, délicatement, et d’avoir l’intention en l’utilisant de suivre la Sounnah.

Parmi les bienfaits du siwâk, on peut citer qu’il purifie la bouche, qu’il fait gagner l’agrément du Seigneur, qu’il fortifie les gencives, qu’il multiplie les récompenses, qu’il blanchit les dents, qu’il aide à prononcer correctement les lettres de leurs points de prononciation et qu’il rappellera de prononcer les deux témoignages au moment de la mort. Qui parmi nous ne souhaite pas prononcer les deux témoignages au moment de la mort ? Alors, mes frères de foi, persévérez à suivre cette sounnah éminente !

Quant à l’eau de Zamzam, il est recommandé d’en boire et celui qui a une affaire qu’il désire voir aboutir, qu’il boive de l’eau de Zamzam avec l’intention de voir son affaire se régler. S’il veut, qu’il dise :

اللَّهُمَّ إِنَّهُ بَلَغَنِي أَنَّ نَبِيَّكَ قالَ:
(( ماءُ زَمْزَمَ لِما شُرِبَ لَهُ ))

(Allâhoumma ‘innahôu balaghanî ‘anna nabiyyaka qâl :
mâ’ou zamzama limâ chouriba lah
)

Ô Allâh, il m’est parvenu que Ton prophète a dit :
« L’eau de Zamzam est utile pour ce pour quoi elle est bue. » [Fin du Hadîth]

اَللَّهُمَّ إِنِّي أَشْرَبُهُ مستشفيًا به فاشفِني واغفِرْ لي
اَللَّهُمَّ إِنِّي أسألك عِلْمًا نافِعًا ورِزْقًا واسِعًا وشِفاءً مِنْ كُلِّ داءٍ

(Allâhoumma ‘innî ‘achrabouhôu moustachfiyan bihî fachfinî waghfir lî.

Allâhoumma ‘innî ‘as’alouka `ilman nâfi`an warizqan wâci`an wachifâ’an min koulli dâ’)

Ô Allâh, j’en bois pour en rechercher la guérison, alors guéris-moi et pardonne-moi.
Ô Allâh, je Te demande une science utile, un rizq abondant et une guérison de tout mal
 ».

Et on demande tout ce qu’on veut d’autre.

Pour ce qui est des dattes, certaines variétés ont une particularité, notamment la variété `ajwah de Médine. Le Messager de Allâh a dit :

(( مَنْ تَصَبَّحَ أَيْ أَكَلَ صَباحًا– بِسَبْعِ تَمَراتٍ مِنْ عَجْوَةِ المَدِينَةِ مِمّا بَيْنَ لاَبَتَيْهَا –أَيْ مِمّا بَيْنَ حَرَّتَيِ الـمَدِينَةِ– لَمْ يَضُرَّهُ في ذَلِكَ اليَوْمِ سُمٌّ ولاَ سِحْر ))

(man taSabbaHa bisab`i tamarâtin min `ajwati l-madînah mimmâ bayna lâbatayhâ lam yaDourrahou fî dhâlika l-yawmi soummoun walâ siHr) ce qui signifie : « Celui qui prend au matin sept dattes de la variété `ajwah de Médine, qui poussent entre les deux terres de pierres noires délimitant la ville, aucun poison et aucune sorcellerie ne lui nuira ce jour-là. »

Parmi les choses que le pèlerin rapporte aussi avec lui, il y a les soubHah –chapelets. Il n’y a pas de mal à utiliser une soubHah pour le dhikr de Allâh car elle rappelle à celui qui la porte de faire le tasbîH et la glorification de Allâh `azza wajall. La preuve en est qu’une des épouses du Prophète avait mis devant elle quatre mille noyaux de dattes pour faire avec le tasbîH. Le Prophète l’avait vue mais ne l’avait pas blâmée. De ce fait, les savants ont dit que faire le tasbîH avec une soubHah est permis, que ce n’est pas Harâm. Toutefois, il reste préférable de faire le tasbîH en comptant avec ses phalanges car le Prophète a dit :

(( عَلَيْكُنَّ بِالتَّسْبِيحِ والتَّهْلِيلِ والتَّقْدِيسِ واعْقِدْنَ بالأَنامِلِ فَإِنَّهُنَّ مَسْؤُولاتٌ مُسْتَنْطَقاتٌ ))

(`Alaykounna bit-tasbîHi wat-tahlîli wat-taqdîci wa`qidna bil-‘anâmili fa’innahounna mas’ôulâtoun moustanTaqât) ce qui signifie : « Attachez vous à faire le tasbîH, le tahlîl, le taqdîs et faites-le en comptant avec vos phalanges car elles seront interrogées et il leur sera demander de parler » [Fin du Hadîth]

Cela signifie que Allâh créera une prononciation dans ces phalanges et qu’elles témoigneront de ce que faisait la personne comme dhikr de Allâh en comptant avec. De plus, il est arrivé dans ce bas monde un événement qui en témoigne : c’est ce qui s’est produit avec Abôu Mouslim Al-Khawlâniyy, qui faisait partie des successeurs des compagnons et des ascètes. Une nuit qu’il était en train de faire du tasbîH avec sa soubHah, il s’était endormi et la soubHah s’était mise à tourner autour de sa main en disant :

((سُبْحانَكَ يا مُنْبِتَ النَّباتِ ويا دائِمَ الثَّباتِ))

(soubHânaka yâ mounbita n-nabâti wayâ dâ’ima th-thabât) qui signifie : « Gloire à Toi Qui es exempt d’imperfection, Toi Qui fais pousser les plantes et Toi dont l’existence n’aura pas de fin. » Abôu Mouslim s’était réveillé et avait appelé son épouse en disant : « ‘Oumma Mouslim ! Viens voir une chose des plus étonnantes ! » Quand elle vint et vit la soubHah en train de faire le tasbîH, la soubHah se tut. Cet événement s’est bien produit dans cette vie du bas monde et témoigne de la prononciation des phalanges qui se produira au Jour du jugement pour témoigner en faveur de ceux qui faisait le tasbîH avec elles.

Enfin, nous vous rappelons aussi de demander aux pèlerins de retour de leur Hajj d’invoquer Allâh qu’Il vous pardonne. Le Prophète a dit en effet :

(( اللَّهُمَّ اغْفِرْ لِلْحاجِّ ولِمَنِ اسْتَغْفَرَ لَهُ الحاجُّ ))

(Allâhoumma ghfir lil-Hâjji walimani staghfara lahou l-Hâjj) ce qui signifie : « Ô Allâh, accorde le pardon au pèlerin ainsi qu’à celui en faveur de qui le pèlerin demande le pardon. »

Hâdhâ wa‘asataghfirou l-Lâha lî walakoum

Je demande à ce que Allâh ta`âlâ me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Deuxième discours

Mise en garde contre les livres que distribuent les wahhabites

Ô croyants, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allâh, Al-`Aliyy Al-`ADHîm. Allâh ta`âlâ dit :

﴿وَقُل رَّبِّ زِدْنِي عِلْمًا

[sôurat Tahâ / 114] (waqoul rabbi zidnî `ilmâ) ce qui signifie : « Et dis : ô mon Seigneur, accorde-moi plus de science. »        

En effet, la science de la religion, c’est la vie de l’Islam. Il est donc un devoir de s’occuper à l’apprendre et à l’enseigner aux autres. Par ailleurs, son apprentissage se fait en prenant cette connaissance des gens de confiance et de connaissance et non pas par la simple lecture dans les livres. En effet, combien et combien de gens n’ayant pas pris la science de la bouche des savants, se sont égarés et ont égaré à leur tour d’autres personnes car ils pensaient à tort que les livres mènent à l’acquisition des connaissances sans avoir besoin d’un chaykh. De plus, il y a dans certains de ces livres des égarements de toutes sortes, en particulier les livres qui sont distribués aux pèlerins de la Mosquée de la Mecque honorée, ces livrets décorés et colorés, farcis des mauvaises croyances des mouchabbihah moujassimah, eux qui renient le tawassoul. Les mouchabbihah sont les gens qui considèrent que Allâh aurait une ressemblance avec Ses créatures ; les moujassimah sont les gens qui croient que Allâh serait un corps. Quant à ceux qui renient le tawassoul par le Messager, ce sont les gens qui interdisent de demander l’aide à Allâh en évoquant le nom du Messager de Allâh après sa mort, et qui déclarent mécréant tout croyant qui dirait (Yâ MouHammad) « Ô MouHammad » ou bien (yâ raçôula l-Lâh) « Ô Messager de Allâh ». Méfiez-vous de ces livres et ne les lisez pas. Mettez en garde ceux qui les rapportent avec eux et encouragez-les à vous les remettre afin de les détruire.

Ô Allâh, préserve-nous afin de rester sur notre religion, cette religion dont Tu as fait une protection pour nous au Jour du jugement.

Articles en Relation