L’Héritage en Islam : Lois, Partage des Biens. Règles de succession

L’Héritage en Islam : Lois, Partage des Biens. Règles de succession

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’Islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Lois et règles de partage de l’héritage en Islam. Droits et règles de succession en Islam

Il n’est pas valable de partager un héritage laissé par un défunt avant que ne soient réglés tous les droits qui pèsent sur ce défunt : les dettes qu’il avait, que ce soient des dettes à l’égard des gens ou à l’égard de Allâh comme la zakât qui est obligatoire sur un bien, avant que ne soient exécutés ses legs, c’est-à-dire ce qu’il a recommandé de donner après sa mort et que ne soient mis de côté le prix d’un pèlerinage et d’une `oumrah qui sont à sa charge comme lorsque quelqu’un est mort alors qu’il devait encore les accomplir. Il n’est donc pas permis aux héritiers de disposer d’une part de l’héritage avant d’avoir mis tout cela de côté, sauf s’il s’agit d’en vendre une partie pour accomplir l’une de ces choses-là.

Remarque importante:

Les legs ne sont valables qu’au tiers de l’héritage et ce qui est en plus nécessite l’accord des héritiers, ceci conformément au Hadîth.

L’apostat n’hérite pas du musulman selon l’unanimité des savants sunnites, voir: Comment le Musulman Préserve sa Foi. Éviter Apostasie, Mécréance, Blasphème

Les quinze personnes qui héritent parmi les hommes :

Parmi les héritiers, quinze personnes héritent qui sont : le fils, le fils du fils, le père, le père du père, le frère du même père et de même mère, le frère du même père, le frère de même mère, le fils du frère de même père et de même mère, le fils du frère du même père, l’oncle paternel de même père et de même mère ou de même père, le fils de l’oncle paternel de même père et de même mère, le fils de l’oncle paternel de même père, l’époux et la personne qui a affranchit.

Les dix personnes qui héritent parmi les femmes :

La fille, la fille du fils, la mère, la mère de la mère, la mère du père, la sœur de même père et de même mère, la sœur de même père, la sœur de même mère, l’épouse et celle qui a affranchit.

Remarque : le mécréant n’hérite pas du musulman et le musulman n’hérite pas du mécréant. De même l’homicide prive la personne de l’héritage, c’est à dire le fait d’avoir tué celui de qui on hérite.

Allâh ta`âlâ dit :

﴿ يُوصِيكُمُ اللَّـهُ فِي أَوْلَادِكُمْ ۖ لِلذَّكَرِ‌ مِثْلُ حَظِّ الْأُنثَيَيْنِ ۚ ﴾

Ce qui signifie : « Dieu vous recommande concernant vos enfants, le fils hérite comme deux filles » [sôurat An-Niçâ’ / 11].

Les parts obligatoires selon le texte du Qour’ân

Les parts obligatoires selon le texte du Qour’ân sont au nombre de six : la moitié, le quart, la moitié du quart (le huitième), le tiers, la moitié du tiers (un sixième) et les deux tiers.

Ceux qui héritent la moitié de l’héritage

La moitié est la part obligatoire pour cinq personnes uniques, c’est-à-dire qu’il n’y a personne avec eux qui hérite : l’époux, la fille, la fille du fils s’il n’y a pas la fille, la sœur de même père et mère, et la sœur de même père.

Allâh ta`âlâ dit :

﴿ وَلَكُمْ نِصْفُ مَا تَرَ‌كَ أَزْوَاجُكُمْ إِن لَّمْ يَكُن لَّهُنَّ وَلَدٌ ۚ ﴾

ce qui signifie : « Vous avez la moitié de ce qu’ont laissé vos épouses, si elles n’ont pas d’enfant », [sôurat An-Niçâ’ / 12].

Ceux qui héritent le quart de l’héritage

Le quart est la part obligatoire de deux catégories des héritiers : l’époux s’il y a avec lui un enfant de l’épouse, et c’est la part de l’épouse ou des épouses, s’il n’y a pas un enfant de l’époux, ni fils de son enfant, que ce soit d’elle ou autre qu’elle. Tout ceci est selon l’unanimité. Pour preuve la parole de Allah ta`âlâ :

﴿ فَإِن كَانَ لَهُنَّ وَلَدٌ فَلَكُمُ الرُّ‌بُعُ مِمَّا تَرَ‌كْنَ ۚ ﴾

qui signifie : « si elles ont des enfants, vous avez le quart de ce qu’elles ont laissé », [sôurat An-Niçâ’ / 12], et Allâh ta`âlâ dit :

﴿ وَلَهُنَّ الرُّ‌بُعُ مِمَّا تَرَ‌كْتُمْ إِن لَّمْ يَكُن لَّكُمْ وَلَدٌ ۚ ﴾

ce qui signifie : « Et elles ont le quart de ce que vous avez laissé si vous n’avez pas d’enfant », [sôurat An-Niçâ’ / 12].

Ceux qui héritent le huitième de l’héritage

Le huitième est la part obligatoire d’une seule catégorie des héritiers : c’est la part obligatoire de l’épouse ou des épouses avec l’existence d’un enfant ou d’un enfant du fils, qu’il soit mâle ou femelle, ceci est selon l’unanimité ; pour preuve Sa parole ta`âlâ :

﴿ فَإِن كَانَ لَكُمْ وَلَدٌ فَلَهُنَّ الثُّمُنُ مِمَّا تَرَ‌كْتُم ۚ ﴾

qui signifie : « Si vous avez un enfant alors elles ont le huitième », c’est-à-dire les épouses. [sôurat An-Niçâ’ / 12].

Ceux qui héritent les deux tiers de l’héritage

C’est la part obligatoire de quatre catégories des héritiers : c’est la part obligatoire d’un ensemble de filles , c’est-à-dire deux filles ou plus, et les filles du fils, deux ou plus. Et c’est aussi la part des deux sœurs ou plus, du même père et mère ou du même père. Ceci est selon l’unanimité, pour preuve Sa parole ta`âlâ :

﴿ فَإِن كُنَّ نِسَاءً فَوْقَ اثْنَتَيْنِ فَلَهُنَّ ثُلُثَا مَا تَرَ‌كَ ۖ ﴾

qui signifie : « Si elles sont plus de deux femmes, elles ont les deux tiers de ce qu’il a laissé » [sôurat An-Niçâ’ / 11] , on comprend de cela deux ou plus.

Ceux qui héritent le tiers de l’héritage

C’est la part obligatoire de deux catégories des héritiers : la mère s’il n’y a pas d’enfant de la personne morte qu’elle soit mâle ou femelle, ni d’enfant du fils du défunt, c’est-à-dire fille ou garçon du fils, et qu’il n’y a pas deux frères ou sœurs du défunt ou plus, c’est-à-dire deux frères ou deux sœurs ou un frère et une sœur ou plus. Pour preuve Sa Parole ta`âlâ :

﴿ فَإِن لَّمْ يَكُن لَّهُ وَلَدٌ وَوَرِ‌ثَهُ أَبَوَاهُ فَلِأُمِّهِ الثُّلُثُ ۚ ﴾

qui signifie : « S’il n’a pas d’enfant, et ses deux parents l’héritent, alors sa mère a le tiers » [ sôurat An-Niçâ’ / 11 ]. Et Sa Parole ta`âlâ :

﴿ فَإِن كَانَ لَهُ إِخْوَةٌ فَلِأُمِّهِ السُّدُسُ ۚ ﴾

qui signifie : « S’il a des frères, alors sa mère a le sixième » [sôurat An-Niçâ’ / 11 ], et ce qui est visé par frères dans la ‘Ayah ce sont deux ou plus, de sexe masculin ou féminin, c’est-à-dire deux frères, ou deux sœurs ou un frère et une sœur ou plus.

Présentation de deux cas :

1- une qui est morte en laissant un mari, un père et une mère, dans ce cas le mari hérite de la moitié, ensuite la mère hérite le tiers du reste et le père hérite du reste.

2- un qui est mort en laissant une femme ou plus, une mère et un père, dans ce cas la femme hérite le quart, ensuite la mère hérite le tiers du reste et le père hérite ce qui reste.

Le tiers du reste est en réalité un sixième (du tout) dans le premier cas et un quart dans le deuxième cas, donc ceci rentre dans les six parts obligatoires, mais il a été dit le tiers du reste pour être conforme à ce qui cité dans le Qour’ân.

La deuxième catégorie qui hérite du tiers, c’est un ensemble d’enfants de la mère, deux ou plus de sexe masculin ou féminin ou mélangé. Et le tiers sera partagé par leur nombre de façon équitable pour les personnes de sexe féminin et masculin, selon l’unanimité. Pour preuve Allâh ta`âlâ dit, ce qui signifie : « S’ils sont plus que cela alors ils se partagent le tiers » [ sôurat An-niçâ’ / 12 ] , c’est-à-dire plus qu’un frère de la même mère et plus qu’une sœur de la même mère, donc ils se partagent le tiers. Et ce qui est apparent dans la ‘Ayah c’est l’équité du partage.

Ceux qui héritent le sixième de l’héritage

Le sixième est la part obligatoire pour sept catégories qui sont : le père, le grand-père, la mère, la grand-mère, la fille du fils, la sœur du même père et l’enfant de la mère qu’il soit mâle ou femelle.

Le père et la mère ont droit chacun au sixième, s’il y a un enfant (du défunt) avec eux et ceci conformément au Qour’ân, Allâh ta`âlâ dit :

﴿ وَلِأَبَوَيْهِ لِكُلِّ وَاحِدٍ مِّنْهُمَا السُّدُسُ مِمَّا تَرَ‌كَ إِن كَانَ لَهُ وَلَدٌ ۚ ﴾

ce qui signifie : « Et pour ses deux parents, à chacun d’eux le sixième de ce qu’il a laissé, s’il a un enfant »[sôurat An-Niçâ’ / 11]. Et de même, aussi avec l’existence de l’enfant du fils.

La mère aussi a le sixième, s’il y a avec elle deux frères ou sœurs du défunt ou plus, pour preuve Sa Parole ta`âlâ :

﴿ فَإِن كَانَ لَهُ إِخْوَةٌ فَلِأُمِّهِ السُّدُسُ ۚ ﴾

ce qui signifie : « s’il a des frères alors sa mère a le sixième » [sôurat An-Niçâ’ / 11].

Le grand-père aussi, quand il n’y a pas de père, est semblable au père dans le fait qu’il prend le sixième avec l’existence de l’enfant ou de l’enfant du fils, selon l’unanimité.

Remarque : S’il y a avec le grand-père, des frères de même parents ou de même père, alors le jugement du grand-père avec eux n’est pas pareil que celui du père parce que le père les prive selon l’unanimité, parce qu’ils sont liés au mort par lui, ainsi il est plus proche au mort qu’eux (les frères du défunt) et le grand-père partage avec eux parce qu’ils sont équivalent à lui dans la proche parenté dans le sens que le grand-père et les frères sont liés au mort par le père. C’est pour cela que les frères du défunt partagent avec le grand père, selon des détails.

Le quatrième qui prend le sixième : la fille du fils ou plus, s’il y a avec elle une seule fille dans ce cas la fille du fils ou les filles du fils prennent le sixième pour compléter les deux-tiers, ceci est selon l’unanimité, pour preuve la parole de ibnou Mas`ôud que Allâh l’agréé, étant interrogé au sujet d’une fille, une fille du fils et une sœur, il a dit, ce qui signifie : « Certes je jugerai selon ce qu’a jugé le Prophète, pour la fille la moitié, pour la fille du fils le sixième en complément du deux-tiers et ce qui reste pour la sœur » [rapporté par Al-Boukhâriyy et d’autres]. S’il y a une fille du fils avec deux filles ou plus, elle n’hérite pas, sauf s’il y a avec elle un fils du fils.

Le cinquième qui hérite le sixième : c’est la sœur du même père ou les sœurs du même père avec l’existence de la sœur unique des deux parents, s’il y a deux sœurs ou plus des deux parents, la sœur ou les sœurs du même père n’héritent pas, sauf s’il y a avec elle ou avec elles un frère du même père.

Le sixième qui hérite le sixième : La grand mère, qu’il y ait un fils du défunt ou non ou des frères ou non et que la grand mère soit du côté du père ou de la mère. Ainsi la mère de la mère et la mère du père et leurs mères, chacune d’elle hérite le sixième, si elle est unique et elles se partagent le sixième si elles sont rassemblées.

Le septième qui hérite le sixième : l’enfant de la mère, qu’il soit masculin ou féminin à condition qu’il soit unique, pour preuve Sa Parole ta`âlâ :

﴿ وَإِن كَانَ رَ‌جُلٌ يُورَ‌ثُ كَلَالَةً أَوِ امْرَ‌أَةٌ وَلَهُ أَخٌ أَوْ أُخْتٌ فَلِكُلِّ وَاحِدٍ مِّنْهُمَا السُّدُسُ ۚ ﴾

qui signifie : « Et celui qui laisse un héritage sans avoir de fils ni de père, et il a un frère ou une sœur [de même mère] à l’un d’eux le sixième » [sôurat An-Niçâ’ / 12].

Remarque: Les frères n’héritent pas en présence du père ou en présence des fils ou des fils du fils, ceci selon l’unanimité des savants sunnites.

Allâh ta âlâ dit :

﴿ يَسْتَفْتُونَكَ قُلِ اللَّـهُ يُفْتِيكُمْ فِي الْكَلَالَةِ ۚ إِنِ امْرُ‌ؤٌ هَلَكَ لَيْسَ لَهُ وَلَدٌ وَلَهُ أُخْتٌ فَلَهَا نِصْفُ مَا تَرَ‌كَ ۚ وَهُوَ يَرِ‌ثُهَا إِن لَّمْ يَكُن لَّهَا وَلَدٌ ۚ فَإِن كَانَتَا اثْنَتَيْنِ فَلَهُمَا الثُّلُثَانِ مِمَّا تَرَ‌كَ ۚ وَإِن كَانُوا إِخْوَةً رِّ‌جَالًا وَنِسَاءً فَلِلذَّكَرِ‌ مِثْلُ حَظِّ الْأُنثَيَيْنِ ۗ يُبَيِّنُ اللَّـهُ لَكُمْ أَن تَضِلُّوا ۗ وَاللَّـهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيمٌ ﴾

qui signifie : « Ils te demandent le jugement, dis Allâh vous donne le jugement au sujet de al-kalâlah: Et celui qui laisse un héritage sans avoir de fils ni de père, et il a une sœur [de même père et mère ou de même père] elle a la moitié de ce qu’il laissé et lui hérite d’elle si elle n’a pas d’enfants ; s’il a deux sœurs, elles héritent les deux tiers et si ce sont des frères et sœurs alors le frère prend comme deux sœurs. » [sôurat An-Niçâ’ / 176].

Partage de l’héritage entre le grand père et les frères du défunt

Il y a quatre cas à cela: dans un cas le grand père partage avec les frères, dans un cas il prend le tiers de l’héritage, dans un autre il prend le tiers du reste et dans un cas il prend le sixième de l’héritage. Voir les détails dans notre application gratuite du calcul de l’héritage sur Android et IPhone:

Application gratuite pour calcul de l’Héritage Islamique:

Qibla Salat pour Android | Qibla Salat pour Iphone

 

Articles en Relation

57 Comments

  1. alphasm

    partage heritage d une femme laissant derrire elle un mari pere de 4 garcons et 1 fille PLUS 2 filles issues du premier mariage, merci de m’aider.

    1. Sunnite

      Le mari prend 1/4 et le reste (3/4) entre 4 garçons et 3 filles (en supposant que tous sont les enfants de la défunte) 2 parts pour chaque garçon et une part pour une fille ce qui fait 11 parts après le 1/4 du mari

  2. HAMIDOU

    Je suis algérien et je voudrai savoir le partage d’un héritage laisse par une femme ayant un mari, 2 garçons et une fille. Son père, sa mère, ses 2 sœurs et trois frères sont tous vivants (est ce qu’ils héritent) bien que le bien de la défunt a été acquit avec son mari durant leur mariage

    1. Sunnite

      Assalâmou `alaykoum

      Ce qui sera partagé c’est le bien qui appartient à la femme. Le mari garde le bien qui lui apparient et hérite du bien de sa femme.

      Le marie hérite le 1/4, les parents chacun 1/6, le reste est partagé entre les deux garçon et la fille ce qui fait cinq parts, deux parts pour chaque garçon et une pour la fille conformément au Qour’ân.

      Les frères et sœurs n’héritent pas dans ce cas

  3. samia

    salem alikoum, je voudrais poser une question
    mon frère éné est mort le 15 juillet 2012 il a laisser sa femme et 4 enfants.
    ma mère est morte le 02 novembre 2012. es que ma mère à le droit à l’éritage?

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      Allâh yarHamouhou

      ou elle a le droit à l’héritage de son fils, 1/6 pour elle, la femme prend le 1/8 et le reste est partagé entre les enfants à raison de deux parts pour le garçon et une part pour la fille. La sœur n’hérite pas de son frère dans ce cas.

  4. radia

    salam alikoum
    un pere decede il laisse une femme et 3 filles
    comment se passe le partage et qui sont les beneficiares ?
    on nous dit que l oncle paternel et les tantes paternelles ont le droit a l heritage ????
    merci pour vos reponses
    barrakallahoufikoum

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      la femme prend le 1/8 , les filles se partagent les 2/3. Calcul : 1/8 = 3/24 et 2/3 = 16/24. Donc des 24 parts de l’héritage, la femme prend 3, les filles se partagent équitablement 16 et reste 5. Est ce que le défunt à des frères et sœurs ? Sinon le reste à savoir les 5 parts est partagé entre les oncles paternels. Les tantes n’héritent pas

      Amîn wa fîkoum

      1. radia

        salam alikoum et merci pour votre reponse
        le defunt a 1 frere plus jeune que lui et 2 soeurs
        on nous dit que le frere et les soeurs heritent car le defunt n a pas d heritier male
        d autres imams disent le contraire
        merci de votre reponse
        je precise que le defunt a une femme et 2 filles
        barakallahoufikoum

        1. Sunnite

          Wa `alaykoum ssalâm

          Dans ce cas ce sont le frère et les deux sœurs qui héritent le reste à savoir les 5 parts. La moitié pour le frère et la moitié partagée entre les deux sœurs.

          Amîn wa fîkoum

          1. radia

            salamalikoum
            et encore merci pour ces reponses tres rapides
            ce que je ne comprends pas c est que certains imams nous ont dit que tant que le defunt a des enfants fille ou fils peu importe le frere et les soeurs n heritent pas
            quel est le verset du Coran sur lequel vous vous etes basés ?
            de plus cet oncle ne nous a jamais tendu la main meme du vivant de son frere il passait rarement le voir
            barakALLAH ou fikoum

          2. Sunnite

            Wa `alaykoumou ssalâm

            Ce sont les fils du défunt qui privent ses frères de l’héritage et non les filles, car les filles ont une part obligatoire à savoir 2/3 citée dans le Qour’ân (voir l’article en haut ), alors les fils héritent le reste après les parts obligatoires. L’oncle du défunt n’hérite pas en présence des frères du défunt. De plus le mauvais comportement des héritiers ne les prive pas de l’héritage. Ce qui prive les héritiers de l’héritage c’est l’homicide, c’est à dire le fait d’avoir tué celui de qui on hérite et de même le fait d’être resté sur une mécréance voir , Les Sortes de Mécréance et les Catégories de Mécréants

            Amîn wa fîkoum

  5. kawsana

    partage de l’héritage :
    le mari est décédé cet été en laissant derrière lui une femme et 2 filles, une certaine somme d’argent, une voiture. sa mère est encore vivante, il a un frère et 4 sœurs. comment faire le partage. Et la voiture sa femme veut la garder. comment faire. barakallah oufikoum.

    1. Sunnite

      Assalâmou `alaykoum

      La voiture fait partie de l’héritage et la femme ne peux la garder qu’avec autorisation des héritiers

      La femme prend le 1/8, les deux filles les 2/3, la mère le 1/6 et le reste est part entre le frère et les quatre sœurs en sachant que le frère prend comme deux sœurs. Le calcul : 1/8 = 3/24 ; 2/3 = 16/24 ; 1/6 = 4/24. donc l’héritage est partagé en 24 parts, la femme prend 3, les deux filles 16 et la mère 4 et il reste une part à partagé entre les frères et sœurs. Le reste est partagé en 6, le frère prend 2 parts et les sœurs chacune une part

  6. Sherazade

    Salam 3aleykoum.
    Ma grand mère est décédé, Allah yarHamha. Laissant derrière elle son mari, un fils et une fille. Comment doit-on partager l’héritage? Merci pour votre aide.

  7. oum

    salem aleykoum.
    je pose la question pour une soeur.
    l’homme décède laissant derrière lui une femme, et 4 enfants (3 filles et 1 garçon). ainsi que sa mère, son père et un frère et 2 soeurs. comment se passe le partage?
    barakAllahoufikoum

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm
      La femme prend 1/8, chaque parent chacun 1/6, le reste est partagé entre les enfants en sachant que le garçon prend comme deux filles. les frères et sœurs n’héritent pas.
      Calcul : 1/8 = 3/24 ; 1/6 = 4/24, donc l’héritage est partagé en 24 parts, la femme prend 3 et les parents chacun 4 et reste 13 parts à partager en 5, le garçon prend 2 parts et les filles chacune une part

  8. saliou fall

    une femme est decedee.elle laisse comme heritage deux villas.elle a deux garcons et une fille.je demande comment proceder a ce partage selon le rite musulman

  9. AMIR

    salem aleykoum.
    Partage héritage d’une femme divorcé laissant derrière 3 garçons et 1 fille.

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      Si la défunte n’a pas de parents vivants, alors l’héritage est partagé en sept parts , chaque garçon prend deux parts et la fille une part

  10. iz

    salamo allaicom,

    mon père est décédé. il laisse deux épouses, 5 filles et 5 garçons. barakaloh fik pour la réponse ?

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      Les épouses se partagent le 1/8, le reste est partagé en 15 parts, chaque garçons prend 2 parts et chaque fille une part

      Amîn wa fîkoum

  11. imama

    salam 3alikoum,si la grande mère meurt après son fils et que l’héritage de ce dernier n’a pas été encore partager, est ce que ses frères et sœurs héritent de lui en sachant qu’il a laisser une épouse, des fille et un garçon,merci.

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm
      Les frères et sœurs héritent de leur mère et non pas de leur, car il a un fils. Donc son épouse prend le 1/8, la part de la mère est le 1/6 (on rajoute cela à l’héritage de qu’a laissé la mère) et le reste est partagé entre les enfants en sachant que le fils prend comme deux filles. Ensuite on procède au partage de l’héritage de la mère.

  12. camelia

    A Salam Allaykoum,
    Je voudrais vous soumettre les questions suivante,
    Nous somme les enfants unique un garçon et une fille de notre père décédé un jour après qu’il soit marié en résumé :
    mon défunt père divorce ma mère le 21 /11/12
    se remarie le 31 Janvier 2013 ET décéde allah yrahmou le lendemain moins de 24 h le 01 Février 2013
    quel est la règle de partage après la période de idda ? dans le cas la seconde épouse n’as pas d’enfants ?
    Sachant que mois de 3 mois coule entre le divorce et le remariage est ce que notre mère divorcé a le droit de partager le 1/8 avec la seconde épouse  » nous avons compris selon un imam que notre mère aussi dans la période de Idda
    Merci de votre retour .
    Camelia

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      En Islam la femme divorcé n’a pas le droit à l’héritage de l’ex-époux défunt si sa période d’attente poste maritale s’est terminée avant la mort de l’époux. La période de `idda est de trois mois lunaires si elle n’a pas de menstrues et de trois période inter menstruelles si elle des menstrues
      Si la première épouse sa période ne s’est pas terminée quand votre père est mort, alors on partage l’héritage ainsi : Les deux épouses se partagent le 1/8 ème et le reste est partagé en 3 , ton frère prend deux parts et toi une

  13. arezki

    salam a laykoum
    le défunt laisse derrière lui sa femme et une fille, ainsi le fils de son frère et les filles de son frère, sachant que son frère est décédé avant lui. comment faire le partage dans ce cas ?
    merci.

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      La femme prend 1/8 la fille 1/2 , donc on divise l’héritage en 8 parts égales la femme prend une part, la fille 4 parts et le reste est partagé entre les neveux en sachant que le fils prend comme deux filles. Concernant le frère décédé avant, ce sont ses propres enfants qui se partagent l’héritage entre eux en sachant que le fils prend comme deux filles. En effet le fils du défunt prive les frère de ce dernier de l’héritage et à plus forte raison prive les neveux du défunt.

      1. arezki

        merci pour votre repense.
        pour plus de précision, le défunt a une femme, une fille, un fils de son frère et 3 fille de son frère. il a une somme d’argent et un véhicule.
        merci.

  14. scully

    salam alikoum
    mon père lorsqu’il nous a quitté, a laissé une soeur et 2 filles
    ma mère possedait une maison qu’elle a acquis du vivant de mon père. Ensuite ma mère s’est remariée et a eu 5 garçons et des 3 filles. aujourd’hui ma mère est décédée et son mari aussi.
    Qui hérite de la maison ? les enfants de son premier mariage ?
    merci pour vos réponses

    1. Sunnite

      wa `alaykoum ssalâm

      De ton père ses deux filles prennent les deux tiers et sa soeur hérite du reste

      De ta mère : si la maison lui appartient ses cinq fils et cinq filles héritent en sachant que le fils prend comme deux filles

  15. Assou

    une sœur célibataire meurt laissant 2 sœurs, 2 frères germains ainsi qu’une sœur utérine . part de chacun dans l’héritage. merci

    1. Sunnite

      La sœur utérine hérite le 1/6 et le reste est partagé entre les frères et sœurs germains en sachant qu’un frère prend comme deux sœurs donc on partage le reste en 6 et chaque frère prend deux parts et chaque sœur une part

  16. ben carim

    assalaam. mon pere est decede et laisse une maison. il a une femme, deux fils , une fille , deux freres, 4 soeurs des neveux et nieces. comment se fait le partage?

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      La femme prend le 1/8 et le reste est partagé entre les enfants en sachant qu’un fils prend comme deux filles. Les frères et sœurs sont privés de l’héritage par les fils.

  17. om sara

    assalem alikom mon père est décédé rahimou allah, en laissant derrière lui plusieurs biens, incha allah un de ces biens va être mis en vente, comment se passera le partage, sachant qu’il a laissé ma maman, mon frères et 3 filles barakallah oufikom, ses parents sont décédés, rahimom allah

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      La mère 1/8 et le reste entre vous en sachant que le frère prend comme deux sœurs donc le reste est partagé en cinq le frère prend eux part et chaque fille une part

  18. zouaoui

    ma soeur est morte et laisse une maison elle a deux filles un mari deux soeurs un frere et des demi fréres et demi soeur du meme pere comment se fait le partage

    1. Sunnite

      Assalâmou `alaykoum

      Le mari prend le 1/4, les deux filles se partagent les deux tiers et le reste est partagé entre les frères et sœurs germains en sachant que le frère prend comme deux sœurs donc le reste est partagé en quatre, le frère prend deux parts et chaque sœur une part. Les demi frères de même père n’héritent pas

  19. Bibelot0

    As salam aleykoum,
    J’aimerai connaître les principes du partage de l’or en Islam, au niveau de l’héritage entre les filles et les fils de même famille… La volonté de la mère, à qui appartient l’or, est de le laisser sans le vendre pour ses filles. Qu’en est-il au niveau de la loi coranique, sachant que les fils ne portent pas d’or ?

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      Si elle offre l’or pendant sa vie aux filles elle peut, mais si il reste en tant qu’héritage elle ne peut léguer qu’un tiers aux filles et plus que cela nécessite l’accord des autres ayant droit à l’héritage. Ensuite l’héritage est partagé selon les règles

  20. ali

    asalam aleicoum
    je voudrai savoir si j`ai droit a hérite mon grand père. mon grand père possède beaucoup de maisons et il a 3 fils et 3 fille , mon père étant l`aine de mon grand père alors mon père est décédé avant mon grand père. Cependant après le décès de mon grand père mes oncles m’ont dit que j` ai aucun héritage.

  21. bazarfrance

    Assalamoualaykoum
    Ma question est la suivante : est-il permis en islam à une mère veuve de répartir de son vivant ses biens à ses garçons et filles en leur octroyant les mêmes quote-parts égales entre ses enfants sans distinction de sexe. Apparemment cela est possible. J’aimerai avoir votre avis et vous en remercie d’avance

  22. Houria

    Bonjour,

    Comment se répartie un bien (immobilier) d’un défunt décédé il y a 30 ans, laissant une épouse , 1 fils et 3 filles.
    Ce bien qui n’a jamais produit de profit (location ou autres) est mis en partage , alors que l’épouse réside toujours là ou son défunt la laissée (un autre bien qui est l’habitation familiale).

    Merci pour votre réponse.

    1. Sunnite

      Assalâmou`alaykoum

      L’épouse prend 1/8 et le reste entre les enfants en sachant que le fils prend comme deux filles donc on partage le reste en 5, le fils prend deux parts et chaque fille une part. Il faut vendre la maison pour le partage ou celui qui veut la garder paye les valeurs des parts aux ayants droit

  23. Nassim

    Salam A3likoum,

    Concernant l’héritage d’une mère qui laisse 2 enfants masculins svp ?

    Sachant que cette dame n’a plus ses parents, mais a une soeur et 3 frères vivants svp ?

    1. Sunnite

      Wa `alaykoum ssalâm

      Tout l’héritage est partagé entre les enfants. Les frères et soeurs de la défunte n’héritent pas ici

Les commentaires sont fermés