Citer les qualités du défunt en élevant la voix et se lamenter

Parmi les péchés de la langue, il y a citer les qualités du défunt en élevant la voix comme de dire: « Ô toi qui était mon protecteur ! » et se lamenter c’est-à-dire crier à la manière de l’hystérique suite à un décès. Ceci est interdit si cela est fait du plein gré de la personne et non malgré elle. Al-Bazzâr et d’autres ont rapporté un Hadîth attribué au Prophète:

« صَوْتانِ مَلْعونانِ في الدُّنْيا وَالآخِرَةِ مِزْمارٌ عِنْدَ نِعْمَةٍ وَرَنَّةٌ عِنْدَ مُصيبَةٍ »

(Sawtâni mal`ôunâni fi d-dounyâ wa l-âkhirah : mizmâroun `inda ni`matin wa rannatoun `inda mouSîbah)

ce qui signifie: « Il y a deux sons qui sont maudits dans le bas monde et dans l’au-delà, une flûte à l’occasion d’un mariage et les lamentations à l’occasion d’un décès ». Cependant le simple fait de pleurer ou de s’attrister, ceci est permis.

Quant à ce qu’a rapporté Al-Boukhâriyy et Mouslim du Hadîth de `Abdou l-LAh fils de `Oumar que Allâh les agrée tous les deux que le Messager de Allâh, Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit:

« الميت يعذب في قبره بما نيح عليه »

Ce Hadîth veut dire que si le défunt avait recommandé de se lamenter sur lui, il sera châtié dans sa tombe pour les lamentations qui auront été faites pour lui; ou s’il savait que sa famille allait se lamenter sur lui et il ne leur a pas renié tout en espérant qu’ils acceptent de lui; sinon c’est connu que la personne n’est pas châtiée à cause du péché d’autrui.

lamentation péchés langue jurisprudence islamique rappels islamiques