L’Imam Al-Qourtoubi explique le hadith de la femme esclave et le verset « A-amintoum man fis-sama »

L’Imam Al-Qourtoubi explique le hadith de la femme esclave et le verset « A-amintoum man fis-sama »

Dans son livre « At-Tidh-kar fi Afdal al-Adhkar », l’Imam Al-Qourtoubi a dit :

لأَنّ كلّ من في السّماوات والأرض وما فيهما وما بينهما خلق الله تعالى وملك له ، وإذا كان ذلك كذلك يستيل على الله أن يكون في السّماء أو في الأرضِ ، إذ لو كان في شىء لكان محصورا أو محدودًا ولو كان ذلك لكان محدثا. وهذا مذهب أهل الحقِّ والتّحقيق. وعلى هذه القاعدة قوله تعالى :  { أَأَمِنتُم مَّن فِي السَّمَاءِ } وقوله صلى الله عليه وسلّم للجارية:  » أين اللهُ  » ولم ينكر عليها، وما كان مثله ليس على ظاهره، بل هو مؤول تأويلات صحيحة، قد أبداها كثيرٌ من أهل العلم في كتبهم.

« Parce que tout ce qui est dans [ou au-dessus] les cieux (fi s-sama) et sur terre et ce qui est entre eux est une création de Allah ta’ala et Lui appartient, et si il en est ainsi, il est donc impossible que Allah soit dans [ou au-dessus] les cieux (fi s-sama) ou sur terre, car s’Il était dans quelque chose Il serait circonscrit ou limité, et s’Il était ainsi, Il aurait été créé. Ceci est la voie des gens de la vérité et de l’authentification.

Et [on suit] la même règle pour Sa parole « A-amintoum man fis-sama » et sa parole [c’est-à-dire la parole du Prophète] salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam  à la femme esclave : «Ayna l-Lah ?» et elle a répondu « fi s-sama » et il ne l’a pas contredit, et ce qui est de cet ordre, ce n’est pas selon le sens apparent mais c’est interprété avec des interprétations correctes, qui sont très nombreuses dans les livres des gens de science »

– Le Moufassir –exégète– Mouhammad Ibnou Ahmad Al-’Ansari Al-Qourtoubi est décédé en 671 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 760 ans. Il est du madh-hab (Ecole de jurisprudence) de l’Imam Malik. Il est très connu pour son tafsir « Al-Jami’ou li Ahkami l-Qour-an ».

– Ici il confirme que la voie des gens de la vérité est de croire que Allah n’est ni dans les cieux, ni au-dessus des cieux, ni sur terre. Et il explique que le verset « A-amintoum man fis-sama » [Sourat Al-Moulk], ainsi que le hadith de la femme esclave (jariyah) et les autres textes de cet ordre, ne sont pas à prendre selon le sens apparent, mais qu’ils doivent être interprétés de manière correct.

Articles en Relation