Comportement et Bienfaisance envers le Voisin en Islam

Comportement et Bienfaisance envers le Voisin en Islam

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Louanges à Allâh Seigneur des mondes, que Allâh honore et élève davantage en degrés notre maître MouHammad et qu’Il préserve sa communauté de ce que le Prophète craint pour elle.

Esclaves de Allâh, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allâh, celui Qui dit dans Son Livre qui ne comporte pas d’incohérence :

 ﴿وَاعْبُدُواْ اللّهَ وَلاَ تُشْرِكُواْ بِهِ شَيْئًا وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَانًا وَبِذِي الْقُرْبَى وَالْيَتَامَى وَالْمَسَاكِينِ وَالْجَارِ ذِي الْقُرْبَى وَالْجَارِ الْجُنُبِ وَالصَّاحِبِ بِالجَنبِ وَابْنِ السَّبِيلِ وَمَا مَلَكَتْ أَيْمَانُكُمْ إِنَّ اللّهَ لاَ يُحِبُّ مَن كَانَ مُخْتَالاً فَخُورًا

(Wa`boudou l-Lâha wa lâ touchrikôu bihî chay’an wa bil-wâlidayni ‘iHsânan wabidhi l-qourbâ wa l-yatâmâ wa l-maçâkîni wa l-jâri dhi l-qourbâ wa l-jâri l-jounoubi wa S-SâHibi bil-janbi wa bni s-sabîli wa mâ malakat ‘aymânoukoum ‘inna l-Lâha lâ youHibbou man kâna moukhtâlan fakhôurâ)

Ce qui signifie : « Adorez Allâh, ne Lui attribuez aucun associé, faites preuve de bienfaisance envers les parents, envers les proches parents, envers les orphelins, envers les pauvres, envers le voisin qui est proche et le voisin qui est loin, envers le compagnon proche, envers le voyageur sans moyen, … »

[Sôurat An-Niçâ’/ 36]

Mes frères de foi, dans cette ‘âyah, Allâh tabâraka wa ta`âlâ ordonne d’adorer Allâh Lui Seul, de ne pas Lui attribuer d’associé. Dans cette ‘âyah, il y a l’ordre d’agir avec bienfaisance envers les parents, envers les proches parents, d’agir avec douceur avec l’orphelin, d’aider celui qui est pauvre et le voyageur qui n’a pas de moyens pour poursuivre son voyage.

Dans cette ‘âyah également, il y a une recommandation d’agir en bien envers le voisin.

Allâh tabâraka wa ta`âlâ dit :

﴿وَالْجَارِ ذِي الْقُرْبَى وَالْجَارِ الْجُنُبِ

(wa l-jâri dhi l-qourbâ wa l-jâri l-jounoub)

C’est-à-dire : « Et envers le voisin qui est proche de ton habitation et celui qui est loin » ou « Et envers le voisin avec lequel tu as des liens de proche parenté et celui avec lequel tu n’as pas de lien de proche parenté. »

Le Messager de Allâh a recommandé d’agir en bien avec le voisin. Il a dit :

« مَنْ كانَ يُؤْمِنُ بِاللهِ واليَوْمِ الآخِرِ فَلْيُكْرِمْ جارَهُ« 

(man kâna you’minou bil-Lâhi wa l-yawmi l-’âkhiri falyoukrim jârah)

Ce qui signifie : « Celui qui croit en Allâh et au jour dernier, qu’il agisse en bienfaisance envers son voisin. » [Rapporté par Al-Boukhâriyy et Mouslim]

Agissez en bienfaisance envers votre voisin et recommandez à vos épouses d’agir en bienfaisance envers leurs voisines tout comme le messager de Allâh l’a recommandé par sa parole :

« يا نِساءَ الْمُسْلِماتِ لا تَحْقِرَنَّ جارَةٌ لِجارَتِها ولَوْ فِرْسِنَ شاةٍ« 

Ce qui signifie : « Ô vous les femmes musulmanes, qu’aucune d’entre vous ne néglige un bien qu’elle puisse faire à sa voisine, ne fût-ce qu’en lui offrant la patte d’un mouton ou d’une chèvre. » [Rapporté par Mâlik dans Al-MouwwaTTa’]

 Et le Prophète a dit :

« خَيْرُ الجِيرَانِ عِنْدَ اللهِ خَيْرُهُمْ لِجارِهِ« 

Ce qui signifie : « les meilleurs des voisins selon le jugement de Allâh, ce sont les meilleurs envers leurs propres voisins. » [Rapporté par Al-Hâkim dans Al-Moustadrak]

Quiconque se trouve dans ton voisinage, dans n’importe quelle direction, est considéré comme un voisin. Le premier avec qui tu agiras en bien en priorité c’est le plus proche et ainsi de suite.

Abôu Dharr Al-ghifâriyy que Allâh l’agrée a dit :

إِنَّ خَلِيلِي صَلّى اللهُ علَيْهِ وسَلَّمَ أَوْصانِي

« Mon bien-aimé m’a recommandé :

« إِذَا طَبَخْتَ مَرَقًا فَأَكْثِرْ ماءَهُ ثُمَّ انْظُرْ أَهْلَ بَيْتٍ مِنْ جِيرَانِكَ فَأَصِبْهُمْ مِنْهَا بِمَعْرُوفٍ« 

Ce qui signifie : « Quand tu prépares un plat en sauce, alors fais en sorte qu’il ait beaucoup de sauce puis tiens compte des familles avoisinantes en leur en offrant avec bienfaisance. » [Rapporté par Mouslim]

 Mon frère croyant, je te recommande d’agir en bien avec ton voisin, crains Allâh, respecte les droits de ton voisin, évite les paroles et les actes qui lui font du tort, ne l’interroge pas à propos de ce qui ne te concerne pas, ne recherche pas ses défauts, ne regarde pas ce qu’il a dissimulé de ton regard, ne cherche pas à entendre des paroles qu’il a dissimulées de toi, baisse ton regard pour ne pas regarder les femmes qui sont chez lui, partage avec lui ta nourriture et ta boisson, rends lui visite lorsqu’il tombe malade, accompagne-le quand il est porté pour être enterré. Soutiens-le lors de ses épreuves, agis avec lui tout comme tu souhaites que ton voisin agisses envers toi et patientes face à sa nuisance.

Sahl At-toustariyy avait un voisin mazdéen. La fosse septique de ce voisin se déversait dans la maison de Sahl. C’est alors que Sahl demeura une longue période évacuant de nuit les saletés qui arrivaient jusqu’à chez lui. Le jour où il tomba malade, il invita son voisin mazdéen et lui annonça qu’il craignait que ses héritiers ne puissent supporter cette nuisance que lui-même supportait et qu’ils n’entrent ainsi en conflit avec leur voisin mazdéen. Le mazdéen fut tellement étonné de sa patience face à cette grande nuisance qu’il lui a dit : « Tu m’as aidé ainsi toute cette longue période alors que je suis sur ma religion, tends moi donc ta main pour que j’entre en Islam. » et il a dit : «  je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh et je témoigne que MouHammad est le messager de Allâh. » puis Sahl que Allâh l’agrée décéda.

Mes frères de foi, il ne suffit pas de mentionner un récit, d’être touché par ce récit et ensuite de délaisser l’application du message que comporte ce récit. Sahl patientait pour évacuer la najâçah du mazdéen. Il ne lui a pas crié au visage, il n’a pas voulu le frapper en plus du fait qu’il s’est tu et ne s’est pas plaint. Toi donc mon frère, que fais-tu si de la maison de ton voisin arrive jusque chez toi, non pas une najâçah, mais de l’eau pure et que ton voisin n’est pas un mazdéen mais qu’il est musulman. Vas-tu patienter ou est ce que tous les gens du voisinage vont entendre ta voix, en train de hurler? Pose-toi la question et réfléchis combien de gens aujourd’hui nuisent à leurs voisins. Combien de disputes se produisent entre un voisin et un autre, parce que les gens ne s’embellissent pas avec les caractères que nous a recommandé d’avoir le messager de Allâh notamment avec nos voisins.

Le Prophète disait :

« ما يَزالُ جِبْرِيلُ يُوصِينِي بِالجارِ حَتَّى ظَنَنْتُ أَنَّهُ سَيُوَرِّثُهُ« 

Ce qui signifie : « Jibrîl n’a pas cessé de me recommander au sujet du voisin au point que j’avais pensé qu’il allait le compter au nombre des héritiers. » [Rapporté par Al-Boukhâriyy et Mouslim]

Aujourd’hui, je me recommande ainsi qu’à vous d’agir en bien avec le voisin. Manifeste ta joie pour sa joie et ton chagrin pour son chagrin. Dissimule ce qui est apparu de ses défauts. Pardonne-le pour ses dérapages, ne regarde pas par-dessus le toit par exemple les femmes de sa famille. Aide-le s’il demande ton aide, prête-lui s’il veut emprunter, guide-le vers ce qu’il ignore des sujets de sa religion, agis avec lui tout comme tu aimerais que les gens agissent avec toi.

Si nous observons les habitudes des maîtres parmi les musulmans et l’attachement qu’avaient nos ancêtres à ce qu’avait recommandé notre bien-aimé MouHammad, nous aurions su qu’aujourd’hui nous sommes dans le manquement pour respecter le droit du voisin, pour l’honorer. En effet, beaucoup d’entre nous n’agissent pas en bien envers leurs voisins. Certains mêmes ne connaissent pas qui est leur voisin qui habite à côté d’eux depuis des années ou ne le saluent pas ou ne lui parlent pas.

Alors,  rattrapes-toi mon frère croyant, répares les différents qu’il y a entre toi et ton voisin car le meilleur de deux voisins selon le jugement de Allâh, c’est celui qui est le meilleur avec son voisin.

 Je demande à ce que Allâh me pardonne et  nous accorde la réussite pour accomplir ce Qu’Il aime et ce Qu’Il agrée.

Après avoir dis mes propos, je demande à ce que Allâh me pardonne ainsi qu’à vous.

Articles en Relation