Les mérites du mois de RamaDân, Prières de nuit durant Ramadan (qiyam al-layl, tarawih)

Les mérites du mois de RamaDân, Prières de nuit durant Ramadan (qiyam al-layl, tarawih)

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

La louange est à Allâh, nous Le louons, nous recherchons Son aide. Nous demandons Sa bonne guidée. Nous recherchons Son pardon et nous faisons le repentir. Nous demandons à ce que Allâh nous préserve du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres. Celui que Allâh guide, nul ne l’égare ; et celui qu’Il égare, nul ne le guide.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh, Lui seul. Il n’a pas d’associé, Il n’a pas de ressemblant. Il n’a ni d’équivalent, ni d’égal, ni de limites, ni de corps, ni d’organes. Il est unique, Il n’a besoin de rien. Il n’est pas engendré et Il n’engendre pas. Il n’a point d’équivalent.

Et je témoigne que notre maître, notre bien-aimé, notre éminent notre guide et la réjouissance de nos yeux, MouHammad est Son esclave et Son messager, Son élu et Son bien-aimé. Il est celui que Allâh a envoyé en tant que miséricorde pour les Mondes, en tant que guide, en tant qu’annonciateur de bonnes nouvelles et en tant qu’avertisseur d’un châtiment.

Ô Allâh, honore et élève davantage en degrés notre maître MouHammad, ainsi que sa famille et les élus parmi ses compagnons.

Esclaves de Allâh, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allâh, Al-`Aliyy, Al-`ADHîm. Je commence par la meilleure des paroles, la parole de Allâh. Notre Seigneur tabâraka wa ta`âlâ dit :

﴿ شَهْرُ رَمَضانَ الَّذِي أُنزِلَ فِيهِ القُرْءَانُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَالفُرْقَانِ فَمَن شَهِدَ مِنكُمُ الشَّهْرَ فَلْيَصُمْهُ ومَن كَانَ مَرِيضًا أَوْ عَلَى سَفَرٍ فَعِدَّةٌ مِّنْ أَيَّامٍ أُخَرَ يُرِيدُ اللهُ بِكُمُ اليُسْرَ وَلاَ يُرِيدُ بِكُمُ العُسْرَ وَلِتُكْمِلُوا العِدَّةَ وَلِتُكَبِّرُواْ اللهَ عَلَى مَا هَدَاكُمْ وَلَعَلَّكُمْ تَشْكُرُونَ ﴾

ce qui signifie : « C’est le mois de RamaDân dans lequel a été descendu Al-Qour’ân comme guide pour les gens, comme indication de preuves de bonne guidée et de distinction entre le vrai et le faux. Celui d’entre vous qui est résident pendant ce mois, qu’il le jeûne. Et celui qui est malade ou en voyage, alors il rattrapera le nombre de jours non jeûné plus tard. Allâh vous accorde la facilité et ne vous ordonne pas de jeûner quand cela représente une grande difficulté pour vous. Allâh vous ordonne de rattraper les jours que vous n’avez pas jeûné [car vous étiez malades ou voyageurs] et de glorifier Allâh pour la Foi qu’Il vous a accordée. Puissiez-vous Le remercier.»[sôurat Al-Baqarah/ 185].

Il a été rapporté que salmân al Fârisiyy a dit :

« Le Messager de Allâh صلى الله عليه وسلّم nous a donné un discours le dernier jour de Cha`bân:

« يَا أَيُّها النّاسُ قَدْ أَظَلَّكُمْ شَهْرٌ عَظِيمٌ مُبارَكٌ شَهْرٌ فِيهِ لَيْلَةٌ خَيْرٌ مِنْ أَلْفِ شَهْر، شَهْرٌ جَعَلَ اللهُ صِيامَهُ فَرِيضَةً وقِيامَ لَيْلِهِ تَطَوُّعًا وهُوَ شَهْرُ الصَّبْرِ، والصَّبْرُ ثَوابُهُ الجَنَّةُ، شَهْرُ الْمُواساةِ مَنْ فَطَّرَ فِيهِ صائِمًا كانَ مَغْفِرَةً لِذُنُوبِهِ وعِتْقَ رَقَبَتِهِ مِنَ النارِ وكانَ لَهُ مِثْلُ أَجْرِهِ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أَجْرِهِ شَىْءٌ »

ce qui signifie : « Ô vous les gens, vous voici proches d’un mois éminent et béni. C’est un mois qui comporte une nuit qui est meilleure que mille mois. C’est un mois dont Allâh a fait le jeûne une obligation et la veillée de ses nuits une chose recommandée. C’est le mois de la patience ; et la récompense de la patience, c’est le Paradis. C’est le mois de la compassion et de la solidarité. Celui qui donne à un jeûneur de quoi rompre son jeûne, ce sera pour lui un pardon pour ses péchés et un affranchissement du feu de l’enfer. Et, il aura une récompense semblable à la sienne sans qu’il n’en soit diminué quoi que ce soit de la récompense. [en sachant que la récompense du jeûne obligatoire est supérieure à la récompense du fait de donner à manger qui est un acte recommandé]

Les compagnons ont alors dit : “Ô Messager de Allâh, nous ne disposons tous pas de ce qui permet de donner à rompre le jeûne à un jeûneur. ”

Il a alors répondu ce qui signifie : “ Allâh accorde Ses récompenses à celui qui donne à rompre le jeûne à un jeûneur, ne serait-ce qu’avec une datte ou avec une gorgée d’eau ou avec une gorgée de lait. Et celui qui donne à boire à un jeûneur, Allâh lui donne à boire une boisson provenant de mon bassin. Après quoi, il n’aura plus jamais soif jusqu’à entrer au Paradis. Et c’est un mois dont le début est une miséricorde, le milieu est un pardon, et la fin est un affranchissement du feu de l’enfer. ”» [Rapporté par Al-Bayhaqiyy et par d’autres]

Al-Bayhaqiyy a rapporté dans chou`abi Al Imân [d’après le Messager] que, Allâh ta`âlâ affranchit chaque jour de RamaDân, lors de la rupture du jeûne, mille personnes de l’enfer. Et le dernier jour du mois de RamaDân, Allâh affranchit autant qu’Il en a affranchi du début jusqu’à la fin du mois.

Que Allâh fasse que nous soyons de ceux qui sont affranchis de l’enfer, en ce mois béni.

Mes frères de Foi, Le Seigneur nous a honorés par le fait de nous accorder parmi tous les mois, un mois dont nous passons les journées dans une adoration éminente. C’est un mois qui comporte des sagesses nobles et des récompenses immenses. Alors, il est indispensable de persévérer dans le jeûne en ces jours chauds et longs, en nous empressant pour accomplir cet acte d’obéissance éminent avec ardeur et volonté. Aussi, il est indispensable de faire preuve d’un grand sérieux en fournissant nos efforts afin d’obtenir des récompenses et du bien.

En vérité, RamaDân est un mois de bienfaits, un mois de tendresse, un mois de victoire sur les passions de son âme et un mois de victoires face aux suggestions du chayTân. Il convient qu’en ce mois honoré et béni dans lequel Allâh a fait descendre le Qour’ân, de suivre les traces du Prophète éminent, MouHammad fils de `Abdou l-Lâh, que Allâh l’honore et l’élève davantage en degrés. Il est celui qui a patienté, qui a encouru les difficultés dans la voie que Allâh agrée afin d’élever haut la parole « Lâ ‘ilâha ‘illa l-Lâh », diffusant ainsi la vérité et le bien parmi les gens.

En vérité, RamaDân est un mois à partir duquel on retient les leçons. C’est le mois de la bataille Badr et de la conquête de la Mecque. C’est le mois de la Foi qui a changé beaucoup de choses puisque le Messager de Allâh nous a appris que l’honneur dans l’au-delà ne sera que pour les gens qui ont la Foi : beaucoup de cœurs ont été alors rassurés. Grâce à cette croyance les âmes ont été tranquillisés. C’est la croyance islamique qui a permis d’unifier entre Abôu Bakr al-qourachiyy (de la tribu de Qouraych), Bilâl al-Habachiyy (de la région de l’Abyssinie) et Souhayb ar-rôumiyy (dit le romain).

La croyance de l’Islam a transformé les compagnons en des hommes qui ont cru en Dieu et en Son Messager. Le bas monde n’était ni leur principal souci ni le summum de leur science. Ils ont dirigé la marche de la meilleure des manières au point que l’Islam est parvenu en différents recoins de la terre. Ce sont des hommes qui ont des âmes satisfaites et des ardeurs fortes, qui ne fléchissent pas. Mes frères de Foi, en ce mois éminent et béni, que chacun d’entre nous prenne exemple sur ces hommes, sur ces véritables hommes.

Prières de nuit durant Ramadan (qiyam al-layl ou tarawih)

RamaDân est le mois des bénédictions dont il faut profiter en accomplissant davantage d’actes d’adoration. Accomplir des prières la nuit était l’habitude du Prophète bien-aimé et des saints vertueux, qui plus est durant les nuits de RamaDân. De plus, il est recommandé durant RamaDân de réciter longtemps le Qour’ân dans chaque rak`ah, de manière à en terminer la récitation complète durant ce mois.

Les bienfaits de RamaDân

Voici un poème significatif de la valeur des actes surérogatoires lors du mois béni de RamaDân :

« Que celui qui veut gagner le Paradis délaisse la négligence
et qu’il se lève dans la nuit obscure pour bénéficier du Qour’ân (Coran) et de sa lumière intense.
Qu’il fasse succéder jeûne après jeûne car cette vie court à sa fin. »
Musulman, saisis ce grand bien surtout au cours de ces jours bénis. Il a été dit :
« RamaDân qui est la terre de semence est arrivé,
augmente alors tes œuvres de bien et méfie-toi de la corruption.
Accomplis ses droits par la parole et par l’action.
Quant à tes provisions pour ta vie de l’au-delà, prépare-les rapidement.
En effet, celui qui sème les grains et ne les arrose pas,
gémira de regret le jour de la moisson. »

Accomplir des prières surérogatoires en plus des cinq prières obligatoires comporte un grand bien pour le musulman. Durant le mois de RamaDân, les récompenses dans ces actes d’adorations sont plus importantes et particulièrement lorsqu’ils sont accomplis durant la nuit, espérant ainsi profiter des immenses récompenses de la nuit de al-qadr.

L’habitude des gens vertueux durant RamaDân

Veiller en faisant des invocations, en faisant des prières ou en récitant le Qour’ân est l’habitude des gens vertueux, surtout pendant le mois béni de RamaDân et plus précisément au cours des 10 dernières nuits de ce mois. En effet, il a été rapporté dans les deux recueils (SaHîH) de Al-Boukhâriyy et Mouslim, d’après `Â’ichah : « Lorsque les dix dernières nuits de RamaDân commençaient, le Messager de Allâh attachait son vêtement autour de la taille [c’est une métaphore qui montre qu’il redoublait d’efforts], veillait les nuits et réveillait sa famille pour accomplir des prières surérogatoires. »

En cela, il y a un signe qui montre combien il est important de fournir des efforts dans l’obéissance à Allâh et dans les œuvres de bienfaisance, surtout pendant les 10 dernières nuits de ce mois béni. Soyons donc de ceux qui cherchent à gagner davantage de récompenses en jeûnant le jour et en faisant des prières la nuit. Veillons aussi à accomplir la prière de l’aube (aS-SoubH) et celle de la nuit (al-`ichâ’) en assemblée, tant il y a de bénédictions éminentes en cela.

L’exemple du Prophète

L’Imam Mâlik a rapporté dans « Al-MouwaTTa’ » : « Il m’est parvenu que Ibnou l-Mouçayyab a dit : “Celui qui assiste à la prière de al-`ichâ’ [c’est-à-dire en assemblée] la nuit de al-Qadr aura gagné sa part parmi les bienfaits de cette nuit.” »

Celui qui accomplit beaucoup de prières au cours de la nuit, récite le Qour’ân et évoque abondamment le nom de Allâh gagnera d’éminentes récompenses et suivra ainsi l’exemple du maître de l’humanité, notre maître MouHammad . Il a été rapporté par Mouslim dans son recueil (SaHîH) d’après ‘Ibnou `Abbâs que le Prophète s’endormait après la prière de al-`ichâ’, qu’il se levait une fois la première moitié de la nuit écoulée et faisait la prière avec le witr, puis se rendormait, puis se relevait à l’appel à la prière pour la prière du SoubH.

Il est rapporté dans le recueil (SaHîH) de Mouslim, d’après Houdhayfah, qu’il a accompli la prière avec le Prophète qui a récité sôurat Al-Baqarah, ‘Âli `Imrân et An-Niçâ’ durant une même rak`ah ! Al-Boukhâriyy rapporte que `Â’ichah a dit : « Le Prophète priait dans la nuit 13 rak`ah (cycles de prière) y compris al-witr. »

Dans les deux recueils (à savoir celui de Al-Boukhâriyy et celui de Mouslim), il est également rapporté que `Â’ichah a dit : « Le Messager de Allâh accomplissait entre la prière de la nuit (al-`ichâ’) et celle de l’aube (al-fajr) 11 rak`ah en disant le salâm toutes les 2 rak`ah. Puis il clôturait [sa veillée] par une rak`ah. » C’est cette rak`ah qu’on appelle al-witr, qui signifie l’impaire.

Le bienfait de réciter longtemps le Qour’ân durant les nuits de RamaDân

Il a été rapporté que certains Salaf terminaient la récitation du Qour’ân entier toutes les 3 nuits de RamaDân et certains le terminaient toutes les 7 nuits. Les Salaf récitaient le Qour’ân pendant le mois de RamaDân dans la prière et en dehors de la prière. Ibrâhîm An-Nakh`iyy récitait tout le Qour’ân en deux nuits de RamaDân et surtout au cours des 10 dernières nuits du mois. L’Imam Ach-Châfi`iyy terminait la récitation entière du Qour’ân 60 fois au cours de RamaDân.

On rapporte que Wahîb Ibnou l-Warah a dit : « On a interrogé un homme : “Tu ne dors pas?” Il a répondu : “Les merveilles du Qour’ân ont retardé mon sommeil.” »

Dans le recueil « Al-MouwaTTa’ », il est rapporté que notre maître `Oumar Ibnou l-KhaTTâb, priait la nuit jusqu’à ce que la moitié de la nuit soit écoulée. Là, il réveillait sa famille pour la prière et il leur disait : « La prière ! La prière ! » et il récitait la ‘âyah 132 de sôurat Tâhâ :

﴿ وَأْمُرْ أَهْلَكَ بِالصَّلاةِ وَاصْطَبِرْ عَلَيْهَا ﴾

(wa’mour ‘ahlaka biS-Salâti waSTabir `alayhâ)

ce qui signifie : « Ordonne à ta famille la prière et persévère à l’accomplir. »

Quant à notre maître `Outhmân Ibnou `Affân, il priait de nuit et terminait la récitation de tout le Qour’ân en une seule rak`ah !

On rappelle ici que réciter le Qour’ân sans l’avoir reçu par transmission de gens de confiance peut mener la personne à accumuler les péchés et non les récompenses (Haçanât). Mieux vaut réciter 11 fois ou plus « qoul houwa l-Lâhou ‘aHad » correctement que sôurat al-baqarah avec des fautes. Voir : L’Importance d’Apprendre l’Islam sur la Vraie Voie. Sciences Islamiques

Ô vous, bien-aimés croyants, profitez des mérites de ce mois tout en espérant la sauvegarde de la part de Allâh, afin que lorsque RamaDân s’achèvera, il vous sera pardonné. En effet, le Prophète a annoncé que lorsque le mois de RamaDân commence, les portes de la miséricorde et les portes du Paradis sont ouvertes. Les portes de l’enfer sont fermées et les diables sont enchaînés. Et à chaque nuit qui suit la rupture de jeûne, Allâh `azza wa jall affranchit des gens de l’enfer.

Que Allâh fasse que nous soyons, vous et moi, au nombre des affranchis de l’enfer, durant ce mois béni.

Je demande à ce que Allâh nous aide à jeûner, à veiller, à entretenir les relations avec les proches, par le degré de MouHammad, le meilleur des hommes.

Articles en Relation

1 Comment

Les commentaires sont fermés