La famille Musulmane heureuse en appliquant les règles de l’Islam. Bienfaisance envers les Parents en Islam

La famille Musulmane heureuse en appliquant les règles de l’Islam. Bienfaisance envers les Parents en Islam

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Allâh et que l’honneur et l’élévation en degrés soient accordés au Prophète de Allâh. Louanges à Allâh, l’Unique, Qui n’a besoin de rien, Lui Qui n’est pas engendré, Qui n’engendre pas et Qui n’a nul équivalent. Je loue Allâh, ta^âlâ et je L’implore de me guider sur le chemin de droiture. Je recherche Son pardon et je me repens à Lui. Je recherche la préservation de Allâh contre le mal de nos âmes et de nos mauvais actes. Celui que Allâh guide est certes bien guidé et nul ne peut guider celui qu’Il égare.

Que l’honneur et l’élévation en degrés les plus complets et les plus parfaits soient accordés à notre maître MouHammad, le maître des fils de `Adnan, celui que Allâh a envoyé en tant que miséricorde pour les mondes, en tant que guide et annonciateur de bonnes nouvelles et avertisseur d’un châtiment.  Le Prophète, tel une  lumière éclatante et une lune éclairante a appelé à la religion agréée par Allâh. Allâh a guidé par lui, la communauté. Il a dissipé  par lui, les obscurités. Le Prophète a ainsi transmis le message. Il s’est acquitté de ce qui lui a été confié. Il a conseillé la communauté. Que Allâh le rétribue pour nous, du meilleur de ce dont Il a rétribué chacun de Ses prophètes. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh, Lui seul n’a pas d’associé. Il a envoyé Son messager avec l’enseignement de droiture et la religion de la vérité. Je témoigne que notre maître MouHammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam est Son esclave et Son messager. Que Allâh l’honore ainsi que tous les messagers qu’Il a envoyés.

Mes frères de foi,

Je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété par recherche de l’agrément de Allâh Al-`Aliyy Al-`ADHîm.

Les Prophètes sont venus avec la bonne guidée et les preuves. Ils ont appelé les hommes à faire preuve de nobles caractères, à accomplir les actes de bienfaisance. Parmi les caractères éminents que les prophètes de Allâh ont mis à l’honneur, on compte le fait d’agir avec bienfaisance envers ses parents.

Allâh tabâraka wa ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿ وَقَضَى رَبُّكَ أَلاَّ تَعْبُدُواْ إِلاَّ إِيَّاهُ وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَانًا إِمَّا يَبْلُغَنَّ عِندَكَ الْكِبَرَ أَحَدُهُمَا أَوْ كِلاَهُمَا فَلاَ تَقُل لَّهُمَآ أُفٍّ وَلاَ تَنْهَرْهُمَا وَقُل لَّهُمَا قَوْلاً كَرِيمًا {23} وَاخْفِضْ لَهُمَا جَنَاحَ الذُّلِّ مِنَ الرَّحْمَةِ وَقُل رَّبِّ ارْحَمْهُمَا كَمَا رَبَّيَانِي صَغِيرًا ﴾

(Wa qaDâ rabbouka ‘allâ ta`boudôu‘illâ ‘iyyâhou wa bi l-wâlidayni ‘iHsânan ‘immâ yabloughanna `indaka l-kibara ‘aHadouhoumâ ‘aw kilâhoumâ falâ taqoul lahoumâ ‘ouffin wa lâ tanharhoumâ wa qoul lahoumâ qawlan karîmâ ; Wa khfiD lahoumâ janâHa dh-dhoulli mina r-raHmati wa qoul rabbi rHamhoumâ kamâ rabbayânî Saghîrâ)

ce qui signifie : « Allâh a ordonné que vous n’adoriez que Lui et que vous agissiez avec bienfaisance envers vos parents. Si l’un deux ou tous les deux atteignent un âge avancé, ne leur dis pas « ouff » et ne leur parle pas de façon rude mais dis leur de belles paroles ; et fais preuve de modestie envers eux par miséricorde. Dis : Seigneur, fais-leur miséricorde tout comme ils m’ont élevé lorsque j’étais petit », [sôurat al-‘isrâ’ / ‘âyah 23-24].

Mes frères de foi, le musulman doit apprendre comment agir envers sa mère et envers son père. Beaucoup de mères aujourd’hui vont se coucher en larmes suite au mauvais comportement d’un fils ou d’une fille. Beaucoup de pères travaillent nuit et jour pour gagner davantage d’argent au détriment de leur santé et de leur confort. Nombreux sont ceux qui  se retrouvent même à gagner de l’argent illicite pour satisfaire les désirs de leurs enfants.

Mes bien-aimés croyants, avant de développer ce sujet, arrêtons-nous un instant sur celui de l’éducation des enfants.

Tout d’abord, lorsque l’enfant est habitué au bien et qu’on lui enseigne le bien, il grandira avec cette base et sera heureux dans cette vie et dans l’au-delà. De plus, ses parents seront associés à lui, dans cette récompense.

Par contre, s’il est habitué au mal, s’il est négligé comme sont négligés les animaux, alors ce sera une catastrophe pour lui et il sera malheureux. La charge pèsera alors sur les épaules de ceux qui auraient dû veiller sur lui. Veiller sur les enfants, cela implique de les éduquer, de leur inculquer le comportement d’excellence et aussi de les préserver des mauvaises fréquentations, bien  nombreuses  de nos jours !

Mon frère musulman, habitue donc ton enfant à fréquenter les assemblées de science de la religion dans les mosquées, dans les salles de prière auprès des gens de vérité, dans les écoles qui enseignent le tawHîd, l’exemption de Allâh de toute ressemblance avec Ses créatures et les caractères vertueux du Prophète MouHammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. Tu récolteras ainsi par la suite – par la volonté de Allâh, le Seigneur des mondes – un enfant bienfaisant, toujours prompt à accomplir le bien, qui se suffit de peu, qui occupe son temps par ce qui est utile, qui acquiert les sciences utiles pour la société comme la médecine, l’ingénierie ou autres, un enfant dont la langue sera adoucie par la parole : « Ô Seigneur pardonne-moi ainsi qu’à mes parents ! »

Écoutez avec moi ces paroles qu’un homme adressa à `Abdou l-Lâh Ibnou `Oumar – que Allâh les agrée tous deux. Il lui dit : « J’ai porté ma mère sur mon dos de Khouraçan (au Nord-est de l’Asie) jusqu’à accomplir avec elle, les rites du pèlerinage en terre du Hijaz, selon toi, est-ce que je l’ai rétribuée pour ce qu’elle a accompli pour moi ? » `Abdou l-Lâh Ibnou `Oumar lui  répondit : « Non, pas même pour la douleur d’une seule contraction lors de l’accouchement ». En effet, où sont les enfants, lorsque vient l’accouchement et que la mère endure tant de douleurs ?

Ne demande pas à tes parents qu’ils soient à ton service à la maison, comme le font, hélas, de nombreux jeunes aujourd’hui. Il en est même qui se mettent à hurler sur leur père ou leur mère lorsque l’un d’eux ne répond pas à tous leurs désirs. Ils agissent comme s’ils étaient les maîtres et leurs parents des esclaves à leur service.

Non, ne suis pas le mauvais exemple de ces gens ! Au contraire, agis envers tes parents comme tu le ferais envers un roi. En effet, si tu étais en présence d’un roi, irais tu dire à ce roi : « Ramène-moi un verre d’eau ou prépare-moi la nourriture ? » Certes, non ! C’est plutôt à toi de te mettre à leur service. Agis ainsi avec tes parents ! Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

رضا الله من رضا الوالد

(rida l-Lâhi min rida l-wâlid)

ce qui signifie : « Allâh agrée celui dont le père est satisfait ».

« Sois donc bienfaisant envers tes parents, sois de ceux qui les honorent, non de ceux qui les dérangent, non de ceux qui leur causent du chagrin. Ne renâcle pas ! Ne rechigne pas à faire ce qu’ils te demandent, tant que qu’il ne s’agit pas de désobéir à Allâh ! »

Mon frère, si tu t’attaches à ce que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« أَعْظَمُ النَّاسِ حَقّاً عَلَى الرَّجُلِ أُمُّه  وَأَعْظَمُ النَّاسِ حَقّاً عَلَى المرأَةِ زَوْجُهَا »

(‘a`DHamou n-nâci Haqqan `ala r-rajouli ‘oummouhou wa ‘a`DHamou n-nâci Haqqan `ala l-mar’ati zawjouhâ)

ce qui signifie : « La personne qui a le plus grand droit sur l’homme, c’est sa mère et la personne qui a le plus grand droit sur la femme, c’est son mari » tu seras sur la voie de droiture. Respecte donc les droits de tes parents et garde-toi de manquer à tes devoirs car Allâh tabâraka wa ta`âlâ t’interrogera au Jour du Jugement sur les droits de ceux qui en auront eu sur toi. Que chacun d’entre nous ait pour balance la Loi de Allâh tabâraka wa ta`âlâ, il est donc indispensable d’apprendre. C’est pour cela que Al-Boukhâriyy, que Allâh l’agrée, a intitulé tout un chapitre dans son livre: « la science avant la parole et les actes ».

Combien est belle la famille qui s’est fixée un programme utile pour le bas-monde et pour l’au-delà ; la mère elle, ne négligeant pas de quérir la science de la religion et assistant au contraire aux assemblées où d’autres femmes apprennent comme elle cette même science ; le père de son côté, une fois son travail terminé, allant entre le maghrib et al-`icha’  suivre des cours sur la croyance, la jurisprudence et les transactions ; les enfants enfin apprenant à la mosquée le tajwîd –les règles de récitation–, le Qour’ân, et la science de la religion.

Oui, mes frères de foi, combien est belle cette famille au sein de laquelle les rapports des uns envers les autres et le comportement des uns envers les autres se font conformément à la Loi de Allâh tabâraka wa ta`âlâ.

Nous demandons à Allâh qu’Il nous accorde la réussite dans l’acquisition de la connaissance utile. Qu’Il nous accorde la réussite dans la mise en application de ce que nous avons appris et qu’Il nous accorde la réussite dans la propagation et l’enseignement de ce que nous avons appris.

Voici le rappel de ce jour. Enfin,  je demande à  Allâh de nous pardonner nos péchés .

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation