Le Miracle du Voyage nocturne et l’Ascension

Le Miracle du Voyage nocturne et l’Ascension

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Louanges à Allâh Seigneur des mondes, que Allâh honore et élève davantage en degrés notre maître MouHammad et qu’Il préserve sa communauté de ce que le Prophète craint pour elle.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh, Lui seul n’a pas d’associé. Il a envoyé Son messager avec l’enseignement de droiture et la religion de la vérité. Je témoigne que notre maître MouHammad est Son esclave et Son messager. Que Allâh l’honore ainsi que tous les messagers qu’Il a envoyés.

    Allâh ta`âlâ dit dans Son Livre Honoré :

 ﴿ سُبْحَانَ الَّذِي أَسْرَى بِعَبْدِهِ لَيْلاً مِّنَ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ إِلَى الْمَسْجِدِ الأَقْصَا الَّذِي بَارَكْنَا حَوْلَهُ لِنُرِيَهُ مِنْ آيَاتِنَا إِنَّهُ هُوَ السَّمِيعُ البَصِيرُ  

(soubHâna l-ladhî ‘asrâ bi `abdihi laylan mina l-masjidi l-Harâmi ‘ilâ l-masjidi l-‘aqSâ al-ladhî bâraknâ Hawlahou linouriyahou min ‘âyâtinâ ‘innahou houwa s-samî`ou l-baSîr)

ce qui signifie : « Est exempt d’imperfection Celui Qui a fait voyager, en une partie de la nuit,  Son esclave depuis la Mosquée Al-Harâm jusqu’à la Mosquée Al-‘AqSâ, dont Nous avons béni les alentours, afin de lui montrer de Nos signes éclatants. Certes, Allâh est Celui Qui entend et Qui voit » [sôurât Al-‘Isrâ’ / 1].

Chers bien-aimés, nous sommes dans un mois honoré, le mois de Rajab durant  lequel est commémoré Al-‘Isrâ’ wa l-Mi`râj, le Voyage nocturne et l’Ascension. C’est une belle occasion pour une si importante commémoration. On commémore Al-‘Isrâ’ wa l-Mi`râj, le Voyage nocturne et l’Ascension, en raison de l’éminence de sa signification et de son grand honneur. Comment n’en serait-il pas ainsi alors que c’est un grand miracle qui a été spécifiquement accordé à MouHammad, fils de `Abdou l-Lâh, le prophète qui ne lit pas et qui n’écrit pas ; le prophète arabe ; l’honnête, le dernier des Prophètes, le plus fidèle parmi les fidèles.

Son Voyage nocturne depuis la Mecque honorée jusqu’à Al-’AqSâ honorée et son Ascension jusqu’aux cieux élevés puis son retour eurent lieu en une partie de la nuit. Il a annoncé aux gens de la terre ce qu’il avait vu comme choses étonnantes et il leur a décrit la Mosquée Al-’AqSâ fenêtre par fenêtre. C’est une preuve catégorique, un argument clair de la véracité de son appel et de la réalité de sa prophétie.

Mes frères de Foi, An-Naçâ’iyy a rapporté de ‘Anas Ibnou Mâlik, que le Messager de Allâh a dit ce qui signifie : « On m’a ramené une bête de taille intermédiaire entre l’âne et le mulet qui pose son sabot à l’extrémité de ce que son regard atteint. Je suis monté dessus en compagnie de Jibrîl `alayhi s-salâm et nous avons avancé. Puis,  Jibrîl m’a dit : “ Descends et prie ! ” Ce que je fis. Puis, il m’a dit : “ Sais- tu où as-tu fait la prière ? Tu as fait la prière à Taybah qui sera ta destination pour l’Émigration».

 Après cela, il a dit : “ Descends et prie ! ”. J’ai fait une prière et il m’a dit : “Sais-tu où as-tu fait la prière ? Tu as fait la prière au Mont Saynâ’- Mont Sinaï, là où Allâh `azza wa jall a fait entendre Sa parole à Môuçâ `alayhi s-salâm.”

Puis il m’a dit : “ Descends et prie ! ” Je suis descendu et j’ai fait une prière. Il m’a dit : “ Sais-tu où as-tu fait la prière ? Tu as fait la prière à Baytou l-LaHm -Bethléhem, là où est né `Îçâ `alayhi s-salâm  ”

 Ensuite, je suis entré à Baytou l-Maqdis et on me réunit tous les Prophètes `alayhimou s-salâm. Jibrîl m’a fait avancer pour les diriger dans la prière.

Par la suite, on m’a élevé vers le ciel du bas monde et j’y ai trouvé ‘Âdam `alayhi s-salâm, puis on m’a élevé au deuxième ciel et j’y ai trouvé les deux cousins maternels : `Îçâ et YaHyâ `alayhima s-salâm.

 Puis, on m’a élevé au troisième ciel et j’y ai trouvé Yôuçouf `alayhi s-salâm.

 Puis, on m’a élevé vers le quatrième ciel et j’y ai trouvé Hârôun `alayhi s-salâm.

 Puis, on m’a élevé au cinquième ciel et j’y ai trouvé ‘Idrîs `alayhi s-salâm.

 Puis, on m’a élevé au sixième ciel et j’y ai trouvé Môuçâ `alayhi s-salâm.

 Puis, on m’a élevé au septième ciel et j’y ai trouvé ‘Ibrâhîm `alayhi s-salâm.

 Puis, on m’a élevé au-dessus des sept cieux et je suis arrivé jusqu’à Sidratou l-Mountahâ. »

 Chers bien-aimés, le Messager de Allâh a accompli de nuit un voyage depuis la Mecque jusqu’à Baytou l-Maqdis. Et là-bas à Baytou l-Maqdis, tous les Prophètes lui ont été réunis, il les a dirigés dans la prière. Ensuite, il a été élevé vers les cieux jusqu’à atteindre Sidratou l-Mountahâ, un arbre éminent d’une telle beauté qu’aucune créature de Allâh ne pourrait la décrire. C’est ainsi que parmi les caractéristiques de sa beauté, le Messager de Allâh a trouvé qu’il était couvert de papillons en or, que ses feuilles sont comme des oreilles d’éléphant et ses fruits comme des grandes jarres.

Là-bas, le Prophète MouHammad a vu notre maître Jibrîl `alayhi s-salâm près de Sidratou l-Mountahâ. Jibrîl s’est tellement langui de notre prophète qu’il s’est rapproché de lui au point qu’il n’y avait qu’environ deux coudées ou moins qui les séparaient. Et ce, tout comme Allâh ta`âlâ a dit au sujet du Prophète :

﴿وَمَا يَنطِقُ عَنِ الْهَوَى إِنْ هُوَ إِلَّا وَحْيٌ يُوحَى عَلَّمَهُ شَدِيدُ القُوَى ذُو مِرَّةٍ فَاسْتَوَى وَهُوَ بِالْأُفُقِ الْأَعْلَى ثُمَّ دَنَا فَتَدَلَّى فَكَانَ قَابَ قَوْسَيْنِ أَوْ أَدْنَى﴾

(wa mâ yanTiqou `ani l-hawâ; in houwa ‘illâ waHyoun yôuHâ; `allamahôu chadîdou l-qouwâ; dhôu mirratin fastawâ; wa houwa bi l-‘oufouqi l-‘a`lâ ; thoumma danâ fatadallâ ; fa kâna qâba qawsayni ‘aw ‘adnâ)

ce qui signifie : « Il ne parle pas sous l’effet des ses passions, il s’agit bien d’une révélation qu’il reçoit. C’est celui qui de grandes forces qui lui a enseigné, celui qui a une puissance et qui lui est apparu à l’horizon élevé, puis s’est rapproché de lui et il était à deux coudées ou moins » [sôurat An-Najm / 3 à 9].

 Celui qui a enseigné notre Prophète c’est celui qui a de grandes forces et une puissance, à savoir Jibrîl et c’est lui qui s’est rapproché du Prophète. Et lorsque le Prophète l’a vu auprès de Sidratou l-Mountahâ, il était sous sa véritable apparence tout comme Allâh ta`âlâ dit :

﴿وَلَقَدْ رَآهُ نَزْلَةً أُخْرَى عِندَ سِدْرَةِ الْمُنْتَهَى عِندَهَا جَنَّةُ الْمَأْوَى

(wa laqad  ra‘âhou nazlatan ‘oukhrâ ; `inda sidrati l-mountahâ ; `indahâ jannatou l-ma’wâ)

ce qui signifie : « Et il l’a vu une seconde fois, auprès de Sidratou l-Mountahâ, là où se trouve le Paradis. » [sôurat An-Najm / 13 à 15]

Al-Boukhâriyy et Mouslim les deux imams des gens du Hadîth ont rapporté de la Dame véridique, la fille de AS-Siddîq, l’épouse du Messager de Allâh, `‘ichah, la fille de AbôuBakr, que lorsqu’on lui a cité la parole de Allâh :

﴿ ثُمَّ دَنَا فَتَدَلَّى

 (thoumma danâ fatadallâ), elle a dit :

″إِنَّما ذاكَ جِبْريلُ 

 ce qui signifie : « Il s’agit là de Jibrîl ».

C’est-à-dire que ce qui est visé par cette ‘âyah, ce n’est pas que le Messager de Allâh se serait rapproché de Allâh ta`âlâ par une distance et une direction jusqu’à être plus proche de Lui que deux coudées.  En effet, Allâh ta`âlâ n’est pas un corps, Il n’est pas un être ayant une quantité. Allâh ta`âlâ n’est ni dans un endroit ni dans une direction. Il est impossible à Son sujet la proximité par la distance et l’éloignement par la distance ; et il s’agit là de choses claires et évidentes. Attache-toi donc mon frère à la croyance de ‘Ahlou s-Sounnah, tu seras au nombre des gagnants par la Volonté de Allâh soubHânahôu wa ta`âlâ.

Le Messager de Allâh a vu au septième ciel : Al-Baytou l-ma`môur qui est un édifice honoré qui constitue pour les gens du ciel ce qu’est la Ka`bah pour les gens de la terre. Chaque jour soixante-dix mille anges y entrent, y font la prière puis en sortent et n’y retournent jamais.

Ensuite, le Prophète est arrivé  à un endroit où il a entendu le bruit des calames avec lesquelles les anges copient sur leurs tablettes à partir de la Table préservée. C’est-à-dire qu’il a entendu le son des calames qui inscrivaient sur leurs tablettes.

Après cela, il a vu le Paradis qui est la résidence que Allâh ta`âlâ a réservée pour la félicité des croyants. Le Paradis se trouve au-dessus du septième ciel et il y a vu Al-Hôurou l-`ayn qui sont les femmes qui ont de beaux yeux larges avec un iris noir qui contraste avec le blanc de l’œil. Puis, il a vu Al-`Arch (le Trône), qui est un corps immense que Allâh ta`âlâ a créé et Il en a fait le toit du Paradis. Le Trône est plus grand que le Paradis de par les dimensions. C’est même la plus grande des créatures par les dimensions.

Dans son SaHîH, Ibnou Hibbân a rapporté de Abôu Dharr, que Allâh ta`âlâ l’agrée, que le Prophète a dit :

« مَا السَّمَوَاتُ السَّبْعُ في جَنْبِ الكُرْسِيِّ إِلاَّ كَحَلْقَةٍ في أَرْضٍ فَلاَةٍ، وفَضْلُ العَرْشِ على الكُرْسِيِّ كَفَضْلِ الفَلاةِ عَلى الحَلْقَةِ« 

 ce qui signifie : « Les sept cieux, par rapport au Koursiyy, sont comme un anneau dans une terre déserte. Et le Trône, par rapport au Koursiyy, est comme un anneau dans une terre déserte. »

Le Trône est comme un grand lit qui a quatre pieds. Actuellement, il est porté par quatre anges ; et au jour du Jugement, ils seront huit. Allâh ta`âlâ a créé le Trône par manifestation de Sa toute Puissance et non pas pour le prendre pour endroit. Et ce, tout comme, l’a annoncé le phare dans le TawHîd, notre maître `Aliyy, que Allâh ta`âlâ l’agrée et honore son visage. En effet, un grand nombre d’anges éminents tournent autour de Al-`Arch et s’ils veulent faire la prière, ils se dirigent vers le Trône pour la faire tout comme nous qui tournons autour de la Ka`bah et faisons la prière dans sa direction. Quand ils regardent le Trône et voient l’immensité de sa taille, ils évoquent Allâh en faisant du tasbîH et leur certitude en la Toute- Puissance de Allâh ta`âlâ augmente.

Allâh ta`âlâ dit :

﴿وَتَرَى الْمَلَائِكَةَ حَافِّينَ مِنْ حَوْلِ الْعَرْشِ يُسَبِّحُونَ بِحَمْدِ رَبِّهِمْ وَقُضِيَ بَيْنَهُم

بِالْحَقِّ وَقِيلَ الْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ

(wa tara l-malâ‘ikata Hâffîna min Hawli l`archi yousabbiHôuna biHamdi rabbihim wa qouDiya baynahoum bi l-Haqqi wa qîla l-Hamdou lil-Lâhi rabbi l-`âlamîn)

ce qui signifie : « Tu vois les anges tourner autour du Trône, il font le tasbîH et la louange à leur Seigneur ; Chacun d’eux a un degré qu’il ne dépasse pas et ils disent la louange est à Allâh le Seigneur des mondes »  [sôurat AzZoumar / 75]

Certains savants ont dit que son départ de la Mecque jusqu’à la Mosquée de Al-‘AqSâ, puis son élévation jusqu’à revenir à la Mecque,  tout cela a duré environ un tiers d’une nuit. Certaines personnes, lorsqu’elles entendirent ce qu’il leur a annoncé, elles ne l’ont pas cru, l’ont traité de menteur et se sont moqués de lui. C’est alors que des gens de Qouraych se sont dirigés vers Abôu Bakr et lui ont dit  ce qui signifie : « Ton ami prétend qu’il est allé à Baytou l- Maqdis et qu’il est revenu à la Mecque en une seule nuit. »

Abôu Bakr a dit : « A- t-il vraiment dit cela ? »

Ils lui ont répondu : « Oui ! »

Il leur a rétorqué : «Alors, je témoigne que s’il a dit cela, il est véridique ! »

Ils lui ont dit : « Tu crois en sa véracité lorsqu’il dit s’être rendu au pays de Ach-Châm en une seule nuit pour ensuite revenir à la Mecque avant le matin ?! »

Il leur a dit « Oui, je le crois ! Et je le crois en plus que cela ! Je le crois en les nouvelles venant du ciel [c’est à dire en la révélation]  ! »

C’est ainsi qu’il a été surnommé AS-Siddîq, que Allâh ta`âlâ l’agrée.

Abôu Jahl a réuni son peuple et leur a appris que le Messager de Allâh leur a décrit ce qu’il avait vu. Un associateur a dit  ce qui signifie : « Moi je suis la personne qui connaît le mieux Baytou l-Maqdis et comment elle a été construite et quelle est son apparence et de combien elle est proche de la montagne ! Si MouHammad est véridique, je vous le dirais et s’il est menteur, je vous le dirais. »

Cet associateur est venu il lui a dit ce qui signifie : « Ô MouHammad, moi je connais bien Baytou-Maqdis, alors dis-moi comment elle a été construite, quelle est son apparence et qu’en est-il de sa proximité relativement à la montagne ? »

C’est alors que Baytou l-Maqdis fut levée de sa place et le Messager de Allâh s’est mis à la regarder comme lorsque l’un d’entre nous voit sa maison, à savoir : comment elle est construite, quel est son aspect, sa proximité relativement à la montagne, et ainsi de suite. Et à chaque fois, l’autre lui disait : « Tu as dit vrai ! ». Et dans une version « Quant à la description, je jure par Allâh qu’il est véridique ! »

La Mosquée de Al-‘AqSâ est embellie par la piété,

et les lumières scintillantes de la guidée,

Devant sa porte, les Prophètes ont langui

du Prophète d’un amour et d’un agrément

Ô toi qui est monté au-dessus de Sidratou l-Mountahâ,

c’est à toi seul  que Al-Isrâ’ wa l-Mi`râj ont été accordés.

Ô toi qui a décrit Al-‘AqSâ, tu l’as parfaitement décrite

comme si tu en étais l’architecte et le constructeur.

Après avoir dit mes propos, je demande à ce que Allâh me pardonne ainsi qu’à vous.

Articles en Relation