La Préservation, les Attributs et les Caractéristiques des Prophètes et des Messagers

La Préservation, les Attributs et les Caractéristiques des Prophètes et des Messagers

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent. Et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Dieu a envoyé les prophètes pour qu’ils enseignent aux gens ce qui est de leur intérêt dans la vie d’ici et dans l’au-delà, ce sont donc des guides pour les gens et Dieu a fait d’eux les meilleurs des créatures. Allâh ta`âlâ, dit dans le Qour’ân honoré au sujet des Prophètes :

﴿ وَكُلًّا فَضَّلْنَا عَلَى الْعَالَمِينَ ﴾

(wa koullan faDDalnâ `ala l-`âlamîn)

ce qui signifie : « Nous les avons tous élevés par rapport au reste des mondes », [sôurat al-‘An`âm ‘âyah 86].

C’est-à-dire que chacun des prophètes est meilleur que tous les anges et que tout le reste des créatures car les mondes englobent les hommes, les jinn et les anges.

Les prophètes sont les meilleures créatures, ils ont de bons caractères dont la véracité, l’honnêteté et l’extrême intelligence. Il leur est impossible le mensonge, la trahison et la stupidité. Il sont préservés de la mécréance, des grands péchés et des petits péchés de bassesse. Ils ont tous un beau visage et une belle voix. Ils sont préservés des maladies repoussantes. Il sont tous musulmans mais ils ne sont pas tous arabes. Tous les Prophètes ont appelé les gens à l’Islam, ce qui diffère entre eux ce sont les lois telles que le nombre de prières, la Zakât…mais leur religion est la même. L’Islam est la seule religion que Dieu a révélée et la seule religion céleste. Voir L’Islam est la Religion de Tous les Prophètes. Unique Religion Céleste

Le Messager de Dieu صلى الله عليه وسلم a dit :

« مَا بَعَثَ الله نَبِيًّا إِلاَّ حَسَنَ الْوَجْهِ حَسَنَ الصَّوْتِ وَإِنَّ نَبِيَّكُم أَحسَنُهُمْ وَجْهًا وَأَحْسَنُهُمْ صَوْتًا »

(mâ ba`atha l-Lâhou nabiyyan ‘illâ Hasan l-wajhi Hasna S-Sawti wa ‘inna nabiyyakoum ‘aHsanouhoum wajhan wa ‘aHsanouhoum Sawtâ)

Ce qui signifie : « Dieu a envoyé les Prophètes, tous avec un beau visage et une belle voix et Certes votre Prophète a le plus beau visage et la plus belle voix d’entre eux », rapporté par at-Tirmîdhiyy.

Les Prophètes ont tous une belle apparence et ils sont préservés de tout ce qui repousserait les gens d’accepter leur appel, ainsi il ne leur arrive pas des maladies qui repoussent les gens comme la lèpre. Dieu a la sagesse absolue et n’envoie pas des prophètes qui repoussent les gens.

Ainsi c’est faux ce que certains disent que le Prophète ‘Ayyôub avait des vers qui sortaient de son corps, ceci n’est pas digne des prophètes. Voir : L’épreuve et la Patience du Prophète ‘AYYOUB

Il est possible aux Prophètes d’avoir des maladies douloureuses mais pas des maladies qui repoussent les gens, ils sont préservés de cela.

De même les prophètes ont tous une belle voix et parlent de façon compréhensible. Il n’est pas permis de croire que le prophète Môuçâ (Moise) bégayait ou parlait de façon non compréhensible, car ceci contredit le statut de prophète qui doit transmettre la religion et attribuer cela aux prophètes est de la mécréance. Voir : Comment le Musulman Préserve sa Foi. Éviter Apostasie, Mécréance, Blasphème.

As-soubkiyy a dit dans son tafsîr : « La communauté est unanime sur la préservation des prophètes concernant la transmission (de la révélation), et sur d’autres choses telle que la préservation des grands péchés et des petits péchés de bassesses qui porteraient atteinte à leur rang, ainsi que de persévérer sur les petits péchés ; ces quatre choses là sont par unanimité » page 256 tome 2 du livre al-khaSâ’iSou l-koubrâ de AS-SouyôuTiyy, que Dieu lui fasse miséricorde.

Allâh ta`âlâ, Dieu, gloire à Lui Qui est exempt de toute imperfection, a envoyé les prophètes afin qu’ils démontrent la validité de la religion de l’Islam et qu’ils la propagent.

Le terme an-noubouwwah, qui signifie en français la prophétie – le statut de prophète –, dérive du mot an-naba’ qui signifie la nouvelle, car le prophète rapporte des informations de la part de Dieu.

Certes l’Homme ne peut pas connaître tout seul les choses qui le sauvent le Jour Dernier sans que quelqu’un ne l’avise de cela. L’intérêt de l’esclave de Dieu nécessite l’existence d’enseignants et de guides qui leur montrent ce qui leur est un devoir dans leur vie d’ici bas et ce qui va les sauver dans l’au-delà. Pour cela Dieu a envoyé des hommes (les prophètes) afin qu’ils appellent les gens à adorer Dieu l’Unique et pour qu’ils montrent aux gens la manière d’accomplir les pratiques et les lois des transactions.

Donc les prophètes ont accompli tous ce que Dieu leur a ordonné à savoir orienter les gens, les guider et leur montrer les lois que Dieu leur a établi. Ils ont aussi mis en garde le mécréant d’un châtiment douloureux et éternel dans l’enfer et ont annoncé aux musulmans la récompense d’une grande félicité éternel au Paradis.

Dieu (Qui est exempt de tout imperfection) a envoyé les prophètes pour qu’ils montrent aux gens le bon chemin qui mène au bonheur éternel car ni la raison saine ni le jugement rationnel et logique ne suffisent en soi pour se préserver du châtiment de l’enfer.

Donc pour mener à bien leur mission de prophète, Dieu Qui a pour attribut la sagesse, a doté les prophètes de bons caractères dont la véracité, l’honnêteté et l’extrême intelligence. De ce fait leur sont impossible le mensonge, la trahison, la stupidité, la bassesse, la vulgarité, la lâcheté et tout ce qui serait de nature à repousser les gens d’accepter leur appel.

Ainsi on ne dit pas que le prophète MouHammad a fui la Mecque pour Médine mais plutôt qu’il a émigré sous l’ordre de Dieu.

Les prophètes sont obligatoirement préservés de la mécréance, des grands péchés et des petits péchés de bassesse, comme le fait de voler un grain de raisin. Il est possible qu’ils commettent un petit péché qui ne comporte pas de bassesse, mais ils sont immédiatement avertis afin qu’ils s’en repentent avant que d’autres ne les suivent en cela.

Remarque : Une période la révélation s’est interrompue sur le prophète, pour alléger sa nostalgie le prophète voulait se lancer du haut de la montagne tout en sachant que cela ne vas pas lui nuire comme ce qui arrive à certains waliyy (musulmans vertueux, saints). Il n’est pas permis de dire que le prophète voulait se suicider car les prophètes sont préservés des grands péchés et attribuer cela aux prophètes est de la mécréance qui fait sortir de l’Islam.

De même le prophète Yôuçouf ne voulait pas commettre la fornication avec la femme du dignitaire d’Égypte, mais il voulais la repousser de lui. En effet les prophètes sont préservés des grands péchés. Attribuer aux prophète le fait de vouloir l=commetre la fornication est de la mécréance qui fait sortir de l’Islam.

Ainsi notre maître ‘Adam a commis un petit péché ne comportant pas de bassesse de caractère lorsqu’il a consommé de l’arbre duquel Dieu lui a interdit. Il s’est repenti immédiatement de ce péché. Il n’est pas permis de dire qu’il aurait commis un grand péché ou un péché capital, car les prophètes sont préservés des grands péchés.

Comme nous venons de le dire, les prophètes ne commettent pas de mécréance, aussi bien avant la prophétie qu’après, car Allâh ta`âlâ les préserve et leur inspire la croyance correcte avant même qu’ils ne reçoivent la révélation.

Notre maître Ibrâhîm, conformément à ce que l’on vient de dire, n’a jamais adoré les astres. Il désapprouvait totalement cette croyance et la reniait à son peuple.

Voici ce qui a été révélé dans le Qour’ân à son sujet lorsqu’il a vu l’astre, il a dit :

﴿ هَذَا رَبِّي ﴾

(hâdhâ rabbî)

Ce qui signifie : « Est-ce là mon Seigneur comme vous le prétendez !? » pour les désavouer et leur renier leur croyance. Le sens était donc : « Est-ce là mon Seigneur comme vous le prétendez ? » c’est-à-dire selon vous ? Il n’a jamais voulu les approuver par cette question mais bien leur faire comprendre au contraire que cela est impossible : « Bien sûr que non ! ». Lorsque l’astre a disparu il a dit :

﴿ إنّي لا أُحِبُّ الآفِلِين ﴾

(‘innî lâ ‘ouHibbou l-‘âfilîn)

ce qui signifie : « Je n’adore pas les choses qui disparaissent » c’est-à-dire que la raison réfute la validité de la divinité pour l’astre, le soleil ou la lune et n’accepte pas qu’on adore autre que Allâh car toutes ces choses apparaissent et disparaissent, elles ont des dimensions, ce qui est autant de preuves qu’elles ont été créées et ne peuvent pas être créatrices.

Il est également obligatoire selon la raison que les prophètes soient honnêtes. Il leur est par conséquent impossible la trahison, qu’elle soit par la parole, par les actes ou par leurs attitudes. Si quelqu’un vient à leur demander conseil, ils ne lui mentent pas et ne lui font jamais croire quelque chose qui est contraire à la vérité. Et si quelqu’un laisse chez eux un bien en dépôt, ils le lui préservent sans faillir.

Il leur est impossible de commettre les grands péchés comme le suicide, avant la prophétie tout comme après. Aucun prophète n’a jamais bu d’alcool ni volé ni commis la fornication. Aucun prophète n’a jamais voulu se suicider ou faire la fornication

Notre maître Yôuçouf –Joseph `alayhi s-salâm– n’a jamais eu de penchant pour la fornication. Il aurait voulu repousser la femme de du dignitaire d’Égypte (qui voulait commettre la fornication) mais Allâh lui a inspiré de ne pas la repousser mais de partir pour qu’il ne soit pas accusé d’avoir voulu faire la fornication. Il lui tourna donc le dos et elle lui a déchiré la chemise par derrière. Les gens surent alors que c’était elle qui avait voulu commettre la fornication avec lui et qu’il n’avait pas eu de penchant pour la fornication. Il est en effet préservé de ce genre de choses tout comme le sont tous les autres prophètes.

Il convient donc de prendre garde à ce que prétendent certains menteurs, à savoir que notre maître Dâwôud –David `alayhi s-salâm– aurait été séduit par la femme du commandant de son armée et qu’il aurait envoyé ce commandant d’armée à la guerre afin qu’il soit tué et qu’il lui prenne son épouse. Ce récit constitue un mensonge inique.

De même l’histoire qui est racontée par certains ignorants sur notre maître ‘Ayyôub –Job- `alayhi s-salâm. Ils prétendent que des vers issus de ses plaies consommaient sa chair et que lorsque l’un d’eux tombait, il le ramassait et le remettait en place en lui disant : (Créature de mon Seigneur, mange ce que Allâh t’accorde comme subsistance). Que Allâh nous préserve, ceci est un égarement clair car les prophètes sont les meilleures des créatures, par leur apparence et leur comportement. Ils ne sont jamais atteints par les maladies repoussantes qui feraient fuir les gens car ils ont l’ordre et la mission de transmettre l’appel à l’Islam.

Il faut également prendre garde à ne pas croire ce que disent certains faibles d’esprit sur notre maître MouHammad.

Ils propagent à qui veut les entendre que son cœur était attaché aux femmes et que c’est la raison pour laquelle il aurait épousé plus de quatre femmes.

La réponse que nous leur faisons est que notre maître MouHammad était connu parmi les gens de La Mecque comme étant MouHammad Al-‘Amîn –MouHammad l’Honnête– et qu’il a reçu une beauté que nul autre n’a jamais reçue. S’il avait été épris des femmes, il aurait un jour commis une bassesse, voire davantage, et son peuple n’aurait pas manqué de le blâmer, ce qui n’est jamais arrivé.

De plus, il ne s’est pas marié avant l’âge de vingt-cinq ans. Lorsque son épouse mourut, il avait atteint l’âge de cinquante ans, il s’est remarié avec une femme puis avec d’autres femmes pour des sagesses liées aux intérêts de l’appel à l’Islam.

Parmi ces sagesses, il y a la propagation de la science de la religion par la voie des femmes.

Si le Prophète avait été, comme disent ces gens irréfléchis, un homme attaché aux femmes, il aurait multiplié le nombre de ses épouses bien avant d’atteindre les cinquante ans tout comme est le cas de ceux qui se préoccupent de ces choses-là !

Parmi ce qui constitue une preuve qu’il n’était pas attaché aux femmes, il y a ce qu’a rapporté Mouslim d’après son épouse `A’ichah, que Dieu l’agrée, qui a dit : « Lorsque ma nuitée venait, le Prophète rendait visite au cimetière de Al-Baqî` ». Ainsi, il se rendait au cimetière des musulmans à Médine pour faire des invocations en leur faveur et cela malgré la beauté et le jeune âge de notre Dame `A’ichah.

Les prophètes sont obligatoirement caractérisés par l’extrême intelligence. De ce fait l’idiotie, et le manque de sagesse sont impossibles à leur sujet car ils ont été envoyés pour énoncer la vérité. Il ne convient donc pas qu’ils soient incapables d’établir les preuves contre ceux qui renient la vérité et qui la prennent pour ennemis. Allâh ta`âlâ dit :

﴿ وَتِلْكَ حُجَّتُنَا ءَاتَيْنَاهَا إِبْرَاهِيمَ ﴾

(wa tilka Houjjatounâ ‘Ataynâhâ ‘Ibrâhîm)

ce qui signifie : « Et ceci est notre preuve que nous avons accordée à Ibrâhîm » [sôurat Al-‘An`âm].

La parfaite transmission de la révélation est obligatoire à leur sujet. Il est de ce fait impossible qu’ils taisent quoi que ce soit de la révélation car ce serait une contradiction avec le statut de prophète.

Il est par ailleurs interdit d’attribuer aux prophètes des caractères qui sont indignes d’eux comme la lacheté. Il est par exemple interdit de dire que notre maître Môuçâ –Moïse `alayhi s-salâm– aurait fui devant Pharaon. Il n’a fait qu’exécuter l’ordre de Allâh en menant son peuple.

Il a traversé, lui et ceux qui étaient avec lui. Puis la mer s’est refermée lorsque Pharaon avait voulu le suivre et Pharaon est mort noyé.

Il est également interdit de prétendre que notre maître MouHammad aurait perdu ne serait-ce qu’une des batailles qu’il a menées. Le Prophète est demeuré sûr et ce sont ceux qui n’avaient pas obéi à ses ordres qui ont été momentanément défaits. Il est de même interdit de prétendre qu’il aurait fuit de La Mecque lorsqu’il a émigré à Médine, que Allâh nous en préserve.

Il est un devoir de croire que les prophètes sont préservés du mensonge. Le mensonge est toute parole prononcée sciemment qui n’est pas conforme à la réalité. Ainsi ce qui est rapporté dans le Qour’ân au sujet du prophète Ibrâhîm `alayhi s-salâm qu’il a dit :

﴿ بَل فَعَلَهُ كَبِيرُهُمْ هذا فاسأَلُوهُمْ إِنْ كَانُوا يَنطِقُونَ ﴾

(bal fa`alahou kabîrouhoum hâdhâ fas’alôuhoum ‘in kânôu yanTiqôun)

C’est à dire : « C’est la grande idole qui en est responsable, demandez aux petites si elles peuvent parler », il a employé une formule métonymique pour leur faire comprendre que la glorification des mécréants envers la grande statue l’avait poussé, lui, à fracasser toutes les petites afin de l’humilier.

On comprend dès lors que Allâh n’accorde le rang de prophète qu’à quelqu’un qui est sain de toute bassesse, de toute trahison et de toute stupidité. Quelqu’un qui a eu de tels antécédents ne peut en aucun cas être prophète, même si son état s’est par la suite amélioré.

Remarque: Il n’est pas permis de dire que le prophète est analphabète car ceci est péjoratif et on évite de dire que le prophète est illettré. On dit plutôt, le prophète ne savait pas lire ni écrire, mais il été un grand savant, le fait qu’il ne savait pas lire ni écrire ne constitue pas un rabaissement car la force intellectuelle et la capacité de réflexion et la perspicacité ne sont pas liées au fait de savoir lire et écrire. De plus cela était une preuve que le Qour’ân est bien révélé de la part de Dieu et n’est pas une œuvre du prophète.

Histoire mensongère sur le prophète Dâwôud

A propos de l’un des deux antagonistes qui s’en sont remis à Dâwôud, Allâh ta`âlâ dit :

﴿ إِنَّ هذا أَخِى لَهُ تِسْعٌ وَتِسْعُونَ نَعْجَةً وَلِىَ نَعْجَةٌ وَاحِدَةٌ فَقَالَ أَكْفِلْنِيهَا وَعَزَّنِى فى الخِطَابِ ﴾

(‘inna hâdhâ ‘akhî lahou tis`oun wa tis`ôuna na`jatanwa liya na`jatoun wâHidah ; faqâla ‘akfilnîhâ wa `azzanî fi l-khiTâb)

ce qui signifie : « Celui-ci est mon frère, il a quatre-vingt-dix neuf brebis et je n’en ai qu’une, il m’a demandé de la lui confier et il a fortement fait pression sur moi dans sa requête » [sôurat Sâd / 23]. Il n’est pas permis d’interpréter le terme an-ni`âj dans cette ‘âyah par les femmes comme l’ont fait certains commentateurs. Ils ont abusé en expliquant cette ‘âyah par l’histoire mensongère répandue selon laquelle l’un des chefs de guerre de Dâwôud aurait eu une femme belle dont Dâwôud se serait épris et qu’il aurait envoyé cet homme au front pour qu’il y meure afin de l’épouser lui-même par la suite. Ceci n’est pas valide car ce qui y est cité n’est pas digne d’un Prophète parmi les Prophètes de Allâh. L’Imam Ibnou l-Jawziyy dans son exégèse, après avoir cité cette histoire mensongère sur notre maître Dâwôud, a dit : « Ceci n’est pas confirmé par une transmission sûre et n’est pas permis de par la signification, car les Prophètes sont exemptés de cela. Quant à la demande de pardon de Dâwôud à son Seigneur, c’est parce qu’il a jugé entre les deux parties après avoir écouté l’un des deux et avant d’avoir écouté le second ».

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

2 Comments

  1. Sunnite

    On s’abstient d’employer des termes péjoratifs au sujet des prophètes. En effet les prophète sont les meilleurs créatures et on doit utiliser les termes les plus appropriés pour parler à leur sujet. Ainsi par exemple on ne dit pas que le prophète été analphabète mais ont dit qu’il n’écrivait pas et ne lisait pas et ceci ne constitue pas un rabaissement envers lui. De même on ne dit pas que le prophète a échouer ou perdu.

  2. Sunnite

    Étant donné que les prophètes ont les meilleures caractéristiques physiques et morales, il n’est pas permis en Islam de représenter ni de dessiner les prophètes ni de jouer le rôle d’un prophète dans un film. Bien sur le fait de les rabaisser ou de se moquer des prophètes est une mécréance qui fait sortir de l’Islam. De même celui qui approuve ou accepte le fait de rabaisser les prophète est un mécréant, voir : Comment le Musulman Préserve sa Foi. Éviter Apostasie, Mécréance, Blasphème.

    Et la personne qui a commis la mécréance doit revenir à l’Islam en délaissant la mécréance et en prononçant les deux témoignages il n’est de dieu que Dieu et MouHammad est le messager de Dieu. La plaisanterie et l’ignorance ne sont pas des excuses en Islam.

Les commentaires sont fermés