Péchés de la langue: la Médisance et la Calomnie en Islam

Péchés de la langue: la Médisance et la Calomnie en Islam

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Je commence en citant le nom de Allâh, Ar-RaHmân, Celui Qui accorde beaucoup de miséricordes aux croyants et aux non croyants dans le bas monde mais uniquement aux croyants dans l’au-delà, Ar-RaHîm, Celui Qui accorde beaucoup de miséricordes aux croyants

La louange est à Allâh le Seigneur des mondes, que davantage d’honneur et d’élévation en degrés soient accordés à notre maître MouHammad ainsi que la préservation de sa communauté de ce que le Messager de Allâh craint pour elle.

Discours du Vendredi :  la Médisance

La louange est à Allâh, nous Le louons, nous recherchons Son aide, nous demandons Son pardon, nous demandons que Allâh nous préserve du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres, celui que Allah guide, c’est lui le bien-guidé, et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider.

J’invoque Allâh pour qu’Il élève davantage en degrés notre maître MouHammad, le meilleur des humains, la gloire de Rabî`ah et de MouDar, celui que les pierres ont salué et à l’ordre duquel les arbres ont obtempéré et pour lequel la lune s’est fendue en deux. Que Allâh préserve sa famille et ses compagnons bons et purs, ceux qui ont soutenus le bien-aimé du Seigneur des mondes.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh, qu’Il est le Dieu unique et qu’Il n’a pas d’associé, qu’Il est Celui Qui existe de toute éternité, sans début et qu’Il est éternel exempt de fin, Qu’Il est exempt d’être localisé dans un endroit ou d’être sujet au temps. SoubHânahou Il est de toute éternité alors qu’aucun endroit n’est de toute éternité et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité. Celui Qui a pour attribut toute perfection digne de Lui, Celui Qui est exempt de toute imperfection. Rien n’est tel que Lui et il est Celui Qui entend et Qui voit.

Je témoigne que notre maître MouHammad est Son esclave et Son Messager, qu’il a bien transmis le message, qu’il s’est acquitté de ce qui lui a été confié et qu’il a porté le conseil à la communauté. Que Allâh le rétribue pour nous du meilleur de ce dont Il a rétribué chacun de Ses prophètes.

Esclaves de Allâh, je vous recommande de faire preuve de piété à l’égard de Allâh, Al-`Aliyy Al-Qadîr, Lui Qui dit dans une ‘âyah explicite de Son Livre :

﴿ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا اجْتَنِبُوا كَثِيرًا مِنَ الظَّنِّ إِنَّ بَعْضَ الظَّنِّ إِثْمٌ وَلَا تَجَسَّسُوا وَلَا يَغْتَبْ بَعْضُكُمْ بَعْضًا أَيُحِبُّ أَحَدُكُمْ أَنْ يَأْكُلَ لَحْمَ أَخِيهِ مَيْتًا فَكَرِهْتُمُوهُ وَاتَّقُوا اللَّهَ إِنَّ اللَّهَ تَوَّابٌ رَحِيمٌ ﴾

(Yâ ayyouha l-ladhîna ‘âmanôu jtaniboû kathîran mina dh-dhanni inna ba`Da dh-dhanni ithmoun wa lâ tajassaçôu wa lâ yaghtab ba`Doukoum ba`Dan ‘ayouHibbou ‘aHâdoukoum ‘an ya’koula laHma ‘akhîhi maytan fakarihtoumôuhou wa t-taqou l-Lâha ‘inna l-Lâha tawwâboun raHîm) [sôurat Al-Houjourât / 12]

ce qui signifie « Ô vous qui êtes croyants, gardez-vous de faire beaucoup de conjectures, il y a des conjectures qui sont des péchés. Ne vous espionnez pas et ne faites pas la médisance les uns des autres ; aimeriez-vous que l’un d’entre vous consomme la chair de son frère mort ? Vous ne l’aimez pas. Faites preuve de piété à l’égard de Allâh, certes Allâh est Celui Qui accepte le repentir, Qui est miséricordieux. »

Sachez que parmi les devoirs qui incombent à toute personne responsable, il y a celui de préserver sa langue de ce que Allâh a interdit de dire. Car la langue, comme l’a dit Al-Ghazâliyy, que Allâh lui fasse miséricorde, est un bienfait éminent, son volume est petit mais son crime est grand. C’est-à-dire que la langue est un organe de petite taille, pourtant beaucoup de péchés sont commis par la langue parce que la parole est l’acte que l’être humain accomplit le plus souvent. Il est donc indispensable de contrôler la langue ; en effet, il se peut que le fait de parler beaucoup, même dans des sujets ordinaires et licites, amène à ce qui est déconseillé, voire interdit.

Une habitude très laide s’est propagée dans nos sociétés ! Pire encore, une maladie destructrice qui détruit celui qu’elle affecte et qui sépare les familles, éloigne les amis, coupe les liens entre les proches parents suite à la haine et à l’animosité : il s’agit de la médisance. Mais qu’est-ce que la médisance ? Au sujet de la médisance, mes frères de foi, Mouslim a rapporté de Abôu Hourayrah, que Allâh l’agrée, que le Messager de Allâh a dit :

(( أَتَدْرونَ ما الغيبة ))

(atadrôuna ma l-ghîbah)

ce qui signifie : « Savez-vous ce qu’est la médisance ? »

Ils ont dit : (Allâh wa raçoulôuhou ‘a^lam) ce qui signifie : « Allâh sait plus que tout autre et Son Messager sait. »

Il a dit :

(( ذِكرُكَ أَخاكَ بِما يكرَهُ ))

(dhikrouka akhâka bimâ yakrah) ce qui signifie : « Que tu mentionnes ton frère par quelque chose qu’il déteste. »

La question a alors été posée : « Vois-tu, si ce je que je dis à propos de mon frère est vrai ? », il a répondu Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

(( إِنْ كان فيه ما تَقولُ فقدِ اغتَبْتَهُ وإِن لم يكنْ فيه فقدْ بَهَتّهُ ))

(in kâna fîhi mâ taqôulou faqadi ghtabtah, wa in lam yakoun fîhi  faqad bahattah)

ce qui signifie : « Si ce que tu as dit est vrai à propos de ton frère, tu auras commis sa médisance et si ce n’est pas vrai, tu auras commis sa calomnie. »

La médisance que Allâh a interdite, c’est le fait de mentionner ton frère musulman en son absence par quelque chose qui est vrai à son sujet et qui est un défaut dont il n’aimerait pas qu’on parle, que ce soit quelque chose qui se rapporte à son corps ou à son ascendance, à ses vêtements, son logement ou son comportement. Comme si tu disais « Untel est petit » ou « il louche » ou « Untel a un sale caractère » ou « il n’est pas bien éduqué » ou bien « il dort beaucoup » ou « il mange beaucoup » ou « Untel, ses enfants sont mal éduqués » ou « c’est sa femme qui le commande »tout en sachant qu’il n’aimerait pas qu’on le dise.

Quant à la calomnie, c’est que tu mentionnes ton frère musulman par ce qui n’est pas vrai à son sujet et qu’il détesterait qu’on dise de lui. Le péché de la calomnie est plus grave que le péché de la médisance, parce qu’il comporte un mensonge.

Sachez que dans la parole de Allâh ta`âlâ :

﴿ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اجْتَنِبُوا كَثِيرًا مِّنَ الظَّنِّ إِنَّ بَعْضَ الظَّنِّ إِثْمٌ وَلَا تَجَسَّسُوا وَلَا يَغْتَب بَّعْضُكُم بَعْضًا أَيُحِبُّ أَحَدُكُمْ أَن يَأْكُلَ لَحْمَ أَخِيهِ مَيْتًا فَكَرِهْتُمُوهُ وَاتَّقُوا اللَّهَ إِنَّ اللَّهَ تَوَّابٌ رَّحِيمٌ ﴾

(yâ ayyouha l-ladhîna ‘âmanôu jtanibôu kathîran mina dh–dhanni inna ba`Da dh–dhanni ithmoun wa lâ tajassaçôu wa lâ yaghtab ba`Doukoum ba`Dan ayouhibbou ahâdoukoum an ya’koula laHma akhîhi maytan fakarihtoumôuh, wa t-taqou l-Lâha inna l-Lâha tawwâboun RaHîm)

ce qui signifie : « Ô vous qui êtes croyants, gardez-vous de faire beaucoup de conjectures, il y a des conjectures qui sont des péchés. Ne vous espionnez pas et ne faites pas la médisance les uns des autres ; aimeriez-vous que l’un d’entre vous consomme la chair de son frère mort ? Vous ne l’aimez pas. Faites preuve de piété à l’égard de Allah, certes Allah est Celui Qui accepte le repentir, Celui Qui accorde beaucoup de miséricordes aux croyants », il y a dans cette parole une interdiction formelle de la médisance, une grave mise en garde contre elle.

En effet, Allâh tabâraka wa ta`âlâ a comparé la médisance, sur un croyant, au fait de consommer sa chair quand il est mort, et ceci suffit amplement comme exhortation pour éviter de tomber dans ce péché abject.

Abôu Dâwôud a rapporté de ‘Anas, que Allâh l’agrée, que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

(( لمّا عُرِجَ بي –أي ليلة الإسراء والمعراج- مررتُ بقومٍ لهم أظفار من نحاس يخمشون وجوهَهم وصدورَهم فقُلتُ مَن هؤلاء يا جبريلُ قال هؤلاء الذين يأكلون لحمَ الناس –أي يغتابونهم- ويقعون في أعراضِهم ))

(lammâ `ourija bî –ay laylata l-isrâ’i wa l-mi`râj– marartou biqawmin lahoum adhfâroun min nouHâs yakhmichôuna woujôuhahoum wa Soudôurahoum faqoultou man hâ’oulâ’i yâ Jibrîlou qâla hâ’oulâ’i l-ladhîna ya’koulôuna laHma n-nâci –ay yaghtâbôunahoum– wa yaqa`ôuna fî a`râDihim)

ce qui signifie : « Lorsqu’on m’a élevé au ciel –c’est-à-dire la nuit du Voyage nocturne et de l’Ascension– je suis passé auprès de gens qui avaient des ongles de cuivre avec lesquels ils se griffaient le visage et la poitrine ; j’ai dit : Qui sont donc ceux-là, ô Jibrîl ? Il m’a dit : Ce sont ceux qui consomment la chair des gens –c’est-à-dire qui médisent sur eux– et qui portent atteinte à leur honneur. »

Il y a en cela une mise en garde contre la médisance, afin de se garder de ce que cela entraîne comme punition dans l’au-delà.

C’est une ignorance laide, mes frères de foi, lorsque certains disent, quand on leur dit de ne pas faire la médisance sur un musulman : « je suis capable de lui dire en face. » Ces gens-là n’ont pas compris le sens de la médisance que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a indiqué par sa parole :

(( ذِكرُكَ أَخاكَ بِما يكرَهُ ))

(dhikrouka akhâka bimâ yakrah) ce qui signifie : « C’est que tu mentionnes ton frère par quelque chose qu’il détesterait qu’on dise de lui. »

Il y a également la parole de certains qui disent lorsque tu leur interdis de faire la médisance : « Mais moi je ne fais que dire la vérité sur lui. » Celui-là non plus n’a pas compris la parole du Messager de Allah Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam quand on lui avait dit : « Vois-tu, si ce je que je dis à propos de mon frère est vrai ? » et qu’il avait répondu :

(( إِنْ كان فيه ما تَقولُ فقدِ اغتَبْتَهُ وإِن لم يكنْ فيه فقدْ بَهَتّهُ ))

(in kâna fîhi mâ taqôulou faqadi ghtabtah wa in lam yakoun fîhi faqad bahattah)

ce qui signifie : « Si ce que tu as dit est vrai à son propos, tu auras commis la médisance sur lui. »

Sachez que tout comme il est interdit de dire la médisance, il est interdit de l’écouter également. Celui qui assiste à une assemblée où les personnes s’occupent à faire la médisance et à porter atteinte à l’honneur des gens, c’est un devoir de le réprouver. Et si on n’en est pas capable, alors c’est un devoir de quitter l’assemblée dans laquelle il y a de la médisance si on peut la quitter, en la reniant par son cœur pour se sauver soi-même du péché.

Et il y a dans le fait de défendre l’honneur d’un musulman une récompense qui n’est pas négligeable. Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

(( من ردّ عن عِرضِ أخيه رَدَّ اللهُ عن وجهه النارَ يومَ القيامة ))

(man radda `an `irDi akhîhi radda l-Lâhou `an wajhihi n-nâra yawma l-qiyâmah) [rapporté par At-Tirmidhiyy]

ce qui signifie : « Celui qui défend l’honneur de son frère, Allâh repousse de lui le feu au Jour du jugement. »

Et que l’on sache que la médisance est parfois permise et même parfois obliga­toire. Elle est obligatoire par exemple pour mettre en garde conformément à la Loi contre un grand pécheur dans ses pratiques ou qui fait preuve de mauvaise innovation dans la croyance, même si son innovation n’arrive pas jusqu’à la mécréance. C’est un devoir de mettre en garde, ainsi, contre un commerçant qui trompe les gens dans ses transactions, tout comme cela a été rapporté de Abôu Hourayrah, que Allâh l’agrée, lorsque le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam était passé devant un tas de blé, il avait introduit sa main dedans et avait trouvé que c’était humide à l’intérieur, il a alors dit :

(( ما هذا يا صاحبَ الطعام ))

(mâ hadhâ yâ Sâhiba t–ta`âm) ce qui signifie : « Qu’est-ce donc, ô propriétaire de cette nourriture ? »

Il lui avait répondu : « La pluie est tombée dessus, ô Messager de Allâh », il lui a alors dit :

(( أفلا جعلتَهُ فوقَ الطعامِ كي يراهُ الناسُ مَن غَشَّ فليس منّي ))

(afalâ ja`altahou fawqa t–ta`âmi kay yarâhou n-nâçou man ghach-cha falayça minnî) [rapporté par Mouslim]

ce qui signifie : « Pourquoi ne le mets-tu donc pas en évidence pour que les gens le voient, celui qui trompe n’est pas des miens [c’est-à-dire qu’il n’est pas un croyant parfait]. »

Il est un devoir également de mettre en garde le patron d’une entreprise contre son employé qui le trahit. Qu’on ne dise pas, comme le disent certains ignorants qui veulent se trouver un prétexte pour ne pas le faire : « Cela revient à lui couper les vivres. » Ces gens-là préfèrent prendre en compte l’intérêt de l’esclave plutôt que la Loi de Allâh.

Il est un devoir également de mettre en garde contre ceux qui prétendent donner des fatwa ou des cours ou de faire réciter les gens le Qour’ân, alors qu’ils ne sont pas habilités à le faire.

Ainsi, si tu avais connaissance qu’un brigand barre la route aux gens à tel endroit pour les dépouiller ou les tuer, que vas-tu faire en sachant qu’un musulman veut emprunter ce chemin, n’est-ce pas que c’est un devoir pour toi de le mettre en garde et de lui dire qu’il y a un brigand ? Ou alors tu vas te taire en sachant qu’en te taisant, cela lui causera du tort et que si tu lui donnais le conseil, il l’accepterait de ta part ? Bien sûr qu’il est un devoir pour toi de le mettre en garde, de l’avertir ! Car si tu ne le fais pas, tu es dans le péché et tu es désobéissant.

Il en est de même si tu as pris connaissance que quelqu’un prétend la science et se met en avant pour enseigner dans des assemblées d’enseignement au titre de la religion en disant des paroles contraires au Livre de Allâh ou à la Sounnah de Son prophète, surtout si les gens se sont attroupés autour de lui pour le magnifier ou pour prendre de lui tout ce qu’il dit, même si c’est contraire à la Loi de Allâh. Est-ce que tu vas te taire, alors que tu es capable de l’empêcher et de mettre en garde les gens contre lui ?! Tu ne pourras pas, il est un devoir pour toi de donner le conseil et de mettre en garde. La mise en garde contre ce qui fait entrer en enfer dans l’au-delà est prioritaire sur la mise en garde contre les brigands, dont la nuisance ne va pas dépasser ce bas monde.

Le Chaykh Abôu `Aliyy Daqqâq, que Allâh l’agrée, a dit : « Celui qui tait la vérité est un démon muet. » Il a dit vrai en cela.

Parmi les situations dans lesquelles il est permis de faire la médisance sur un musulman, il y a la demande d’avis dans la religion à un savant, par exemple si un cas s’est produit avec une personne et qu’elle veut en connaître le jugement dans la Loi, et qu’elle dit par exemple au Moufti : « Mon père a été injuste avec moi, il a fait telle et telle chose, qu’est-ce qu’il m’est permis de faire pour empêcher cette injustice » ou « Mon époux fait telle et telle chose, comment pourrais-je faire ? » et ce qui est de cet ordre.

Alors veille à éviter la médisance, cette habitude laide. Garde ta langue, préserve-toi de dévorer la chair de tes frères et de chercher leurs défauts. Occupe-toi plutôt de corriger tes propres défauts, car dès lors que tu commences à le faire, tu seras tellement occupé à corriger tes propres défauts que tu ne trouveras plus un seul moment pour t’occuper des défauts des autres. Rappelle-toi de la parole du Prophète :

(( أَكْثَرُ خَطايا ابْنِ ءادَمَ مِن لِسانِه ))

(aktharou khatâ yâ bni ‘Adam min liçânih) [rapporté par At–Tabarâniyy]

ce qui signifie : « La plupart des péchés du fils de ‘Adam proviennent de sa langue. »

Et sa parole Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

(( عليك بطولِ الصَّمْتِ إلّا مِن خيرٍ فإنّه مطردةٌ للشيطانِ عنك وعونٌ على أمر دينك ))

(`alayka biTôuli S–Samti il-lâ min khayr fa innahou maTradatoun lich-chayTâni `anka wa `awnoun `âlâ ‘amri dînik) [rapporté par Ibnou Hibbân]

ce qui signifie : « Attache-toi au long silence sauf pour dire du bien car cela repousse le chaytan de toi et t’aidera à t’accomplir dans ta religion. »

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

 

Articles en Relation