Récit. Apprendre Islam sunnite. Informations religion musulmane. Site Islamique, Musulman

Les Piliers de la Prière et ses conditions de validité

Le Prophète a dit: « لا صلاة لمن لم يقرأ بفاتحة الكتاب » ce qui signifie: « Il n'y a pas de prière pour celui qui n'a pas récité la FâtiHah [correctement] ». Il est un devoir d'apprendre à réciter correctement la FâtiHah en sortant les lettres de leurs points de prononciation et lettres doublées. Il faut aussi faire correctement tous les autres piliers de la prière.

Une Mauvaise Récitation du Qour'ân

Parmi les péchés de la langue, il y a la mauvaise récitation du Qour’ân en changeant le sens, ou en altérant les terminaisons grammaticales même si cela ne change pas le sens et qu’il ne l’altère pas mais qu’il l’a fait délibérément, comme de dire al-Hamdou lou-lLâh ou lieu de al-Hamdou li l-Lâh en changeant la kasrah du lâm en Dammah, ceci ne change pas le sens mais c’est interdit. L’exemple de la récitation erronée en changeant le sens c'est comme de dire ‘an`amtou au lieu de ‘an`amta dans la FâtiHah

Histoire et Récit des Compagnons de la Caverne

Un jour, l’un des compagnons de notre maître `Îçâ le Messie (‘alayhi s-salâm), à savoir l’un des Hawâriyyôun « les apôtres » et qui était musulman et appelait à la religion de l’Islam, l’un des apôtres donc visita cette ville et s’y installait. Il travaillait dans un bain public (Hammam) où les gens venaient se laver. Or le propriétaire de ce bain public vit une grande bénédiction de la part de cet employé et lui confia toutes les affaires de ce bain public. Cet apôtre fit la connaissance des jeunes gens de cette ville et il leur enseigna le tawHîd, le fait que Dieu est le créateur de toute chose et qu’Il n’est donc pas concerné par le fait d’avoir un fils, une forme et d’exister dans un endroit. En effet, Celui qui a crée les formes et les endroits existe sans forme ni endroit.

Histoire et Récit du Prophète Mouça -Moïse- Moussa

Notre maître Môuçâ `alayhi s-salâm fait partie de la descendance de Ya`qôub (Jacob), le prophète de Allâh [Ya`qôub (Jacob) s'appelle aussi 'Isrâ'îl (Israel), il est musulman comme le sont tous les prophètes, il avait douze enfants qui ont donné naissance aux douze tribus des fils de 'Isrâ'îl (Israel) ; parmi le peuple des fils de 'Isrâ'îl (Israel) y avait des musulmans et des non musulmans]. Môuçâ est né en Égypte où il a vécu un certain temps avant d'en sortir pour la quitter. L’Égypte était à son époque gouvernée par Pharaon qui était un non-croyant.

Récit du Qour'ân: les Gens du Samedi

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour'ân honoré: { وَلَقَدْ عَلِمْتُمُ الَّذِينَ اعْتَدَوْا مِنكُمْ فِي السَّبْتِ فَقُلْنَا لَهُمْ كُونُوا قِرَ‌دَةً خَاسِئِينَ ﴿٦٥﴾ فَجَعَلْنَاهَا نَكَالًا لِّمَا بَيْنَ يَدَيْهَا وَمَا خَلْفَهَا وَمَوْعِظَةً لِّلْمُتَّقِينَ ٦٦ } qui signifie: « Vous avez su ceux d'entre vous (les fils de Isrâ'îl) qui ont désobéi le samedi, Dieu les a transformé en singes. Il a fait que cela soit une punition et une mise en garde pour les gens et une exhortation pour ceux qui craignent Dieu ». Au bord de la mer rouge se trouvait le village de 'Aylah, ce village dont le récit a été mentionné dans le Qour'ân honoré. C'était là que se trouvaient les gens du samedi, ceux-là qui ont désobéi et que Allâh a transformés en singes et en cochons.

La Prosternation de la Récitation et du Remerciement

Il est recommandé pour celui qui récite le Qour'ân, pour celui qui l'entend ou celui qui l'écoute de faire la prosternation de la récitation après avoir récité ou entendu une des 'Ayah de prosternation (sajdah) et ce, tant que le temps qui sépare l'instant où il entend et celui où il se prosternerait ne s'est pas prolongé selon l'usage. Si cet instant s'est prolongé, on ne fait pas la prosternation et on ne la rattrape pas. Si celui qui récite ou qui entend n'avait pas la petite ablution et fait le wouDôu' rapidement, il peut faire la prosternation, sinon il ne la fait pas. La prosternation du remerciement est recommandée lors de l'avènement d'un bien tel que l'arrivé d'un enfant, d'une somme d'argent, le retour d'un absent ou la victoire sur un ennemi et aussi à la fin d'une épreuve comme le sauvetage de la noyade ou de l'incendie. Elle n'est pas recommandée pour la poursuite d'un bien ou la poursuite du dégagement d'une épreuve. Elle a lieu comme la prosternation de la récitation du Qour'ân qui est faite en-dehors de la prière, avec les mêmes conditions et de la même manière.

Rencontre du Prophète Môuçâ et Al-KhaDir

Allâh ta`âlâ dit ce qui signifie : « Ils trouvèrent un de Nos esclaves pieux, à qui Nous avions accordé une miséricorde de Notre part et à qui Nous avions enseigné une science de Notre part. Môuçâ lui dit : pourrai-je t’accompagner afin que tu m’enseignes de ce que tu as appris ? l’homme lui répondit : Tu ne pourras pas faire preuve de patience en ma compagnie ! » [sôurat al-Kahf].

La Patience face aux Épreuves

Dans le livre as-Sounanou l-koubra de an-Naça’iyy, d’après Abou Hourayra, que Allâh l’agrée qu’il a dit: « Le Messager de Allâh, Salla l-Lâhou `alayhi wa s-sallam, a dit ce qui signifie: « Celui pour qui Allâh veut du bien, Il lui fait subir des épreuves ». Ce Hadîth est SaHîH. Et la signification de « yousib minhou » dans le Hadîth, c’est que Allâh lui fait subir des épreuves, c’est-à-dire que Allâh éprouve la personne par des difficultés. La signification de ce hadith, c’est que si Allâh ta`âlâ veut du bien pour Son esclave qui est croyant, s’Il veut que son esclave croyant atteigne des hauts degrés, Il le protège des épreuves dans la religion. Et Il lui multiplie les épreuves du bas-monde. Il l’éprouve dans son corps, Il l’éprouve dans ses biens et Il l’éprouve dans les êtres qui lui sont chers.

Invocations et évocations pour la facilité et la réussite: Vie, Examen, Travail, Etudes

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour'ân: { وَمَن يَتَّقِ اللَّهَ يَجْعَل لَّهُ مَخْرَجًا {2} وَيَرْزُقْهُ مِنْ حَيْثُ لَا يَحْتَسِبُ وَمَن يَتَوَكَّلْ عَلَى اللَّهِ فَهُوَ حَسْبُهُ } qui signifie: « Et celui qui fait preuve de piété envers Allâh , Il lui accorde une issue et lui accorde la subsistance d'où il ne s'attend pas ; et celui qui se fie à Allâh Il lui suffit ». Ainsi la piété est une grande cause pour la facilité et la réussite ; la piété consiste à accomplir tout ce que Dieu a ordonné et à éviter tout ce que Dieu a interdit. Allâh dit aussi: { وَعَلَى اللّهِ فَلْيَتَوَكَّلِ الْمُؤْمِنُونَ } qui signifie: « Que les croyants se fient à Allâh ». Il est un devoir de se fier à Dieu car Il est le Créateur de toute chose, que ce soit des choses profitables ou des nuisances et de tout ce qui entre en existence.

La Biographie du Deuxième Calife : le Compagnon `Oumar Ibnou l-KhaTTâb

`Oumar a été le deuxième calife de l’Islam. Il a dirigé les affaires du califat avec loyauté et justice. Il a instauré de bonnes innovations en Islam qui se sont avérées utiles et bénéfiques. Il a été le premier à rassembler les gens pour accomplir la prière de al-qiyam derrière un seul imam et il s’est exclamé: Quelle bonne innovation (bid`ah) que celle-ci ! [rapporté par Al-Boukhâriyy et Mâlik dans al-MouwaTTa'].

Interprétation du Qour'ân Exégèse sôurat al-FâtiHah

Ghayri l-maghDôubi `alayhim veut dire ceux qui méritent le châtiment de Dieu et il n'est pas permis de dire la colère de Dieu car Dieu n'est pas concerné par la colère ni les sentiments, ni l'humeur, ni le changement et attribuer cela à Dieu est de la mécréance qui fait sortir de l'Islam

Histoire du Prophète Youçouf (Youssouf) Josèphe

Dieu a préservé Ses prophètes honorés de commettre de grands péchés exprimant une bassesse de caractère tant avant l'avènement de leur mission de prophète qu'après. On compte parmi ces prophètes éminents et préservés, notre maître Yôuçouf qui était d'une extrême beauté. Notre maître Yôuçouf avait grandi dans la maison du ministre Al-`Azîz en Égypte. Le chayTân suggéra de mauvaises pensées à Zalîkhâ la femme du ministre. Elle voulut en effet commettre l'adultère avec Yôuçouf. Mais notre maître Yôuçouf étant prophète, il ne commet pas la fornication et n'envisage pas même un instant de commettre une telle abomination. Au contraire, il exhorta Zalîkhâ en la menaçant du châtiment de Allâh et il ne lui obéit pas en ce qu'elle avait demandé.

Que convient-il au Musulman de faire pendant les journées de Ramadan ?

Le Messager de Allâh a dit ce qui signifie: « Celui qui donne de quoi rompre son jeûne à un jeûneur aura une récompense comparable à la récompense du jeûneur sans que la récompense du jeûneur ne soit en rien diminuée. »

Comment faire le Hajj le pèlerinage à la Mecque et la Oumra

Piliers du Hajj le pèlerinage à la Mecque et la `Oumra avec et les sounnah et les dou`a recommandés: Le Prophète a dit ce qui signifie: « Quiconque fera le pèlerinage sans y avoir fait de rapport sexuel et sans commettre de grand péché est déchargé de ses péchés et redevient comme au jour ou sa mère l'a mis au monde ».

Comportement et Bienfaisance envers le Voisin en Islam

Sahl At-toustariyy avait un voisin mazdéen. La fosse septique de ce voisin se déversait dans la maison de Sahl. C’est alors que Sahl demeura une longue période évacuant de nuit les saletés qui arrivaient jusqu’à chez lui. Le jour où il tomba malade, il invita son voisin mazdéen et lui annonça qu’il craignait que ses héritiers ne puissent supporter cette nuisance que lui-même supportait et qu’ils n’entrent ainsi en conflit avec leur voisin mazdéen. Le mazdéen fut tellement étonné de sa patience face à cette grande nuisance qu’il lui a dit: « Tu m’as aidé ainsi toute cette longue période alors que je suis sur ma religion, tends moi donc ta main pour que j’entre en Islam. » et il a dit: « je témoigne qu’il n’est de dieu que Allâh et je témoigne que MouHammad est le messager de Allâh. » puis Sahl que Allâh l’agrée décéda.

Le récit de `Iça Jésus et des trois morceaux de pain

Ce récit nous rappelle l'importance de ne pas s'attacher aux biens du bas-monde. L'un d'entre nous, quoi qu'il amasse comme argent, même s'il a de l'argent qui atteint les cimes des montagnes, il va sans aucun doute s'en séparer et mourir. Faites donc preuve de piété et d'ascèse et ne faites pas que vos cœurs soient attachés à ce bas-monde éphémère qui va à sa fin.

Les Pièges de ChayTân. Récit de l'ermite égaré

Un jour, deux jeunes hommes voulurent quitter leur région pour faire fructifier leurs biens commerciaux. Ces jeunes hommes subvenaient à leur charge ainsi qu'à celle de leur sœur. Avant de la quitter le temps de leur voyage, ils voulurent charger une personne digne de confiance pour qu'elle puisse s'occuper d'elle, en lui achetant ce dont elle avait besoin durant leur absence.

Pour la Palestine ! Jérusalem Qouds Capitale Palestine

La Palestine est la terre de Baytou l-Maqdis et Baytou l-Maqdis est la terre de la résurrection. C’est la Palestine qui est le lieu où ad-dajjal sera tué par `Içâ `alayhi s-salam. Il y a la Palestine, qui fait partie de Ach-Châm, la terre en faveur de laquelle le Messager de Allâh a fait des invocations: « اللهم بارك لنا في شامنا و في يمننا » ce qui signifie: « Ô Allâh donne des bénédictions à notre Châm et à notre Yémen ».

Le Récit de Isma`îl et du Sacrifice et Jour de `ARAFAH

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour'ân honoré: { فَلَمَّا بَلَغَ مَعَهُ السَّعْيَ قَالَ يَا بُنَيَّ إِنِّي أَرَى فِي الْمَنَامِ أَنِّي أَذْبَحُكَ فَانظُرْ مَاذَا تَرَى قَالَ يَا أَبَتِ افْعَلْ مَا تُؤْمَرُ سَتَجِدُنِي إِن شَاء اللَّهُ مِنَ الصَّابِرِينَ } qui signifie: « Il a dit ô mon fils je me vois en songe en train de t’égorger...il a dit ô mon père, fais ce qui t’es ordonné, tu me trouveras in châ’a l-Lâh du nombre des endurants », [sôurat AS-Sâffât 'Ayah 103].

Récit de l'Allaitement du Prophète MOUHAMMAD

'Aminah enfanta le Messager de Allâh dans l'année de l'éléphant et l'allaitait au début. Et parmi les habitudes des arabes, ils faisaient venir des nourrices pour allaiter leurs enfants. Les Banôu sa`d vinrent auprès de la tribu des Qouraych pour prendre les nouveau-nés et les allaiter contre salaire. Le Prophète fut présenté aux nourrices et aucune n'accepta de le prendre car il était orphelin. Chaque nourrice espérait avoir la chance d'obtenir un enfant de riche. Chaque nourrice accueillit un enfant et il ne resta que le Prophète. Ce fut Halîmah qui le prit.

0 1 2 3 4 5 6 7