Al-QâDî `IyâD rapporte l’unanimité sur le fait que la parole Allâh fi s-samâ’ n’est pas à prendre au sens apparent

Al-QâDî `IyâD rapporte l’unanimité sur le fait que la parole Allâh fi s-samâ’ n’est pas à prendre au sens apparent

   

Dans son commentaire du SaHîH Mouslim, lors de l’explication du Hadîth Al-Jariyah (le Hadîth de la femme esclave) l’Imam An-Nawawiyy a dit :

« قال القاضي عياض : لا خلاف بين المسلمين قاطبة فقيههم ومحدثهم ومتكلمهم ونظارهم ومقلدهم أن الظواهر الواردة بذكر الله تعالى في السماء كقوله تعالى  {أَأَمِنتُم مَّن فِي السَّمَاءِ أَن يَخْسِفَ بِكُمُ الْأَرْ‌ضَ}  ونحوه ليست على ظاهرها بل متأولة عند جميعهم »

« Al-QâDî `IyâD a dit : Il n’y a pas de divergence entre les musulmans dans leur totalité, qu’il s’agisse des savants du fiqh, du Hadîth, de la croyance, et de ceux qui les suivent, que les textes [du Qour’ân et du Hadîth] dans lesquelles il est cité « Allâh fi s-samâ’  » comme  Sa parole ta`âlâ  { أَأَمِنتُم مَّن فِي السَّمَاءِ أَن يَخْسِفَ بِكُمُ الْأَرْ‌ضَ } (a-amintoum man fi s-samâ’ an yakhsifa bikoumou l-arD ) ne sont pas pris dans le sens apparent (DHâhir), mais ils sont interprétés [par ce qui est digne de Allâh] chez la totalité d’entre eux (les savants). »

 

Informations utiles :

– L’imam, le Hafidh Abou Zakariyya Mouhyi d-Dîn YaHya Ibnou Charaf An-Nawawiyy est un savant de référence. Il est né en 631 et il est décédé en 676 de l’hégire (raHimahou l-Lâh), c’est-à-dire il y a plus de 750 ans. Il est du madh-hab (École de jurisprudence) de l’Imam Ach-Châfi`iyy. Son charH (commentaire) du SaHîH Mouslim est incontournable.

– Le QâdDî -juge- Abou l-FaDl `IyâD ibnou Môuça ibnou ‘IyâD al-Yahsoubi connu sous le nom de QâdDî `IyâD, est un grand savant Malikite. Il est né en 476 et il est décédé en 544 de l’Hégire (raHimahou l-Lâh) c’est-à-dire il y a plus de 950 ans.

– Ici, il rapporte l’unanimité sur le fait que les versets du Qour’ân et les Hadîth où il est cité « Allâh fi s-samâ’ » ne doivent pas être pris selon le sens apparent, mais qu’ils doivent être interprété par ce qui est digne de Allah.

– Le Hadîth de la femme esclave (Hadîth al-jariyah) dans lequel il est dit «  fi s-samâ’ » et le verset {a-amintoum man fi s-samâ’} [Sôurat Al-Moulk] ne doivent donc pas être pris dans leur sens apparent selon l’unanimité.

Articles en Relation