Les Péchés de la Langue en Islam

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n'est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l'élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu'il craint pour elle soient accordées à notre maître Mouḥammad Al-'Amîn, l'Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l'Islam la religion de tous les Prophètes du premier 'Adam au dernier Mouḥammad.

Le Prophète Mouḥammad ṣalla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« أَكْثَرُ خَطَايَا ابْنِ آدَمَ مِنْ لِسَانِهِ »

( ‘aktharou khaTâyâ bni ‘Adama min lisânih )

Ce qui signifie : « La plupart des péchés du fils de ‘Adam proviennent de sa langue », [rapporté par AT-Tabarâniyy avec une chaîne de transmission SaHîH -sûre-].

Le Prophète a dit aussi :

« وهل يكبّ النّاسَ في النَّار على وجوههم إلاّ حَصائِد ألسنتهم »

Ce qui signifie : « Beaucoup de gens vont être jetés en enfer à cause de ce qu'ils ont dit avec leurs langues ».

Allāh ta`âlâ dit :

﴿ مَا يَلْفِظُ مِن قَوْلٍ إِلاَّ لَدَيْهِ رَقِيبٌ عَتِيدٌ ﴾

( mâ yalfiDHou min qawlin ‘illâ ladayhi Raqîboun `Atîd )

Ce qui signifie : « Il n’y a pas une parole qu’il prononce [l'esclave de Allāh] sans qu’il ait auprès de lui les deux anges Raqîb et `Atîd », [Sôurat Qaf / 18].

Ainsi les deux Anges Raqîb et `Atîd écrivent tout ce qu’on dit et tout ce qu’on fait. Les plus dangereux des péchés de la langues sont les paroles d'apostasie qui annule l'Islam, voir: Comment le Musulman Préserve sa Foi. Éviter Apostasie, Mécréance, Blasphème

La médisance al-ghîbah

- Parmi les péchés de la langue, il y a la médisance (al-ghîbah) : c'est-à-dire mentionner ton frère en Islam en citant ce qui lui déplaît le concernant et cela en son absence.

Mouslim a rapporté d’après Abôu Hourayrah que le Messager de Allāh, salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« أتدرون ما الغيبة »

ce qui signifie : « Savez vous ce que c’est la médisance ? » ils ont dit : « Allāh sait plus que tout autre et Son Messager sait », il a dit :

« ذكرك أخاك بما يكره »

ce qui signifie : « Citer ton frère par ce qui lui déplait », un des compagnons a dit : « et si c’est vraiment en lui ce que je dis », il a dit :

« إن كان فيه ما تقول فقد اغتبته و إن لم يكن فيه فقد بهته »

Ce qui signifie : « Si c’est en lui ce que tu dis tu as fais sa médisance et si ce n’est pas en lui, tu as fais sa calomnie ».

Ainsi, la médisance c'est le fait de mentionner ton frère musulman qu’il soit vivant ou mort par ce qui lui aurait déplu s’il l’avait entendu, que ce soit des choses qui se rapportent à son corps ou à sa lignée, à ses habits, sa maison ou son comportement comme en disant par exemple : (untel est de petite taille) ou (untel louche) ou (untel a mauvais caractère) ou (il est impoli) ou (il ne considère le droit de personne) ou (il ne considère que personne n'a de mérite sur lui) ou (il dort beaucoup) ou (il mange beaucoup) ou (le fils de untel est mal élevé) ou (untel sa femme le contrôle) ou (untel n’est pas très propre) et ce qui est du même genre de ce qu’il sait que cela lui aurait déplu s’il l’avait entendu.

Les propos des savants ont été divergents au sujet de la médisance. Il y en a parmi eux qui l’ont considérée comme un grand péché et il y en a parmi eux qui l’ont considérée comme un petit péché. Ce qui est correct, c’est de détailler à ce sujet : si la médisance est à l’encontre des gens vertueux et pieux, elle est sans aucun doute un grand péché. Mais pour quelqu’un d’autre, on ne dit pas dans l’absolu qu’elle est un grand péché. Ce qui a été rapporté de Al-QourToubiyy, qu’elle serait un grand péché selon l’Unanimité, n’est pas correct. Cependant, lorsqu’on fait la médisance du musulman pervers grand pécheur jusqu’à l’exagération, cela devient un grand péché. C’est par exemple, comme en exagérant en citant ses défauts dans un autre but que de mettre en garde. C’est dans ce sens qu’est expliqué le Hadîth :

« إنَّ أَرْبَى الرِّبا اسْتِطالَةُ الرَّجُلِ في عِرْضِ أَخيهِ المُسْلِمِ »

(’inna ‘arba r-riba stiTâlatou r-rajouli fî `irDi ‘akhîhi l-mouslim)

Ce qui signifie : « Est semblable au plus grave des gains usuraires, le fait qu’un homme se mette à exagérer en parlant en mal au sujet de son frère musulman » [rapporté par Abôu Dâwôud]. En fait, cette exagération devient un grand péché, elle compte même parmi les plus graves des grands péchés puisque le Messager de Allāh, ṣalla l-Lâhou `alayhi wa sallam l’a assimilée au plus grave des gains usuraires, c’est-à-dire que ce péché est semblable au plus grave des gains usuraires.

Si quelqu’un parle d’un autre musulman en son absence en citant ce qui lui déplait, mais sans citer son nom et sans que les gens ne sachent qui est visé (sans citer ce par quoi les gens le reconnaissent), ce n’est pas interdit, mais s’il le cite par ce par quoi les gens le reconnaissent c’est interdit.

Tout comme la médisance est interdite il est interdit de se taire face à cela si on est capable de renier et si on n’est pas capable il faut quitter l’assemblée où a lieu ce péché.

D’autre part, il se peut que la médisance soit permise ou plus encore, obligatoire, et ce comme dans le cas de la mise en garde contre quelqu’un qui pratique un grand péché ou une mauvaise innovation dans la croyance, une des mauvaises innovations dans la croyance qui sont en deçà de la mécréance. C’est comme également la mise en garde contre le commerçant qui fraude dans ses transactions ou la mise en garde d’un patron contre son ouvrier ou son employé qui le trahit ou encore la mise en garde contre ceux qui s’installent pour donner des avis de jurisprudence ou enseigner ou encore pour réciter sans en avoir la capacité. Cette médisance-là est donc obligatoire.

Parmi ce qui constitue une ignorance dans la religion le fait que certaines personnes émettent des objections contre la médisance de l’employé qui trahit son employeur en prétextant que ceci revient à couper la subsistance d’autrui ; ceci est une ignorance de leur part car ils prennent en considération l’intérêt de l’esclave et ne prennent pas en considération la Loi de Dieu.

Un des savants a classé les causes qui rendent permise la médisance en six, qu’il a réunies dans un vers de poésie. Il a dit :

تَظَلَّمْ وَاسْتَعِنْ وَاسْتَفْتِ حَذِّر وَعَرِّفْ وَاذْكُرَنْ فِسْقَ المُجَاهِرْ

(taDHallam wa sta`in wa stafti Hadh-dhir Wa `arrif wa dhkouran fisqa l-moujâhir)

Ce qui signifie : « Lorsque tu te plains d’une injustice (tu peux porter plainte auprès du juge contre celui qui t’a fait une injustice) ou que tu demandes de l'aide (pour renier ce qui est blâmable), lorsque tu demandes l'avis de jurisprudence (à un savant pieux) ou que tu mets en garde (contre celui qui nuit aux gens dans leur religion ou dans leur vie d’ici bas) et pour faire connaître quelqu'un (comme s’il a voulu faire connaître quelqu’un qui n’est connu que par cela et il a dit : « untel celui qui boite » non pas dans l’intention de le blâmer mais pour le faire connaître, ceci est permis) ou pour mentionner celui qui fait un grand péché au grand jour ( pour lui faire peur et éloigner les gens de lui et non pas pour se divertir en faisant sa médisance ) ».

Quant au fait de citer le musulman par ce qui lui déplaît devant lui ceci comporte une nuisance et nuire au musulman est interdit.

C’est une ignorance très laide la parole de certains qui, lorsqu’on leur interdit la médisance, répondent : (Moi, je le dis même devant lui) comme s’ils pensaient qu’il n’y a pas de mal à citer en mal ce qui est propre à la personne, ceux-là n’ont pas connu la définition que le Messager a donnée pour la médisance lorsqu’il a dit :

« ذِكْرُكَ أَخاكَ بِما يَكْرَهُ »

(dhikrouka ‘akhâka bimâ yakrah)

Ce qui signifie : « C’est que tu mentionnes ton frère par ce qui lui déplait ». On lui a dit : « Ô Messager de Allāh, s’il y a véritablement en mon frère ce que je dis », il a répondu :

« إنْ كانَ فيهِ فَقَدِ اغْتَبْتَه »

(’in kâna fîhi faqad ightabtah)

Ce qui signifie : « Si cela est vrai à son sujet, tu auras fait sa médisance » jusqu’à la fin du Hadîth [rapporté par Mouslim et Abôu Dâwôud].

Allāh ta`âlâ dit :

﴿ وَلاَ يَغْتَب بَّعْضُكُم بَعْضًا أَيُحِبُّ أَحَدُكُمْ أَن يَأْكُلَ لَحْمَ أَخِيهِ مَيْتًا
فَكَرِهْتُمُوهُ ﴾

Ce qui signifie : « Ne faites pas la médisance les uns les autres, est ce que l’un de vous aimerait consommer la chair de son frère mort », dans cette ‘âyah Allāh fait ressembler la médisance au fait de consommer la chair de son frère mort.

Rapporter les paroles des uns aux autres pour semer la discorde (An-Namîmah)

Parmi les péchés de la langue, il y a rapporter les paroles des uns aux autres pour semer la discorde -An-Namîmah -. An-Namîmah est un grand péché ; elle fait partie des péchés de la langue parce qu’il s’agit de paroles par lesquelles on veut séparer deux personnes, ce qui amène la rupture des liens entre eux, le mal et l’animosité. En d’autres termes, elle consiste à rapporter la parole des gens les uns aux autres, pour semer la discorde et le mal entre ces gens-là.

An-Namîmah est plus grave dans le péché que al-ghîbah. Allāh tabâraka wa ta`âlâ dit :

﴿ هَمّازٍ مَّشَّآءٍ بِنَميمٍ ﴾

(hammâzin machchâ’in binamîm)

ce qui signifie : « Celui qui va en rapportant la parole des uns aux autres pour semer la discorde », [sôurat Al-Qalam / 12]

Le Messager de Allāh, ṣalla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« لا يَدْخُلُ الجَنَّةَ قَتات »

(lâ yad-khoulou l-jannata qattât)

ce qui signifie : « N'entrera pas au paradis parmi les premiers celui qui rapporte la parole des uns aux autres pour semer la discorde » [rapporté par Al-Boukhâriyy]. C'est-à-dire si Dieu veut Il le châtie et si Dieu veut Il lui pardonne.

An-Namîmah avec la médisance ainsi que le fait de ne pas se préserver de l’urine, font partie des plus grandes causes du supplice de la tombe.

Remarque importante : Allāh ta`âlâ dit :

﴿ وَالْفِتْنَةُ أَشَدُّ مِنَ الْقَتْلِ ﴾

(Wa l-fitnatou ‘achaddou mina l-qatl)

Ce qui signifie : « Le fait d’associer à Dieu est plus grave que de tuer » ; al fitnah ici veut dire associer à Dieu selon l'unanimité des savants spécialistes de l'exégèse. Cette ‘âyah ne signifie pas que le fait de semer la discorde entre deux personnes est plus grave que de tuer un musulman injustement et celui qui croit cela devient non-croyant car il est connu d’évidence auprès des gens particuliers et ceux du commun que tuer injustement le musulman est le plus grave péché après la mécréance. Et il a été rapporté dans le Hadîth :

« لزوال الدنيا أهون عند الله من قتل مسلم »

Ce qui signifie : « Que le bas monde s’anéantisse est moins grave selon le jugement de Allāh que de tuer un musulman »

Inciter à la discorde sans rapporter de parole

Parmi les péchés de la langue et qui est un grand péché, il y a semer la zizanie (at-taHrîch ) par l’incitation à faire quelque chose d’interdit pour semer la discorde entre deux personnes ; comme de dire à quelqu’un "est ce que tu peux battre untel", ou "si j’étais à ta place je l’aurais frappé".

Pousser les animaux à se battre

Il y a de même le fait d’inciter deux animaux comme deux béliers ou deux coqs à se battre, même sans paroles mais simplement avec la main ou ce qui est du même ordre, comme s’il frappe un coq contre l’autre pour les inciter à se battre.

Le mensonge

Parmi les péchés de la langue, il y a le mensonge. Selon les gens de la vérité, il s’agit de citer une parole contraire à la réalité sciemment, c’est-à-dire en sachant que ce qu’il a cité est contraire à la réalité. S’il ne savait pas qu’il en était ainsi, ce n’est pas un mensonge interdit. Le mensonge est interdit selon l’Unanimité que ce soit en étant sérieux ou en plaisantant même si cela ne comporte pas de nuisance envers quelqu’un, conformément à la parole qui a été rapportée en étant attribuée au Messager de Allāh, ṣalla l-Lâhou `alayhi wa sallam et à l’un des compagnons :

« لا يَصْلُحُ الكَذِبُ في جِدٍّ وَلا في هَزْلٍ »

(lâ yaSlouHou l-kadhibou fî jiddin wa lâ fî hazlin )

Ce qui signifie : « Le mensonge n’est valable ni étant sérieux ni en plaisantant » [rapporté par Al-Bayhaqiyy]

Ainsi ce qu'appelle certains "poisson d’avril" est interdit et il faut mettre les gens en garde contre cela. Le Messager de Allāh, ṣalla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« إني لأمزح و لا أقول إلا حقا »

ce qui signifie : « Certes il m’arrive de plaisanter, mais je ne dis que la vérité » [rapporté par AT-Tabarâniyy]. Donc le Messager de Allāh nous a informé qu’il lui arrive de plaisanter mais il ne dit que la vérité et sans nuire à quiconque.

Par ailleurs le mensonge s’il ne comporte pas de nuisance envers un musulman ni un démentit envers la Loi alors c’est un petit péché sinon c’est un grand péché.

Le faux témoignage

Parmi les péchés de la langue, il y a le faux témoignage et ici « faux » veut dire mensonger. Il s’agit d’un grand péché. Le Messager de Allāh, ṣalla l-Lâhou `alayhi wa sallam il a dit :

« عدلت شهادة الزور الإشراك بالله »

ce qui signifie : « Le faux témoignage est un très grand péché » [rapporté par Abôu Dâwôud et Al-Bayhaqiyy ]. Ce Hadîth ne veut pas dire que ce péché fait sortir de l’Islam.

Donc celui qui témoigne faussement qu’untel doit l’argent à untel pour ainsi satisfaire son ami ou son proche, il est tombé dans un très grand péché.

Réclamer injustement un droit sur quelque chose

Parmi les péchés de la langue, il y a le fait de réclamer injustement un droit sur quelque chose, comme quelqu’un qui réclame à une personne ce qui n’est pas à lui en se basant sur le faux témoignage ou en usant de son pouvoir.

https://www.islam.ms/?p=219
Discorde Faux témoignage Ghibah Interdire le mal Langue les grands péchés en Islam les péchés en Islam Médisance Mensonge Mentir Musique à corde Musique à vent Namimah Ordonner le bien Péché péchés capitaux en Islam Péchés de la Langue Se Lamenter Se Moquer d un Musulman Semer la discorde Semer la zizanie Serment mensonger Jurisprudence Islamique sunnite Les Péchés