Incitation à la bienfaisance envers les parents et la mise en garde contre le `ouqouq

Incitation à la bienfaisance envers les parents et la mise en garde contre le `ouqouq

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Louanges à Allâh Seigneur des mondes, que Allâh honore et élève davantage en degrés notre maître MouHammad et qu’Il préserve sa communauté de ce que le Prophète craint pour elle.

Mes frères de foi, notre Seigneur tabâraka wa ta`âlâ dit dans le Qour’an Honoré :

﴿ وَقَضَى رَبُّكَ أَلاَّ تَعْبُدُواْ إِلاَّ إِيَّاهُ وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَانًا إِمَّا يَبْلُغَنَّ عِندَكَ الْكِبَرَ أَحَدُهُمَا أَوْ كِلاَهُمَا فَلاَ تَقُل لَّهُمَآ أُفٍّ وَلاَ تَنْهَرْهُمَا وَقُل لَّهُمَا قَوْلاً كَرِيمًا  وَاخْفِضْ لَهُمَا جَنَاحَ الذُّلِّ مِنَ الرَّحْمَةِ وَقُل رَّبِّ ارْحَمْهُمَا كَمَا رَبَّيَانِي صَغِيرًا

(waqaDâ rabbouka ‘an lâ ta`boudôu ‘illâ ‘iyyâhou wa bi l-wâlidayni ‘iHsânâ ‘immâ yabloughanna `indaka l-kibara ‘aHadouhoumâ ‘aw kilâhoumâ falâ taqoul lahoumâ ‘ouffin walâ tanharhoumâ waqoul lahoumâ qawlan karîmâ ; wa khfiD lahoumâ janâHa dh-dhoulli mina r-raHmati wa qoul rabbi rHamhoumâ kamâ rabbayânî Saghîrâ) [sôurât Al-‘Isrâ’/ 23 et 24].

ce qui a pour sens que Allâh a ordonné à Ses esclaves, d’un ordre catégorique, de n’adorer que Lui, et Il a ordonné d’agir avec bienfaisance envers les parents et de les honorer.

Mouslim a en effet rapporté d’après `Abdou l-Lâh ibnou Mas`ôud qu’il a interrogé le Prophète quelle est la meilleure des œuvres, c’est-à-dire après la croyance en Allâh et en Son Messager, et le Prophète a répondu :

الصَّلاةُ لِوَقْتِهَا

ce qui siginifie « la prière accomplie dans son temps ». Ibnou Mas`oud a dit « j’ai dis et après quoi donc » et il a répondu

بِرُّ الْوَالِدَيْنِ

ce qui signifie « agir avec bienfaisance avec les parents » fin de citation.

Mouslim a rapporté de celui qui est véridique et en la véracité duquel nous croyons, que Allâh l’honore et l’élève davantage en degré, qu’il a dit

« رَغِمَ أَنْفُ مَنْ أَدْرَكَ أَبَوَيْهِ الكِبَرُ أَحَدَهُما أَوْ كِلَيْهِما فَلَمْ يَدْخُلِ الجَنَّة »

Les spécialistes de la langue ont dit que la signification deرَغِمَ أَنْفُ  est qu’il est humilié et à l’origine cela veut dire « son nez est collé à la terre mélangée au sable ». Ce qui est visé par cela est que la bienfaisance envers les parents quand ils ont un âge avancé ou une faiblesse, en étant à leur service ou en venant à leur subsistance ou autre que cela est une cause pour entrer au Paradis, et que celui qui manque en cela il aura énormément perdu. Et le Prophète a dit

« رِضَا اللهِ في رِضَا الوَالِدَيْنِ وَسَخَطُهُ فِى سَخَطِهِما« 

ce qui signifie  « L’agrément des parents fait gagner l’agrément de Allâh et l’insatisfaction des parents fait mériter le châtiment de Allâh» rapporté par Al-Hakim et d’autres.

Agir avec bienfaisance envers les parents, mes frères de foi, est une grande réussite dans le bas monde et dans l’au-delà, et faire preuve de `ouqôuq est une grande perdition. Cela compte même parmi les plus grands des grands péchés tout comme cela est parvenu dans le hadith rapporté par Al-Boukhâriyy et Mouslim. Al-Bayhaqiyy a rapporté d’après le Messager de Allâh

« ثَلاثَةٌ لا يَدْخُلُونَ الجَنَّة« 

ce qui signifie « Trois catégories de personnes n’entreront pas au Paradis » (c’est-à-dire avec les premiers, cela veut dire qu’ils vont avoir un châtiment préalable si Dieu ne leur pardonne pas) et parmi eux il a compté celui qui fait preuve de `ouqôuq envers ses parents.

Al-`ouqôuq, chers bien-aimés, son critère, comme l’ont indiqué les savants, c’est ce qui porte une grande nuisance aux parents ou à l’un des deux, c’est à dire une nuisance qui n’est pas facile selon les coutumes des gens, comme les insulter par exemple. L’un d’entre eux a même dit que c’est un devoir pour le fils d’obéir à ses parents en toutes choses s’ils sont très chagrinés au cas où il ne leur obéit pas – c’est-à-dire tant que ce n’est pas une désobéissance. Mais si ce n’est pas quelque chose qui entraîne chez eux un chagrin s’il ne le fait pas, ce n’est pas un devoir de leur obéir en cela. Si par exemple un des deux parents a demandé à son fils quelque chose d’autorisé, comme de mettre de l’ordre dans un endroit ou de laver les assiettes ou de réchauffer le repas ou de préparer du thé, ou ce qui est de cet ordre, et que son cœur deviendrait chagriné si il ne lui obéit pas en cela, alors c’est un péché pour l’enfant de ne pas le faire. Mais si en délaissant cela, les parents ou l’un des deux parents, cela n’entraîne pas de nuisance chez lui, alors délaisser cela n’est pas interdit.  Cependant le fait de leur obéir en tout ce qui ne constitue pas de péché fait partie de la bienfaisance envers eux. Plus encore, agir avec bienfaisance envers les parents est prioritaire sur de nombreux actes surérogatoires. La porte de la bienfaisance, chers frères de foi, est très large. Dans cette porte on peut énumérer le fait d’être humble envers ses parents, faire des invocations en leur faveur.

Allâh ta`âlâ dit

﴿ وَٱخْفِضْ لَهُمَا جَنَاحَ الذُّلِّ مِنَ الرَّحْمَةِ وَقُل رَّبِّ ٱرْحَمْهُمَا كَمَا رَبَّيَانِي صَغِيرًا

ce qui signifie fais-toi modeste par tendresse et miséricorde envers eux, et fais leur des invocations pour que Allâh leur fasse miséricorde tout comme ils t’ont fais miséricorde quand tu étais tout petit quand tu avais besoin d’eux.

Egalement, parmi ce qui constitue une bienfaisance, chers bien-aimés, c’est de délaisser tout ce qui les dérange. Ibnou `Abbas, que Allâh l’agréé lui et son père, a dit « Ne secoue pas tes vêtements en leur présence de crainte que la poussière ne les atteigne ».

Et `Ourwah a dit « Ne t’abstiens pas de faire quelque chose qu’ils aiment »

Entre dans ce cadre également, la bienfaisance envers eux en les soutenant financièrement, en étant à leur service, en leur rendant visite et même en rendant visite à ceux qu’ils aiment qu’on leur rende visite.

Même après la mort du père ou de la mère, la personne gagne  des récompenses à rendre visite à ceux qui étaient des amis de son père. Il est parvenu du Messager de Allâh qu’il a dit ce qui signifie que c’est un grand acte de bienfaisance qu’un homme peut faire envers son père, que d’entretenir les relations et de rendre visite aux amis de son père après sa mort.

Chers bien-aimés, la Loi a beaucoup insisté et recommandé la bienfaisance envers les parents. Et la Loi a ordonné d’utiliser la douceur et la tendresse quand on s’adresse à eux, et il est interdit de leur nuire et il n’est même pas autorisé une parole d’exaspération comme de leur dire la parole ‘ouff.

Allâh dit

﴿ فَلاَ تَقُل لَّهُمَا أُفٍّ وَلاَ تَنْهَرْهُمَا وَقُل لَّهُمَا قَوْلاً كَرِيـمًا

 ce qui signifie « Ne leur dis pas ‘ouff et ne leur interdit pas quelque chose de licite et dis leur de belles paroles »

En effet, si c’est un `ouqôuq de la part de l’enfant de dire à l’un de ses deux parents s’il lui demande quelque chose ‘ouff par exaspération, que dire alors de celui qui fait plus que cela, que dire alors de celui qui insulte ses parents ou les frappe ?! Que Dieu nous préserve de cela. Malheur à celui qui fait preuve de `ouqôuq et malheur à lui.

Al-Hâkim a rapporté dans Al-Moustadrak que le Messager de Allâh a dit

« كُلُّ الذُّنُوبِ يُؤَخِّرُ اللهُ مِنْها مَا شَاءَ إِلى يَوْمِ القِيامَةِ إِلاَّ عُقُوقَ الوالِدَيْنِ فَإِنَّهُ يُعَجَّلُ لِصَاحِبِهِ« 

 ce qui a pour sens Allâh ta`âlâ si Il veut châtie au Jour du Jugement pour tous les péchés sauf le fait de faire preuve de `ouqôuq envers les parents, Allâh fait parvenir un châtiment à celui qui le fait dans le bas monde.

Alors soyez en garde, chers frères de foi, du `ouqôuq, et veillez à faire preuve de bienfaisance envers les parents car il y a en cela la réussite dans le bas monde et dans l’au-delà, une bénédiction dans le bas monde et dans l’au-delà, une cause pour la subsistance, pour la facilité des sujets, une cause pour les ouvertures vers le bien et l’obtention des récompenses et des hauts degrés.

Ô Allâh nous te demandons de faire que nous soyons de ceux qui sont les plus bienfaisants envers leurs parents, de ceux qui sont les plus pieux, de ceux qui ont les meilleurs comportements, par Ta grâce, Ô Toi le Seigneur des mondes.

Articles en Relation